Moscou avertit Washington : vers une nouvelle crise des missiles ?

Sergueï Lavrov et John Kerry. Le torchon brûle entre Moscou et Washington. D. R.

L’installation d’un bouclier antimissiles américain en Corée du Sud «porte atteinte à l’équilibre de la région» et pourrait avoir des «conséquences irréparables», a averti, aujourd’hui vendredi, le ministère russe des Affaires étrangères. «Ce système de défense antimissiles tend à porter atteinte à l’équilibre de la région. Nous espérons que nos partenaires éviteront de mener des actions qui pourraient avoir des conséquences irréparables», a encore mis en garde le ministre russe. Les Etats-Unis et la Corée du Sud ont annoncé, ce vendredi, le déploiement en Corée du Sud d’un système de défense antimissile «parmi les plus perfectionnés du monde», conçu pour intercepter et détruire les projectiles ennemis, rapporte l’agence de presse française. Washington comme Séoul disent qu’il s’agit de protéger la Corée du Sud d’éventuelles attaques de qui seraient menées à parti de la Corée du Nord.

L’accord intervient après une campagne médiatique visant la Corée du Nord, accusée de développer un programme militaire qui pourrait constituer une menace non seulement pour son voisin du sud, mais également pour les Etats-Unis. Les médias occidentaux ont rapporté que Pyongyang se serait doté d’un nouveau programme nucléaire «qui l’a vu mener quatre essais et tirer de multiples missiles», et que cela «aggrave les tensions». Les Etats-Unis et la Corée du Sud ont entamé les pourparlers sur le déploiement du bouclier en question en février dernier, après le tir par Pyongyang d’une fusée de longue portée généralement, considéré par les capitales occidentales comme un «essai balistique déguisé». Séoul a déjà mis en place son propre système destiné à intercepter des missiles de courte et de moyenne portée au moyen d’engins similaires aux Patriot américain, relève l’AFP. Mais le nouveau système «permet de toucher des engins à une altitude bien supérieure», ajoute l’agence qui ne cite, néanmoins, aucune source militaire ou autre experte dans le domaine de l’armement.

Karim B./Agence

Comment (5)

    Muhand
    9 juillet 2016 - 11 h 21 min

    La baie des cochons en 1961
    La baie des cochons en 1961,la baie des sangliers en Corée du sud en 2016 et, si en 1961 le débarquement à été un fiasco pour les américains qui voulaient renverser Castro, en Corée du sud prions pour que se soit leur cercueil.




    0



    0
    Muhand
    9 juillet 2016 - 11 h 14 min

    Va t’on vers une nouvelle
    Va t’on vers une nouvelle guerre froide? c’est mon souhait, cela calmera les ardeurs de ces américains qui veulent être les gendarmes du monde. Si le camarade Poutine ne parle pas trop c’est qu’il sait où il va et c’est surtout ce qui agace et fait peur aux occidentaux. Il n’y a qu’ à regarder ce qui s’est passé pour comprendre les visées de l’occident. Alors que tous les pays socialistes ont été cassé, (dislocation de l’URSS, disparition de la Yougoslavie, de la Tchécoslovaquie et à coté, l’unification des deux Allemagnes pour en faire une puissance.) Rien que pour cela, je suis d’accord avec Poutine. Que cherchent les Américains? un conflit avec le reste du monde? n’ont ils pas retenue la leçon de leur débâcle au Vietnam? Le monde a changé les américains ne l’ont pas compris apparemment, ils auront leur guerre s’ils se calment pas et ils la perdront car, l’histoire du monde nous a appris que de toutes les guerres des puissances militaires envers des peuples démunis, aucune n’a été gagnées de leur part.




    0



    0
      TheBraiN
      9 juillet 2016 - 14 h 05 min

      La guerre froide on y est
      La guerre froide on y est déjà !!
      Après avoir chassé le spectre de l’ivrogne Eltsine , la Russie , redevenue grande et forte , va passer à l’offensive et provoquer les Américains sur leurs chasses gardées (Amérique du Sud notamment) .
      Il ne faudrait pas s’étonner de voir, d’ici 10 ans au maximum, des bases militaires Russes au Venezuela ou en Bolivie par exemple !




      0



      0
    TheBraiN
    9 juillet 2016 - 9 h 44 min

    Les Russes ne parlent pas
    Les Russes ne parlent pas beaucoup du fait de leur nature !
    Les Américains , eux, en dignes descendants de criminels de hors la loi , et d’esclavagistes se croient tout permis surtout depuis la chute du mur de Berlin.
    Les ‘ »rares paroles » Russes pèsent désormais très lourd et les Yankees le savent très bien eux qui ont vu leurs dessins criminels stoppés en Ukraine et en Syrie par Poutine .
    Pour les missiles et parapluies anti-missiles , même la Chine s’en est officiellement inquiétée ce qui est assez rare .
    Une alliance sur ce point entre les BRICS peut très bien voir le jour .




    0



    0
    UNKNOW
    8 juillet 2016 - 15 h 02 min

    Si l’on écoutai Obama, le
    Si l’on écoutai Obama, le monde entier a besoin du parapluie atomique US; en fait, il ne fait que servir les desseins de ses maîtres de la finance inernationale et du complexe militaro-industriel.
    Ce négre-blanc ose même dire que les actes de légitime défense de Dallas sont de la « haine »!!!




    0



    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.