Baccalauréat 2016 : un taux de réussite de 49,79%

Un taux de réussite inférieur à celui de l'année dernière. New Press

Les résultats du baccalauréat seront connus aujourd’hui mardi en début de soirée. La ministre de l’Education, Nouria Benghebrit, a déjà révélé le taux de réussite qui est légèrement inférieur à celui de l’année dernière. S’exprimant aujourd’hui sur les Ondes de la Chaîne III de la Radio nationale, Mme Benghebrit a indiqué que le taux de réussite a atteint 49,79% pour les élèves scolarisés et 33,7% pour les candidats libres. La ministre a affirmé qu’elle ne disposait pas encore de tous les chiffres et qu’elle les aurait durant la journée. Mme Benghebrit a attribué cette légère baisse du taux de réussite au bac à la perturbation et à la déstabilisation des candidats par des contenus mis en circulation sur Facebook. Elle considère que la fuite de sujets, qui a contraint son département à organiser un bac partiel, a également eu son effet négatif sur les candidats.

Mme Benghebrit estime que ce qui s’est passé cette année aux examens du bac doit servir de leçon à toute la société, considérant que l’urgence est d’apprendre aux candidats à compter sur eux-mêmes et à éviter de gaspiller leur énergie à chercher de faux sujets sur Facebook. «Beaucoup de candidats passaient leurs nuits à chercher des sujets sur Facebook et souvent ils arrivaient aux examens très fatigués, ce qui se répercutait négativement sur leur rendement», a-t-elle soutenu. La ministre a indiqué que «les filières qui ont enregistré les taux de participation les plus élevés sont les mathématiques (63,26%) et les lettres et langues (56,09%).

Cela ne veut pas dire que les notes dans ces matières sont «excellentes». Au contraire. Pour Mme Benghebrit, l’année scolaire a été stable, les programmes respectés, «malheureusement, on a été victimes d’une action criminelle», a-t-elle déploré. Allusion faite aux fuites de sujets. Mme Benghebrit a assuré que l’enquête pour déterminer les responsables dans cette affaire se poursuit toujours. En tout, 818 515 candidats ont passé l’examen du baccalauréat session 2016 durant la période allant entre le 29 mai et le 2 juin 2016 dont 549 593 élèves scolarisés et 268 925 candidats libres. 555 000 candidats ont pris part aux épreuves de la session partielle, dont la majorité dans les branches scientifiques.    

Sonia Baker

Comment (20)

    karimovitch
    14 juillet 2016 - 15 h 04 min

    Bon courage mme la ministre
    Bon courage mme la ministre vous etes la meilleure la plus efficace la plus competente la plus courageuse depuis l independance de notre pays.




    0



    0
    TheBraiN
    14 juillet 2016 - 10 h 46 min

    La médiocrité , ou plutôt le
    La médiocrité , ou plutôt le massacre, continue !
    Mais cette fois il se fait sous les applaudissements de …………..l’opposition pour de simples raisons …idéologiques .
    Au prochain BAC en derdja sous les applaudissements aussi et pourquoi pas un taux de réussite de 100 pour cent !

    Y a -t-il des gens éclairés dans ce pays ???




    0



    0
    baklava
    13 juillet 2016 - 22 h 43 min

    mabrouk le bakalouria comme
    mabrouk le bakalouria comme on dit chez nous , plus question de lauréat mais de loria comme dans gloria le lait le khobz et le mâdjoun




    0



    0
    anonyme
    13 juillet 2016 - 21 h 07 min

    apparemment ils ont noté
    apparemment ils ont noté large , les élèves étaient surpris d’avoir d’aussi bonnes notes , j’imagine les 50% qui ne l’ont pas eu, ils devaient avoir des notes négatives à ce train là ! en tout cas la fête bat son plein dans les rues jamais vu fêter le bac de cette façon on dirait qu’ils ont remporté un match de foot! on s’attend à plus de retenue de la part de « bacheliers » zaama! décidément l’Algérie c’est plus ce que c’était!




    0



    0
    lhadi
    13 juillet 2016 - 17 h 17 min

    Remplacer le Bac par un
    Remplacer le Bac par un contrôle continu est une mesure qui va dans le sens d’une politique d’éducation nationale qui épouse notre siècle.

    Fraternellement lhadi
    ([email protected])




    0



    0
    Quenelle
    13 juillet 2016 - 17 h 10 min

    En fait, le drame de l
    En fait, le drame de l’enseignement dans notre pays vient du jour où des dirigeants ignares et populistes ont décidé d’arabiser les contenus pédagogiques, oubliant , bien sûr, que l’arabe « classique » est une langue étrangère moins familière des Algériens que la langue de Voltaire .
    L’école est aujourd’hui sinistrée. Elle a produit des analphabètes bilingues.
    Quant au MEN, sachez qu’il n’emploie aucun pédagogue de renom, si tant est que notre pays en possède !
    Les pseudo-pédagogues , déclarés comme tels par leurs sponsors, se sont arrêtés à des théories fumeuses du début des années 80, que le reste du monde civilisé à bien oublié tant elles sont fumeuses.
    Quant aux arabophones , ils ont remplacé la pédagogie par . . . l’intuition et les recettes bancales !
    Enfin, je rappelle que le roitelet du Maroc a décidé depuis quelques mois déjà de mettre fin , dès la prochaine rentrée, à l’arabisation de l’enseignement. Nos dirigeants n’auront jamais ce courage.




    0



    0
      anonyme
      13 juillet 2016 - 18 h 05 min

      nous avions un précieux atout
      nous avions un précieux atout: notre bilinguisme algérien-français assez fluide et qui faisait des jaloux , les destructeurs sont passés par là pour que l’algérie sombre corps et biens! aujourd’hui des pays monolingues essaient de créer chez eux ce que nous possédions naturellement en algérie ! c’est tout simplement une honte d’être revenu en arrière comme nous l’avons fait! nous n’avons même pas de relève digne du nom! au lieu d’avancer nous reculons, au lieu que les jeunes soient meilleurs que nous on se retrouve avec des incultes chose qui n’existaient pas à l’indépendance même!




      0



      0
    rouki
    13 juillet 2016 - 15 h 38 min

    Voilà au moins un taux de
    Voilà au moins un taux de réussite crédible, c’est pas comme en France ou c’est près de 90%.
    Ici en France le niveau des étudiants est si bas que le diplôme n’est même pas pris au sérieux par les entreprises.




    0



    0
    Anonymous
    13 juillet 2016 - 10 h 22 min

    Un diplôme c’est important
    Un diplôme c’est important,mais il faut savoir ce qu’on veut en faire.Pour un chef d’entreprise il vaut mieux embaucher une personne sans diplôme qui connaît et sait faire son métier plutôt qu’un diplômé qui connaît pas et ne sait pas faire son métier. Mais avoir son diplôme, connaître et savoir faire son métier c’est mieux. A méditer. …




    0



    0
    Algérie Authentique
    13 juillet 2016 - 9 h 30 min

    en gros une moyenne de reçus
    en gros une moyenne de reçus d’un élève sur 2 ce qui me semble trop haut vu le niveau! trop haut parce que de nombreux analphabetes vont garnir les bancs des universités au lieu d’être dirigés vers les métiers manuels ! il faut durcir l’accès à l’université pour qu’elle accueille les meilleurs avec le meilleur potentiel et améliorer la filière professionnelle ! ces gens ne feront jamais des intellectuels ni même des « lettrés de base » et rabaisseront le niveau des études à l’université, par leur mauvais résultat et leur incapacité à suivre ils retarderont les bons,en revanche il nous faut de la main d’œuvre qualifiée! il faut créer les conditions de l’excellence et de la complémentarité !




    0



    0
    Bison
    13 juillet 2016 - 9 h 22 min

    Comme quoi il suffit de
    Comme quoi il suffit de serrer juste un peu les visses , juste un petit tour, pour que la flûte change de son! On a juste réduit la triche d’un millimètre pour que le taux de réussite baisse d’un mètre !Qu’en serait le taux réel de reussite dans tous les domaines de la vie de notre pays si on vient à éradiquer les tricherie et les tricheurs de tous genres! Des présidentielles à 49%-51% au deuxieme tour Ça nous changera un peu des pourcentages improbables d’avant et de toujours!

    Mais, en contre partie, Madame la ministre va du coup augmenter son taux de détracteurs ! Après hassane Aribi et ses copains, tous les gardiens du temple des valeurs nationales, les enseignants vacataires, tous les enseignants vacants de cerveaux et d’esprits, tous les autres tricheurs et tous ceux qui font leur beurre sur la tricherie et ceux à qui la médiocrité profite d’une manière ou d’une autre, il faut désormais ajouter les parents d’ élèves frustrés à l’idée de ne pas pouvoir sabrer le gazouz et surtout de la delicieuse perspective d’empêcher tout le voisinage de dormir par DJ interposés!!
    Bon courage madame! Je lève mon verre de selecto à votre santé!




    0



    0
    Anonymous
    13 juillet 2016 - 8 h 20 min

    Le niveau de réussite est
    Le niveau de réussite est très bas,c’est normal il faut laisser les gens compétants dont c’est leurs spécialités faire ce travail.Pour preuve prenez l’exemple du gouvernement et la situation du pays ,notre système éducatif peut durer longtemps et faire comme ce gouvernement. AU FAIT QUI FAIT NOTRE SYSTÈME ÉDUCATIF EN ALGÉRIE.




    0



    0
    Anonymous
    13 juillet 2016 - 8 h 07 min

    49.79 de réussite c’est un
    49.79 de réussite c’est un niveau assez bas,si notre système éducatif algérien à un problème ,il n’y aucune honte à copier un système éducatif étranger qui réussi et fait ses preuves .Ceci pour l’intérêt des étudiants et du pays.Cela n’empêche pas de chercher un système made in algeria avec des spécialistes pour le futur .Mais il faut arrêter avec ces systèmes cobaye c’est une perte de temps.




    0



    0
      MELLO
      13 juillet 2016 - 16 h 15 min

      Effectivement, le système du
      Effectivement, le système du BAC est révolue pour un examen du moyen age: selon Wikipedia:
      Le baccalauréat a été créé au Moyen Âge avec l’apparition de l’université de Paris. Il sanctionnait alors plusieurs années d’enseignement spécialisé en droit, médecine ou théologie. Il a été recréé dans sa forme moderne par Napoléon Ier en 1808.
      La plupart des pays ont abandonné ce système pour s’engager sur des concours d’entrée aux facultés. Les concours ne peuvent que sélectionner les meilleurs élèves. Le niveau universitaire ne sera que meilleur.




      0



      0
    Amazighkan
    12 juillet 2016 - 22 h 39 min

    Félicitations aux lauréats et
    Félicitations aux lauréats et bon courage aux élèves qui l’ont ratés !! Mme Benghebrit a vraiment du pain sur la planche pour redorer le blason de l’école algérienne ternie les obscurantistes islamistes.




    0



    0
    momo
    12 juillet 2016 - 21 h 01 min

    les profs soccupe plus de
    les profs soccupe plus de leur portable en classe que de s occuper de leur eleves .aucune concsience professionel ni de niveau




    0



    0
    Anonymous
    12 juillet 2016 - 20 h 35 min

    A réformer, et à restructurer
    A réformer, et à restructurer radicalement, et totalement le système éducatif algérien, de fond en comble
    (méthodes, procédures, programmes,cellules de recherches, et de développements,…..)

    Mais avant ces mesures de réformes, il faut changer beaucoup de fonctionnaires et d’administrateurs incompétents
    dans le ministère de l’éducation, et dans les directions de l’éducation des wilayas, responsables de la dégradation, et de la dégringolade de l’enseignement, et de la formation en Algérie,
    en particulier,depuis le début des années (de dégradations progressives,…..) quatre vingts 80,…..?!

    La réforme, l’encouragement, et l’amélioration de l’enseignement, et la formation techniques et technologique
    dans les centres, collèges, et lycées techniques pour la formation des futures ouvriers,techniciens, et ingénieurs
    dans l’agriculture, les industries, et les technologies diverses qui manquent cruellement
    pour l’économie algérienne pour son « décollage industriel »
    dans les rangs des « pays industriels émergents » :Turquie, Tunisie,Emirats Arabes Unis, Egypte, Maroc, Nigeria,




    0



    0
      anonyme
      13 juillet 2016 - 17 h 01 min

      on aura tout lu le mokoko
      on aura tout lu le mokoko pays émergeant, le cannabis fait des heureux




      0



      0
    ABOUSTILOU
    12 juillet 2016 - 16 h 47 min

    J’ai enseigné dans mon pays
    J’ai enseigné dans mon pays pendant une douzaine d’année. J’ai enseigné en Français et par la suite en Arabe et j’ai constaté que les tares de notre école sont d’ordre humain et proviennent des incompétences de beaucoup de responsables administratifs mais aussi hélas pédagogiques. Donc ce n’est pas un problème de langue et nous avons des enfants Dieu merci qui ont à la naissance le QI parmi les dix premiers au monde (D’après une revue scientifique de l’UNESCO année 1975).
    Pour ce qui est de Mme la ministre je trouve qu’elle fait un excellent travail avec un franc parlé qui fait pousser la chaire de poule à certains. Le chiffre des admis au bac 2016 est bas et vous avez parfaitement raison de le donner cru tel quel et nous vous félicitons pour cela. Basta de cacher le soleil avec un tamis. Que ceux qui n’ont pas les compétences pour garder leur place dans ce noble secteur doivent démissionner ou être éjectés.

    Bonne continuation Mme la Ministre!




    0



    0
    radia belabed
    12 juillet 2016 - 12 h 31 min

    Bravo madame
    Bravo madame




    0



    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.