Boualem Sansal compare les combattants de l’ALN au criminel génocidaire de Nice

Boualem Sansal. D. R.

L’écrivain de fonction au service du sionisme, Boualem Sansal, a dépassé les bornes. Non content que son rapprochement avec les milieux sionistes soit condamné et dénoncé, le voilà qui ose une comparaison tout à fait saugrenue entre le tueur de Nice, un désaxé et un désœuvré, et les vaillants combattants de l’ALN qui ont pris les armes pour libérer l’Algérie du colonialisme. Boualem Sansal s’est fendu d’un article commandé, paru dans le journal Le Monde, une analyse simpliste et sans envergure indigne d’un auteur dont on dit qu’il ferait partie des talents qui brillent au panthéon de la littérature française.

Dans sa chronique, Boualem Sansal avilit la glorieuse Bataille d’Alger, en rappelant que des bombes furent posées dans des lieux publics, tout en occultant le caractère révolutionnaire de ces actes provoqués par la présence coloniale française sur le sol algérien et les crimes de guerre commis par les parachutistes de Bigeard et Massu.

Voilà ce qu’écrit Boualem Sansal : «En Algérie, durant la bataille d’Alger (1957), le FLN après avoir usé de diverses méthodes (attentat au pistolet, égorgement, incendie, le tout improvisé plutôt que réfléchi et planifié…) a trouvé la méthode qui allait être sa signature, qui donnerait l’effet le plus grand (action psychologique sur les populations, nombre de victimes, retentissement médiatique, destruction de lieux qui symboliseraient la vilenie de l’ennemi…), pour le coût le plus bas (la mort éventuelle du terroriste ou du commando). Ce fut l’attentat à la bombe dans des cafés phares de la capitale, très courus par la bourgeoise algéroise (La Cafétéria, Le Milk Bar, L’Otomatic, Le Coq Hardi), commis par de jeunes Algériennes se faisant passer pour des Européennes délurées. En adoptant une seule méthode, facile à mettre en œuvre, le FLN allait cependant donner à l’armée française une base de travail et d’enquête qui allait aboutir au démantèlement du réseau «bombes», créé par Yacef Saâdi, le responsable de l’action armée du FLN à Alger. La bataille d’Alger aura duré neuf mois, au terme desquels le FLN a cessé toute action armée dans la capitale»(*).

Karim B.

(*) Passage de sa chronique intitulée «Gare au terrorisme à bas coût !» dans laquelle il évoque le carnage de Nice et fait un parallèle avec un épisode de la guerre d’indépendance. 

Comment (348)

    Mlaoua
    15 août 2016 - 4 h 47 min

    Le mot « traître » est
    Le mot « traître » est utilisé à tord et à travers chez nous. Quand on veut s’en prendre à quelqu’un qui ne pense pas comme soi on l’accuse de « traître ». Dans ce site et ailleurs il y en a qui en abusent. D’une manière générale, il faut dire que tous ceux qui expriment une pensée qui ne rentre pas dans le moule de la pensée dominante du moment sont traités de « traîtres».Ce fut un temps, celui qui n’adhère pas à la pensée « arabo-islamiste » sont pris pour cible et traités d’ennemis à la nation. C’est dans ce même ordre d’idées que beaucoup de nos vrais révolutionnaires ont été accusés de « traîtres » par leur adversaires pour justifier leurs exécutions ou leurs emprisonnements tels : Abane Ramdane, Ferhat Abas, Ait Ahmed, khider, Chabani… et d’autres. De ma part, je dirai qu’il n’y a pas de guerre propre. Dans la guerre il y a toujours des dépassements. Et ceux qui payent de leurs vies les erreurs des autres ce sont toujours les innocents. Si le FLN avait commis des erreurs (il y a certes des dépassements) la France reste la plus grande coupable d’avoir osé agresser le peuple Algérien chez lui.

    pomme
    14 août 2016 - 21 h 54 min

    Ce qui est inquiétant c’est
    Ce qui est inquiétant c’est comment des types nés, élevés, éduqués et formés en Algérie puissent tenir ces discours et venir déblatérer en France des inepties que les harkis ne tiennent pas.Je préfère sincèrement des fils de harkis victimes de l’histoire qui ne connaissent rien de l’algérie mais qui se gardent bien de la critiquer plutôt que ces algériens (sansal, sifaoui…) qui crachent sur leur pays en se prenant pour des êtres supérieurs et voulant démontre à leurs maitres qu’ils continueront à manger dans leur main quoi qu’ils leur en coutent.A vomir.

    legris nationale
    24 juillet 2016 - 8 h 11 min

    des sansal il y en a beaucoup
    des sansal il y en a beaucoup en Algerie ceux qui détournent l argent du peuple pour le déposer en Europe les saboteurs d usines et autres les pyromanes et autres moi et d autres qui est ne en France ont n est dégoutés de ces traîtres comme je le disais dans précédent post sur AP medite sur la fable de Lfontaine le corbeau et le renard

    legris nationale
    24 juillet 2016 - 8 h 11 min

    des sansal il y en a beaucoup
    des sansal il y en a beaucoup en Algerie ceux qui détournent l argent du peuple pour le déposer en Europe les saboteurs d usines et autres les pyromanes et autres moi et d autres qui est ne en France ont n est dégoutés de ces traîtres comme je le disais dans précédent post sur AP medite sur la fable de Lfontaine le corbeau et le renard

    Anonymous
    22 juillet 2016 - 8 h 53 min

    Quel abruti… cracher sur
    Quel abruti… cracher sur soi c’est se deshonorer, ca n’attire guere la sympathie ou l’estime, mais le calcul et le mepris. Est-il vraiment algerien en somme ? Encore un qui va passer une vieillesse de rancoeur. Ne le regardez plus, ne l’ecoutez plus, il n’est plus algerien puisqu’il s’est permis de salir des resistants et des hommes d’honneur. Il doit commencer a songer a s’acheter un appartement en Israel, il n’a plus sa place dans le pays des hommes tombes sur le champ d’honneur pour se liberer du colonialisme. Ouahed Zmar hada.

    Anonymous
    22 juillet 2016 - 8 h 53 min

    Quel abruti… cracher sur
    Quel abruti… cracher sur soi c’est se deshonorer, ca n’attire guere la sympathie ou l’estime, mais le calcul et le mepris. Est-il vraiment algerien en somme ? Encore un qui va passer une vieillesse de rancoeur. Ne le regardez plus, ne l’ecoutez plus, il n’est plus algerien puisqu’il s’est permis de salir des resistants et des hommes d’honneur. Il doit commencer a songer a s’acheter un appartement en Israel, il n’a plus sa place dans le pays des hommes tombes sur le champ d’honneur pour se liberer du colonialisme. Ouahed Zmar hada.

    riad
    21 juillet 2016 - 17 h 27 min

    pourquoi faut il publier ces
    pourquoi faut il publier ces fils de francais

    riad
    21 juillet 2016 - 17 h 27 min

    pourquoi faut il publier ces
    pourquoi faut il publier ces fils de francais

    med
    21 juillet 2016 - 17 h 11 min

    Sansal parle de la
    Sansal parle de la bourgeoisie algeroise en faisant allusion aux francais habitants alger pendant le colonualisme.il est de lautre cote de la rive.c pas un lapsus mais il demontre kil sest deveti de son ame dalgerien.meskin .il navait nullement besoin de le faire.il E prostitue pour rien.kil pense a audin et maillot.balak yahcham

    med
    21 juillet 2016 - 17 h 11 min

    Sansal parle de la
    Sansal parle de la bourgeoisie algeroise en faisant allusion aux francais habitants alger pendant le colonualisme.il est de lautre cote de la rive.c pas un lapsus mais il demontre kil sest deveti de son ame dalgerien.meskin .il navait nullement besoin de le faire.il E prostitue pour rien.kil pense a audin et maillot.balak yahcham

    Abdelaziz DJABALI
    21 juillet 2016 - 14 h 11 min

    ( Boualem Sansal compare les
    ( Boualem Sansal compare les combattants de l’ALN au criminel génocidaire de Nice )

    -CE SONT LES DERNIERS SOUBRESAUTS,

    -D’UN (…) HARKI,

    -AVANT DE CREVER !

    -SI LA FRANCE AVAIT DE L’ESTIME POUR LES COLLABOS,

    -ELLE L’AURAIT AUSSI POUR LES HARKIS,

    http://www.jacquescresta.fr/wp-content/uploads/harkis.jpg

    Abdelaziz DJABALI
    21 juillet 2016 - 14 h 11 min

    ( Boualem Sansal compare les
    ( Boualem Sansal compare les combattants de l’ALN au criminel génocidaire de Nice )

    -CE SONT LES DERNIERS SOUBRESAUTS,

    -D’UN (…) HARKI,

    -AVANT DE CREVER !

    -SI LA FRANCE AVAIT DE L’ESTIME POUR LES COLLABOS,

    -ELLE L’AURAIT AUSSI POUR LES HARKIS,

    http://www.jacquescresta.fr/wp-content/uploads/harkis.jpg

    A/Kader
    21 juillet 2016 - 14 h 02 min

    J’avais 4 ans quand l’armée
    J’avais 4 ans quand l’armée française brûla notre maison, une belle maison de pierres et de tuiles à un étage, et le village entier ; 4 ans, mais le choc était si violent que mon inconscient en garda le souvenir ! Je me souviens des ces enfants, mes voisins, qui furent abattus par les lâches assassins de l’OAS; j’ai dû arrêter d’aller à l’école, sous le risque de faire la même fin, j’avais 6 ans et c’était en 1960, dans les environs à l’ouest d’Alger. Nous écoutions en secret la voix de la liberté qu’incarnait feu Bounider. Un jour, on décrouvrit de l’arsenic dans les morceaux de sucre, l’OAS voulait nous empoisonner tous…chaque algérien de mon âge et plus à ses souvenirs de la guerre. Nous avions la certitude que nos souffrances prendraient fin grâce à notre martyre ; notre cause était juste. Il n’est permis à nul de vouloir remettre en cause les idées de qui que ce soit, chacun est libre, sous réserve de ne pas vouloir les imposer à tout l’univers, de verser dans l’arabisme, le berbérisme, l’islamisme ou le libéralisme les plus débridés, mais nul ne devrait se permettre d’éclabousser l’honneur de ceux qui ont lutté et souffert pour l’indépendance de ce pays. Chacun a combattu selon les moyens dont il disposait face à une machine de guerre effroyable et face à une communauté égoïste et raciste qui voulait nous maintenir en esclavage. Que chacun soit son propre objecteur de conscience.

    A/Kader
    21 juillet 2016 - 14 h 02 min

    J’avais 4 ans quand l’armée
    J’avais 4 ans quand l’armée française brûla notre maison, une belle maison de pierres et de tuiles à un étage, et le village entier ; 4 ans, mais le choc était si violent que mon inconscient en garda le souvenir ! Je me souviens des ces enfants, mes voisins, qui furent abattus par les lâches assassins de l’OAS; j’ai dû arrêter d’aller à l’école, sous le risque de faire la même fin, j’avais 6 ans et c’était en 1960, dans les environs à l’ouest d’Alger. Nous écoutions en secret la voix de la liberté qu’incarnait feu Bounider. Un jour, on décrouvrit de l’arsenic dans les morceaux de sucre, l’OAS voulait nous empoisonner tous…chaque algérien de mon âge et plus à ses souvenirs de la guerre. Nous avions la certitude que nos souffrances prendraient fin grâce à notre martyre ; notre cause était juste. Il n’est permis à nul de vouloir remettre en cause les idées de qui que ce soit, chacun est libre, sous réserve de ne pas vouloir les imposer à tout l’univers, de verser dans l’arabisme, le berbérisme, l’islamisme ou le libéralisme les plus débridés, mais nul ne devrait se permettre d’éclabousser l’honneur de ceux qui ont lutté et souffert pour l’indépendance de ce pays. Chacun a combattu selon les moyens dont il disposait face à une machine de guerre effroyable et face à une communauté égoïste et raciste qui voulait nous maintenir en esclavage. Que chacun soit son propre objecteur de conscience.

    New kid
    21 juillet 2016 - 13 h 52 min

    Voila le visage typique d’un
    Voila le visage typique d’un harki au service de sa mère Fafa et de son père François!

    New kid
    21 juillet 2016 - 13 h 52 min

    Voila le visage typique d’un
    Voila le visage typique d’un harki au service de sa mère Fafa et de son père François!

    Mohamed l'Algérien
    21 juillet 2016 - 12 h 58 min

    Ce nouveau harki SIONISé de l
    Ce nouveau harki SIONISé de l’époque actuelle n’a aucune crédibilité et aucune dignité. Ce traître inqualifiable à renié sa propre race et sa propre chaire. Un dicton Algérien très célèbre dit : Il n’y a que les chiens qui renient leur race. Ce dicton s’applique parfaitement à sansal, l’ennemi. Cet énergumène n’a aucune valeur humaine, C’EST UN DÉSHONNEUR.

    Mohamed l'Algérien
    21 juillet 2016 - 12 h 58 min

    Ce nouveau harki SIONISé de l
    Ce nouveau harki SIONISé de l’époque actuelle n’a aucune crédibilité et aucune dignité. Ce traître inqualifiable à renié sa propre race et sa propre chaire. Un dicton Algérien très célèbre dit : Il n’y a que les chiens qui renient leur race. Ce dicton s’applique parfaitement à sansal, l’ennemi. Cet énergumène n’a aucune valeur humaine, C’EST UN DÉSHONNEUR.

    amal
    21 juillet 2016 - 9 h 31 min

    boubrit (beauprêtre) est
    boubrit (beauprêtre) est entré dans la chanson kabyle comme un bouffeur d’enfants qu’il faut combattre. Ainsi, malika domrane a repris le fameux « mougragh boubrit iy boub thachollt » qui signifie: « j’a rencontré beauprêtre qui portait un sac (plein d’oreilles) » … il est temps que ces cho3ara el malhoune qui récitent des poemes inutiles a tissemsilt et ailleurs en fassent autant avec des déchets genrre boualem sensal afin qu’il reste dans l’histoire pour faire peur aux enfants désobéissants. Sa photo fait d’ailleur l’affaire à elle toute seule, mais hadi khli9at rebbi, il faut préciser pourquoi c’est un monstre be9wwalou.

      Anonymous
      21 juillet 2016 - 11 h 55 min

      Question : qu’est ce qui le
      Question : qu’est ce qui le motive reellement a soutenir un pays etranger et colonialiste (Israel) alors qu’il semblerait qu’il soit algerien ? Quel est le vecteur reel : argent ? notoriete ? complexe psychologique ? vengeance personnelle suite a un evenement ? choix sexuels ? Je suis en general pour la pudeur, mais quand une personne salit les autres, je considere qu’il faut devoiler cette personne. Replique salutaire.

        amal
        21 juillet 2016 - 14 h 56 min

        il neconnait pas l’histore de
        il neconnait pas l’histore de l’algérie, ce demeuré. Il ne sait pas qu’il a pu faire des études que parceque les fln ont combattu l’injustice coloniale. S’il avait été intelligent il se serait demandé pourquoi la population algériennene faisait que 6 millions d’habitants en 1962 alors que l’espagneen comptait 30 millions, tout en sachant que l’espagne avait chassé les populations musulmanes qui ont rejoint l’algérie … les turcs n’ont jamais tué des tribus entières en algérie commel’avait fait la france … et ce minable vient contester aux algériens le droit de se défenddre. quel minable!

    amal
    21 juillet 2016 - 9 h 31 min

    boubrit (beauprêtre) est
    boubrit (beauprêtre) est entré dans la chanson kabyle comme un bouffeur d’enfants qu’il faut combattre. Ainsi, malika domrane a repris le fameux « mougragh boubrit iy boub thachollt » qui signifie: « j’a rencontré beauprêtre qui portait un sac (plein d’oreilles) » … il est temps que ces cho3ara el malhoune qui récitent des poemes inutiles a tissemsilt et ailleurs en fassent autant avec des déchets genrre boualem sensal afin qu’il reste dans l’histoire pour faire peur aux enfants désobéissants. Sa photo fait d’ailleur l’affaire à elle toute seule, mais hadi khli9at rebbi, il faut préciser pourquoi c’est un monstre be9wwalou.

      Anonymous
      21 juillet 2016 - 11 h 55 min

      Question : qu’est ce qui le
      Question : qu’est ce qui le motive reellement a soutenir un pays etranger et colonialiste (Israel) alors qu’il semblerait qu’il soit algerien ? Quel est le vecteur reel : argent ? notoriete ? complexe psychologique ? vengeance personnelle suite a un evenement ? choix sexuels ? Je suis en general pour la pudeur, mais quand une personne salit les autres, je considere qu’il faut devoiler cette personne. Replique salutaire.

        amal
        21 juillet 2016 - 14 h 56 min

        il neconnait pas l’histore de
        il neconnait pas l’histore de l’algérie, ce demeuré. Il ne sait pas qu’il a pu faire des études que parceque les fln ont combattu l’injustice coloniale. S’il avait été intelligent il se serait demandé pourquoi la population algériennene faisait que 6 millions d’habitants en 1962 alors que l’espagneen comptait 30 millions, tout en sachant que l’espagne avait chassé les populations musulmanes qui ont rejoint l’algérie … les turcs n’ont jamais tué des tribus entières en algérie commel’avait fait la france … et ce minable vient contester aux algériens le droit de se défenddre. quel minable!

    amal
    21 juillet 2016 - 9 h 14 min

    >>… a trouvé la méthode qui
    >>… a trouvé la méthode qui allait être sa signature …<<< Comme si c'était le fln qui a trouvé ... il oublie que la premère bombe déposée à alger durant ces années là, était une bombe déposée au milieu du quartier de la casbah par les soins des colons et qui a fait plus de 300 morts, bien plus que les dégats commis par les petites bombes déposées par le fln qui avait promis de venger la populaton (les "arabes" d'alger voulaient partir vers les quartier ta3 n'sara pour faire des dégats, sans rien planifier, alors les fln les ont retenus, expliquant qu'ls raent à une mort certane et inutile et ont promis de déposer des bombes et de tuer 300 personnes eux aussi, mais leurs bombes étaient trop petites). Boualem sensal est aigri. Voyez-vous, si l'algérie n'a pas eu son indépendance il aurait fait partie des 200 000 algériens du programme blum-violette. Il est d'ailleurs l'un des rares puisque l'immense majorité de ceux que blum-volette voulait transformer en élite musulmane, ayant les mêmes droits ou presque que les colons, ont refusé cette injustice et ont rejoint le fln. Boualem sensal raconte d'ailleurs partout qu'il est espagnol; pourquoi il raconte depuis quelques temps qu'il est algérien ... Ils lui ont peut-être donné cet ordre, histoire de faire crore aux algérien que l'un d'entreeux a ses idées ssans problèmes. Ce minable ne mérite même pas qu'on parles de lui en superficie. À mon avis, il faut faire un film et lui donner le rôle du salaud afin que les jeunes algériens gardent cette image de lui jusqu'à la fin des temps. Il faut voire comment faire. C'est un personnage public et le monde a le drot de connaitre la vérité sur lui.

      MELLO
      21 juillet 2016 - 13 h 42 min

      Vous devez connaitre mieux
      Vous devez connaitre mieux cet homme qui déclara: « Vous savez, je suis né et ai vécu en Algérie. J’ai connu une dictature policière et militaire, et on pouvait encore parler et tout dire même si il fallait prendre des précautions dans la mesure où on n’était pas catalogué comme opposant. »
      en pareilles circonstances, ce qui est irresponsable, c’est de ne pas regarder la réalité en face et refuser de mesurer l’ampleur réelle des dégâts commis par les politiques d’arabo-islamisation de l’Etat algérien qui, ont introduit dans les têtes des écoliers les notions d’intégrisme, de haine et d’intolérance, à travers « l’éducation islamique » dispensée par les coopérants égyptiens . « Coopérants », dont il convient de préciser qu’ils n’étaient rien d’autres que d’anciens prédicateurs des frères musulmans, évacués d’Egypte pour vider les prisons de Gamel Abdenasser et « désengorger » l’Egypte de ses frères musulmans.
      Aujourd’hui le résultat là !avec des centaines de milliers d’islamistes, sortis tout droit de l’école algérienne, susceptibles de se transformer en terroristes à tout moment et , dont quelques milliers se sont déjà occupés à massacrer quelque 200 000 personnes dont un bonne partie d’artistes et intellectuels

        amal
        23 juillet 2016 - 11 h 38 min

        pour reprendre ton expression
        pour reprendre ton expression, en pareilles circonstances, ce qui est irresponsable, c’est de jeter le bébé avec l’eau, en confondant l’algére avec ses dirigeants, en confondant ceux qui ont combattu avec abnégation le plus terrible des occupants a des criminels de la plus basse espèce.
        Allez mélanger autres choses dans une chorba que vous pourrez manger seul, mas sacrifer l’algérie parce qu’il y a des corrompus au pouvoir … allah la twaslo!
        Pour qu’un algérien dise ce que tu dis c’est qu’il est sot un traitre, soit un être dépourvu de jugement personnel et répétant ce que les ennemis de l’algérie lui sussurent à l’oreille; le derniers des imbéciles en europe ou aux usa n’irait pas dire du mal de son pays ou de ceux qui se sont sacrifés pour lui sous prétexte qu’l y a des criminels au pouvoir. Y’en a marre de tous ceux qui ne veulent pas respecter ce pays et lui reconnaitre la dignité d’exister comme dieu l’a voulu.
        Si tu es un ennem de l’algérie qui se fait passer pour un algérien je te dis: mourrez de votre haine!

        amal
        23 juillet 2016 - 11 h 45 min

        et je te rappelle qu’on a eu
        et je te rappelle qu’on a eu aussi des coopérants francais qui étaient payés la peau des fesses pour continuer à nous dire que nos ancêtres étaient nuls et que c’est eux qui ont fait de nous des êtres sur deux pattes.
        Attention! tu parles à une personne qui vit en algérie et qui a bonne mémoire! Heureusement qu’l y a eu les égyptiens pour nous rappeler que tout est relatif!!!!!!

    amal
    21 juillet 2016 - 9 h 14 min

    >>… a trouvé la méthode qui
    >>… a trouvé la méthode qui allait être sa signature …<<< Comme si c'était le fln qui a trouvé ... il oublie que la premère bombe déposée à alger durant ces années là, était une bombe déposée au milieu du quartier de la casbah par les soins des colons et qui a fait plus de 300 morts, bien plus que les dégats commis par les petites bombes déposées par le fln qui avait promis de venger la populaton (les "arabes" d'alger voulaient partir vers les quartier ta3 n'sara pour faire des dégats, sans rien planifier, alors les fln les ont retenus, expliquant qu'ls raent à une mort certane et inutile et ont promis de déposer des bombes et de tuer 300 personnes eux aussi, mais leurs bombes étaient trop petites). Boualem sensal est aigri. Voyez-vous, si l'algérie n'a pas eu son indépendance il aurait fait partie des 200 000 algériens du programme blum-violette. Il est d'ailleurs l'un des rares puisque l'immense majorité de ceux que blum-volette voulait transformer en élite musulmane, ayant les mêmes droits ou presque que les colons, ont refusé cette injustice et ont rejoint le fln. Boualem sensal raconte d'ailleurs partout qu'il est espagnol; pourquoi il raconte depuis quelques temps qu'il est algérien ... Ils lui ont peut-être donné cet ordre, histoire de faire crore aux algérien que l'un d'entreeux a ses idées ssans problèmes. Ce minable ne mérite même pas qu'on parles de lui en superficie. À mon avis, il faut faire un film et lui donner le rôle du salaud afin que les jeunes algériens gardent cette image de lui jusqu'à la fin des temps. Il faut voire comment faire. C'est un personnage public et le monde a le drot de connaitre la vérité sur lui.

      MELLO
      21 juillet 2016 - 13 h 42 min

      Vous devez connaitre mieux
      Vous devez connaitre mieux cet homme qui déclara: « Vous savez, je suis né et ai vécu en Algérie. J’ai connu une dictature policière et militaire, et on pouvait encore parler et tout dire même si il fallait prendre des précautions dans la mesure où on n’était pas catalogué comme opposant. »
      en pareilles circonstances, ce qui est irresponsable, c’est de ne pas regarder la réalité en face et refuser de mesurer l’ampleur réelle des dégâts commis par les politiques d’arabo-islamisation de l’Etat algérien qui, ont introduit dans les têtes des écoliers les notions d’intégrisme, de haine et d’intolérance, à travers « l’éducation islamique » dispensée par les coopérants égyptiens . « Coopérants », dont il convient de préciser qu’ils n’étaient rien d’autres que d’anciens prédicateurs des frères musulmans, évacués d’Egypte pour vider les prisons de Gamel Abdenasser et « désengorger » l’Egypte de ses frères musulmans.
      Aujourd’hui le résultat là !avec des centaines de milliers d’islamistes, sortis tout droit de l’école algérienne, susceptibles de se transformer en terroristes à tout moment et , dont quelques milliers se sont déjà occupés à massacrer quelque 200 000 personnes dont un bonne partie d’artistes et intellectuels

        amal
        23 juillet 2016 - 11 h 38 min

        pour reprendre ton expression
        pour reprendre ton expression, en pareilles circonstances, ce qui est irresponsable, c’est de jeter le bébé avec l’eau, en confondant l’algére avec ses dirigeants, en confondant ceux qui ont combattu avec abnégation le plus terrible des occupants a des criminels de la plus basse espèce.
        Allez mélanger autres choses dans une chorba que vous pourrez manger seul, mas sacrifer l’algérie parce qu’il y a des corrompus au pouvoir … allah la twaslo!
        Pour qu’un algérien dise ce que tu dis c’est qu’il est sot un traitre, soit un être dépourvu de jugement personnel et répétant ce que les ennemis de l’algérie lui sussurent à l’oreille; le derniers des imbéciles en europe ou aux usa n’irait pas dire du mal de son pays ou de ceux qui se sont sacrifés pour lui sous prétexte qu’l y a des criminels au pouvoir. Y’en a marre de tous ceux qui ne veulent pas respecter ce pays et lui reconnaitre la dignité d’exister comme dieu l’a voulu.
        Si tu es un ennem de l’algérie qui se fait passer pour un algérien je te dis: mourrez de votre haine!

        amal
        23 juillet 2016 - 11 h 45 min

        et je te rappelle qu’on a eu
        et je te rappelle qu’on a eu aussi des coopérants francais qui étaient payés la peau des fesses pour continuer à nous dire que nos ancêtres étaient nuls et que c’est eux qui ont fait de nous des êtres sur deux pattes.
        Attention! tu parles à une personne qui vit en algérie et qui a bonne mémoire! Heureusement qu’l y a eu les égyptiens pour nous rappeler que tout est relatif!!!!!!

    anti-collabos
    21 juillet 2016 - 6 h 01 min

    je souhaiterai qu’un
    je souhaiterai qu’un journaliste d’AP ou qu’un contributeur compétent nous établisse un compte rendu de toutes les déclarations sur les plateaux de tv et les écrits de ces harkis (sansal, daoud, sifaoui, benhabib, mehenni, etc..) vis à vis de notre religion, de notre histoire, de nos institutions, de nos symboles, de notre révolution. On verrait alors apparaitre, en mettant bout à bout tout cela, qu’il existe un véritable plan et une vrai complicité de tous ces harkis pour saper notre unité, effacer notre referents culturels et historique et tuer l’esprit algerien.
    Cela n’est ni fortuit ni anodin. Cela confirmera l’alerte de malek Bennabi lancée voilà 47 ans.

    Ce travail renseignera sur cette cinquième colonne qui profite du climat de méfiance du peuple envers sa classe politique opposante ou dirigeante, pour saper durablement tout ce qui peut encore federer les algériens: leurs valeurs patriotiques, leur histoire commune, leur révolution.
    Il est grand temps de demasquer et de neutraliser radicalement ces agitateurs intellectuels et politiques qui continuent le travail de division et de dépersonalisation laissé en chantier par fafa…

    anti-collabos
    21 juillet 2016 - 6 h 01 min

    je souhaiterai qu’un
    je souhaiterai qu’un journaliste d’AP ou qu’un contributeur compétent nous établisse un compte rendu de toutes les déclarations sur les plateaux de tv et les écrits de ces harkis (sansal, daoud, sifaoui, benhabib, mehenni, etc..) vis à vis de notre religion, de notre histoire, de nos institutions, de nos symboles, de notre révolution. On verrait alors apparaitre, en mettant bout à bout tout cela, qu’il existe un véritable plan et une vrai complicité de tous ces harkis pour saper notre unité, effacer notre referents culturels et historique et tuer l’esprit algerien.
    Cela n’est ni fortuit ni anodin. Cela confirmera l’alerte de malek Bennabi lancée voilà 47 ans.

    Ce travail renseignera sur cette cinquième colonne qui profite du climat de méfiance du peuple envers sa classe politique opposante ou dirigeante, pour saper durablement tout ce qui peut encore federer les algériens: leurs valeurs patriotiques, leur histoire commune, leur révolution.
    Il est grand temps de demasquer et de neutraliser radicalement ces agitateurs intellectuels et politiques qui continuent le travail de division et de dépersonalisation laissé en chantier par fafa…

    Prolétaire
    21 juillet 2016 - 5 h 33 min

    Le Tribunal de l’inquisition
    Le Tribunal de l’inquisition présidé par quasiment tous les Algériens fonctionne à plein régime dans notre chère patrie qu’est l’Algérie. Que Boualem Sansal, Kamel Daoud ou autre, pensent autrement, aussitôt ils sont voués aux gémonies. Dès lors qu’un Algérien sort des grilles de lecture islamo-chauvines algériennes, en adoptant donc des postulats différents, aussitôt il est lynché, accusé de toutes les trahisons. Les tobereaux d’anathèmes et d’injures remplacent l’argumentation. L’atteinte à la dignité nationale ou le blasphème sont érigés en couperets pour faire disparaître la satanée tête qui ose PENSER autrement !
    Que notre journaliste ait transformé sa plume point acérée en glaive bien aiguisée ne m’étonne guère, dans cette conjoncture impérialisto-kalifato-guerrière. Et les commentateurs ne dérogent pas à la pratique (de la chasse aux sorcières). Comme à l’époque des pires périodes noires de l’Histoire, les mêmes réactions ataviques s’emparent de nos bonnes âmes toujours promptes à s’ériger en juge de la Bonne conscience, Pensance. En guise de sentences, comme à l’époque stalinienne, les pires condamnations sont réclamées. Bannissement, déchéance de la nationalité algérienne, enfermement dans un hôpital psychiatrique. Ainsi, un Algérien ne peut sortir des sentiers battus intellectuels, mentaux tracés pour lui par notre noble Doxa nationale sans s’exposer aux accusations de Trahison. Un Algérien est NATURELLEMENT nationaliste et musulman. Il ne peut être internationaliste et athée, faute de quoi son Algerianité lui est déniée. Et on lui accolle toutes les étiquettes : Sioniste, Pro-américain, au service de la France, vendu au Maroc… Et quand la stigmatisation ne suffit pas, l’excommunication est convoquée pour parachever l’oeuvre de dénigrement. Et s’il persiste dans ses « errements », l’accusé impénitent sera passible d’une Fatwa ordonnant sa mise à mort pour le bien de la paix (tombale) algérienne.

      TheBraiN
      21 juillet 2016 - 9 h 20 min

      Que c’est drôle !!

      Que c’est drôle !!
      L’inquisition , la liberté de pensée !
      MDR
      Penser autrement ?
      MDR
      Dieudonné vous connaissez j’espère .
      Faurisson ?
      Et pourtant , eux , c’est de penser qu’il s’agit alors que pour les Daoud , Sansal et consorts , ils ne pensent même pas , ils TRAHISSENT !
      Ils se prostituent au sionisme international pour quelques Euros et une « reconnaissance » !
      Je répète !!
      Dieudonné c’est pas l’inquisition ?

      Anonymous
      21 juillet 2016 - 9 h 49 min

      Il peut sortir des sentiers
      Il peut sortir des sentiers battus c’est meme utile. Mais faire de sa specialite l’Algerie-Bashing on s’interroge. Habituellement aimer son pays et defendre son peuple meme si on n’aime pas tout le monde et qu’on adhere pas a toutt (mon cas), ca nous oblige pas a le ridiculiser a l’exterieur devant des gens qui sont deja pouvus en mepris a notre egard. Il faut etre different si on l’est naturellement. Au contraire. Mais pourquoi se croire superieur aux autres, a ceux qui n’ont pas eu sa chance en terme d’instruction ? Pourquoi ne pas expliquer chez soi son sionisme, sa facon de voir ? Pourquoi ne pas trouver des solutions ici dans le debats face a la question du terrorisme ? Pourquoi mener un debat sans contradiction dans un pays etranger qui a donne l’asile politique a tous les opposants a l’etat algerien dans ses composantes legitimes ? Un moment donne faut grandir, il faut etre rebelle certes, mais ne pas couper tous les points, sinon on n’est plus personne aussi. Et c’est un rebelle qui te le dit. La rebellion oui, si ca sert a avancer, sinon c’est du temps et des perspectives assassines…

        lyes
        21 juillet 2016 - 15 h 34 min

        « Pourquoi ne pas expliquer
        « Pourquoi ne pas expliquer chez soi son sionisme, sa facon de voir ? Pourquoi ne pas trouver des solutions ici dans le debats face a la question du terrorisme ? Pourquoi mener un debat sans contradiction dans un pays etranger »
        Encore faut-il pouvoir s’exprimer librement dans son pays.

      Anonymous
      21 juillet 2016 - 12 h 41 min

      Il y en a comme Sensal qui
      Il y en a comme Sensal qui manient à merveille la langue de Molière. Ils pourraient être des essayistes o des écrivains de haut niveau. Mais cela ne leur confère pas le droit de faire passer leurs délires pour de la haute analyse politique ou sociologique. Si ça peut les aider à haïr moins les leurs, ils peuvent aller oxygéner leurs cerveaux ailleurs.

        MELLO
        21 juillet 2016 - 13 h 33 min

        Une lecture pure et simple de
        Une lecture pure et simple de ses déclarations, nous renseigne sur le degré de maturité de ce Monsieur. Autant pour Hocine AIT AHMED des années 1963, traité de traitre à la nation, autant pour Mouloud MAMMERI , durant l’année 1980, autant pour Kateb Yacine, autant pour Mohamed Arkoun Originaire de Taourirt, en Kabylie, l’islamologue a en effet été enterré à Casablanca après sa mort survenue à Paris en 2010, à l’âge de 82 ans, «L’Algérie a préféré y aller sur la pointe des pieds pour que les autres ne la voient pas se recueillir sur l’un de ses dignes fils…», autant pour Kamel DAOUD . Toutes ces personnalités auraient pu être des sommités Algériennes sans cette cacophonie montée de toute pièce par les tenants du pouvoir , avec comme vecteur les médias à leur solde.
        De grace, ne crachez pas en haut, car …

          anonyme
          21 juillet 2016 - 15 h 00 min

          Tu dérailles grave en
          Tu dérailles grave en comparant hocine Ait-Ahmed à cette crapule de sansal. Les funérailles de notre Zaim ont prouvé à toute la planète l’estime portée par TOUT LE PEUPLE ALGERIEN à cet illustre révolutionnaire. A ce jour les algériens continuent d’aller se recueillir sur sa tombe.

          Ton écrivaillon de sansal et tes autres sommités tels Daoud, ne méritent même pas d’être enterrés sur cette terre bénie d’Algérie arrosée par le sang de millions de martyrs, insultés aujourd’hui par ces renégats.

          amal
          21 juillet 2016 - 15 h 33 min

          ne nous sort jamais ait ahmed
          ne nous sort jamais ait ahmed dans un contexte pareil … il était pour la dignité du peuple algérien et il était suffsemment intelligent pour avoir compris qu’il ne restait plus que le choix de la lutte armée pour déloger le cancer colonial. toucher à la mémoire des martyrs de la révolution devrait être sanctionnépar la peine de mort.
          sensal ne donne pas son avis, le tr** du * a tout simplement criminalisé nos héros. Car allez me dire, en quoi un criminel qui vit en france, mange en france a un toit en france … doit tout à la france, qui rentre dans une marée humaine avec un camion, aurait-il de commun avec ceux qui ont vu de leurs propres yeux des enfants de 8 ans conduits par des colons, les mains attachées par du fil de fer, pour être jetés dans un fossé? Ces enfants avait-il un autre endroit où s’enfuir? ces enfants ont accompagné leurs parents dans une démonstration en mai 45, volà ce que le colon leur reprochait! Pour que plus jamais un colon ne fasse du mal à un algéren dans son pays! et sensal est tombé sur la tête, djayéh? peut-on être nihilsme, amnésique, dilettant, dhaghyoul á ce point, juste pour se vore dans les yeux d’un journalo attentif? mas ce n’est pas lui qui plait à ce journalo, c’est ce qu’il lui raconte … ils veulent refaire le monde, l’un se croyant intéressant pour ce qu’il est et l’autre se contentant des discours d’un minable pour provoquer.
          Tfouh!

          MELLO
          21 juillet 2016 - 17 h 09 min

          J’ai suivi et lu
          J’ai suivi et lu attentivement les débats, vos remarques, vos inquiétudes et vos attentes. Je m’en suis trouvé conforté dans mes convictions :
          L’histoire est implacable, tel un cours d’eau qui suit son lit. La réalité, l’histoire ne peuvent pas dérailler. Hocine AIT AHMED mourra sans avoir à vivre une Algérie démocratique, telle qu’il l’avait imaginée. L’histoire retiendra qu’ il avait été traité de « traître à la nation » en 1964 , puis capturé et mis aux geôles. Toujours pour l’histoire, dans la période même des expéditions punitives contre les villages Kabyles ( 1947-1949) ou les patriotes étaient abattus par la milice ou bien pourchassés par la police, l’organe officiel du Cheikh Taleb-El Ibrahimi, « Bassar », qui bénéficiait de tolérance coloniale, revendiquait la suppression de la chaîne Kabyle à la radio dans un article intitulé  » Ma hadihi elura elati yuferfiruna biha  » ( qu’est ce que ce jargon que l’on murmure ).
          Les militants Kabyles devaient résister à cette jonction des racismes à titre français et à titre indigène. Pour eux l’unité, l’islam: c’est le langage de la vie, le combat libérateur, le djihad pour les dirigeants Oulémas: c’est la vie du langage; le verbiage qui occulte les intérêts des castes et justifie toutes les trahisons. A beau mentir qui vient de loin. Il s’agissait d’une véritable diversion stratégique qui, au nom de l’unité arabo-islamique a accéléré la double évolution réformiste et fascisante du mouvement indépendantiste. La direction centrale d’abord, qui confondait déjà délire de schizophrène avec les valeurs arabo-islamiques, trouva en Bellounis un auxiliaire de taille, qui après avoir insulté les Berbères, ne tardera pas à casser du fellagha avec le grade de général. A ceux qui nous demandent de ne pas réveiller de mauvais souvenirs et qui nous parlent d’unité, nous disons justement: Parlons d’histoire, parlons d’unité ! L’histoire se recommence. D’autant que les catégories petites bourgeoises d’hier président au monopole de l’Algérie d’aujourd’hui. Parlons d’unité mais pas n’importe quelle unité -c’est pour cela que pour tous les algériens la levée en masse pacifique de la Kabylie signifiait à la Charte Nationale, au parti unique, à la langue unique:  » vos pièges ne prennent plus « . Vos pièges ne prendront plus lorsqu’il n’y aura plus de Kabyle de service et lorsque toutes les autres régions d’Algérie auront réunis à leur place des contre-élites parasitaires qui agissent et sévissent en leur nom.
          Maintenant, ici, Il faut s’interroger sur ces mots, ensuite sur les faits qu’ils recouvrent et enfin tenter de reconstruire le sens de la vision qui explique leur intrusion soudaine ainsi que la poursuite de leur instrumentalisation stratégique. Sans remonter loin dans le passé, les expériences récentes ont démontré que l’instant nécessaire pour appuyer sur la gâchette ne peut suffire à comploter la déstabilisation d’une société politiquement aguerrie. Même avec le soutien d’une armature d’agitateurs, de pyromanes bien rodés et de faux démocrates à l’affût. L’impitoyable chasse à l’homme déclenchée, sans motif apparent,ne contredit pas pour autant l’existence d’un plan stratégique global. Bien au contraire, et sans en révéler les tenants et aboutissants, elle a malgré tout trahi ses objectifs politiques, psychologiques et diplomatiques immédiats. Il serait grave d’oublier le lourd tribut payé par les algériens depuis des décennies. Grave de considérer ces années de terreur et de folie comme une « simple erreur de parcours » sur laquelle il faut pudiquement tourner la page. Croire cela possible c’est insulter autant l’humanité de ce peuple que son sens politique.
          Le malheur de l’Algérie n’aurait pas été si sanglant, ni son désarroi si profond, si le choix de l’exclusion et de la violence n’avait été le fait que du pouvoir. Il se trouve que des courants au sein de la société se sont construits exclusivement sur l’apologie de l’exclusion et de la violence. Quel que soit le lourd soupçon de manipulation par le pouvoir réel qui pèse sur ces courants, il n’en demeure pas moins qu’une clarification de leur part demeure indispensable pour signifier clairement un saut qualitatif dans la formulation du sacré en politique. A chaque moment-clé de notre histoire nous avons été mis en demeure de choisir entre les instruments du politique et les illusions politiques. A chaque fois nous avons dit non aux illusions et avons mis en avant les instruments du politique.

      amal
      21 juillet 2016 - 15 h 11 min

      alors à ton avis et suivant l
      alors à ton avis et suivant l’avis des arrivistes comme sensal, il aurait fallu que l’algérien reste l’indigène et porte le joug jusqu’à la fin des temps pour te plaire. allah la iywassalkom. L’algérien a patienté 130 ans avant de casser la baraque, eh ben m**** alors, à tous ceux qui croient que la dignité de l’algérien a été un don de de gaulle.
      Ceux qui ont fait l’effort ont tout compris et ne trouvent rien à redire à notre valeureuse guerre de dératisation. el moudhi yanghath chra3.

    Prolétaire
    21 juillet 2016 - 5 h 33 min

    Le Tribunal de l’inquisition
    Le Tribunal de l’inquisition présidé par quasiment tous les Algériens fonctionne à plein régime dans notre chère patrie qu’est l’Algérie. Que Boualem Sansal, Kamel Daoud ou autre, pensent autrement, aussitôt ils sont voués aux gémonies. Dès lors qu’un Algérien sort des grilles de lecture islamo-chauvines algériennes, en adoptant donc des postulats différents, aussitôt il est lynché, accusé de toutes les trahisons. Les tobereaux d’anathèmes et d’injures remplacent l’argumentation. L’atteinte à la dignité nationale ou le blasphème sont érigés en couperets pour faire disparaître la satanée tête qui ose PENSER autrement !
    Que notre journaliste ait transformé sa plume point acérée en glaive bien aiguisée ne m’étonne guère, dans cette conjoncture impérialisto-kalifato-guerrière. Et les commentateurs ne dérogent pas à la pratique (de la chasse aux sorcières). Comme à l’époque des pires périodes noires de l’Histoire, les mêmes réactions ataviques s’emparent de nos bonnes âmes toujours promptes à s’ériger en juge de la Bonne conscience, Pensance. En guise de sentences, comme à l’époque stalinienne, les pires condamnations sont réclamées. Bannissement, déchéance de la nationalité algérienne, enfermement dans un hôpital psychiatrique. Ainsi, un Algérien ne peut sortir des sentiers battus intellectuels, mentaux tracés pour lui par notre noble Doxa nationale sans s’exposer aux accusations de Trahison. Un Algérien est NATURELLEMENT nationaliste et musulman. Il ne peut être internationaliste et athée, faute de quoi son Algerianité lui est déniée. Et on lui accolle toutes les étiquettes : Sioniste, Pro-américain, au service de la France, vendu au Maroc… Et quand la stigmatisation ne suffit pas, l’excommunication est convoquée pour parachever l’oeuvre de dénigrement. Et s’il persiste dans ses « errements », l’accusé impénitent sera passible d’une Fatwa ordonnant sa mise à mort pour le bien de la paix (tombale) algérienne.

      TheBraiN
      21 juillet 2016 - 9 h 20 min

      Que c’est drôle !!

      Que c’est drôle !!
      L’inquisition , la liberté de pensée !
      MDR
      Penser autrement ?
      MDR
      Dieudonné vous connaissez j’espère .
      Faurisson ?
      Et pourtant , eux , c’est de penser qu’il s’agit alors que pour les Daoud , Sansal et consorts , ils ne pensent même pas , ils TRAHISSENT !
      Ils se prostituent au sionisme international pour quelques Euros et une « reconnaissance » !
      Je répète !!
      Dieudonné c’est pas l’inquisition ?

      Anonymous
      21 juillet 2016 - 9 h 49 min

      Il peut sortir des sentiers
      Il peut sortir des sentiers battus c’est meme utile. Mais faire de sa specialite l’Algerie-Bashing on s’interroge. Habituellement aimer son pays et defendre son peuple meme si on n’aime pas tout le monde et qu’on adhere pas a toutt (mon cas), ca nous oblige pas a le ridiculiser a l’exterieur devant des gens qui sont deja pouvus en mepris a notre egard. Il faut etre different si on l’est naturellement. Au contraire. Mais pourquoi se croire superieur aux autres, a ceux qui n’ont pas eu sa chance en terme d’instruction ? Pourquoi ne pas expliquer chez soi son sionisme, sa facon de voir ? Pourquoi ne pas trouver des solutions ici dans le debats face a la question du terrorisme ? Pourquoi mener un debat sans contradiction dans un pays etranger qui a donne l’asile politique a tous les opposants a l’etat algerien dans ses composantes legitimes ? Un moment donne faut grandir, il faut etre rebelle certes, mais ne pas couper tous les points, sinon on n’est plus personne aussi. Et c’est un rebelle qui te le dit. La rebellion oui, si ca sert a avancer, sinon c’est du temps et des perspectives assassines…

        lyes
        21 juillet 2016 - 15 h 34 min

        « Pourquoi ne pas expliquer
        « Pourquoi ne pas expliquer chez soi son sionisme, sa facon de voir ? Pourquoi ne pas trouver des solutions ici dans le debats face a la question du terrorisme ? Pourquoi mener un debat sans contradiction dans un pays etranger »
        Encore faut-il pouvoir s’exprimer librement dans son pays.

      Anonymous
      21 juillet 2016 - 12 h 41 min

      Il y en a comme Sensal qui
      Il y en a comme Sensal qui manient à merveille la langue de Molière. Ils pourraient être des essayistes o des écrivains de haut niveau. Mais cela ne leur confère pas le droit de faire passer leurs délires pour de la haute analyse politique ou sociologique. Si ça peut les aider à haïr moins les leurs, ils peuvent aller oxygéner leurs cerveaux ailleurs.

        MELLO
        21 juillet 2016 - 13 h 33 min

        Une lecture pure et simple de
        Une lecture pure et simple de ses déclarations, nous renseigne sur le degré de maturité de ce Monsieur. Autant pour Hocine AIT AHMED des années 1963, traité de traitre à la nation, autant pour Mouloud MAMMERI , durant l’année 1980, autant pour Kateb Yacine, autant pour Mohamed Arkoun Originaire de Taourirt, en Kabylie, l’islamologue a en effet été enterré à Casablanca après sa mort survenue à Paris en 2010, à l’âge de 82 ans, «L’Algérie a préféré y aller sur la pointe des pieds pour que les autres ne la voient pas se recueillir sur l’un de ses dignes fils…», autant pour Kamel DAOUD . Toutes ces personnalités auraient pu être des sommités Algériennes sans cette cacophonie montée de toute pièce par les tenants du pouvoir , avec comme vecteur les médias à leur solde.
        De grace, ne crachez pas en haut, car …

          anonyme
          21 juillet 2016 - 15 h 00 min

          Tu dérailles grave en
          Tu dérailles grave en comparant hocine Ait-Ahmed à cette crapule de sansal. Les funérailles de notre Zaim ont prouvé à toute la planète l’estime portée par TOUT LE PEUPLE ALGERIEN à cet illustre révolutionnaire. A ce jour les algériens continuent d’aller se recueillir sur sa tombe.

          Ton écrivaillon de sansal et tes autres sommités tels Daoud, ne méritent même pas d’être enterrés sur cette terre bénie d’Algérie arrosée par le sang de millions de martyrs, insultés aujourd’hui par ces renégats.

          amal
          21 juillet 2016 - 15 h 33 min

          ne nous sort jamais ait ahmed
          ne nous sort jamais ait ahmed dans un contexte pareil … il était pour la dignité du peuple algérien et il était suffsemment intelligent pour avoir compris qu’il ne restait plus que le choix de la lutte armée pour déloger le cancer colonial. toucher à la mémoire des martyrs de la révolution devrait être sanctionnépar la peine de mort.
          sensal ne donne pas son avis, le tr** du * a tout simplement criminalisé nos héros. Car allez me dire, en quoi un criminel qui vit en france, mange en france a un toit en france … doit tout à la france, qui rentre dans une marée humaine avec un camion, aurait-il de commun avec ceux qui ont vu de leurs propres yeux des enfants de 8 ans conduits par des colons, les mains attachées par du fil de fer, pour être jetés dans un fossé? Ces enfants avait-il un autre endroit où s’enfuir? ces enfants ont accompagné leurs parents dans une démonstration en mai 45, volà ce que le colon leur reprochait! Pour que plus jamais un colon ne fasse du mal à un algéren dans son pays! et sensal est tombé sur la tête, djayéh? peut-on être nihilsme, amnésique, dilettant, dhaghyoul á ce point, juste pour se vore dans les yeux d’un journalo attentif? mas ce n’est pas lui qui plait à ce journalo, c’est ce qu’il lui raconte … ils veulent refaire le monde, l’un se croyant intéressant pour ce qu’il est et l’autre se contentant des discours d’un minable pour provoquer.
          Tfouh!

          MELLO
          21 juillet 2016 - 17 h 09 min

          J’ai suivi et lu
          J’ai suivi et lu attentivement les débats, vos remarques, vos inquiétudes et vos attentes. Je m’en suis trouvé conforté dans mes convictions :
          L’histoire est implacable, tel un cours d’eau qui suit son lit. La réalité, l’histoire ne peuvent pas dérailler. Hocine AIT AHMED mourra sans avoir à vivre une Algérie démocratique, telle qu’il l’avait imaginée. L’histoire retiendra qu’ il avait été traité de « traître à la nation » en 1964 , puis capturé et mis aux geôles. Toujours pour l’histoire, dans la période même des expéditions punitives contre les villages Kabyles ( 1947-1949) ou les patriotes étaient abattus par la milice ou bien pourchassés par la police, l’organe officiel du Cheikh Taleb-El Ibrahimi, « Bassar », qui bénéficiait de tolérance coloniale, revendiquait la suppression de la chaîne Kabyle à la radio dans un article intitulé  » Ma hadihi elura elati yuferfiruna biha  » ( qu’est ce que ce jargon que l’on murmure ).
          Les militants Kabyles devaient résister à cette jonction des racismes à titre français et à titre indigène. Pour eux l’unité, l’islam: c’est le langage de la vie, le combat libérateur, le djihad pour les dirigeants Oulémas: c’est la vie du langage; le verbiage qui occulte les intérêts des castes et justifie toutes les trahisons. A beau mentir qui vient de loin. Il s’agissait d’une véritable diversion stratégique qui, au nom de l’unité arabo-islamique a accéléré la double évolution réformiste et fascisante du mouvement indépendantiste. La direction centrale d’abord, qui confondait déjà délire de schizophrène avec les valeurs arabo-islamiques, trouva en Bellounis un auxiliaire de taille, qui après avoir insulté les Berbères, ne tardera pas à casser du fellagha avec le grade de général. A ceux qui nous demandent de ne pas réveiller de mauvais souvenirs et qui nous parlent d’unité, nous disons justement: Parlons d’histoire, parlons d’unité ! L’histoire se recommence. D’autant que les catégories petites bourgeoises d’hier président au monopole de l’Algérie d’aujourd’hui. Parlons d’unité mais pas n’importe quelle unité -c’est pour cela que pour tous les algériens la levée en masse pacifique de la Kabylie signifiait à la Charte Nationale, au parti unique, à la langue unique:  » vos pièges ne prennent plus « . Vos pièges ne prendront plus lorsqu’il n’y aura plus de Kabyle de service et lorsque toutes les autres régions d’Algérie auront réunis à leur place des contre-élites parasitaires qui agissent et sévissent en leur nom.
          Maintenant, ici, Il faut s’interroger sur ces mots, ensuite sur les faits qu’ils recouvrent et enfin tenter de reconstruire le sens de la vision qui explique leur intrusion soudaine ainsi que la poursuite de leur instrumentalisation stratégique. Sans remonter loin dans le passé, les expériences récentes ont démontré que l’instant nécessaire pour appuyer sur la gâchette ne peut suffire à comploter la déstabilisation d’une société politiquement aguerrie. Même avec le soutien d’une armature d’agitateurs, de pyromanes bien rodés et de faux démocrates à l’affût. L’impitoyable chasse à l’homme déclenchée, sans motif apparent,ne contredit pas pour autant l’existence d’un plan stratégique global. Bien au contraire, et sans en révéler les tenants et aboutissants, elle a malgré tout trahi ses objectifs politiques, psychologiques et diplomatiques immédiats. Il serait grave d’oublier le lourd tribut payé par les algériens depuis des décennies. Grave de considérer ces années de terreur et de folie comme une « simple erreur de parcours » sur laquelle il faut pudiquement tourner la page. Croire cela possible c’est insulter autant l’humanité de ce peuple que son sens politique.
          Le malheur de l’Algérie n’aurait pas été si sanglant, ni son désarroi si profond, si le choix de l’exclusion et de la violence n’avait été le fait que du pouvoir. Il se trouve que des courants au sein de la société se sont construits exclusivement sur l’apologie de l’exclusion et de la violence. Quel que soit le lourd soupçon de manipulation par le pouvoir réel qui pèse sur ces courants, il n’en demeure pas moins qu’une clarification de leur part demeure indispensable pour signifier clairement un saut qualitatif dans la formulation du sacré en politique. A chaque moment-clé de notre histoire nous avons été mis en demeure de choisir entre les instruments du politique et les illusions politiques. A chaque fois nous avons dit non aux illusions et avons mis en avant les instruments du politique.

      amal
      21 juillet 2016 - 15 h 11 min

      alors à ton avis et suivant l
      alors à ton avis et suivant l’avis des arrivistes comme sensal, il aurait fallu que l’algérien reste l’indigène et porte le joug jusqu’à la fin des temps pour te plaire. allah la iywassalkom. L’algérien a patienté 130 ans avant de casser la baraque, eh ben m**** alors, à tous ceux qui croient que la dignité de l’algérien a été un don de de gaulle.
      Ceux qui ont fait l’effort ont tout compris et ne trouvent rien à redire à notre valeureuse guerre de dératisation. el moudhi yanghath chra3.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.