Hadjar n’exclut pas la privatisation des cités universitaires

Abdelkader Hadjar. New Press

Le ministre de l’Enseignement supérieur a indiqué que son département s’acheminait vers l’annulation des inscriptions préliminaires lors des prochaines rentrées universitaires. Il a ajouté, dans un entretien au journal arabophone Echorouk, qu’en prévision de cet abandon de la préinscription, le nombre de choix pour les nouveaux détenteurs du baccalauréat a été réduit à six, cette année. «Nous œuvrons à annuler toutes ces étapes année après année pour aboutir à une inscription directe», a expliqué Abdelkader Hadjar, ajoutant que cette démarche sera accompagnée par une étude prospective dont les conclusions «permettront à l’étudiant d’opter lui-même pour la filière de son choix». Le ministre a critiqué l’idée reçue selon laquelle certaines filières seraient plus intéressantes que d’autres, assurant que chaque spécialité a «ses propres avantages».

Abdelkader Hadjar a expliqué que l’Etat «veut alléger le poids» sur certaines universités qui connaissent une grande concentration d’étudiants, notamment dans les grandes villes. Pour cela, il préconise le transfert de certaines filières très demandées vers des universités situées hors des grands centres urbains.

A une question sur la gestion des œuvres universitaires, sujettes à moult critiques, le ministre de l’Enseignement supérieur a souligné la nécessité de «rationnaliser» les dépenses «vu le contexte économique qui prévaut dans le pays». Abdelkader Hadjar n’évoque pas des mesures d’austérité, mais il critique sévèrement l’«absence de gestion et de clairvoyance» et «les réflexes hérités au fil des années» qui ont réduit substantiellement la qualité des prestations offertes aux étudiants. «Nous viderons les cités universitaires de leurs occupants qui auront refait l’année plus d’une fois», a précisé le ministre, qui a expliqué que cette mesure s’appliquera aux universités également. Les étudiants seront donc expulsés s’ils ne réussissent pas la même année deux fois de suite.

Abdelkader Hadjar, qui a révélé que le prix du transport universitaire sera revu à la hausse, a noté que «les chiffres montrent qu’un grand nombre d’étudiants ont terminé leurs études mais continuent d’être hébergés à la cité universitaire». Il impute cette aberration à la «complaisance» des responsables au sein de ces cités, estimant que si ces dernières étaient gérées par des privés, de telles anomalies ne se produiraient pas. Le ministre insinue-t-il que les cités universitaires seraient en voie d’être privatisées ? Sa réponse le laisse entendre : «Nous dévoilerons le moment venu les moyens à même d’assurer une meilleure efficacité dans la gestion des œuvres universitaires», a-t-il dit.

Au sujet de l’absence de villes universitaires en Algérie, Abdelkader Hadjar a affirmé que notre modèle social empêche le développement de tels espaces, «car, a-t-il expliqué, la gratuité de l’enseignement [en Algérie] est un principe sacré et inaliénable». Le ministre a, d’ailleurs, démenti l’ouverture d’universités privées par des hommes d’affaires. «Je refuse d’aborder ce sujet, car tout cela n’est que pure affabulation».

Sarah L.

Comment (40)

    Anonyme
    20 juillet 2016 - 16 h 36 min

    Faute de marchés publics
    Faute de marchés publics juteux à offrir aux amis et aux coquins, le clan au pouvoir racle les tiroirs pour maintenir la saignée du trésor. Donc le bradage des œuvres universitaires, des entreprises d’état, des biens immobiliers des collectivités locales et la privatisation de l’enseignement et des hôpitaux ne font que commencer. Le peuple en observateur passif est exclu du festin. Même les petits beneficiares de l’Ansej vont être forcés à rembourser.




    0



    0
    Anonyme
    20 juillet 2016 - 16 h 36 min

    Faute de marchés publics
    Faute de marchés publics juteux à offrir aux amis et aux coquins, le clan au pouvoir racle les tiroirs pour maintenir la saignée du trésor. Donc le bradage des œuvres universitaires, des entreprises d’état, des biens immobiliers des collectivités locales et la privatisation de l’enseignement et des hôpitaux ne font que commencer. Le peuple en observateur passif est exclu du festin. Même les petits beneficiares de l’Ansej vont être forcés à rembourser.




    0



    0
    Rachid
    20 juillet 2016 - 14 h 10 min

    Ne soyez pas « choqués » si un
    Ne soyez pas « choqués » si un jour ils privatiseront meme l’air que nous respiront pourtant donné gratuitement par Dieu. On aura alors « UNE TAXE RESPIRATOIRE » car on est en crise d’ashme. Mais comme on ne fait que manger on pourra s’offrir le luxe de ne repirer que 2 fois par semaine. Alors a la privatisation suivante qui sera certainement la population. Comme dans un marché de bétail, on pourra acheter, au plus offrant, 50 hommes et 50 femmes etc.




    0



    0
    Rachid
    20 juillet 2016 - 14 h 10 min

    Ne soyez pas « choqués » si un
    Ne soyez pas « choqués » si un jour ils privatiseront meme l’air que nous respiront pourtant donné gratuitement par Dieu. On aura alors « UNE TAXE RESPIRATOIRE » car on est en crise d’ashme. Mais comme on ne fait que manger on pourra s’offrir le luxe de ne repirer que 2 fois par semaine. Alors a la privatisation suivante qui sera certainement la population. Comme dans un marché de bétail, on pourra acheter, au plus offrant, 50 hommes et 50 femmes etc.




    0



    0
    Anonymous
    20 juillet 2016 - 13 h 17 min

    Un plan stratégique
    Un plan stratégique diabolique de privatisation, et de stabilisation(neutralisation), à long terme de l’université qui s’exécute par étapes discrètes, et secrètes dans l’habituelle opacité,
    L’assurance, et les démentis habituelles, …..uniquement pour la consommation locale:

    Vider, et dés-idéologiser l’université de ses élites pensantes, oppositions dans les campus universitaires,
    Pour ne laisser que de la médiocrité dénuée de toute pensée – conscience du peuple – qui se noient dans les faux problèmes du court terme – hébergements, nourritures, transports;….. –

    Former les futures élites bureaucrates fonctionnaires-robots de l’administration algérienne – technocrates –
    qui, uniquement, exécutent , …..
    Et ne pensent pas – ne raisonnent pas –
    (sous entendre qui ne créent pas des problèmes d’ordre politique,économique, social,…pour le pays, et pour ses dirigeants, et leurs héritiers-progénitures….?!
    – une neutralisation politique d’une force sociale non négligeable (de plus de 1 000 000 d’étudiants),
    …..et un créneau juteux de consommateurs (étudiants nombreux), pour les barons-clients mafieux dans l’état
    ….et de sur-profits pour la Mafia-cliente gérante des cités, Caterings,transports, (par centaines de milliards D.A)




    0



    0
    Anonymous
    20 juillet 2016 - 13 h 17 min

    Un plan stratégique
    Un plan stratégique diabolique de privatisation, et de stabilisation(neutralisation), à long terme de l’université qui s’exécute par étapes discrètes, et secrètes dans l’habituelle opacité,
    L’assurance, et les démentis habituelles, …..uniquement pour la consommation locale:

    Vider, et dés-idéologiser l’université de ses élites pensantes, oppositions dans les campus universitaires,
    Pour ne laisser que de la médiocrité dénuée de toute pensée – conscience du peuple – qui se noient dans les faux problèmes du court terme – hébergements, nourritures, transports;….. –

    Former les futures élites bureaucrates fonctionnaires-robots de l’administration algérienne – technocrates –
    qui, uniquement, exécutent , …..
    Et ne pensent pas – ne raisonnent pas –
    (sous entendre qui ne créent pas des problèmes d’ordre politique,économique, social,…pour le pays, et pour ses dirigeants, et leurs héritiers-progénitures….?!
    – une neutralisation politique d’une force sociale non négligeable (de plus de 1 000 000 d’étudiants),
    …..et un créneau juteux de consommateurs (étudiants nombreux), pour les barons-clients mafieux dans l’état
    ….et de sur-profits pour la Mafia-cliente gérante des cités, Caterings,transports, (par centaines de milliards D.A)




    0



    0
    Anonymous
    20 juillet 2016 - 8 h 25 min

    Privatiser les cités U,
    Privatiser les cités U, verser directement les ressources aux étudiants, en exclure ceux dont les parents ont les moyens et les étudiants carriéristes, séparer les oeuvres de leurs parasites de ces 20 dernières années:les organisations estudiantines satellites des partis politiques.C’est simple, clair, édident mais ca demande du courage politique




    0



    0
    Anonymous
    20 juillet 2016 - 8 h 25 min

    Privatiser les cités U,
    Privatiser les cités U, verser directement les ressources aux étudiants, en exclure ceux dont les parents ont les moyens et les étudiants carriéristes, séparer les oeuvres de leurs parasites de ces 20 dernières années:les organisations estudiantines satellites des partis politiques.C’est simple, clair, édident mais ca demande du courage politique




    0



    0
    Anonymous
    19 juillet 2016 - 22 h 39 min

    Privatisé l université c
    Privatisé l université c ouvrir les portes aux bantitisme .qui bzneficira de cet établissement c l oligarchie sans état d âme donc a vous de devinez la suite




    0



    0
    Anonymous
    19 juillet 2016 - 22 h 39 min

    Privatisé l université c
    Privatisé l université c ouvrir les portes aux bantitisme .qui bzneficira de cet établissement c l oligarchie sans état d âme donc a vous de devinez la suite




    0



    0
    Laetizia
    19 juillet 2016 - 21 h 50 min

    alors on construit des
    alors on construit des logements sociaux à tour de bras et une mosquée gigantesque pour prier de plus près et en prime on jette les étudiants à la rue? on les livre à des affairistes sans scrupules ? c’est vraiment la pire connerie que j’ai pu lire ces dernières heures ! Monsieur le ministre, dans les pays qui se respectent on chouchoute les étudiants ils sont la sève du pays! la solution n’est pas de les donner en pâture à des amateurs des bricoleurs voire des repris de justice (comme vous l’avez fait pour les transports en commun) mais d’organiser les conditions d’accueil des jeunes gens de façon optimale quitte à augmenter raisonnablement le prix des prestations! Nous avons besoin d’un domaine public fort ! avez vous au moins étudié la question en profondeur ? ou bien sont-ce vos copains islamistes qui vous pressent de privatiser tout ce qui bouge ?
    NON NON et NON A LA PRIVATISATION SAUVAGE DE L’ALGÉRIE !!!!!




    0



    0
    Laetizia
    19 juillet 2016 - 21 h 50 min

    alors on construit des
    alors on construit des logements sociaux à tour de bras et une mosquée gigantesque pour prier de plus près et en prime on jette les étudiants à la rue? on les livre à des affairistes sans scrupules ? c’est vraiment la pire connerie que j’ai pu lire ces dernières heures ! Monsieur le ministre, dans les pays qui se respectent on chouchoute les étudiants ils sont la sève du pays! la solution n’est pas de les donner en pâture à des amateurs des bricoleurs voire des repris de justice (comme vous l’avez fait pour les transports en commun) mais d’organiser les conditions d’accueil des jeunes gens de façon optimale quitte à augmenter raisonnablement le prix des prestations! Nous avons besoin d’un domaine public fort ! avez vous au moins étudié la question en profondeur ? ou bien sont-ce vos copains islamistes qui vous pressent de privatiser tout ce qui bouge ?
    NON NON et NON A LA PRIVATISATION SAUVAGE DE L’ALGÉRIE !!!!!




    0



    0
    Anonymous
    19 juillet 2016 - 18 h 26 min

    Nos étudiants sont les élites
    Nos étudiants sont les élites du pays,ils sont la relève,ils n’ont jamais réclamé quoi que ce soit,ils crêchent dans les cités U dans des conditions extrêmes,pas de chauffage en hiver dans des chambres insalubres,la surcharge du nombre de locataires,le manque d’eau et d’hygiène dans les salles d’eau,le bruit,la faim oui nos étudiants crèvent de faim car les repas ne sont pas consistants pour cette jeunesse en pleine croissance ,une fois sortis des cours le soir ,ils sont tellement fatigués qu’ils n’osent pas affronter l’interminable chaine du resto,alors ils s’endorment avec le ventre vide mais la tête pleine !Alors SVP,un peu de respect pour nos enfants et encouragez les à tenir le coup ,ils sont loin de leur domicile et de leur parents ,et ils veulent réussir !




    0



    0
    Anonymous
    19 juillet 2016 - 18 h 26 min

    Nos étudiants sont les élites
    Nos étudiants sont les élites du pays,ils sont la relève,ils n’ont jamais réclamé quoi que ce soit,ils crêchent dans les cités U dans des conditions extrêmes,pas de chauffage en hiver dans des chambres insalubres,la surcharge du nombre de locataires,le manque d’eau et d’hygiène dans les salles d’eau,le bruit,la faim oui nos étudiants crèvent de faim car les repas ne sont pas consistants pour cette jeunesse en pleine croissance ,une fois sortis des cours le soir ,ils sont tellement fatigués qu’ils n’osent pas affronter l’interminable chaine du resto,alors ils s’endorment avec le ventre vide mais la tête pleine !Alors SVP,un peu de respect pour nos enfants et encouragez les à tenir le coup ,ils sont loin de leur domicile et de leur parents ,et ils veulent réussir !




    0



    0
    Anonymous
    19 juillet 2016 - 17 h 41 min

    Hadjar n’exclut pas la
    Hadjar n’exclut pas la privatisation des cités universitaires, ……et demain,….. ça sera le tour….. des universités,
    « Vive la nouvelle bourgeoisie ostentatoirement riche, et incompétente,et,…..le plus grave,…..corrompue,…..?! »




    0



    0
    Anonymous
    19 juillet 2016 - 17 h 41 min

    Hadjar n’exclut pas la
    Hadjar n’exclut pas la privatisation des cités universitaires, ……et demain,….. ça sera le tour….. des universités,
    « Vive la nouvelle bourgeoisie ostentatoirement riche, et incompétente,et,…..le plus grave,…..corrompue,…..?! »




    0



    0
    UNKNOW
    19 juillet 2016 - 15 h 53 min

    Ce que nous devons savoir, c
    Ce que nous devons savoir, c’est le coût de revient de chaque étudiant. Il n’y a qu’à comptabiliser les investissements en structures universitaires dignes de ce nom, la masse salariale des professeurs, assistants, , la masse salariale des personnels administratifs, le coût des acquisitions de livres et autres outils pédagogiques, ; enfin, les bourses d’étudiants et des doctorants, les oeuvres universitaires en général ( Resto U, cités, transsports, etc.)
    En 1970, chaque étudiant coûtait au peuple algérien 100 000 dinars, soit plus de 10 fois le salaire d’un manoeuvre!!!
    Les solutions que préconisent le ministre sont un autre moyen de sélection, certes, mais, qu’il essaie seulement de mettre de la concurrence dans la régie des transport, ou de l’intendance… Il sera immédiatement éjecté




    0



    0
    UNKNOW
    19 juillet 2016 - 15 h 53 min

    Ce que nous devons savoir, c
    Ce que nous devons savoir, c’est le coût de revient de chaque étudiant. Il n’y a qu’à comptabiliser les investissements en structures universitaires dignes de ce nom, la masse salariale des professeurs, assistants, , la masse salariale des personnels administratifs, le coût des acquisitions de livres et autres outils pédagogiques, ; enfin, les bourses d’étudiants et des doctorants, les oeuvres universitaires en général ( Resto U, cités, transsports, etc.)
    En 1970, chaque étudiant coûtait au peuple algérien 100 000 dinars, soit plus de 10 fois le salaire d’un manoeuvre!!!
    Les solutions que préconisent le ministre sont un autre moyen de sélection, certes, mais, qu’il essaie seulement de mettre de la concurrence dans la régie des transport, ou de l’intendance… Il sera immédiatement éjecté




    0



    0
    Anonymous
    19 juillet 2016 - 14 h 59 min

    ce type là il y a quelques
    ce type là il y a quelques années faisait les gros bras du FLN socialiste baathiste puis wahabiste de Belkhadem pour persécuter au coup de poing , toute opinion libérale surtout dans les milieux savants des profs universitaires et intellectuels algérois … et aujourd’hui comme ministre , il vient jouer au néo-conservateur qui a reçu la Révélation Capitaliste pour vendre les Cités U … Ahurissant !!




    0



    0
    Anonymous
    19 juillet 2016 - 14 h 59 min

    ce type là il y a quelques
    ce type là il y a quelques années faisait les gros bras du FLN socialiste baathiste puis wahabiste de Belkhadem pour persécuter au coup de poing , toute opinion libérale surtout dans les milieux savants des profs universitaires et intellectuels algérois … et aujourd’hui comme ministre , il vient jouer au néo-conservateur qui a reçu la Révélation Capitaliste pour vendre les Cités U … Ahurissant !!




    0



    0
    MELLO
    19 juillet 2016 - 14 h 53 min

    Soyons raisonnables et
    Soyons raisonnables et pragmatiques, car depuis les années 60 le repas coûtait 1.20 DA et les chambres de cité U. offertes avec une petite participation, mais la chambre était suspendues l’étudiant refait , deux fois, son année.. Avec ce système, de prise en charge, on fait des étudiants de purs assistés. Ajouter ce transport universitaire, pratiquement gratuit .
    Si , je dis bien si, le Ministère s’accorde à attribuer le montant réel de 18 000 DA ( charges réelles pour chaque étudiant) à chaque étudiant, celui ci se comportera en vrai responsable de son mode de vie, Il réglera lui même les montants, annuel, de la chambre, de la nourriture et du transport; alors la qualité des prestations ne seront que meilleures. La restauration et la sécurité , au sein des C.U. peuvent être élaguées au privé.
    De plus, au lieu de privatiser les C.U. , l’Etat peut autoriser des privés à construire des bâtiments (chambres étudiants) aux environs des Universités. Le choix de l’étudiant ne sera que plus large.
    Quant à l’accès aux Universités, il serait plus judicieux, d’organiser directement des concours d’accès (le nombre de places pédagogiques étant connu d’avance) à l’ensemble des bacheliers qui choisiront eux-mêmes leur faculté.
    “Etudie, non pour savoir plus, mais pour savoir mieux. ”
    “Le savoir est porteur de responsabilité.”
    “Il vaut mieux savoir tout chercher que chercher à tout savoir. ”
    “On peut savoir sans être intelligent, mais on ne peut être intelligent sans savoir.”
    “Savoir ce que tout le monde sait, c’est ne rien savoir. Le savoir commence là où commence ce que le monde ignore.”




    0



    0
    MELLO
    19 juillet 2016 - 14 h 53 min

    Soyons raisonnables et
    Soyons raisonnables et pragmatiques, car depuis les années 60 le repas coûtait 1.20 DA et les chambres de cité U. offertes avec une petite participation, mais la chambre était suspendues l’étudiant refait , deux fois, son année.. Avec ce système, de prise en charge, on fait des étudiants de purs assistés. Ajouter ce transport universitaire, pratiquement gratuit .
    Si , je dis bien si, le Ministère s’accorde à attribuer le montant réel de 18 000 DA ( charges réelles pour chaque étudiant) à chaque étudiant, celui ci se comportera en vrai responsable de son mode de vie, Il réglera lui même les montants, annuel, de la chambre, de la nourriture et du transport; alors la qualité des prestations ne seront que meilleures. La restauration et la sécurité , au sein des C.U. peuvent être élaguées au privé.
    De plus, au lieu de privatiser les C.U. , l’Etat peut autoriser des privés à construire des bâtiments (chambres étudiants) aux environs des Universités. Le choix de l’étudiant ne sera que plus large.
    Quant à l’accès aux Universités, il serait plus judicieux, d’organiser directement des concours d’accès (le nombre de places pédagogiques étant connu d’avance) à l’ensemble des bacheliers qui choisiront eux-mêmes leur faculté.
    “Etudie, non pour savoir plus, mais pour savoir mieux. ”
    “Le savoir est porteur de responsabilité.”
    “Il vaut mieux savoir tout chercher que chercher à tout savoir. ”
    “On peut savoir sans être intelligent, mais on ne peut être intelligent sans savoir.”
    “Savoir ce que tout le monde sait, c’est ne rien savoir. Le savoir commence là où commence ce que le monde ignore.”




    0



    0
    selecto
    19 juillet 2016 - 14 h 11 min

    La bande de traitres et d
    La bande de traitres et d’escrocs, ils vendent l’Algérie au dinar symbolique entre eux.




    0



    0
    selecto
    19 juillet 2016 - 14 h 11 min

    La bande de traitres et d
    La bande de traitres et d’escrocs, ils vendent l’Algérie au dinar symbolique entre eux.




    0



    0
    Anonymous
    19 juillet 2016 - 14 h 05 min

    Privatiser les universités, c
    Privatiser les universités, c’est exclure les gens aux revenus moyens et pauvres des études. Quel progrès




    0



    0
    Anonymous
    19 juillet 2016 - 14 h 05 min

    Privatiser les universités, c
    Privatiser les universités, c’est exclure les gens aux revenus moyens et pauvres des études. Quel progrès




    0



    0
    salim samai
    19 juillet 2016 - 13 h 47 min

    Ma chambre valait 40 DA et
    Ma chambre valait 40 DA et mon repas 1,20 DA. Ce sont toujours les memes Prix á ma connaissance! Tant mieux bien qu´il faille mieux gerer et adapter.
    Absolument d´accord avec un CONTROLE de l´ETAT…siinon c´est la jungle et l´INJUSTICE, source de toutes les TENSIONS!!

    AUCUN DROIT N`EST PLUS FONDAMENTAL que le droit á l´Instruction GRATUITE garantie par l´Etat á chaque coitoyen Algerien, Zaouali ou Ghani! Sinon, on retombe dans l´injustice en Angleterre,, en Amerique Latine, aux USA et bizarre et Incroyable dans les pays anglophones Africains.




    0



    0
    salim samai
    19 juillet 2016 - 13 h 47 min

    Ma chambre valait 40 DA et
    Ma chambre valait 40 DA et mon repas 1,20 DA. Ce sont toujours les memes Prix á ma connaissance! Tant mieux bien qu´il faille mieux gerer et adapter.
    Absolument d´accord avec un CONTROLE de l´ETAT…siinon c´est la jungle et l´INJUSTICE, source de toutes les TENSIONS!!

    AUCUN DROIT N`EST PLUS FONDAMENTAL que le droit á l´Instruction GRATUITE garantie par l´Etat á chaque coitoyen Algerien, Zaouali ou Ghani! Sinon, on retombe dans l´injustice en Angleterre,, en Amerique Latine, aux USA et bizarre et Incroyable dans les pays anglophones Africains.




    0



    0
    Anonymous
    19 juillet 2016 - 11 h 03 min

    Céder les nouvelles cités
    Céder les nouvelles cités universitaires – à vil prix (bradage) – à des nouveaux « clients alliés », riches illégaux, Ilégitimes,
    Qui ont détourné, et voler l’argent du peuple avec la complicité des institutions volontairement paralysées, et Neutralisées de l’état algérien

    Où est la Justice ?, et où est la Cour des Comptes ? dans ces affaires




    0



    0
    Anonymous
    19 juillet 2016 - 11 h 03 min

    Céder les nouvelles cités
    Céder les nouvelles cités universitaires – à vil prix (bradage) – à des nouveaux « clients alliés », riches illégaux, Ilégitimes,
    Qui ont détourné, et voler l’argent du peuple avec la complicité des institutions volontairement paralysées, et Neutralisées de l’état algérien

    Où est la Justice ?, et où est la Cour des Comptes ? dans ces affaires




    0



    0
    Algérie Authentique
    19 juillet 2016 - 9 h 24 min

    quoi ? privatiser les cités
    quoi ? privatiser les cités universitaires ? dans aucun pays au monde ça ne s’est vu! alors maintenant que vous avez tout dilapidé vous voulez céder le reste des biens publics à des voyous ? wallah ma tehchmou! les cités universitaires c’est fait pour les gesn qui n’ont pas de logement près de l’université c’est pas fait pour faire du bizness ! c’est grave ce que vous dites là très grave ! qui sera garant de la salubrité de ces lieux déjà aujourd’hui c’est dans un état déplorable ???? alors si un clampin boudinar met la main dessus il pourra en faire ce qu’il,veut inviter des cheikhs arabes venir chercher le 24 e épouse ou faire pire sur les lieux mêmes ! attention à ce que vous faites on ne vous laissera pas faire la connerie ultime ! attention aux limites à ne pas franchir c’est très grave ce que vous dites!!!!!




    0



    0
    Algérie Authentique
    19 juillet 2016 - 9 h 24 min

    quoi ? privatiser les cités
    quoi ? privatiser les cités universitaires ? dans aucun pays au monde ça ne s’est vu! alors maintenant que vous avez tout dilapidé vous voulez céder le reste des biens publics à des voyous ? wallah ma tehchmou! les cités universitaires c’est fait pour les gesn qui n’ont pas de logement près de l’université c’est pas fait pour faire du bizness ! c’est grave ce que vous dites là très grave ! qui sera garant de la salubrité de ces lieux déjà aujourd’hui c’est dans un état déplorable ???? alors si un clampin boudinar met la main dessus il pourra en faire ce qu’il,veut inviter des cheikhs arabes venir chercher le 24 e épouse ou faire pire sur les lieux mêmes ! attention à ce que vous faites on ne vous laissera pas faire la connerie ultime ! attention aux limites à ne pas franchir c’est très grave ce que vous dites!!!!!




    0



    0
    TheBraiN
    19 juillet 2016 - 9 h 20 min

    Est-ce un ministre ça ?

    Est-ce un ministre ça ?
    Comment privatiser un « machin » non-rentable ?
    Ou alors vont-ils subventionner et l’étudiant et le nouveau « concessionnaire » de ces cités ?




    0



    0
    TheBraiN
    19 juillet 2016 - 9 h 20 min

    Est-ce un ministre ça ?

    Est-ce un ministre ça ?
    Comment privatiser un « machin » non-rentable ?
    Ou alors vont-ils subventionner et l’étudiant et le nouveau « concessionnaire » de ces cités ?




    0



    0
    Anonymous
    19 juillet 2016 - 8 h 58 min

    Entièrement d’accord avec
    Entièrement d’accord avec vous Ghost. Supprimer définitivement les stages et non les geler. Je le dis et je le répète et j’en parle en connaissance de cause savez vous que des enseignants ont bénéficié de stage pendant + de 30 ans et ont pris leur retraite en qualité de maître assistant alors qu’ils étaient censés finir leur carrière au grade de professeur émérite. Quant à l’année sabbatique c’est plutôt l’année sympathique pour certains professeurs qui ne passent que deux mois à l’étranger. On appelle cela un trafic de devises et tout cela est connu des responsables du secteur. Beaucoup de choses sont à revoir dans la gestion des universités à commencer par le niveau de formation de certains cadres, leur probité …….Monsieur HADJAR vous avez du pain sur la planche.




    0



    0
    Anonymous
    19 juillet 2016 - 8 h 58 min

    Entièrement d’accord avec
    Entièrement d’accord avec vous Ghost. Supprimer définitivement les stages et non les geler. Je le dis et je le répète et j’en parle en connaissance de cause savez vous que des enseignants ont bénéficié de stage pendant + de 30 ans et ont pris leur retraite en qualité de maître assistant alors qu’ils étaient censés finir leur carrière au grade de professeur émérite. Quant à l’année sabbatique c’est plutôt l’année sympathique pour certains professeurs qui ne passent que deux mois à l’étranger. On appelle cela un trafic de devises et tout cela est connu des responsables du secteur. Beaucoup de choses sont à revoir dans la gestion des universités à commencer par le niveau de formation de certains cadres, leur probité …….Monsieur HADJAR vous avez du pain sur la planche.




    0



    0
    ghost
    19 juillet 2016 - 8 h 18 min

    la privatisation des cités
    la privatisation des cités universitaire (restauration, transport, etc) est une très bonne chose car les étudiants ne bénéficient que de miettes. le gel de l’année sabbatique est également est une excellente décision, le meilleur des prof passe au max. 3 mois en France sur une année. il faut aussi geler les stages d’un mois pour les enseignants de rang magistral car pour ces derniers se sont des vacances (aucune rentabilité scientifique ou pédagogique et c’est vérifiable).




    0



    0
      Lemdigouti
      19 juillet 2016 - 13 h 32 min

      Les copains et les….coquins
      Les copains et les….coquins…. c’est ça nos universités ; celles qui offrent séjours et vacances à l’étranger sans rien en retour ; et tu le dis si bien :  » aucune rentabilité scientifique ou pédagogique ».
      D’autre part pour les cités universitaires il y a à boire et à manger. D’un côté 40 DA de loyer/mensuel et un repas à 1,20 DA depuis plus de 50 ans sans aucune augmentation. Le tout agrémenté d’un budget colossal alloué en augmentation chaque année à l’Office National des Œuvres Universitaires et ce en milliards de milliards de DA (bourses comprises). Malgré ces chiffres l’étudiant algérien reste en deçà des critères de classement en matière de besoins en logement, nourriture, activités culturelles et sportives.
      Pour ce point précis notre député surnommé « SPÉCIFIQUE » a justement répondu à Mr HADJAR en disant :  » donnez à chaque étudiant sa part de l’immense budget et laisser les se débrouiller avec ».
      Je parie que chaque étudiant aura le loisir de vivre convenablement durant sa scolarité avec l’assurance d’avoir en plus son argent de poche, les cités et restaurants universitaires jetant l’argent par les fenêtres pour que celui ci tombe dans les poubelles transformé en restes de nourriture composite.




      0



      0
    ghost
    19 juillet 2016 - 8 h 18 min

    la privatisation des cités
    la privatisation des cités universitaire (restauration, transport, etc) est une très bonne chose car les étudiants ne bénéficient que de miettes. le gel de l’année sabbatique est également est une excellente décision, le meilleur des prof passe au max. 3 mois en France sur une année. il faut aussi geler les stages d’un mois pour les enseignants de rang magistral car pour ces derniers se sont des vacances (aucune rentabilité scientifique ou pédagogique et c’est vérifiable).




    0



    0
      Lemdigouti
      19 juillet 2016 - 13 h 32 min

      Les copains et les….coquins
      Les copains et les….coquins…. c’est ça nos universités ; celles qui offrent séjours et vacances à l’étranger sans rien en retour ; et tu le dis si bien :  » aucune rentabilité scientifique ou pédagogique ».
      D’autre part pour les cités universitaires il y a à boire et à manger. D’un côté 40 DA de loyer/mensuel et un repas à 1,20 DA depuis plus de 50 ans sans aucune augmentation. Le tout agrémenté d’un budget colossal alloué en augmentation chaque année à l’Office National des Œuvres Universitaires et ce en milliards de milliards de DA (bourses comprises). Malgré ces chiffres l’étudiant algérien reste en deçà des critères de classement en matière de besoins en logement, nourriture, activités culturelles et sportives.
      Pour ce point précis notre député surnommé « SPÉCIFIQUE » a justement répondu à Mr HADJAR en disant :  » donnez à chaque étudiant sa part de l’immense budget et laisser les se débrouiller avec ».
      Je parie que chaque étudiant aura le loisir de vivre convenablement durant sa scolarité avec l’assurance d’avoir en plus son argent de poche, les cités et restaurants universitaires jetant l’argent par les fenêtres pour que celui ci tombe dans les poubelles transformé en restes de nourriture composite.




      0



      0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.