Hadjar n’exclut pas la privatisation des cités universitaires

Abdelkader Hadjar. New Press

Le ministre de l’Enseignement supérieur a indiqué que son département s’acheminait vers l’annulation des inscriptions préliminaires lors des prochaines rentrées universitaires. Il a ajouté, dans un entretien au journal arabophone Echorouk, qu’en prévision de cet abandon de la préinscription, le nombre de choix pour les nouveaux détenteurs du baccalauréat a été réduit à six, cette année. «Nous œuvrons à annuler toutes ces étapes année après année pour aboutir à une inscription directe», a expliqué Abdelkader Hadjar, ajoutant que cette démarche sera accompagnée par une étude prospective dont les conclusions «permettront à l’étudiant d’opter lui-même pour la filière de son choix». Le ministre a critiqué l’idée reçue selon laquelle certaines filières seraient plus intéressantes que d’autres, assurant que chaque spécialité a «ses propres avantages».

Abdelkader Hadjar a expliqué que l’Etat «veut alléger le poids» sur certaines universités qui connaissent une grande concentration d’étudiants, notamment dans les grandes villes. Pour cela, il préconise le transfert de certaines filières très demandées vers des universités situées hors des grands centres urbains.

A une question sur la gestion des œuvres universitaires, sujettes à moult critiques, le ministre de l’Enseignement supérieur a souligné la nécessité de «rationnaliser» les dépenses «vu le contexte économique qui prévaut dans le pays». Abdelkader Hadjar n’évoque pas des mesures d’austérité, mais il critique sévèrement l’«absence de gestion et de clairvoyance» et «les réflexes hérités au fil des années» qui ont réduit substantiellement la qualité des prestations offertes aux étudiants. «Nous viderons les cités universitaires de leurs occupants qui auront refait l’année plus d’une fois», a précisé le ministre, qui a expliqué que cette mesure s’appliquera aux universités également. Les étudiants seront donc expulsés s’ils ne réussissent pas la même année deux fois de suite.

Abdelkader Hadjar, qui a révélé que le prix du transport universitaire sera revu à la hausse, a noté que «les chiffres montrent qu’un grand nombre d’étudiants ont terminé leurs études mais continuent d’être hébergés à la cité universitaire». Il impute cette aberration à la «complaisance» des responsables au sein de ces cités, estimant que si ces dernières étaient gérées par des privés, de telles anomalies ne se produiraient pas. Le ministre insinue-t-il que les cités universitaires seraient en voie d’être privatisées ? Sa réponse le laisse entendre : «Nous dévoilerons le moment venu les moyens à même d’assurer une meilleure efficacité dans la gestion des œuvres universitaires», a-t-il dit.

Au sujet de l’absence de villes universitaires en Algérie, Abdelkader Hadjar a affirmé que notre modèle social empêche le développement de tels espaces, «car, a-t-il expliqué, la gratuité de l’enseignement [en Algérie] est un principe sacré et inaliénable». Le ministre a, d’ailleurs, démenti l’ouverture d’universités privées par des hommes d’affaires. «Je refuse d’aborder ce sujet, car tout cela n’est que pure affabulation».

Sarah L.

Comment (40)

    Anonyme
    20 juillet 2016 - 16 h 36 min

    Faute de marchés publics
    Faute de marchés publics juteux à offrir aux amis et aux coquins, le clan au pouvoir racle les tiroirs pour maintenir la saignée du trésor. Donc le bradage des œuvres universitaires, des entreprises d’état, des biens immobiliers des collectivités locales et la privatisation de l’enseignement et des hôpitaux ne font que commencer. Le peuple en observateur passif est exclu du festin. Même les petits beneficiares de l’Ansej vont être forcés à rembourser.




    0



    0
    Anonyme
    20 juillet 2016 - 16 h 36 min

    Faute de marchés publics
    Faute de marchés publics juteux à offrir aux amis et aux coquins, le clan au pouvoir racle les tiroirs pour maintenir la saignée du trésor. Donc le bradage des œuvres universitaires, des entreprises d’état, des biens immobiliers des collectivités locales et la privatisation de l’enseignement et des hôpitaux ne font que commencer. Le peuple en observateur passif est exclu du festin. Même les petits beneficiares de l’Ansej vont être forcés à rembourser.




    0



    0
    Rachid
    20 juillet 2016 - 14 h 10 min

    Ne soyez pas « choqués » si un
    Ne soyez pas « choqués » si un jour ils privatiseront meme l’air que nous respiront pourtant donné gratuitement par Dieu. On aura alors « UNE TAXE RESPIRATOIRE » car on est en crise d’ashme. Mais comme on ne fait que manger on pourra s’offrir le luxe de ne repirer que 2 fois par semaine. Alors a la privatisation suivante qui sera certainement la population. Comme dans un marché de bétail, on pourra acheter, au plus offrant, 50 hommes et 50 femmes etc.




    0



    0
    Rachid
    20 juillet 2016 - 14 h 10 min

    Ne soyez pas « choqués » si un
    Ne soyez pas « choqués » si un jour ils privatiseront meme l’air que nous respiront pourtant donné gratuitement par Dieu. On aura alors « UNE TAXE RESPIRATOIRE » car on est en crise d’ashme. Mais comme on ne fait que manger on pourra s’offrir le luxe de ne repirer que 2 fois par semaine. Alors a la privatisation suivante qui sera certainement la population. Comme dans un marché de bétail, on pourra acheter, au plus offrant, 50 hommes et 50 femmes etc.




    0



    0
    Anonymous
    20 juillet 2016 - 13 h 17 min

    Un plan stratégique
    Un plan stratégique diabolique de privatisation, et de stabilisation(neutralisation), à long terme de l’université qui s’exécute par étapes discrètes, et secrètes dans l’habituelle opacité,
    L’assurance, et les démentis habituelles, …..uniquement pour la consommation locale:

    Vider, et dés-idéologiser l’université de ses élites pensantes, oppositions dans les campus universitaires,
    Pour ne laisser que de la médiocrité dénuée de toute pensée – conscience du peuple – qui se noient dans les faux problèmes du court terme – hébergements, nourritures, transports;….. –

    Former les futures élites bureaucrates fonctionnaires-robots de l’administration algérienne – technocrates –
    qui, uniquement, exécutent , …..
    Et ne pensent pas – ne raisonnent pas –
    (sous entendre qui ne créent pas des problèmes d’ordre politique,économique, social,…pour le pays, et pour ses dirigeants, et leurs héritiers-progénitures….?!
    – une neutralisation politique d’une force sociale non négligeable (de plus de 1 000 000 d’étudiants),
    …..et un créneau juteux de consommateurs (étudiants nombreux), pour les barons-clients mafieux dans l’état
    ….et de sur-profits pour la Mafia-cliente gérante des cités, Caterings,transports, (par centaines de milliards D.A)




    0



    0
    Anonymous
    20 juillet 2016 - 13 h 17 min

    Un plan stratégique
    Un plan stratégique diabolique de privatisation, et de stabilisation(neutralisation), à long terme de l’université qui s’exécute par étapes discrètes, et secrètes dans l’habituelle opacité,
    L’assurance, et les démentis habituelles, …..uniquement pour la consommation locale:

    Vider, et dés-idéologiser l’université de ses élites pensantes, oppositions dans les campus universitaires,
    Pour ne laisser que de la médiocrité dénuée de toute pensée – conscience du peuple – qui se noient dans les faux problèmes du court terme – hébergements, nourritures, transports;….. –

    Former les futures élites bureaucrates fonctionnaires-robots de l’administration algérienne – technocrates –
    qui, uniquement, exécutent , …..
    Et ne pensent pas – ne raisonnent pas –
    (sous entendre qui ne créent pas des problèmes d’ordre politique,économique, social,…pour le pays, et pour ses dirigeants, et leurs héritiers-progénitures….?!
    – une neutralisation politique d’une force sociale non négligeable (de plus de 1 000 000 d’étudiants),
    …..et un créneau juteux de consommateurs (étudiants nombreux), pour les barons-clients mafieux dans l’état
    ….et de sur-profits pour la Mafia-cliente gérante des cités, Caterings,transports, (par centaines de milliards D.A)




    0



    0
    Anonymous
    20 juillet 2016 - 8 h 25 min

    Privatiser les cités U,
    Privatiser les cités U, verser directement les ressources aux étudiants, en exclure ceux dont les parents ont les moyens et les étudiants carriéristes, séparer les oeuvres de leurs parasites de ces 20 dernières années:les organisations estudiantines satellites des partis politiques.C’est simple, clair, édident mais ca demande du courage politique




    0



    0
    Anonymous
    20 juillet 2016 - 8 h 25 min

    Privatiser les cités U,
    Privatiser les cités U, verser directement les ressources aux étudiants, en exclure ceux dont les parents ont les moyens et les étudiants carriéristes, séparer les oeuvres de leurs parasites de ces 20 dernières années:les organisations estudiantines satellites des partis politiques.C’est simple, clair, édident mais ca demande du courage politique




    0



    0
    Anonymous
    19 juillet 2016 - 22 h 39 min

    Privatisé l université c
    Privatisé l université c ouvrir les portes aux bantitisme .qui bzneficira de cet établissement c l oligarchie sans état d âme donc a vous de devinez la suite




    0



    0
    Anonymous
    19 juillet 2016 - 22 h 39 min

    Privatisé l université c
    Privatisé l université c ouvrir les portes aux bantitisme .qui bzneficira de cet établissement c l oligarchie sans état d âme donc a vous de devinez la suite




    0



    0
    Laetizia
    19 juillet 2016 - 21 h 50 min

    alors on construit des
    alors on construit des logements sociaux à tour de bras et une mosquée gigantesque pour prier de plus près et en prime on jette les étudiants à la rue? on les livre à des affairistes sans scrupules ? c’est vraiment la pire connerie que j’ai pu lire ces dernières heures ! Monsieur le ministre, dans les pays qui se respectent on chouchoute les étudiants ils sont la sève du pays! la solution n’est pas de les donner en pâture à des amateurs des bricoleurs voire des repris de justice (comme vous l’avez fait pour les transports en commun) mais d’organiser les conditions d’accueil des jeunes gens de façon optimale quitte à augmenter raisonnablement le prix des prestations! Nous avons besoin d’un domaine public fort ! avez vous au moins étudié la question en profondeur ? ou bien sont-ce vos copains islamistes qui vous pressent de privatiser tout ce qui bouge ?
    NON NON et NON A LA PRIVATISATION SAUVAGE DE L’ALGÉRIE !!!!!




    0



    0
    Laetizia
    19 juillet 2016 - 21 h 50 min

    alors on construit des
    alors on construit des logements sociaux à tour de bras et une mosquée gigantesque pour prier de plus près et en prime on jette les étudiants à la rue? on les livre à des affairistes sans scrupules ? c’est vraiment la pire connerie que j’ai pu lire ces dernières heures ! Monsieur le ministre, dans les pays qui se respectent on chouchoute les étudiants ils sont la sève du pays! la solution n’est pas de les donner en pâture à des amateurs des bricoleurs voire des repris de justice (comme vous l’avez fait pour les transports en commun) mais d’organiser les conditions d’accueil des jeunes gens de façon optimale quitte à augmenter raisonnablement le prix des prestations! Nous avons besoin d’un domaine public fort ! avez vous au moins étudié la question en profondeur ? ou bien sont-ce vos copains islamistes qui vous pressent de privatiser tout ce qui bouge ?
    NON NON et NON A LA PRIVATISATION SAUVAGE DE L’ALGÉRIE !!!!!




    0



    0
    Anonymous
    19 juillet 2016 - 18 h 26 min

    Nos étudiants sont les élites
    Nos étudiants sont les élites du pays,ils sont la relève,ils n’ont jamais réclamé quoi que ce soit,ils crêchent dans les cités U dans des conditions extrêmes,pas de chauffage en hiver dans des chambres insalubres,la surcharge du nombre de locataires,le manque d’eau et d’hygiène dans les salles d’eau,le bruit,la faim oui nos étudiants crèvent de faim car les repas ne sont pas consistants pour cette jeunesse en pleine croissance ,une fois sortis des cours le soir ,ils sont tellement fatigués qu’ils n’osent pas affronter l’interminable chaine du resto,alors ils s’endorment avec le ventre vide mais la tête pleine !Alors SVP,un peu de respect pour nos enfants et encouragez les à tenir le coup ,ils sont loin de leur domicile et de leur parents ,et ils veulent réussir !




    0



    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.