Bassam Tahhan à Algeriepatriotique : «Il faut classer la confrérie des Frères musulmans comme groupe terroriste» (I)

Bassam Tahhan. D. R.

Le professeur de géopolitique et islamologue franco-syrien Bassam Tahhan récuse l’utilisation du terme «salafiste» pour condamner le terrorisme islamiste. Pour lui, c’est la secte égyptienne des Frères musulmans qu’il faut dénoncer ouvertement. Abordant les attentats terroristes qui frappent en plein cœur de l’Hexagone, Bassam Tahhan se montre pessimiste : «C’est une France décadente qui a du mal à lutter contre la vague islamiste qui la frappe», décrète-t-il. Interview.

Algeriepatriotique : Comment décririez-vous la situation actuelle qui prévaut en France, suite aux attentats qui s’y sont produits ?

Bassam Tahhan : La situation actuelle en France est très grave, parce que nous avons dépassé la ligne rouge. L’attaque contre des religieux dans les maisons de Dieu est une première ; du moins, en France. Nous avons vu cela dans d’autres pays, comme en Algérie, en Syrie ou encore au Pakistan. Daech a sans doute voulu commettre un attentat de la sorte pour déclencher une guerre interreligieuse et confessionnelle, sachant qu’il y a de 6 à 8 millions de musulmans en France, ce qui est considérable par rapport à la population globale. Si une zizanie est semée, il se peut fort bien que cela évolue vers des affrontements qui peuvent conduire vers une véritable guerre civile. Nous n’en sommes pas encore là, heureusement.

Je crois que le gouvernement français ne sait plus quoi faire. Il se débat dans des décisions qui ne sont pas ni judicieuses ni exactes. Par exemple, le fait d’interdire le financement des mosquées de l’étranger sans préciser de quel financement il s’agit. Il y a des financements des pays de l’Afrique du Nord qui sont propres et honnêtes, lesquels servent au financement de la construction des lieux de prière. D’autres, comme ceux émanant de l’Arabie Saoudite, servent à la rémunération des imams. Et c’est là qu’il y a contradiction avec la loi de 1905 sur la laïcité, parce que je ne vois pas de quel droit un pays étranger rétribue des imams formés là-bas avec une certaine vision de la religion musulmane qui n’est pas forcément celle des musulmans français.

Le second point a trait au fait de condamner le salafisme, alors que l’utilisation de ce terme est synonyme de lâcheté, tant il couvre un champ trop vaste et l’utiliser est une fuite en avant. Ce qu’il faudrait que la France condamne, c’est d’abord les Frères musulmans. Il faut classer cette confrérie comme groupe terroriste. Si l’on se réfère aux textes fondateurs de cette organisation, il s’agit bien de «reconquérir» le monde par les armes. Et jusqu’à maintenant, il n’y a pas eu de démenti. Je crois que c’est facile de condamner les Frères musulmans parce qu’aucun Etat ne se prévaut ouvertement du dogme de cette organisation. Il est fort possible qu’Erdogan soit plus Frère musulman que les Frères musulmans eux-mêmes, mais il ne s’en proclame pas. Il y a véritablement un danger en France. J’espère que les services secrets français sont au courant que tout le sud de la France est travaillé par des imams dans plusieurs «mosquées» qui enseignent le dogme des Frères musulmans.

Il faudrait aussi condamner le dogme wahhabite. Des Etats, ceux du Golfe, se prévalent du wahhabisme, tels que l’Arabie Saoudite et le Qatar. S’il y a une condamnation prononcée contre les wahhabites, cela impacterait les relations entre la France et ces pays, d’autant plus que ces derniers sont importants pour la France dans les domaines économique et commercial. Alors, je me pose la question suivante : avec les attentats qui ont été commis en France, cette dernière n’a-t-elle pas perdu autant d’argent que lui rapportent les contrats signés avec ces monarchies ? A chaque attentat, le tourisme est frappé de plein fouet et la crise s’aggrave.

Cela fait longtemps que j’ai abordé le sujet de la formation des imams. Il faut qu’il y ait, quand même, des imams nés en France et formés en France à la laïcité qui n’entre pas en contradiction avec la religion, et sans tomber dans le communautarisme. Respecter les différentes religions ne veut pas dire communautariser la France. C’est là l’épée de Damoclès qui est suspendue sur la tête des responsables français et qui menace d’un embrasement général en France. Parce qu’il faut, aussi, comprendre, non seulement l’extrême droite, mais la majorité chrétienne en France qui en a marre de cette situation. Il y a aussi des problèmes avec les socialistes. Avec le nombre d’attentats commis, on ne voit pas comment la France se défend. Dans un pays qui se respecte et où il existe des politiciens à la hauteur, la moindre des choses aurait été de démissionner. Aujourd’hui, on arrive à parler de l’islam de France. D’accord, il faudrait créer un islam de France. Mais le problème, c’est qu’il n’y a pas qu’un seul islam ; il y en a plusieurs et cela il faut l’admettre. Il faudrait penser à plusieurs islams, mais tous de France. C’est-à-dire qu’il y ait cette liberté de pensée, de croyance, d’opinion et le sens critique dans la façon d’aborder les textes sacrés. Nous ne pourrons résoudre le problème du revitalisme que quand les responsables de l’islam, les musulmans en général, aborderont leur religion d’une manière critique et essaieront de lancer des réformes.

Malheureusement, jusqu’à présent, tous les penseurs et réformateurs de l’islam ont connu un sort peu enviable. Certains ont été assassinés et d’autres ont été forcés à l’exil, à l’image de Nacer Hamed Abouzid, Khalil Abdelkarim et de nombreux autres. Malheureusement, l’école critique de Taha Hussein, dans son ouvrage magistral, à propos de la poésie de la djahiliya (période antéislamique, ndlr), a été étouffée. Ceux qui se revendiquent de cette ligne n’ont pas droit au chapitre. Le problème de l’islam en France est étroitement lié au problème de l’islam partout dans le monde. Si l’islam est appelé à évoluer, cela ne se passera pas en Arabie Saoudite ou au Qatar ; un islam éclairé, moderne et qui respecte le fond et l’esprit du texte et non pas la lettre. Malheureusement, ni le monde arabo-musulman n’est préparé à cette révolution ni la France elle-même, vu que les imams sur lesquels elle repose ou auxquels elle fait appel sont bien loin de ce courant critique dans l’exégèse et la conception de la jurisprudence musulmane et moderne. Ajoutons à cela la pauvreté des institutions scientifiques en France concernant tous les problèmes de l’islam, avec, également, la dictature de la pensée où beaucoup de gens sont exclus pour des raisons politiques, parce qu’ils ne font pas partie de la chapelle ou n’ont pas leur carte d’adhérent à un parti de droite ou de gauche. C’est malheureux, mais c’est une France décadente qui a du mal à lutter contre la vague islamiste qui la frappe.

Pensez-vous que d’autres attentats seront commis en France et ailleurs en Europe ?

Sûrement. Une des solutions consiste à mettre au pas la Turquie. Tant que la Turquie est la plaque tournante du terrorisme international, l’Europe sera menacée. C’est évident ; c’est un peu comme un retour de flamme. Ce sont les Etats-Unis avec l’aide des pétromonarchies qui ont créé Daech, Ben Laden et Al-Nosra. Le gouvernement français veut faire passer des extrémistes pour des opposants modérés rien que pour avoir raison sur la «nécessité» de renverser Bachar Al-Assad. La faute grave que la France a commise dans ce dossier – et nous en payons aujourd’hui les conséquences –, c’est d’avoir reconnu l’opposition syrienne comme étant le seul et unique représentant du peuple syrien. Je suis Syrien et je ne me sens pas du tout représenté par ces charlatans des hôtels cinq étoiles.

L’islamophobie est exacerbée à cause de ces actes commis au nom de l’islam. Comment les musulmans de France vivent-ils cette situation ?

La situation des musulmans en France est très critique. C’est vrai qu’il y a de l’islamophobie, mais, par ailleurs, il y a des démonstrations communautaristes exagérées, telles que la prière dans la rue et le port du voile. Les problèmes d’intégration et les conditions de vie de cette population musulmane les poussent à exagérer les revendications identitaires d’une manière ostentatoire. Cela peut vexer, bien évidemment, les autres composantes de la société française. Ce qui est inquiétant chez la population musulmane française, c’est le sentiment dominant qu’elle ne croit pas aux valeurs françaises. La population musulmane est bien loin d’adhérer au pacte de la république laïque, aux idées culturelles et philosophiques d’une certaine France. Elle ne croit pas au rêve français. Bien au contraire. Elle se recroqueville sur elle-même et s’isole socialement. Or, cette situation d’enfermement est le meilleur terreau pour cheminer petit à petit vers un affrontement entre les différentes composantes de la société.

Je ne dis pas que c’est uniquement de sa faute. C’est peut-être aussi la faute du gouvernement français qui n’a pas beaucoup fait pour l’intégrer cette communauté et gérer au mieux ce dossier. J’ai rappelé dans le passé qu’il fallait laïciser l’enseignement de la langue arabe et ne pas laisser cela entre les mains des associations sur lesquelles nous n’avons aucun droit de regard. Car dans la majorité des cas, ce n’était pas des cours d’arabe qui étaient dispensés, mais plutôt des sermons de radicalisation. L’Etat français n’a jamais pris au sérieux les signes avant-coureurs de ce qui allait se passer. Et les spécialistes qui en ont parlé ont été exclus du débat et qualifiés d’islamophobes.

Interview réalisée par Mohamed El-Ghazi
(Suivra)

Lire aussi : Bassam Tahhan à Algeriepatriotique : «Les Algériens sont vaccinés contre les plans de déstabilisation» (II)

Comment (113)

    Bonny
    5 novembre 2016 - 8 h 29 min

    Si le mal vient par le
    Si le mal vient par le mensonge, la vérité est son remède.
    Voilà une jolie petite phrase à laquelle tout le monde adhère, sauf les menteurs qui en profitent.
    Il faut revenir au texte fondateur et à leurs traductions. Bassan Tahhan a dénoncé la traduction française comme étant tendancieuse par ses édulcorations et omissions.
    Sans entrer dans le fond qui relève de la théologie, il faut s’attacher à la forme et savoir si oui ou non la traduction est honnête. C’est une question important qui intéresse tout le monde et en priorité les frères musulmans qui seraient les premiers trompés dans une altération volontaire du texte fondateur.

    brobro
    4 août 2016 - 16 h 46 min

    le germe de l’islamisme a été
    le germe de l’islamisme a été inoculé en Algérie par Boumediene, dans le sillage de sa politique de l’arabisation, un autre chef d’œuvre de ce produit de djamaa zitouna. le système éducatif a fait le reste.

    brobro
    4 août 2016 - 16 h 46 min

    le germe de l’islamisme a été
    le germe de l’islamisme a été inoculé en Algérie par Boumediene, dans le sillage de sa politique de l’arabisation, un autre chef d’œuvre de ce produit de djamaa zitouna. le système éducatif a fait le reste.

    Prolétaire
    4 août 2016 - 9 h 15 min

    LE  » SOMMEIL DE LA RAISON
    LE  » SOMMEIL DE LA RAISON ENGENDRE DES MONSTRES  » Fr. Goya
    L’émergence des frères musulmans est très récente.
    Sans étonnement, les phénomènes politiques islamiques sont apparus dans les années 1920-30 : dans la période même de l’émergence en Europe des mouvements fascistes (Italie, Allemagne, Espagne…). Les frères musulmans étaient principalement actifs en Égypte et en Syrie et, dans une moindre mesure, dans la zone d’influence de ces pays. Les convergences politiques et idéologiques réactionnaires se manifestent ainsi dès cette période. Les mêmes causes produisant les mêmes effets, notre époque, frappée par une crise économique systémique du capitalisme, voit apparaître les mêmes mouvements réactionnaires à l’oeuvre.
    Dans les années 1950-60, les mouvements islamistes connaîtront une grande prospérité financière, grâce aux agences pétro-islamiques et aux organismes obscurantistes «  d’éducation  ». Ils étaient portés par un contexte international dominé par la doctrine Truman, dont le cheval de bataille était l’endiguement du communisme (stalinisme). Dans le monde arabe, la docrine Truman se traduisit par un choc frontal contre les nationalismes arabes socialisants ou pro-soviétiques. Aussi, l’islam est-il devenu pendant la guerre froide l’axe à la fois culturel et idéologique de la défense du «  monde libre  » contre le communisme dans le monde «  arabe  ». Tout le monde connaît maintenant les effets catastrophiques et sanglants de cette ligne politique du bloc occidental.
    Avec des succès inégaux, les mouvements islamiques ont, cependant, mis du temps à occuper le devant de la scène. Il leur a fallu attendre le milieu des années 1970.
    Dans le nouveau contexte de crise économique inaugurée au début des années 70, les islamistes, favorisés par le désengagement de l’Etat garant jusque – là du développement social et culturel, commencent à s’incruster dans le tissu social à travers notamment des services caritatifs. S’appuyant tour à tour sur le nationalisme et sur la religion, les mouvements islamistes ont pu se développer puis donner libre cours à leurs délires fanatiques et sanguinaires.
    Ainsi, apparus avec le fascisme en Europe, en parfaite résonance avec l’idéologie postmoderne marquée par la pensée irrationnelle, les mouvements islamistes constituent donc une réelle tendance réactionnaire, un véritable courant contre-révolutionnaire, structuré et subventionné. Toutefois, si toutes les variantes de fascismes ont été anéanties (ou provisoirement neutralisées) en Europe et dans le reste des autres continents, le monde « musulman », lui, englué dans une pénsee archaïque moyenneageuse, s’arc-boute encore à un modèle de vie réactionnaire en total décalage de notre modernité. Prisonnier d’une doctrine religieuse rétrograde puisée aux sources mêmes du Coran, il ne consentira jamais à accepter les principes du monde moderne. Contribuant par là – même au développement de mouvements islamiques préts à résister à l’envahissement du mode de vie occidental même aux moyens des armes, du sacrifice de leur vie. Et même s’il faut anéantir tous les mécréants. Sans remise en cause radicale des textes doctrinaux de l’islam, l’islamisme, qui n’est que l’application scrupuleuse du Coran, répandra longtemps encore sa Barbarie. Produit d’un système capitaliste décadent, qui a généré deux boucheries mondiales au 20ème siècle, sans oublier les fascismes et le totalitarisme stalinien, l’islamisme, dernier vestige réactionnaire de notre époque, doit être combattu et abattu. Sans oublier son géniteur, le Capitalisme mondialisé, devenu au même titre que l’islam, nocif pour l’Humanité.

    Prolétaire
    4 août 2016 - 9 h 15 min

    LE  » SOMMEIL DE LA RAISON
    LE  » SOMMEIL DE LA RAISON ENGENDRE DES MONSTRES  » Fr. Goya
    L’émergence des frères musulmans est très récente.
    Sans étonnement, les phénomènes politiques islamiques sont apparus dans les années 1920-30 : dans la période même de l’émergence en Europe des mouvements fascistes (Italie, Allemagne, Espagne…). Les frères musulmans étaient principalement actifs en Égypte et en Syrie et, dans une moindre mesure, dans la zone d’influence de ces pays. Les convergences politiques et idéologiques réactionnaires se manifestent ainsi dès cette période. Les mêmes causes produisant les mêmes effets, notre époque, frappée par une crise économique systémique du capitalisme, voit apparaître les mêmes mouvements réactionnaires à l’oeuvre.
    Dans les années 1950-60, les mouvements islamistes connaîtront une grande prospérité financière, grâce aux agences pétro-islamiques et aux organismes obscurantistes «  d’éducation  ». Ils étaient portés par un contexte international dominé par la doctrine Truman, dont le cheval de bataille était l’endiguement du communisme (stalinisme). Dans le monde arabe, la docrine Truman se traduisit par un choc frontal contre les nationalismes arabes socialisants ou pro-soviétiques. Aussi, l’islam est-il devenu pendant la guerre froide l’axe à la fois culturel et idéologique de la défense du «  monde libre  » contre le communisme dans le monde «  arabe  ». Tout le monde connaît maintenant les effets catastrophiques et sanglants de cette ligne politique du bloc occidental.
    Avec des succès inégaux, les mouvements islamiques ont, cependant, mis du temps à occuper le devant de la scène. Il leur a fallu attendre le milieu des années 1970.
    Dans le nouveau contexte de crise économique inaugurée au début des années 70, les islamistes, favorisés par le désengagement de l’Etat garant jusque – là du développement social et culturel, commencent à s’incruster dans le tissu social à travers notamment des services caritatifs. S’appuyant tour à tour sur le nationalisme et sur la religion, les mouvements islamistes ont pu se développer puis donner libre cours à leurs délires fanatiques et sanguinaires.
    Ainsi, apparus avec le fascisme en Europe, en parfaite résonance avec l’idéologie postmoderne marquée par la pensée irrationnelle, les mouvements islamistes constituent donc une réelle tendance réactionnaire, un véritable courant contre-révolutionnaire, structuré et subventionné. Toutefois, si toutes les variantes de fascismes ont été anéanties (ou provisoirement neutralisées) en Europe et dans le reste des autres continents, le monde « musulman », lui, englué dans une pénsee archaïque moyenneageuse, s’arc-boute encore à un modèle de vie réactionnaire en total décalage de notre modernité. Prisonnier d’une doctrine religieuse rétrograde puisée aux sources mêmes du Coran, il ne consentira jamais à accepter les principes du monde moderne. Contribuant par là – même au développement de mouvements islamiques préts à résister à l’envahissement du mode de vie occidental même aux moyens des armes, du sacrifice de leur vie. Et même s’il faut anéantir tous les mécréants. Sans remise en cause radicale des textes doctrinaux de l’islam, l’islamisme, qui n’est que l’application scrupuleuse du Coran, répandra longtemps encore sa Barbarie. Produit d’un système capitaliste décadent, qui a généré deux boucheries mondiales au 20ème siècle, sans oublier les fascismes et le totalitarisme stalinien, l’islamisme, dernier vestige réactionnaire de notre époque, doit être combattu et abattu. Sans oublier son géniteur, le Capitalisme mondialisé, devenu au même titre que l’islam, nocif pour l’Humanité.

    Anonymous
    4 août 2016 - 9 h 04 min

    moi je lui repond qu’il faut
    moi je lui repond qu’il faut laisser les peuples choisir leur destin par des elections libre et transparente.
    et non pas imposé les dirigeants par la force

    Anonymous
    4 août 2016 - 9 h 04 min

    moi je lui repond qu’il faut
    moi je lui repond qu’il faut laisser les peuples choisir leur destin par des elections libre et transparente.
    et non pas imposé les dirigeants par la force

    tahia
    3 août 2016 - 23 h 43 min

    LES FAUX FRÈRES ET LE VRAI
    LES FAUX FRÈRES ET LE VRAI COURS (1) : ils vont tous se saigner et ne restera que le Vrai et les peuples .. Le cours de l’histoire est implacable il va les emporter tous .. les frères musulmans , les salafistes et autres parangons de l’Islamisme , d’Ibn Taimia et du wahabisme qui ont paradé durant des décennies pour humilier les peuples et tricher avec Dieu ( Arabie , Qatar , Erdogan , Nosra ,Daesh , Choyoukhs , milices du printemps arabe , Emirs de Casino , recruteurs de Jihad du NiKah …) , tous , regardez les ; dans les bras de leur tante Israel , sous la poussée du chiisme perse qui va les dévorer . le Baath aussi , détruit en Irak , en Syrie , au Yemen , partout où il n’a crée que dictatures, racismes et guerres civiles lui et son frère jumeau l’Islamisme arabe .. Rien , tout revient au désert et les courtiers de ces deux monstres , en Algérie , observez les , il ne peuvent même pas lever la tête et aligner une phrase décente , cohérente , ils s’entêtent et leur haine redouble contre les berbères , contre les kabyles , comme elle a connu son pic en 92 contre la nation et contre l’ANP , contre tout ce qui fait ce pays et son identité véritable .. Tous leurs Totems sont maintenant tombés , le dernier , comme une massue sur leurs têtes , leur chère patrie , le Royaume de Dieu sur terre à genoux à Tel Aviv mendiant une protection et complotant contre l’Iran et même les palestiniens le Fatah et le Hamas qui rejoignent eux aussi l’axe israelo-saoudien contre l’Iran Chiite et le Hezbollah , pour une miette de Paix juive et pour une poignée de dollars … Pourtant les poètes avaient prédit tout ça : le palestinien Mahmoud Darwish et le berbère Matoub Lounes , ils ont vu le ver dans le fruit … le forfaiture , la forfanterie et la forbanterie arabo-islamiques ne pouvait conduire qu’aux désastres et à la honte .. les courtiers du Diable en Algérie et il ne leur reste que madame Ben Ghebrit comme un os pour exercer les seules baves de la haine qui leur reste , contre l’identité berbère Amazigh sous couvert de défendre soit -disant l’Algérie nationale qu’ils haïssent en secret , contre la langue française qu’ils incitent leurs enfants à apprendre sous la table ou à Barize .. Et L’Occident Khabith , l’Europe cette vieille matrone ? ( a Suivre )

    tahia
    3 août 2016 - 23 h 43 min

    LES FAUX FRÈRES ET LE VRAI
    LES FAUX FRÈRES ET LE VRAI COURS (1) : ils vont tous se saigner et ne restera que le Vrai et les peuples .. Le cours de l’histoire est implacable il va les emporter tous .. les frères musulmans , les salafistes et autres parangons de l’Islamisme , d’Ibn Taimia et du wahabisme qui ont paradé durant des décennies pour humilier les peuples et tricher avec Dieu ( Arabie , Qatar , Erdogan , Nosra ,Daesh , Choyoukhs , milices du printemps arabe , Emirs de Casino , recruteurs de Jihad du NiKah …) , tous , regardez les ; dans les bras de leur tante Israel , sous la poussée du chiisme perse qui va les dévorer . le Baath aussi , détruit en Irak , en Syrie , au Yemen , partout où il n’a crée que dictatures, racismes et guerres civiles lui et son frère jumeau l’Islamisme arabe .. Rien , tout revient au désert et les courtiers de ces deux monstres , en Algérie , observez les , il ne peuvent même pas lever la tête et aligner une phrase décente , cohérente , ils s’entêtent et leur haine redouble contre les berbères , contre les kabyles , comme elle a connu son pic en 92 contre la nation et contre l’ANP , contre tout ce qui fait ce pays et son identité véritable .. Tous leurs Totems sont maintenant tombés , le dernier , comme une massue sur leurs têtes , leur chère patrie , le Royaume de Dieu sur terre à genoux à Tel Aviv mendiant une protection et complotant contre l’Iran et même les palestiniens le Fatah et le Hamas qui rejoignent eux aussi l’axe israelo-saoudien contre l’Iran Chiite et le Hezbollah , pour une miette de Paix juive et pour une poignée de dollars … Pourtant les poètes avaient prédit tout ça : le palestinien Mahmoud Darwish et le berbère Matoub Lounes , ils ont vu le ver dans le fruit … le forfaiture , la forfanterie et la forbanterie arabo-islamiques ne pouvait conduire qu’aux désastres et à la honte .. les courtiers du Diable en Algérie et il ne leur reste que madame Ben Ghebrit comme un os pour exercer les seules baves de la haine qui leur reste , contre l’identité berbère Amazigh sous couvert de défendre soit -disant l’Algérie nationale qu’ils haïssent en secret , contre la langue française qu’ils incitent leurs enfants à apprendre sous la table ou à Barize .. Et L’Occident Khabith , l’Europe cette vieille matrone ? ( a Suivre )

    Amar
    3 août 2016 - 17 h 12 min

    C’est peut-être la fin d’une
    C’est peut-être la fin d’une doctrine, quad les occidentaux auront atteint leurs objectifs et déstabiliser tout ce qui à
    déstabiliser.

      Anonymous
      3 août 2016 - 17 h 49 min

      Évidemment… puisque cela
      Évidemment… puisque cela leur a permis de préparer les conditions qu’ils disent « objectives » pour démembrer des tas de pays. C’est le second round du néo-colonialisme.

    Amar
    3 août 2016 - 17 h 12 min

    C’est peut-être la fin d’une
    C’est peut-être la fin d’une doctrine, quad les occidentaux auront atteint leurs objectifs et déstabiliser tout ce qui à
    déstabiliser.

      Anonymous
      3 août 2016 - 17 h 49 min

      Évidemment… puisque cela
      Évidemment… puisque cela leur a permis de préparer les conditions qu’ils disent « objectives » pour démembrer des tas de pays. C’est le second round du néo-colonialisme.

    Anonymous
    3 août 2016 - 16 h 01 min

    AP, ce post n’est pas passe.
    AP, ce post n’est pas passe. Merci. La suggestion de Hassan II vaut son pesant d’or en ces temps.
    …………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………….
    Hassan II, qui aspirait à un nouveau accord entre l’Union européenne et le Maroc concernant les tomates marocaines, avait fait une sortie étonnement d’actualité. Retour en 1994.Dans son livre paru en 2015 et intitulé« Brexit : Comment la Grande Bretagne va quitter l’Europe », l’auteur Denis MacShane, qui est aussi l’ancien ministre des affaires européennes britannique, rapporte le contenu d’une entrevue entre le roi Hassan II et Jacques Delors, alors président de la Commission européenne. L’anecdote a été récemment relatée par un twitto, @aof75, extraits du livre à l’appui.
    En 1994, Hassan II, qui tentait de dynamiser le secteur des agrumes et de primeurs et de persuader l’Europe d’ouvrir ses marchés aux exportations, avait eu une entrevue sur le protectionnisme agricole avec Jacques Delors. Le monarque annonce à son interlocuteur que le Maroc dispose de cinq millions de fermiers qui veulent exporter leurs tomates vers l’Europe. Delors a alors expliqué que l’agro-hall espagnol, ainsi que les lobbys français et les italiens ne permettraient pas que cela se produise. « Fort bien. Je comprends vos difficultés », rétorque le roi, « mais si le Maroc ne parvient pas à exporter ses tomates, dans dix ans, nous allons exporter des terroristes ».

    Sourcs : telquel.ma

      Anonymous
      3 août 2016 - 16 h 20 min

      Ton Hassen II lui même un
      Ton Hassen II lui même un terroriste notoire s’est inspiré de la phrase célèbre de feu Boumédienne qui dans les années 70 qui avait averti l’Europe et l’Occident en général que si ils persistaient dans leurs politiques criminelles néocoloniales impérialistes de pillages de l’Afrique qui affament les populations de ce continent , ce seront toutes les populations africaines qui débarqueront en Europe et en Occident.

      Ceci dit il n’a pas eu tort quand il a dit que le Maroc exportera des terroristes, mais les terroristes marocains sont exportés partout depuis plusieurs décennies : En Irak pour soutenir l’invasion américaine dans ce pays, en Algérie durant sa révolution en effet des centaines de milliers de tabores marocains ont commis des crimes contre l’humanité au côté des français sur la population algérienne, depuis quelques temps au Yémen au côté des terroristes saoudiens, en Libye en 2001 ou des milliers de mercenaires marocains furent envoyés par le mekhzène sans compter des milliers de marocains qui combattent auprès du deash en Irak en Syrie en Libye,
      Le Maroc est un exportateur de terroristes de mercenaires c’est connu et c’est voulu par votre narcomonarchie criminelle.

        Anonymous
        3 août 2016 - 16 h 51 min

        D’abord ne m’insulte pas, ce
        D’abord ne m’insulte pas, ce n’est pas mon Hassan II. Ensuite je ne pensais pas a ton explication a vrai dire. Mais je le prenais comme une menace (un roi peut quand meme s’occuper de son peuple.. ). S’il a vraiment tenu ces propos alors vraiment on est dans la folie pure.

    Anonymous
    3 août 2016 - 16 h 01 min

    AP, ce post n’est pas passe.
    AP, ce post n’est pas passe. Merci. La suggestion de Hassan II vaut son pesant d’or en ces temps.
    …………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………….
    Hassan II, qui aspirait à un nouveau accord entre l’Union européenne et le Maroc concernant les tomates marocaines, avait fait une sortie étonnement d’actualité. Retour en 1994.Dans son livre paru en 2015 et intitulé« Brexit : Comment la Grande Bretagne va quitter l’Europe », l’auteur Denis MacShane, qui est aussi l’ancien ministre des affaires européennes britannique, rapporte le contenu d’une entrevue entre le roi Hassan II et Jacques Delors, alors président de la Commission européenne. L’anecdote a été récemment relatée par un twitto, @aof75, extraits du livre à l’appui.
    En 1994, Hassan II, qui tentait de dynamiser le secteur des agrumes et de primeurs et de persuader l’Europe d’ouvrir ses marchés aux exportations, avait eu une entrevue sur le protectionnisme agricole avec Jacques Delors. Le monarque annonce à son interlocuteur que le Maroc dispose de cinq millions de fermiers qui veulent exporter leurs tomates vers l’Europe. Delors a alors expliqué que l’agro-hall espagnol, ainsi que les lobbys français et les italiens ne permettraient pas que cela se produise. « Fort bien. Je comprends vos difficultés », rétorque le roi, « mais si le Maroc ne parvient pas à exporter ses tomates, dans dix ans, nous allons exporter des terroristes ».

    Sourcs : telquel.ma

      Anonymous
      3 août 2016 - 16 h 20 min

      Ton Hassen II lui même un
      Ton Hassen II lui même un terroriste notoire s’est inspiré de la phrase célèbre de feu Boumédienne qui dans les années 70 qui avait averti l’Europe et l’Occident en général que si ils persistaient dans leurs politiques criminelles néocoloniales impérialistes de pillages de l’Afrique qui affament les populations de ce continent , ce seront toutes les populations africaines qui débarqueront en Europe et en Occident.

      Ceci dit il n’a pas eu tort quand il a dit que le Maroc exportera des terroristes, mais les terroristes marocains sont exportés partout depuis plusieurs décennies : En Irak pour soutenir l’invasion américaine dans ce pays, en Algérie durant sa révolution en effet des centaines de milliers de tabores marocains ont commis des crimes contre l’humanité au côté des français sur la population algérienne, depuis quelques temps au Yémen au côté des terroristes saoudiens, en Libye en 2001 ou des milliers de mercenaires marocains furent envoyés par le mekhzène sans compter des milliers de marocains qui combattent auprès du deash en Irak en Syrie en Libye,
      Le Maroc est un exportateur de terroristes de mercenaires c’est connu et c’est voulu par votre narcomonarchie criminelle.

        Anonymous
        3 août 2016 - 16 h 51 min

        D’abord ne m’insulte pas, ce
        D’abord ne m’insulte pas, ce n’est pas mon Hassan II. Ensuite je ne pensais pas a ton explication a vrai dire. Mais je le prenais comme une menace (un roi peut quand meme s’occuper de son peuple.. ). S’il a vraiment tenu ces propos alors vraiment on est dans la folie pure.

    MELLO
    3 août 2016 - 15 h 07 min

    Il y’avait, OUI il y’avait un
    Il y’avait, OUI il y’avait un grand penseur Algérien, qui fut mis sous silence , qui avait étudié ce phénomène des frères musulmans, mais l’histoire et seule l’histoire retiendra le nom: Aussi paradoxal que cela puisse paraître, le Pr Mohammed Arkoun-de renommée mondiale-reste méconnu dans son propre pays : l’Algérie. Fils de Taourirt Mimoun, Ath-Yenni( il est du même village que Mouloud Mammeri), le Pr Arkoun est né le 1er février 1928. Cet intellectuel hors-paire a tiré sa révérence dans la nuit du 14 au 15 septembre 2010, à Paris, Puis enterré au Maroc. Il avait écrit:
    L’instrumentalisation idéologique de l’Islam a, toujours, été au centre des inquiétudes les plus profondes du Pr Arkoun. Cette instrumentalisation repose sur le discours mystificateur d’un passé ignoré.
    Analysant ce phénomène, le Pr Arkoun est remonté au conflit de légitimité politique survenu autour du califat en 661 ( 30 ans après la mort du prophète). Il a évoqué, également, le rôle joué par le Mouvement des frères musulmans, la révolution islamique en Iran et le wahhabisme dans l’exaspération des conflits au sein des sociétés musulmanes. Aussi, il a mis en relief la rivalité entre les États post-coloniaux et les islamistes dans l’instrumentalisation idéologique de l’Islam. Par ailleurs, le Pr Arkoun a déploré la fermeture du « champ intellectuel « et l’absence « de protestation venant d’une société civile …consciente « pour éviter à l’Islam d’être livré de toute sorte de manipulations par «d’autres acteurs sociaux, y compris les Ouléma»
    « C’est en 1928 que Hassan Al-Bannâ a lancé ce qu’on appelle le Mouvement des frères musulmans. Puis, vient la guerre et tout de suite après, les mouvements nationaux de libération du colonialisme. Ajoutons à cela ce que nous avons vécu depuis les années 1960, en particulier après la mort de Nasser. Sa disparition a permis aux Frères musulmans de prendre de l’importance avec toute leur idéologie. Ensuite, Khomeiny et la révolution islamique en Iran va créer tous les changements, les bouleversements, les rivalités à l’intérieur de l’Islam lui-même, entre l’islam saoudien wahhabite sunnite et l’islam chiite qui sont deux grandes branches de ce qu’on appelle l’Islam, justement.»
    C’est, donc, un problème de légitimité politique qui a dégénéré en conflits religieux ayant marqué l’histoire des pays musulmans. Toutes ces tensions, ajoutées à celles provoquées par l’occupation coloniale, ont aiguise la rivalité mimétique entre les États post-coloniaux et les mouvements fondamentalistes dans la représentation et le contrôle de l’Islam. De plus, ces États ont favorisé l’émergence de ces mouvements comme rempart à l’opposition démocratique. Inéluctablement, ces éléments ont considérablement réduit le champ d’une réflexion intellectuelle libérée de toute forme de manipulation idéologique.
    Aujourd’hui encore, raisonnent les avertissements répétés du Pr Mohammed Arkoun contre
    « les croyances dangereuses ». qui «aliènent totalement la personne humaine en l’enfermant dans des superstitions, des répétitions d’ignorances, des rituels qui ont réduit la religion à cet aspect, »
    Sa pensée doit faire objet de programmes scolaires, afin de restituer nos mémoires.

      Anonymous
      3 août 2016 - 17 h 18 min

      Et qui mit ce grand Arkoun
      Et qui mit ce grand Arkoun dehors durant une conference en Algerie dans le pays d’Arkoun ? Un egyptien frere-musulman. Que personne n’ait pris la defense d’Arkoun comme il se devait ne serait-ce que parce qu’il est algerien et chez lui, c’est cela qui l’a vexe. Qu’un pitre frere musulman, de la oumma dounia de surcroit l’ait blesse c’est ca qui fait mal. Un Algerien devrait toujours choisir un algerien quand celui-ci est mis en cause dans son pays par un etranger et lave son linge de famille loin des barrani. On a rate Arkoun comme on a rate Ait Ahmed.

      Amitou
      3 août 2016 - 17 h 58 min

      Tout a fait je le confirme
      Tout a fait je le confirme totalement,les livres du Prof Mohammed Arkoun doivent devenir livres de chevets de tous les Algeriens qui veulent s instruire et comprendre les civilisations.C est un grand savant Algerien,mondialement reconnu et dont les livres ont ete traduit en plusieurs langues.Regardez cette interview tres enrichissante

      https://www.youtube.com/watch?v=x_ib0WNtfn0

      Bouzorane
      3 août 2016 - 20 h 29 min

      Nacer défendait son pays l
      Nacer défendait son pays l’égypte, Khomeiny défendait son pays l’iran,…quant à arkoun, c’est un larbin qui a toujours vénéré les autres pays et jamais le sien…il a toujours manifesté son mépris envers l’Algérie, à tel point que même mort, il a fait un gros bras d’honneur à l’Algérie, en se faisant enterré au maroc….Donc, vous avez beau essayer de revivifier ce malheureux personnage, mais en vain…..le peuple algérien et l’histoire l’ont déjà condamné….il ne restera rien de lui, aucune trace, aucun souvenir!

        brobro
        4 août 2016 - 16 h 16 min

        il a laissé de la place aux
        il a laissé de la place aux khomeynistes et aux naceriens comme toi pour faire de l’Algérie ce qu’elle est !!!

    MELLO
    3 août 2016 - 15 h 07 min

    Il y’avait, OUI il y’avait un
    Il y’avait, OUI il y’avait un grand penseur Algérien, qui fut mis sous silence , qui avait étudié ce phénomène des frères musulmans, mais l’histoire et seule l’histoire retiendra le nom: Aussi paradoxal que cela puisse paraître, le Pr Mohammed Arkoun-de renommée mondiale-reste méconnu dans son propre pays : l’Algérie. Fils de Taourirt Mimoun, Ath-Yenni( il est du même village que Mouloud Mammeri), le Pr Arkoun est né le 1er février 1928. Cet intellectuel hors-paire a tiré sa révérence dans la nuit du 14 au 15 septembre 2010, à Paris, Puis enterré au Maroc. Il avait écrit:
    L’instrumentalisation idéologique de l’Islam a, toujours, été au centre des inquiétudes les plus profondes du Pr Arkoun. Cette instrumentalisation repose sur le discours mystificateur d’un passé ignoré.
    Analysant ce phénomène, le Pr Arkoun est remonté au conflit de légitimité politique survenu autour du califat en 661 ( 30 ans après la mort du prophète). Il a évoqué, également, le rôle joué par le Mouvement des frères musulmans, la révolution islamique en Iran et le wahhabisme dans l’exaspération des conflits au sein des sociétés musulmanes. Aussi, il a mis en relief la rivalité entre les États post-coloniaux et les islamistes dans l’instrumentalisation idéologique de l’Islam. Par ailleurs, le Pr Arkoun a déploré la fermeture du « champ intellectuel « et l’absence « de protestation venant d’une société civile …consciente « pour éviter à l’Islam d’être livré de toute sorte de manipulations par «d’autres acteurs sociaux, y compris les Ouléma»
    « C’est en 1928 que Hassan Al-Bannâ a lancé ce qu’on appelle le Mouvement des frères musulmans. Puis, vient la guerre et tout de suite après, les mouvements nationaux de libération du colonialisme. Ajoutons à cela ce que nous avons vécu depuis les années 1960, en particulier après la mort de Nasser. Sa disparition a permis aux Frères musulmans de prendre de l’importance avec toute leur idéologie. Ensuite, Khomeiny et la révolution islamique en Iran va créer tous les changements, les bouleversements, les rivalités à l’intérieur de l’Islam lui-même, entre l’islam saoudien wahhabite sunnite et l’islam chiite qui sont deux grandes branches de ce qu’on appelle l’Islam, justement.»
    C’est, donc, un problème de légitimité politique qui a dégénéré en conflits religieux ayant marqué l’histoire des pays musulmans. Toutes ces tensions, ajoutées à celles provoquées par l’occupation coloniale, ont aiguise la rivalité mimétique entre les États post-coloniaux et les mouvements fondamentalistes dans la représentation et le contrôle de l’Islam. De plus, ces États ont favorisé l’émergence de ces mouvements comme rempart à l’opposition démocratique. Inéluctablement, ces éléments ont considérablement réduit le champ d’une réflexion intellectuelle libérée de toute forme de manipulation idéologique.
    Aujourd’hui encore, raisonnent les avertissements répétés du Pr Mohammed Arkoun contre
    « les croyances dangereuses ». qui «aliènent totalement la personne humaine en l’enfermant dans des superstitions, des répétitions d’ignorances, des rituels qui ont réduit la religion à cet aspect, »
    Sa pensée doit faire objet de programmes scolaires, afin de restituer nos mémoires.

      Anonymous
      3 août 2016 - 17 h 18 min

      Et qui mit ce grand Arkoun
      Et qui mit ce grand Arkoun dehors durant une conference en Algerie dans le pays d’Arkoun ? Un egyptien frere-musulman. Que personne n’ait pris la defense d’Arkoun comme il se devait ne serait-ce que parce qu’il est algerien et chez lui, c’est cela qui l’a vexe. Qu’un pitre frere musulman, de la oumma dounia de surcroit l’ait blesse c’est ca qui fait mal. Un Algerien devrait toujours choisir un algerien quand celui-ci est mis en cause dans son pays par un etranger et lave son linge de famille loin des barrani. On a rate Arkoun comme on a rate Ait Ahmed.

      Amitou
      3 août 2016 - 17 h 58 min

      Tout a fait je le confirme
      Tout a fait je le confirme totalement,les livres du Prof Mohammed Arkoun doivent devenir livres de chevets de tous les Algeriens qui veulent s instruire et comprendre les civilisations.C est un grand savant Algerien,mondialement reconnu et dont les livres ont ete traduit en plusieurs langues.Regardez cette interview tres enrichissante

      https://www.youtube.com/watch?v=x_ib0WNtfn0

      Bouzorane
      3 août 2016 - 20 h 29 min

      Nacer défendait son pays l
      Nacer défendait son pays l’égypte, Khomeiny défendait son pays l’iran,…quant à arkoun, c’est un larbin qui a toujours vénéré les autres pays et jamais le sien…il a toujours manifesté son mépris envers l’Algérie, à tel point que même mort, il a fait un gros bras d’honneur à l’Algérie, en se faisant enterré au maroc….Donc, vous avez beau essayer de revivifier ce malheureux personnage, mais en vain…..le peuple algérien et l’histoire l’ont déjà condamné….il ne restera rien de lui, aucune trace, aucun souvenir!

        brobro
        4 août 2016 - 16 h 16 min

        il a laissé de la place aux
        il a laissé de la place aux khomeynistes et aux naceriens comme toi pour faire de l’Algérie ce qu’elle est !!!

    Diogène
    3 août 2016 - 14 h 41 min

    Pourquoi faisons-nous
    Pourquoi faisons-nous semblant de nous étonner? Cette secte est une création de l’Occident pour servir de paravent à la domination du monde arabo-musulman. Les Arabes qui en font partie acceptent de jouer le jeu des idiots utiles. Leur duplicité se révêle de jour en jour et ceux qui ne veulent pas voir cette réalité sont les pires aveugles. Daesh, el Qaida, el Nosra et tutti quanti ne sont que des pions entre les nains des perfides Anglo-saxons.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.