Malgré les attentats en France : les médias français continuent de qualifier les terroristes de «combattants» et de «rebelles»

Marie-Christine Saragosse, présidente de France Médias Monde. D. R.

Les médias français portent une très lourde responsabilité dans la vague de terrorisme islamiste qui a frappé la France et qui a fait plusieurs dizaines de victimes innocentes depuis novembre 2015. Déstabilisée par la contre-offensive fructueuse de l’armée régulière syrienne qui chemine inéluctablement vers l’éradication totale des groupes terroristes, la France officielle actionne ses relais médiatiques pour tenter de desserrer l’étau autour de ses alliés en Syrie, dans sa guerre contre le peuple syrien.

C’est ainsi que l’ensemble des chaînes d’information en continu font état, depuis hier, avec images – filmées par les groupes armés eux-mêmes – à l’appui, de la «reprise» d’Alep par les terroristes qualifiés par ces mêmes médias de «combattants» et de «rébellion djihadiste».

Non seulement une telle manipulation des faits est immorale, mais, plus grave encore, elle encourage les terroristes repliés en France à commettre de nouveaux attentats, d’autant que les responsables politiques français semblent complètement dépassés par les événements et privilégier leur propre avenir politique au détriment de la sécurité des Français et de tout le Bassin méditerranéen.

Qualifier les terroristes d’Al-Nosra et de Daech de «combattants» équivaudrait à accorder la même qualité aux assassins qui tuent en France, ces derniers se prévalant ouvertement de cette mouvance extrémiste violente. L’opinion publique française, dont on voudrait qu’elle soit consciente des graves enjeux qui menacent jusqu’au devenir du monde civilisé, se laisse pourtant berner sans réagir par ces médias qui ont fait de l’intox, depuis ce qu’ils ont appelé le «printemps arabe», leur leitmotiv. Le peu d’observateurs qui dénoncent ces pratiques contraires à l’éthique et obéissant à des intérêts politiciens et matériels étroits sont systématiquement montrés du doigt et carrément réduits au silence.

La menace terroriste ne saurait être endiguée par la seule vigilance policière et l’efficacité du renseignement. La décennie de terrorisme sauvage nous a appris que la lutte antiterroriste est un tout indissociable et que l’unique arme contre les terroristes islamistes est l’engagement collectif de toute la société à travers tous ses démembrements. En Algérie, malgré quelques erreurs involontaires, les médias ont fait corps avec les services de sécurité et combattu l’hydre terroriste par la plume. La corporation, qui avait cessé de se limiter à la seule mission d’informer, avait pris sur elle d’affronter l’idéologie fanatique rétrograde du FIS et de ses bras armés. Plus de cent journalistes algériens sont tombés en martyrs pour la démocratie.

L’assassinat des journalistes de Charlie Hebdo – bien que leur conception du journalisme ne fasse pas l’unanimité et que leurs articles et caricatures provocateurs soient blâmables – n’a pas incité les médias français à se libérer de leur dépendance de plus en plus manifeste envers le pouvoir politique et la puissance financière. Leur engagement en faveur de la lutte antiterroriste n’est pas aussi certain qu’il y paraît.

A quoi donc jouent les faiseurs d’opinion en France ?

Karim Bouali

Comment (33)

    Amirouche
    9 août 2016 - 10 h 55 min

    DEJA DONNER AUX PEUPLES LEURS
    DEJA DONNER AUX PEUPLES LEURS LIBERTES INSTALLER LA DEMOCRATIE LAISSER LES GENS VOTER SANS TRICHER AU DEPOUILLAGE APRES ON PEUT DIRE QUE LES GENS SONT DES TERRORISTES OU DES CRIMINELLES OUI DANS LES DEMOCRATIES CEUX QUI PRENNENT LES ARMES CONTRE L,ETAT SONT DES TERRORISTES PAR CONTRE DANS LES DICTATURES CE N,EST PAS FACILES DE LES QUALIFIER AINSI ESPERANT PAS DE CENSURE .AZUL SALAM.

    Prolétaire
    9 août 2016 - 9 h 49 min

    Réponse à souk-ahras. « L
    Réponse à souk-ahras. « L’exactitude est à un journal ce que la vertu est à une femme ; sauf que le journal peut à tout instant publier un rectificatif lui ouvrant les portes du dédouanement !!! », écrit – il.
    En dépit d’une rhétorique élégamment travaillée, et d’une pensée à la modernité fièrement affichée, le poids du passéisme pèse encore sur le frêle cerveau de notre contributeur. Comme le répète souvent le camarade Abou Stroff, régulier contributeur sur AP , les musulmans ont un réel problème avec la FEMME !!! Quel que soit leur niveau d’études, quelle que soit leur catégorie sociale, la misogynie est ancrée dans les gènes de ces hommes. La phallocratie coule dans leurs veines sans espoir de la voir un jour se tarir. Pour revenir à notre commentateur, amateur de figures de style, mais qui manque vraiment de style à l’égard de la figure de la femme, la seule comparaison qu’il a trouvé c’est celle de la femme dépourvue de vertu. Autrement dit, dans l’esprit de ce Grand homme là, la femme est une éternelle dépravée, débauchée, libidineuse. Et elle n’à même pas la chance un jour de s’amender, de s’améliorer, en un mot de devenir une Femme Vertueuse (aux yeux de ces hommes gardiens de la vertu prescrite par leur morale masculine). Contrairement un à journal qui, lui, est susceptible de modification, d’amélioration. Pauvre Femme, un papier recèle plus de vertus que ton corps porteur de l’Humanité.

      souk-ahras
      9 août 2016 - 12 h 09 min

       »….en dépit d’une
       »….en dépit d’une rhétorique élégamment travaillée, et d’une pensée à la modernité fièrement affichée, le poids du passéisme pèse encore sur le frêle cerveau de notre contributeur…. », dixit  »vous-même ». Commediante ! Ttagediante ! Pourrait-on dire. Le jeu de mots, l’allégorie ou parabole utilisée dans mon commentaire (c’est selon l’angle d’approche), ne convient visiblement pas au prolétaire qui m’attribue de facto un petit penchant misogyne ! Je constate que vous faites mieux que  »Luky Luke », par réflexe, vous savez, ce mouvement que l’on fait sans réflexion. Ou peut-être s’agit-il là d’un défaut de  »parallaxe » culturel de type inquisitoire ? Qu’à cela ne tienne ! je n’ai pas l’âme polémiste. Voyez donc cher prolétaire l’ordre sublimé de mes priorités existentielles et vitales hiérarchisé comme suit : en 1 vient ma mère qui m’a enfanté et veillé de très longues nuits, en 2 mon père qui m’a protégé, nourri et envoyé à l’école, en 3 ma femme qui partage ma vie et m’a donné des beaux enfants, en 4 mes filles et mes sœurs qui portent le futur en elles, en 5 mes frères, en 6 moi-même, tout le reste après. J’ai, depuis ma jeunesse, la ferme conviction que c’est la femme qui apportera la paix en ce monde. La femme est l’avenir de l’homme a dit le poète.

    Mouloud
    8 août 2016 - 16 h 51 min

    C’est juste mais il y a
    C’est juste mais il y a beaucoup de journalistes et de pigistes algériens en France qui ont la double nationalité et qui se trouvent le cul entre deux chaises. Il y a aussi des journalistes de gauche qui se font un plaisir d’exciter la droite en utilisant ces termes de combattants ou soldats, mais pour charlie hebdo là c’était des algériens terroristes , comme quoi les journaleux sont à géométrie variable..

    souk-ahras
    8 août 2016 - 16 h 09 min

    Les cibles évoluent avec le
    Les cibles évoluent avec le temps. Le musulman, pieux ou pas, rivalise désormais avec Pyong Giang dans l’ordre de préférence du ciblage ordonné, à en croire les grandes lignes éditoriales jouissives. L’exactitude est à un journal ce que la vertu est à une femme ; sauf que le journal peut à tout instant publier un rectificatif lui ouvrant les portes du dédouanement !!! Ceci implique nettement que les mensonges fluctuants du journalisme cibleur et des mass media dirigistes, le langage trivial utilisé par les discours publics et socialement approuvés ont fait de presque tout, un jargon vide, un verbalisme hautement cancéreux. C’est l’ère du journalisme journaleux malhonnête rémunéré pour son opinion qu’il n’a pas. Mais oui, vous savez, je l’ai entendu dire Allah Akbar en russe avant d’acheter sa baguette de pain chez son cousin épicier à Tombouctou !!!

    Prolétaire
    8 août 2016 - 8 h 27 min

    Du journalisme militant ou

    Du journalisme militant ou journalisme mutant
    Je partage avec vous un article publié sur un blog. Il s’agit d’un compte rendu sur un livre publié récemment sur le Journalisme. Il intéressera assurément et les journalistes et les lecteurs.
    « UNE CRITIQUE DU JOURNALISME
    Publié le 6 Août 2016

    Les médias participent à la diffusion de la propagande libérale. Une critique sociologique permet de comprendre la fabrication de l’information et son instrumentalisation politique.
    Le traitement médiatique du mouvement social de 2016 révèle les manipulations journalistiques. Les médias apparaissent comme l’un des piliers du pouvoir moderne. Les mises en scène priment sur le sens politique des événements. Le sociologue Patrick Champagne propose une critique du journalisme dans le livre La double dépendance.
    Ce disciple de Pierre Bourdieu se penche sur la construction médiatique de l’actualité. Les journalistes peuvent fabriquer et co-produire évènement. Les médias parviennent désormais à créer des buzz qui n’existent qu’à travers l’importance que les journalistes leur accordent. La sélection et le traitement de l’information restent influents. Les médias subissent également des influences politiques et économiques, à travers la publicité. Les sondages remplacent les enquêtes de terrain.
    Le livre de Patrick Champagne propose d’analyser cette construction de l’information, au-delà des dernières évolutions liées aux médias numériques. « Autrement dit, ce n’est pas un livre d’actualité ou sur l’actualité mais un livre qui propose des outils et une grille de lecture pour essayer de mieux la comprendre », précise Patrick Champagne.

    La fabrique de l’information
    Le journalisme, dès ses origines, semble dominé par le champ politique. La presse conservatrice défend le pouvoir. La presse d’opposition subit la censure et la marginalité. Les événements tournent autour de la vie politique et du pouvoir. Une presse populaire se développe, davantage attachée à des considérations économiques. La contrainte politique diminue, mais l’audience et la logique économique s’imposent. A partir des années 1980, les médias audiovisuels imposent la hiérarchie de l’information.

    L’événement reste une production collective. Un seul journal ne suffit pas pour mettre en avant une information. Le « scoop » ou la « révélation » doivent être repris par les autres médias pour devenir un événement. Mais la principale contrainte du journaliste provient du public qui achète le journal et détermine ce qui fait événement. Les médias « sont surtout soumis à la pression des publics pour lesquels ils produisent et ils n’existent que dans la mesure où leurs articles sont lus, c’est-à-dire dans la mesure où ils satisfont moins leurs propres attentes de journalistes que celles des lecteurs », observe Patrick Champagne. Le journal reste une marchandise qui doit se vendre.

    Un titre de presse reste tiraillé entre la logique économique et le souci de crédibilité journalistique. De nombreuses rédactions sont divisées entre les personnes qui valorisent la déontologie et le sérieux et celles qui insistent au contraire sur l’audimat. Mais un journal de qualité semble surtout lié à son audience. Le succès économique devient la preuve de l’excellence d’un média.

    Les journalistes se contentent de relayer des évènements pré-fabriqués. Ils ne proposent aucun regard critique sur le scénario préparé par les agences de communication. Les journalistes subissent une contrainte de temps qui ne leur permet pas de véritablement enquêter.
    Le journalisme de marché

    Malgré l’idéal affiché de la liberté de la presse, des contraintes et des dépendances influencent les journalistes. Une rédaction doit « laisser produire de l’information librement (condition nécessaire à la crédibilité du journal) mais à condition qu’elle soit rentable économiquement ou qu’elle ne contredise pas sa ligne politique », observe Patrick Champagne.

    La censure et la contrainte politique semblent s’affaiblir. En revanche, la contrainte économique ne cesse de conditionner le contenu des journaux. Les médias dépendent de la publicité. Surtout, ils restent des entreprises qui doivent vendre leur produit. Le souci déontologique passe après le succès commercial. « Le journalisme devient une activité presque comme une autre pour faire de l’argent ou pour faire carrière », souligne Patrick Champagne. Une normalisation de l’information se caractérise par l’intensité de la concurrence et par une rapidité croissante.

    Deux formes de légitimité médiatique se distinguent. Le Monde incarne une légitimité morale et intellectuelle. Mais le journal de référence de la classe dirigeante subit des difficultés économiques. Au contraire, le 20 heures de TF1 a un impact sur un large public. C’est son audience qui fonde sa légitimité. Mais le poids croissant des médias audiovisuels semble faire sauter cette frontière entre deux types de presse.

    Le courrier du médiateur du Monde révèle la dérive du « journal de référence ». L’attachement à l’éthique et à la déontologie est progressivement délaissé au profit d’une logique commerciale. Ce journal se banalise et peut mettre en une des sujets frivoles. Il incarne la dérive de l’ensemble de la profession. Le médiateur ne fait que s’appuyer sur le prestige du titre de presse pour cautionner la marchandisation de l’information. « Lorsque l’ancien Monde cautionne un Monde qui a, plus qu’auparavant, les yeux fixés sur ses courbes de ventes, il contribue à légitimer, et par là à renforcer, un mode de production de l’information de plus en plus dominé par l’économie, à tous les sens », décrit Patrick Champagne.

    Les évolutions du journalisme moderne
    Le journalisme évolue à travers l’utilisation des sondages et Internet. Les médias, pour chaque problème qu’ils fabriquent, proposent un sondage. Cette utilisation abusive des enquêtes d’opinion ne s’inscrit dans aucune véritable démarche scientifique. Ce qui n’empêche pas les journalistes d’utiliser les sondages pour construire une improbable « opinion publique ». Les élections permettent une utilisation omniprésente des sondages qui permettent de mettre en scène le jeu politique construit comme une course de chevaux.

    Les sondages d’opinion deviennent omniprésents. Ils ne proposent que des questions fermés qui ne permettent pas aux personnes interrogées de développer un véritable point de vue. Ces sondages remplacent l’enquête de terrain. Surtout, ils permettent aux journalistes de rivaliser avec les hommes politiques pour dire « l’opinion publique », ce que pensent les électeurs.

    Les sondages servent surtout à mesurer l’audience des émissions de télévision. A partir des années 1980, l’audimat dicte sa loi. Les émissions sont alors programmées pour attirer un large public et ainsi les annonceurs publicitaires. « C’est toute l’entreprise de production de biens culturels qui tend à être soumise à la « loi de la majorité » d’une population politiquement définie », analyse Patrick Champagne.

    Internet modifie la production et la diffusion de l’information. Il devient facile de créer et de diffuser un blog à moindre coût. Internet permet de diffuser différents supports comme l’écrit, la radio et la vidéo. C’est également un espace d’archives qui permet de rechercher des informations. Le web 2.0 permet une interactivité et casse la séparation entre l’émetteur et le récepteur. Il est possible de lire plusieurs sites et journaux selon ses centres d’intérêts. Des sites alternatifs se développent avec une approche plus critique que les médias traditionnels. Mais Internet impose également un flux d’information et une immédiateté qui produit une accélération.

    Le dépassement du journalisme

    Patrick Champagne propose une analyse sociologique du journalisme. Il montre bien l’emprise de la logique marchande dans la production de l’information. En revanche, sa démarche reste très déterministe. La logique marchande et la presse poubelle semblent inéluctables. Dans sa conclusion, le sociologue reconnaît lui-même les limites de cette posture. « C’est là que, malgré ses partis pris ou grâce à eux, la critique militante peut jouer un rôle important en réactivant l’utopisme sociologique, nécessaire pour lutter contre les routines de pensée qui consistent à percevoir le présent comme inéluctable et toutes les propositions de réforme comme irréalistes », souligne Patrick Champagne.

    Mais il se réfère à la proposition de Pierre Rimbert qui semble beaucoup trop limitée. Un « service public » de l’information est imaginé. C’est toujours la même pensée réformiste qui pense que le marché est méchant mais l’Etat reste vertueux. La presse subventionnée risque d’évoluer comme le monde de la culture. L’élitisme creux et le confort de l’entre soi petit bourgeois ne mènent à rien. Contrairement à ce que prétend Patrick Champagne et sa clique, le marché n’est pas le seul problème. Le conformisme de classe apparaît également comme un problème assez peu souligné par les sociologues et autres universitaires d’Acrimed, et pour cause.

    Pourtant, le jeune François Ruffin évoque ce problème dans Les petits soldats du journalisme. Les médias restent contrôlés par la petite bourgeoisie intellectuelle. Les journalistes semblent issus du même milieu social. Lorsqu’ils écrivent, ils pensent davantage à la réaction de leurs confrères plutôt que de s’adresser aux classes populaires. Les journalistes fréquentent davantage les milieux bourgeois et institutionnels. Ils ne comprennent pas la vie dans les quartiers populaires et les problèmes des ouvriers et employés. Même lorsque les journalistes sont précaires, ils ne cessent de s’identifier à la petite bourgeoisie intellectuelle à laquelle ils aspirent appartenir. Ainsi les médias n’intéressent plus que cette classe sociale, le reste s’apparente à l’industrie culturelle.

    Ensuite, le problème n’est pas uniquement la marchandisation de l’information. C’est le journalisme professionnel. La spécialisation et la rémunération modifient considérablement cette activité. Internet peut permettre de sortir de ce modèle pour permettre à chaque groupe ou individu de créer sa propre information ou de participer à des médias libres. Vincent Goulet propose également d’inventer des médias davantage liés aux problèmes de la vie quotidienne. Les témoignages peuvent se diffuser. Les personnes en lutte peuvent relayer directement l’information. La vieille presse agonise et les nouveaux médias restent à inventer.

    Source : Patrick Champagne, La double dépendance. Sur le journalisme, Raisons d’agir, 2016. »

      samia cherfa
      8 août 2016 - 16 h 04 min

      A prolétaire

      A prolétaire
      faire une remarque c est bien mais écrire un livre comme tu le fais c est de la propagande idiote

      Anonymous
      8 août 2016 - 19 h 00 min

      Kamarad est toujours aussi
      Kamarad est toujours aussi soporifique. Propagande…

    nouari019
    8 août 2016 - 5 h 44 min

    honnêtement je pense ,que
    honnêtement je pense ,que tout cela (agression terroriste) font l’affaire du gouvernement Français et de leur acolytes sioniste ,semé cet ambiance mal saine envers les musulmans qui serve de bouc émissaire, pour caché leur incompétence a résoudre les problèmes que les Français rencontre chaque jours, mais il ne faut pas ce caché la face ,il ne nous aimerons jamais tous juste tolérer, mais le comportement de certain de nos compatriotes je vous assure ne joue pas en notre faveur que faire SVP…

    Selecto
    7 août 2016 - 21 h 49 min

    La Belgique va expulser les
    La Belgique va expulser les algeriens , voila un sujet a traiter au lieu de vous interesser aux pays du Golfes ou aux medias francais.
    la ou on est on fout la Merde pourquoi?????

      Anonymous
      7 août 2016 - 22 h 06 min

      Ce sont les pays du Golf et
      Ce sont les pays du Golf et le Makhzen qui veulent salir la nationalité Algérienne.

      Ain El Berda
      8 août 2016 - 7 h 44 min

      SELECTO…ARRETE D UTILISER .
      SELECTO…ARRETE D UTILISER ….LA OU ON EST ON FOU LA M***…. NE PARLE PAS AU NOM DES ALGERIENS MAIS PARLE EN TON NOM…SI LA BELGIQUE EXPULSE DES ALGERIENS QU ELLE LE FASSE..CE N EST PAS LA PREMIERE FOIS QUE CELA SE PASSE! MAIS JE T INVITE A RELIRE LE PAPIER CI DESSUS POUR COMPRENDRE L INTOX ET LE DANGER QUE FOURNIT LES MEDIA ETRANGER…LA QUESTION EST SOMMES NOUS CAPABLE DE FAIRE LA MEME CHOSE AVEC NOS MEDIA ? Est ce que nous avons UNE MACHINE FORTE MULTI LANGUE QUI PEUT FAIRE DE L INTOX COMME CES TERRORISTE FRANCAIS ET SIONISTE? SOMMES NOUS CAPABLE D INFLUENCER LE GRAND PUBLIQUE DANS LE MONDE? VOILA LES QUESTIONS QUE NOUS DEVONS DEBATTRE ET D ARRETER D ETRE COMPLEXER PAR SES TERRO FRANCAIS DE TOUT BORD….ET COMME DIT DANS NOTRE CHANSON A AIN EL BERDA …WE GET WHAT WE DESERVE…WAY DOWN WE GO..GO ..GO..KALEO . SALAM DE AIN EL BERDA OU IL FAIT TRES CHAUD ..UN FOUR SANS CLIMATISAIRE…OUFFFFFF

    Muhand
    7 août 2016 - 20 h 08 min

    Les médias en France sont
    Les médias en France sont tous aux mains de puissants groupes donc les journalistes baissent la tête et écrivent ce que leurs patrons leur dictent. le front al nousra fait du bon boulot disait un certain Fabius en parlant de la guerre en Syrie, il voulait tellement envoyer l’armée pour aider les terroristes contre Bachar qu’il perd le sommeil, heureusement que l’oncle Poutine a déjoué toutes manœuvres occidentales, alors, si les journalistes Français étaient libres une question à Fabius devenu président du Conseil Constitutionnel ( quelle imposture!) devait revenir à chaque occasion, « est ce que front Al nosra a fait du bon boulot à Nice, au bataclan, à Bruxelles?

    UMERI
    7 août 2016 - 19 h 40 min

    Ils ne veulent pas voir la
    Ils ne veulent pas voir la vérité en face, en risquant de se désavouer devant l’ Opinion internationale, qui condamne le terrorisme. Ni Hollande, encore moins Sarkozy ne reconnaitront que la Syrie a été agressée , par l’Arabie Saoudite, le Qatar et la Turquie d’ Ordogan, de même que le complot qui a été fomenté contre la Libye, par le sinistre B H L, missionné par son acolyte, l’ex nain de l’Élysée et qui a casé des milliers de morts, parmi la population.

    Lobbying
    7 août 2016 - 17 h 46 min

    c’est simple , car les gros
    c’est simple , car les gros médias ( d’ailleurs comme la majorité des petits aussi qui doivent suivre les gros pour au risque de subir une mise à l’écart ) , ne font que suivre les donneurs d’ordre , c’est à dire la finance , la grande finance , je veux dire les ultra riches lobbyistes de l’armement et ceux des hydrocarbures : sans les guerres un peu partout l’industrie de l’armement dépose le bilan , et sans les guerres la consommation du pétrole chute et donc chute des ventes de produits dérivés …
    gardons bien en téte que 95% des médias sont crées par les ultra riches dérriére ( en se cachant derriére des banques …Rothch…., goldman sac….lehman…..
    et donc ils sont dans l’obligation de faire la promotion de leurs produits , ce sont des grosses boites à but ultra lucratif avant toute chose !

    SIU
    7 août 2016 - 16 h 52 min

    @BuckJohn

    @BuckJohn

    Le nantais!!!!!!!!!!!!!

    New kid
    7 août 2016 - 16 h 49 min

    Ne soyons pas enfantins, les
    Ne soyons pas enfantins, les occidentaux continueront à jouer la carte des yehoudiens et des juifs !
    Tous ces pays occidentaux joue la même carte que l’Arabie, soit dilapider les richesses et détruire des nations pendant que les dictateurs des régimes bananiers profitent au maximum sous l’œil bienveillant de l’oncle Sam. Ou ce sont refugies les têtes et les lieutenants de cette vermine d’islamistes ? N’est-ce pas en occident qui les reçoit et défend jusqu’à ce jour. Les plus beaux exemples sont le pouilleux Saddam qui a enclenché une guerre de huit ans contre le noble peuple d’Iran. Ainsi que le rat d’égout de Gaddafi qui a planté sa tente chez Sarko après le financement de sa campagne !

    Anonymous
    7 août 2016 - 14 h 41 min

    et si on parlait de nos
    et si on parlait de nos problemes!!!

      buck john
      7 août 2016 - 15 h 20 min

      80% des lecteurs de ce site
      80% des lecteurs de ce site habitent en France et possédent la double nationalité (pour le passeport comme ils l’avouent eux mémes) ils vous parlent toujours de BFM TV de I TELE a longueur de posts mais jamais ,jamais des chaines de télévision algériennes .

        Anonymous
        7 août 2016 - 20 h 51 min

        Et toi t’es qui Buck ? les
        Et toi t’es qui Buck ? les chaines BFM et ITele sont en fait des proprietes d’Algerie. Le prochain c’est la recuperation du Maroc. On est comme ca, on aime liberer les peuples en souffrances. Vends vite ta maison a Fes et celle de Casa… on arrive bientot.

        Anonymous
        8 août 2016 - 0 h 11 min

        Menteur ! plusieurs médias
        Menteur ! plusieurs médias sont nommés dans les commentaires . Réseau international ,Alterinfo ,Mondialisation.ca … Les chaines de télévision algérienne ? Demandes toi pourquoi il y a plus de paraboles aux balcons des Algériens en Algérie que de pots de fleurs plutôt que de taper sournoisement sur les immigrés . Eh oui , les Algériens sont les premiers consommateurs de médias étrangers d’Afrique du Nord ; Pourquoi ne regardent-ils pas les chaines algériennes ? tu le sais mais tu fais l’hypocrite . Entre nous ,même ton pseudo fait frelaté ,pas vraiment Dz . si tu vois ce que je veux dire .

        Les lecteurs de ce journal habitent en Amérique ( du Nord au Sud ),dans toute l’Europe ,en Australie ,en Afrique du Nord comme au Sud du continent MAIS SURTOUT ils habitent et rédigent d’Algérie .. La rédaction du journal pourrait te le confirmer .Quant à ton pourcentage je ne sais d’ou tu l’as pondu . A croire que tu travailles au ministère français de l’intérieur …

        Anonyme
        9 août 2016 - 6 h 48 min

        BFM tele et itelé ont une
        BFM tele et itelé ont une grande part de responsabilité sur la montée du racisme et islamophobie en france à force de tourner en boucle 24H :24H des images en pointant du doigt la communauté musulmane de france.
        Nous n’avons pas besoin de ces chaines pour voir autrement le monde!

        anonyme
        11 août 2016 - 11 h 29 min

        je suis pur algerien (allah
        je suis pur algerien (allah ghaleb) , je ne suis jamais sorti du bled et je ne regarde que les TV françaises!

      Anonymous
      7 août 2016 - 16 h 06 min

      Justement, nos problèmes sont
      Justement, nos problèmes sont provoqués par ces wahhabo-terroristes et leurs DAECH politiques. Il faut s’attaquer à la racine du mal, pour que le mal disparaisse

        Rohani
        7 août 2016 - 16 h 57 min

        Désolé .. Arrêtons de rendre
        Désolé .. Arrêtons de rendre les autres responsables de nos maux et nos problèmes.. Ce n est pas les autres qui vous ont imposer Fakhamatou et drabki et les incompétents et la mafia politomilitaire qui Gere le pays depuis l indépendance..

          Lyes Oukane
          7 août 2016 - 23 h 51 min

          Bien sûr que si ! c’est bien
          Bien sûr que si ! c’est bien les autres qui nous imposent nos gouvernants . N’est ce pas Fabius qui nous avait affirmé la réélection de Boutef bien avant que nos médias confirment ? Les occidentaux placent leurs pions là ou ils veulent et si ces derniers ne font plus l’affaire ,ils sont éliminés ( élection truquée ,putsch bidon ,révolution de pacotille … ) . C’est comme ça de partout ,même dans les pays soit disant démocratiques Comme en France ; Tu as le choix entre Sarko et Hollande . Les deux sont adoubés par l’oncle Sam qui lui même est noyauté jusqu’à la moelle par qui tu sais .En clair c’est face je gagne ,pile tu perds et ce bien avant l’indépendance .

          Je remarque que tu écris  » ce n’est pas les autres qui vous ont …  » ; Un Algérien aurait écrit  » ce n’est pas les autres qui NOUS ont …  » MEC TU ES LOUCHE !

    imed
    7 août 2016 - 14 h 38 min

    La mondialisation ne peut pas
    La mondialisation ne peut pas faire bon ménage avec l’islam en tant que religion. Apres plusieurs éxperiences pour
    éssayer de sauter cet obstacle l’empire judéo chrétin se voit obligé de discrediter cette religion en créant un soit disant etat islamique en le chargeant de la sale besogne.

    TheBraiN
    7 août 2016 - 14 h 38 min

    Ils ont même réussi à faire
    Ils ont même réussi à faire croire à une partie de leur opinion publique qu’Al Qaida c’était de l’opposition modérée !
    Le jour ou DAEESH sera considérée comme une organisation de défense des droits de l’homme ne doit pas être loin !

    Anonymous
    7 août 2016 - 14 h 15 min

    Ils ne comprendront leurs
    Ils ne comprendront leurs forfaits que lorsque ces monstres se retourneront contre eux a un niveau tel que la population francaise les passera a la guillotine.

    Kahina
    7 août 2016 - 12 h 44 min

    La France n’est pas libre.

    La France n’est pas libre. Elle est scellée par les chèques/dons de l’Arabie Saoudite, d’où les médias sont dans l’obligation de qualifier de patriotes/rebelles les terroristes sanguinaires qui ont massacré des centaines de français
    D’ailleurs je me demande si les wahhabo-terroristes ne sont pas les actionnaires majoritaires dans tous les journaux/médias français. La France est devenue comme un Âne qui suit la direction de son maitre.

    Wallace
    7 août 2016 - 11 h 25 min

    Finalement le fric à tous
    Finalement le fric à tous bouffer;les médias, les politiques et même les peuples « endormi » et qu il ne faut surtout pas « réveillé ».
    Le fric j usqu à vendre sa souveraineté et sacrifié une partie des siens(Sarkocu , l , autre et al nosra qui fait du bon boulot!,Hollande qui décerne la légion d,honneur à des terro…etc).
    Le fric le fric et rien que le fric pour son « confort personnel »!
    Tout es corrompu!

    Moh del Fobor
    7 août 2016 - 11 h 20 min

    La France en totale décadence
    La France en totale décadence, a besoin de l’alibi terroriste sur son territoire pour faire oublier la contre révolution libérale qui est en train de laminer le peuple français et les fiascos des gouvernances Sarkozy et Hollande. Cela s’appelle le « terrorisme utile ».

    Anonymous
    7 août 2016 - 10 h 15 min

    Si vous espérez qu’un jour
    Si vous espérez qu’un jour les médias français , aux mains d’une oligarchie qui ne dépasse pas la douzaine de personnes , fasse son méa culpa alors c’est que vous n’avez pas compris que se n’est pas une caractéristique conjoncturelle mais civilisationnelle .

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.