Les ventes de véhicules ont chuté de plus de la moitié

L'importation des véhicules a reculé à 768 millions de dollars. New Press

Malgré l’effondrement des importations de véhicules qui ont chuté de 73% en quantité, les marques françaises continuent, grâce à leur quote-part, à dominer le marché. Selon les chiffres du Centre national de l’informatique et des statistiques (Cnis) relevant des Douanes algériennes, le nombre de véhicules importés de janvier à fin juillet 2016 par les 40 concessionnaires qui ont eu la licence d’importation en avril dernier est de 53 356 véhicules contre 203 174 unités durant la même période de 2015. 

En valeur aussi, la facture a substantiellement chuté. On est passé de 2,4 milliards de dollars en 2015 à 768 millions de dollars en 2016. Le gouvernement de Abdelmalek Sellal, qui a fixé à 1 milliard de dollars le seuil maximal des importations de véhicules, peut donc se targuer d’ores et déjà d’avoir réussi le défi, puisqu’il a déjà économisé 1,63 milliard de dollars par rapport à l’année dernière. Car, en valeur, les importations ont chuté de 68%. Et les quantités de véhicules qui peuvent encore être importés sont de l’ordre de 30 000 unités. Cela en raison du contingent fixé par le gouvernement pour 2016 qui ne doit pas dépasser les 83 000 unités.

Et les marques françaises se taillent la part du lion dans ce contingent, alors qu’une dizaine de concessionnaires n’ont importé que quelques dizaines de véhicules. En effet, Renault Algérie totalise, à lui seul, 19 058 véhicules. Certes beaucoup moins que l’année dernière, où il avait importé 41 933 unités. Mais il dépasse de loin les autres concessionnaires automobiles.

Peugeot Algérie vient en 2e position avec  9 458  contre 24 134 l’année dernière. Ces deux concessionnaires français ont plus que le tiers du marché. Les deux autres tiers sont partagés par 38 autres concessionnaires. Sovac Algérie a importé cette année 5 718 unités, soit 12 000 véhicules de moins par rapport à l’exercice précédent. 6 autres concessionnaires ont importé entre 1 000 et 3 300 véhicules.

Il s’agit de Kia Motors, Nissan, GM Trade, Elsecom, Toyota et Hyundai Motors. Mais ils ne sont pas les moins lotis sur ce marché automobile où les concessionnaires français sont en position dominante. 9 concessionnaires ont importé moins d’un millier de véhicules. Il s’agit, entre autres, de Saida, Ival, Cima et Emin Auto. 7 autres moins de 100 véhicules.

La baisse importante des importations est due à l’instauration des licences d’importation et la fixation d’un contingent pour l’année en cours. Si cette baisse a permis à l’Etat de préserver ses réserves en monnaie forte et trébuchante, ses conséquences sociales s’avèrent dramatiques. Des milliers d’emplois ont été supprimés dans le secteur à cause de la baisse vertigineuse du chiffre d’affaires des concessionnaires dont certaines ne tarderaient pas à mettre la clé sous le paillasson. Et même s’ils réussissent à maintenir leur équilibre financier, leur survie reste dépendante de leur capacité à monter un projet d’investissement (montage de véhicules ou fabrication de pièces de rechange) d’ici l’année prochaine.

C’est du moins ce qu’avait exigé le Premier ministre, Abdelmalek Sellal, lors d’un déplacement en juin dernier à Tiaret. Le renouvellement de la licence d’importation est donc conditionné par un investissement productif dans la filière. Cette situation semble être en faveur d’un concessionnaire automobile : Renault Algérie. En plus d’avoir le quota le plus important en matière d’importations, Renault renforce sa position de leader sur le marché grâce au montage de la Symbol et de la Dacia Sandero dans son usine installée à Oran.

Sonia Baker

Comment (15)

    Anonymous
    29 août 2016 - 21 h 45 min

    Il faut passer du stade
    Il faut passer du stade facile des importations monopolistes, complices, et mafieuses
    (problèmes de mentalités bureaucratiques, d’assistés, gains rapides, et faciles)

    Au stade de l’industrialisation des véhicules,(compétences techniques,cultures industrielles,
    Courage de prendre des risques)
    et surtout de la sous-traitance des diverses, et nombreuses pièces de rechange créatrices de l’emploi, de la formation, et de la recherche-développement
    Comme le font les nouveaux pays émergents
    l’exemple de Toyota qui délocalise
    (main d’oeuvre de bon marché, facilités administratives, et financières sans « tchipas », et commissions)
    En Afrique du Sud,

    Les français de Renault, et de Peugeot délocalisent, et sous-traitent au Nigeria, et au …..Maroc,
    (main d’oeuvre à corvée, et à bon marché)

    Les allemands Mercedes-Benz, et Magirus Deutz (sous l’italien Iveco) en Egypte avec « Misrcar »

    Aux responsables algériens de tirer les leçons, d’apprendre, et de suivre les exemples de nos voisins
    qui s’adaptent, qui changent, et qui innovent,…..
    pour ne pas mourir dans la stagnation bureaucratique mafieuse qui a détruit le pays
    Au nom de la  » stabilité,…..? ! », et de la  » sécurité,…..?!  » du pays qui fonce dans la médiocrité,
    dans la régression, et dans la crise,…..?!




    0



    0
    Wallace
    29 août 2016 - 10 h 29 min

    On constate une fois de plus
    On constate une fois de plus le fait de favoriser la vente de voiture française.
    Bouchouareb traine en longueur d,autres investissement étranger malgré que ceux ci ont une réelle volonté d,investir en Algérie.
    Combien de dossier d,investissement traine dans les tiroirs de bouchouareb??
    N’es ce pas?




    0



    0
    Amitou
    28 août 2016 - 16 h 52 min

    Les concessionnaires en
    Les concessionnaires en dificulte doivent s investir dans la production des pieces automobiles en Algerie,en s associant avec les maisons de pieces d origine et de livrer les usines en Europe et ailleurs.
    Il est fondamental de suivre l exemple des concessionnaires Indonesiens qui obligent legalement les marques
    de voiture a s investir dans l integration sur place en Indonesie conformement a la loi des investissements etrangers en Indonesie et c est un succes total.Cette loi peut bien nous inspirer en Algerie et elle sera d un apport certain pour resoudre le probleme des concessionnaires,des consommateurs et des caisses de l Etat.
    J espere qu un responsable de l Etat au plus haut degre ordonne de rediger un rapport sur cette questtion et que la chambre des concessionnaires se penche sur l exemple Indonesien




    0



    0
    HAMOUDI
    28 août 2016 - 15 h 59 min

    ….. « Les ventes de
    ….. « Les ventes de véhicules ont diminué de plus de 50 % » . eh ben Ouf … , il était temps car on ne plus circuler dans toutes les villes d’Algérie (les petites et les grandes ) et même dans les villages ! Alors , où va-t-on comme çà quand on sait qu’on n’est même pas capable d’assurer notre indépendance alimentaire ! DONC, arrêtons complétement l’importation de véhicules de tourisme, car déjà le marché de l’occasion peut satisfaire à la demande, et utilisons beaucoup plus la « cagnotte devise divine » pour acheter des biens d’équipements industriels pour la production et la transformation de matières premières au minima et pour équiper les hôpitaux algériens pour soigner les algériens des grandes maladies du siècle (cancers, diabètes, maladie cardio-vasculaire etc… etc..)! Vaux mieux équiper nos hôpitaux que de créer des bouchons de circulation ou d’aggraver les accidents routiers tragiques à longueur de journées !




    0



    0
    baba_moudi
    28 août 2016 - 9 h 52 min

    je suis heureux de savoir que
    je suis heureux de savoir que les ventes de véhicules chutent. il y a trop de véhicules en circulation en Algérie. les routes sont saturées, la circulation est devenue très difficile, même dans les villages!!!!
    le prix de l’essence doit être multiplié par 3 pour inciter les gens à circuler seulement à bon escient.




    0



    0
      buck john
      28 août 2016 - 11 h 48 min

      Certainement une très bonne
      Certainement une très bonne nouvelle ,il faut réserver l’achat de voitures a la classe possédante de la nation ,aux élites politiques , le citoyen algérien n’a pas besoin de voitures ,avec un réseau de transports en commun serré et efficace ,des autobus et des lignes de cars longue distance confortables et ultra modernes ,climatisés ,on voyage en tout confort et sécurité .Dans ces beaux villages kabyles par exemple ,voir la beauté du transport avec des ânes qui nous plongent dans un passé de bonheur et au sud les merveilleuses caravanes de dromadaires ,il faut vivre au rythme des ancêtres et non des occidentaux avec leur soi-disant modernisme surtout individualisme .




      0



      0
        Kassaman
        28 août 2016 - 15 h 35 min

        Buck John, le temps béni des
        Buck John, le temps béni des colonies est depuis belle lurette révolu. Vous aviez peut-être des actions chez renault?
        Ce que nous devons réserver ce sont … nos réserves de change!
        S’il vous plaît, arrêtez d’insulter notre intelligence et cessez votre feinte compassion pour le peuple.




        0



        0
    cedric
    28 août 2016 - 5 h 56 min

    Acheter allemand
    Acheter allemand




    0



    0
    algerien pur et dur
    27 août 2016 - 23 h 00 min

    Ce qui nous interesse ce sont
    Ce qui nous interesse ce sont celles de fafa.




    0



    0
    Mohamed El Maadi
    27 août 2016 - 19 h 46 min

    Demander la permission a
    Demander la permission a Paris pour un credit c’est dur a avaler pour le prolo algérien qu’on saigne a toute les veines pour lui vider ses poches et engrossir le colon.




    0



    0
    Anonymous
    27 août 2016 - 18 h 18 min

    Je ne comprends pas pourquoi
    Je ne comprends pas pourquoi on remet pas l’autorisation d’importation des véhicules de moins de 3 ans ???
    Ca ne coûte rien au trésor au contraire c’est des rentrés de devises et puis il ya la douane à payer
    Sans parler des bateaux remplis s l’année
    On a peur de déplaire à la MACIA plitico rabrabiste et CIe???




    0



    0
    La Cigale
    27 août 2016 - 18 h 01 min

    Il faut boycotter tout les
    Il faut boycotter tout les produits français.
    Le burkini la haine des algériens et tant d’autres haine des français envers les algériens dois nous pousser à boycotter tout les produits français.
    La réciprocité rigoureuse.




    0



    0
      FARID EL ATRACH
      28 août 2016 - 10 h 55 min

      CIGALE TOI TU ES ALGERIEN ET
      CIGALE TOI TU ES ALGERIEN ET ARABO BAATHISTE MOI JE SUIS CHAOUI ET NUMIDE ANTI BURKINI ANTI VOILE ANTI NAZISLMISME .BERBERE BERBERE BERBERE ET SURTOUT CHAOUI N EN DEPLAISE A SELLAL




      0



      0
        anonyme
        28 août 2016 - 20 h 52 min

        Alors change ton « nom de
        Alors change ton « nom de plume. » Ca prete a confusion. Un autre chaoui qui a fait la vieille ecole au cas ou tu me prennes pour un khoroto baathiste.




        0



        0
        anonyme
        28 août 2016 - 21 h 27 min

        je crois que cigale est
        je crois que cigale est plutôt un mokoko, il a l’air vachement impliqué dans cette histoire de burkini un peu comme s’il en fabriquait ou en vendait en fin comme si sa vie en dépendait…une cigale en burqini qui crie sa haine de la france mais qui doit sans doute y habiter… c’est pas jour de plage aujourd’hui ?




        0



        0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.