Redressement au FLN : le nouvel épisode

Par Kamel Moulfi – La mise en veilleuse d’Amar Saïdani durant l’été a été visiblement profitable à ses opposants qui se préparent, selon des observateurs avertis, à le dégommer de son poste de secrétaire général du FLN. Il est fort probable que les événements qui concernent ce parti aillent très vite dans les jours qui viennent. Les premiers signes précurseurs apparaîtront dès l’ouverture de la session de l’APN. Ce n’est pas un hasard si c’est dans cette instance que l’opération de «redressement» est relancée. Les élections législatives arrivent à grands pas – elles sont prévues dans quelques mois, en mai ou juin – et nul ne peut dire avec certitude ce qu’il en résultera. Elles seront suivies, en octobre 2017, par le renouvellement des Assemblées populaires communales. C’est donc toute la vie politique du pays qui va s’inscrire dans ce contexte électoral.

Dans le dispositif électoral mis en place par le pouvoir depuis 2000, le FLN et le RND constituent les pièces maîtresses appelées à garantir la «continuité», en tissant les alliances imposées par la conjoncture, si nécessaire, pour empêcher tout renversement de situation, c’est-à-dire le fameux changement revendiqué par l’opposition, particulièrement depuis 2011.

Si pour le RND, la situation interne est suffisamment stable pour résister aux velléités de redressement de ceux qui contestent l’autorité d’Ouyahia, au FLN, c’est encore l’incertitude liée au sort du secrétaire général, Amar Saïdani, dont la position dépend des jeux de clans au sein du pouvoir, à l’origine de sa cooptation à ce poste. Au FLN, les députés et responsables contestataires semblent convaincus que, contrairement à ce que laissent apparaître l’assurance et la violence de ses discours, Amar Saïdani est plutôt un maillon faible facile à enlever.

La question qui se pose est de savoir dans quel sens ira l’évolution du FLN. Celui souhaité et défendu avec détermination par le groupe que dirige Abderrahmane Belayat ou dans une fuite en avant qui pousserait ce parti encore plus dans les bras des milieux affairistes ?

K. M.

Comment (7)

    RAMO
    1 septembre 2016 - 16 h 24 min

    Sont absence c’est juste un
    Sont absence c’est juste un stratagème pour débusquer ses proches ces ennemis il les connais




    0



    0
    TheBraiN
    1 septembre 2016 - 8 h 35 min

    La vie …
    Tout comme on continue , depuis 30 ans , de réformer des réformes de réformes de réformes de réformes ……..de réformes économiques on va redresser des redressements de …….redressements de partis .
    La vie , après tout, ne serait qu’un éternel recommencement .




    0



    0
    Mlaoua
    1 septembre 2016 - 7 h 40 min

    Changer le FLN revient à changer le système.
    Je ne crois pas au changement au sein de ce parti après le départ de Saidani, puisque le dénominateur commun de la majorité des adhérents à ce parti et certains des décideurs de notre pays c’est l’intérêt materiel. Qui parmi nous ignore que Saidani ne peut représenter les idéaux de ce parti FLN d’avant l’indépendance? Mais malgré ce qu’on peut dire de lui, il a pu diriger ce parti depuis plusieurs années et a même réussi à aller au delà de ses prérogatives en osant s’en prendre impunément à certains de nos militaires (les plus hauts gradés en plus) qui avaient prouvé leurs compétences et leur patriotisme sur le terrain, si ce n’est le soutien, sinon l’ordre reçu venant d’en haut pour cibler ces militaires, et agir de sorte à les affaiblir, les salir et à les écarter (peut être parce qu’ils dérangent certains clans ?). A un certain moment on pensait qu’il était porte parole de la présidence. Donc pour dégommer Saidani il faut surtout chercher du coté de ceux qui l’ont ramené. Si on accepte que ce monsieur parte, c’est qu’on a fini par ne plus avoir besoin de lui. On veut nommer quelqu’un d’autres pour faire croire au changement qu’on voudrait apporter malicieusement au sein de ce parti FLN usurpateur, vu les élections qui s’approchent. Et pour avoir quelque voix des électeurs en faveur de ce parti du pouvoir, il faut ce changement tactique de quelques personnes. Si Saidani parte, il faut s’attendre à certaines nominations qui seront imposées sûrement en dehors de ce parti. Je n’exclue pas que ce soit cette fois ci, c’est Baha-Eddine Tliba qui remplacera Saidani. Je ne vois pas la différence entre eux. Quand les intérêts matériels prennent le dessus sur l’intérêt de la patrie, on ne se résigne sur rien. Il suffit de voir comment ce sigle FLN est confisqué depuis l’indépendance pour en comprendre le reste. Penser à changer les hommes du FLN revient à changer le système.Ce qui n’est pas facile.




    0



    0
    Alilapointe59
    31 août 2016 - 19 h 12 min

    Anti HARKI
    Vive le FLN… C’est le FLN qui tiendra l’Algérie a vie. Le FLN de 1954 est le même qu’aujourd’hui alors les haineux, et les grosses gueules. La caravane passe et les chiens aboies. Ci on vous mettez à leurs place vous feriez pire, alors arrêté de critiquer que vous n’êtes pas mieux.




    0



    0
      amal
      2 septembre 2016 - 20 h 47 min

      d’abord ce parti s’appelle
      d’abord ce parti s’appelle front de libération nationale et logiquement, il aurait dû céder la place à d’autres parti aprés que sa misson ait été accomplie avec succès, puisque le pays a été libéré. Le problème est qu’un autre parti usurpateur a pris son nom et son prestige pour nous faire goûter des vertes et des pas-mûres, comme si nos ennemis voulaient qu’on finisse par le maudire. Mais nous avons compris que cette chouha qui se fait appeler « fln » aujourd’hui, n’a rien à voire avec le fln historique, le fln des hommes, qui non seulement ne couraient pas pour leur panse, mais encore qui étaient prêts à sacrifer leur vie s’il le fallait. Ce pseudo-fln d’aujourd’hui 7achakom est une imposture. C’est fini, messieurs-dames croyez-moi. elli fat mat et il faut se résigner à enterrer les morts et à faire leur deuil. S’accrocher à un mort ne l’a jamais fait revenir parmi les siens et croire que ce pseudo-fln est au moins « un reste » de l’ancien est une utopie grossière et une illusion digne des mirages qui font perdre la vie dans le désert.
      Lâchez prise, messeurs-dames, ceux qui ont connu le vrai fln, car ce pseudo est indigne de vous et ceux qui ont squatté la dépouille du vrai pour vous faire croire qu’il existe encore sont tous des ennemis de ce pays, qui ont juré apparemment et compte tenu de leurs actes, plus ou moins conscemment, de salir notre histoire illustre, celle de ces hommes et ces femmes qui ont retroussé les manches avec abnégation.




      0



      0
    amar
    31 août 2016 - 17 h 07 min

    LE FLN DU BENDIR A LA DERBOUKA
    UNE EVOLUTION ATTENDUE….ON AURAIT DU LE DISSOUDRE EN 1962 ET NE PAS LE LIVRER A UNE TELLE DEPPRECIATION….IL ETAIT UNE FOIS, LE FLN AVEC SES HOMMES SES EVENEMNTS ET SON HISTOIRE!
    confession d un moudjahed: en 1962 APRES L INDEPENDANCE IL RAMENAIT LA « CAISSE  » DE L ARMEE DE LA FRONTIERE TUNISIENNE IL Y AVAIT QUELQUES CHOSES DANS SA 404 COMME 85 MILLIONS DE FRANCS….IL LA ECHAPPE BELLE !!! PLUS DE TROIS BARRAGES !!! ET AVEC ARMES!!! C ETAIT SES COPAINS D HIERS….L EVOLUTION VERS LA DERBOUKA N EST PAS LA BONNE AFFAIRES POUR SI GLORIEUX SYMBOLE qui pese lourd trop lour pour ses nouveaux pretendants!!!




    0



    0
    Rascasse
    31 août 2016 - 11 h 51 min

    Pas facile la politique quand
    Pas facile la politique quand on est fils de bon famille, maintenant que les poches sont pleines et que la retraite est assurée outre mer le gars se retire et dans sa retraite faut bien assurer ses arrières, il faut être naïf de croire que Tliba doublé carburateur serait contre saidani réseau , ces gens n’ont aucune hachma et sont prêt à jouer tout les rôles tant que le bakchich continue d’affluer ou si non comment expliquer qu’un cancer ne tue pas depuis 13 ans ou qu’un AVC. n’emporte pas depuis 4 maintenant, ces gens là sont pire que la manipulation elle même pauvre de nous de croire ce qui nous montre et ne pas chercher ce qui nous cachent que une fois découvert la machination on est déjà dans une nouvelle phase d’abime de saloperie et de mutation systémique vers le pire. Drabki à terminer peut être sa mission , futé comme il est il n’aurais jamais disparu tout ce temps pour laisser la voie libre, Cest dans le manuel de survie des loups




    0



    0

Les commentaires sont fermés.