Faut-il «ramener» nos cerveaux expatriés ?

Par Samir Arnaoui – Ma réponse est non ! Pour une raison toute simple : ils ne reviendront pas. Ou pas sans rien. A nos appels pathétiques, ils répondent souvent : «Pour revenir chez vous – remarquez le «chez vous» et non «chez nous» –, il nous faut…», et la liste est longue. Je veux parler des salaires mirobolants qu’ils demandent en contrepartie, sans parler de ce que coûteraient les frais de dépaysement, les investissements en environnement verts et propres, le micro climat qui les rendrait plus productifs, les quartiers huppés construits à l’identique de ceux de Londres et de Paris… Nous devrions pour ça alléger les réserves de change du pays de quelques centaines de millions de dollars. La facture serait trop coûteuse et rien ne nous garantit que ces cerveaux made in Algeria ne soient pas tentés par un nouvel exode.

Cette histoire me rappelle celle d’un commerçant génial qui a exporté un jour une quantité de navets au-delà des mers et qui est allé demander, la même année, une autorisation de les réimporter pour cause de pénurie locale, en faisant valoir leur goût exceptionnel, ainsi que leur origine algérienne. Il nous a pris pour des débiles. Ce commerçant a pu être en surproduction, mais il a mal géré et mal prévu ; il n’a pas évalué les aléas climatiques, n’a pas assuré de stocks de sécurité et je ne sais quelles autres assurances pour l’autonomie alimentaire de ses congénères qui, eux, n’ont pas démérité en travaillant dans leurs secteurs respectifs.

De la même façon, nos cerveaux nous avaient coûté de l’argent avant leur départ –formation locale en dinars puis des bourses à l’étranger en devises –, je n’aurai pas de mots assez durs pour parler de leur défection et de la complicité tacite de ceux qui ont concocté les contrats et les règlements en vertu desquels ils se devaient de revenir. L’abandon d’un pays en danger de mort devrait être qualifié de crime. Et pourtant, ils reviennent, de temps à autre, mais ils repartent aussi vite que l’éclair.

Des traitres ? Non ! Mais des renégats, oui. Quant à leur retour pour sauver le pays, que l’on nous sert à chaque crise du pétrole, eh bien, qu’ils se décident seuls ou collectivement, dans un élan d’expiation pour leurs tentations coupables, vécues au détriment de leur patrie. L’Algérie a besoin de tout le monde certes, mais elle ne priera personne. Car qui n’aime pas son pays pour de bon est fichu pour de bon, pour lui-même, mais jamais pour son pays.

C’est que, comme dit l’adage, il subsistera toujours de petits cailloux dans le lit de la rivière asséchée de notre Algérie.

S. A.

Comment (148)

    Anonymous
    20 octobre 2016 - 17 h 26 min

    Les exemples des immigrés ne
    Les exemples des immigrés ne manquent pas .Les chinois ,les indiens qui passent des années aux USAet après avoir acquis et des compétences et de la notoriété reviennent dans leur pays pour apporter ce qu’ils ont gagnés dans leur exil Car ils ont la fibre patriotique et restent nationalistes




    0



    0
    AUTREMENT DIT
    7 septembre 2016 - 10 h 19 min

    Que vaut un serf ? Un serf
    Que vaut un serf ? Un serf vaut ce que veut Son Maître… Vieille histoire, depuis le Bachagha Boualem, et les camps pour les sioux Harkis, qui disaient au Maître : Missiou !




    0



    0
    Bekaddour Mohammed
    7 septembre 2016 - 10 h 03 min

    La pire épreuve que l
    La pire épreuve que l’Indépendance inflige à l’Algérien, depuis 1962,consiste à le confronter à l’ex « Métropole », j’entends par « Algérien », celui qui a un cerveau, pas juste un estomac, ceux là sont des cerveaux sous torture, toujours en guerre, mais combien sont-ils !!! Pas Bézef, comme dirait notre « Ami » Pieds Noirs, du cercle algérianiste. Un Serf vaut ce que vaut un serf ! Pourquoi suis-je en colère, pourquoi mon cerveau si agressé, non plus par le colon, parti, mais par les cerveaux des partis, car un serf vaut ce que vaut la politique en Algérie, on a des politiciens en Algérie ? On en a ?




    0



    0
    Mo
    6 septembre 2016 - 20 h 18 min

    Mr. Samir Arnaoui; n’ayez pas
    Mr. Samir Arnaoui; n’ayez pas peur. On ne veux pas rentrer.




    0



    0
      Nadir
      7 septembre 2016 - 16 h 41 min

      Faux. Profil fake. Aucun
      Faux. Profil fake. Aucun Algérien authentique ne dirait cela.




      0



      0
    trop tard
    6 septembre 2016 - 16 h 06 min

    Le terrorisme nous à privé de
    Le terrorisme nous à privé de faire connaitre l Algérie à nos enfants .la question ne se pose plus la plus part des cerveaux dont vous parlez sont ou serons bientôt en retraite .
    Il vont faire de même que les 500 ministres depuis 1962 qui vivent maintenant à Paris.




    0



    0
    bof!
    6 septembre 2016 - 10 h 25 min

    Monsieur Arnaoui je vous
    Monsieur Arnaoui je vous repondrez en vous citant Nazim Hikmet: : Si je ne brule pas , si tu ne brules pas, si nous ne brulons pas, comment les tenebres devienndront-elles clarte? Meditez bien cette maxime et la vous comprendrez que pour construire il faut etre en symbiose les uns avec les autres,est ce le cas? J’en doute fortement, vous ne le savez que trop bien,alors de grace cesser vos analyses foireuses qui n’ont rien de recherchees,votre discours est emprunt d’un paternalisme surannees dont plus personne ne veut,vous croyez reellement que ces gens la sont partis pour partir? Vous etes a la limite de les traiter de traitres, oui l’Algerie les a formes, c’est un droit de la part d’un pays de le faire,l’Algerie et ces richesses appartiennent a tous les citoyens(helas c’est pas le cas) ,le denigrement ne ramene rien , il ne fait que renforcer le degout et c’est pour cela pour leur survie et integrite intellectuelle qu’ils se sont deracines,quant a ceux qui sont restes nous avons bien vu en quoi le systeme les a transforme en EPAVES,arretez vos fumisteries de lampistes vous avez foire, et enfin sachez que le libre arbitre existe et qu’ils brillent par leur « CERVEAUX » et leur volonte a ce que je sache celui ci ne leur a pas ete achete et greffe? Maintenant je voudrais vous poser une question : Pourquoi le citoyen le plus ordinaire veut partir meme au prix de sa vie? Pourtant ce n’est pas un cerveau comme vous les nommez? Et enfin pourquoi vous ne tenez pas les memes diatribes les concernant?




    0



    0
      samirarnaoui
      6 septembre 2016 - 11 h 41 min

      reçu 5 sur 5 , mais au delà
      reçu 5 sur 5 , mais au delà de toutes les considérations et justifications très explicites dans votre commentaire!, que je comprends soyez en sûr, je ne peux m’empêcher de citer feu BOUDIAF Allah yerhmou : l’Algérie ne doit-elle pas passer avant tout ! ?

      Très fraternellement




      0



      0
        bof!
        6 septembre 2016 - 11 h 58 min

        Qu’est il advenu de feu
        Qu’est il advenu de feu Boudiaf? Oui l’ALGERIE avant tous, mais helas mon ALGERIE m’a ete usurpe, il ne reste plus que des moulins a vent, nous en avons marre d’etre des Don Quichotte!bh




        0



        0
        sirvo
        6 septembre 2016 - 13 h 14 min

        Faut vraiment en avoir une
        Faut vraiment en avoir une sacree couche pour poser la question que vous ecrivez en debut d article?




        0



        0
      Nouar
      7 septembre 2016 - 17 h 43 min

      Excellente réponse, rien à
      Excellente réponse, rien à ajouter sauf que moi-même je suis rentré au Bled aprés avoir obtenu mon diplome, pour regagner mon Poste à la Sonelec à Freha (Tizi-ouzou). Savez vous ce qui c´est passé, MON DOSSIER A DISPARU A JAMAIS, DONC PAS DE TRAVAIL (en 1982). Apres avoir passe le service militaire j´ai laissé ma place aux gens du piston. On voit ce qui est devenu ce pays:
      – l´un des plus sale au monde
      – l´un des plus corrompu au monde et la liste est longue.

      En tout cas Bof! merci pour votre commentaire.




      0



      0
        bof!
        7 septembre 2016 - 19 h 10 min

        Je vous salue cordialement
        Je vous salue cordialement




        0



        0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.