Sofiane Djilali : «Le pouvoir veut humilier l’opposition»

Sofiane Djilali, président de Jil Jadid. New Press

Le président de Jil Jadid annonce la couleur en menaçant de boycotter les prochaines élections législatives. Dans une déclaration à Algeriepatriotique, Sofiane Djilali affirme que la tendance générale au sein de son parti est à la non-participation «à toute élection», même s’il faut, dit-il, attendre la décision définitive qui sera prise par le conseil national du parti qui devrait se réunir en novembre prochain.

Pour lui, toute participation serait une caution «humiliante» à un pouvoir qui affiche clairement sa volonté de maintenir sa politique de «distribution de quotas» et de recourir aux mêmes méthodes antidémocratiques. D’ailleurs, il dénonce au passage l’attitude exprimée d’ores et déjà par la majorité des partis de l’opposition en faveur des élections alors que le pouvoir n’a fait aucune concession, en rejetant notamment l’idée d’une commission indépendante de surveillance des élections dans les termes suggérés par l’opposition. Il trouve absurde que des partis continuent à faire dans l’opposition, tout en légitimant des élections qui «ne feront que pérenniser le système en place» et en acceptant, pour les partis qui n’ont pas pris part aux précédentes échéances, de se faire «doublement humilier».

Pour rappel, c’est cette divergence de vue fondamentale qui a motivé le retrait de Jil Jadid de la Coordination nationale pour la transition et les libertés (CLTD) début juin dernier.

Dans une interview à Algeriepatriotique, Sofiane Djilali avait déclaré que son parti avait fait plusieurs propositions mais, à chaque fois, elles étaient refusées : engagement pour décider collectivement de la participation ou non aux élections, éventuellement – et en cas de participation aux élections – établir des listes communes, à ne pas négocier en solo, à préparer un programme commun comme alternative, à ouvrir le dossier de la Constitution «idéale» pour l’opposition… «Toutes ces propositions étaient refusées a priori au nom de la souveraineté des instances des partis politiques». «Si nous devions seulement critiquer le pouvoir, a-t-il expliqué, cela ferait un peu court. Sur ces entrefaites, les élections de 2017 s’approchant, je vois fleurir le discours insistant sur un “gouvernement d’union nationale”. Cela suppose que les élections se sont déroulées, que tout le monde était satisfait des résultats et qu’un programme de travail était posé», a-t-il dénoncé.

R. Mahmoudi 

Comment (17)

    kad
    14 octobre 2016 - 16 h 50 min

    Mr djllalli , vous êtes
    Mr djllalli , vous êtes aveugle ou vous êtes égocentriste ,vous ne représentez rien ,le pouvoir s’en fout de tout le monde .Je dirai même qu’il est devenu insensible vu le courant prédateur qui emporte tout . La culture de la mafia s’est installée.




    0



    0
    MELLO
    13 septembre 2016 - 14 h 27 min

    Ya si Sofiane, c’est le
    Ya si Sofiane, c’est le changement que vous désirez ou bien c’est la place du pouvoir que vous convoitez sournoisement? Si c’est le changement que vous voulez réellement, il n’y a rien dans votre démarche qui indique que vous militez réellement pour cette option. Ce discours est stérile. Il n’est d’aucune utilité au peuple. Qui parmi le peuple ne sait pas qui est au juste le régime algérien ? Du matin au soir, vous misez sur une hypothétique guerre des clans au sein du sérail pour vous manifester et inciter le peuple à sortir dans la rue. Chacun de vous espère au fond de lui-même qu’un clan du régime va l’adouber et le soutenir dans sa démarche. Vous faites fausse route, ya si Sofiane. Pourtant, vous savez bien que depuis 1962 à ce jour, toutes les lois électorales mises en place ont pour objectif d’empêcher l’émergence d’une véritable élite politique en mesure de présenter des candidats crédibles. Prenez acte de la leçon d’opposition sur le FFS, on lui a toujours prédit la mort politique et la fin tragique, mais il est toujours là à confirmer que le temps des miracles n’est pas encore révolu.
    Toutes les crises qui ont secoué cette formation politique n’ont pas pu avoir le dessus sur l’emprise psychologique qu’a ce parti sur les consciences collectives des Algériennes et les Algériens. Parler de crises avérées ou préméditées n’est pas si important devant cet attachement affectif et respectueux que manifeste une grande partie du peuple algérien, d’abord au dernier des historiques, Monsieur Hocine Ait Ahmed, puis au combat que ce parti politique mène depuis plus de 50 années maintenant. . le FFS est resté le seul parti politique à ne pas déserter le terrain. Oui, au moment où il fut attaqué de toutes parts, surtout à travers une certaine presse aux ordres, ce parti est resté serein et imperturbable. Qui est ce parti politique algérien qui pouvait surmonter cette rude épreuve sans aucune conséquence sur sa survie ? Je dirais sans hésitation, aucun ! Heureusement et comme à chaque fois, le FFS a pu constituer l’exception. D’ailleurs ,les élections locales et nationales prochaines seront sans doute une autre occasion pour cette formation politique de franchir un nouveau pas pour la construction d’un vrai front qui imposera un jour ou l’autre, le changement tant attendu par le valeureux peuple algérien .




    0



    0
    Amar MOKHNACHE
    12 septembre 2016 - 16 h 34 min

    YA SI SOFIANE ON NE DOUTE PAS
    YA SI SOFIANE ON NE DOUTE PAS DE VOTRE VOLONTE DE FAIRE QUELQUES CHOSES FACE A CE ROULEAU COMPRESSEUR QUI A ENTRE LES MAINS DES ARGUMENTS SONNANTS ET TREBUCHANTS…QUI SAIT REMUNERER SES SOUTIENS ET QUI SAIT AUSSI LES ISOLER !!!! il connait par coeur la culture baltaguie , elle est presente plus presente que jamais pour arracher quelques minables privileges en ces moments de vaches maigres….oui de vaches maigres..il n y a pas grand chose a distribuer et c est l opportunite pour descendre dans la rue et expliquer la necessite d avoir une oppositition…les themes sont nombreux les produits de la corruptions sont visibles dans chaque wilaya ..il suffit d expliquer qu il y a une autre alternative….il y a un prix certes …mais de nos jours rien de gratis…




    0



    0
    bouzguender
    12 septembre 2016 - 11 h 36 min

    Ya Si Sofiane ! Anaâl
    Ya Si Sofiane ! Anaâl echitane ou khaf moulak ! Tu sais pertinemment qu’en Algérie : IL N’Y A PAS D’OPPOSITION !!!

    Khalina metmasskhir….




    0



    0
      Rabah El-24
      13 septembre 2016 - 6 h 31 min

      Il n’y a qu’un système
      Il n’y a qu’un système composé de corrompus, de predateurs et de …criminels à voir les sorts de Mohamed Boudiaf, Kasdi Merbah, Krim Belkacem, Mohamed Khider, Chaabani, Khemisti etc…depuis sa naissance avec l’assassinat de Ramdane Abane !




      0



      0
    benicaid
    12 septembre 2016 - 11 h 29 min

    Il y a un certain courage et
    Il y a un certain courage et beaucoup de volonté a faire pour créer une opposition viable : les anciennes figures dépositaires légaux des statuts de leur parti doivent laisser les premières rangs a leurs adhérents plus jeunes. Cette capacité a hisser d’autres discours fera de l’opposition une alternative. Le changement n’est pas pour demain s’ils persistent a détenir la vérité. La volonté du changement chez les jeunes adhérents est sinonyme d’actions que les leaders actuels ne peuvent être les promoteurs




    0



    0
    Amar
    12 septembre 2016 - 9 h 38 min

    Ce Sofiane a mis beaucoup
    Ce Sofiane a mis beaucoup trop de temps à se rendre compte que l’opposition est humiliée depuis plus de 54 ans.
    Moi, j’ai envie de dire que c’est tout le peuple qui est humilié, sans trop le savoir, la politique de distribution a servi de masque .




    0



    0
    les damnes de la terre
    11 septembre 2016 - 23 h 07 min

    Je crois que le probleme
    Je crois que le probleme algerien depasse les partis politiques qu ils soient de l opposition ou de » facade »entendre par la les allies.Seul un sursaut populaire peut renverser la tendance.Le probleme algerien, malgre les textes regissant la vie politique et la vie en general qui sont ds l ensemble acceptables ,neanmoins,il me semble que ces textes sont faits pr la consommation externe puisque ils ne trouvent pas leur application en algerie.La realite est tt autre.Donc ce qu il faut c d oublier ttes genres d elections et de travailler en direction de la base pr avoir spn adhesion, et pacifiquement ,en ayant comme but un vrai changement,sans cela tte tentative de dialogue ou de concession ne riment a rien .Compter sr les partis, a eux seuls ,pr arriver a un changement est un leurre.NB:pr etre franc envers moi meme et envers les lecteurs et a proprement parler,au jour d aijourdui on n a pas de parti politique.Il serait plus juste de parler d appareil.




    0



    0
    lhadi
    11 septembre 2016 - 22 h 15 min

    La faiblesse de son
    La faiblesse de son enracinement social réel, le caractère parfois squelettique du nombre de ses militants, la pauvreté éventuelle de sa doctrine ou de son programme ne peut conférer à l’opposition un brevet initial de représentativité. Cette évidence n’a pas échappé aux locataires du pouvoir qui considère qu’un moineau ne peut faire peur à un épervier. Par voie de conséquence, La seule manière, en effet, de légitimer la volonté d’affranchir l’Algérie adamantine de la tutelle des tailleurs de pierres, consiste, à tout un chacun et d’après ses moyens, à stigmatiser les erreurs, les errements, les insuffisances ou les échecs. de cette mauvaise gouvernance. Fraternellement lhadi ([email protected])




    0



    0
    Anonyme
    11 septembre 2016 - 21 h 19 min

    Un autre pseudo-politique d
    Un autre pseudo-politique d’origine marocaine ? Pauvre Algerie




    0



    0
    HAMOUDI
    11 septembre 2016 - 21 h 16 min

    @Erdt (non vérifié) , tu ne
    @Erdt (non vérifié) , tu ne te rends même pas compte , mais Soufiane Djillali veut et demande presque la même chose que toi ! Si tu suis l’actualité politique de ton pays , tu sauras que Sofiane a pris ses devants par rapport aux autre partis politique car il a quitté l’ opposition à l’origine de la Conférence de Zeralda car il a soupçonné au fil du temps que les paris politiques de cette conférence (le RCD, les partis islamiste de Makri et Djaballa, le FFS ainsi que le partir de Benflis etc.. etc..) veulent s’engager dans les élections législatives que lui considère comme un piège du pouvoir qui veut se légitimer encore une fois ! Lui, il refuse ce simulacre. La question n’est donc pas les algériens ne voteraient pas pour lui ou pas mais de comprendre ce qui déclare ! Et la dessus, il est clair qu’aller aux élections sans conditions et sans réserves sérieuses de la part de l’opposition, c’est une forme de suicide politique et ces partis peuvent alors être soupçonné d’accointance et de complicité avec le régime et le pouvoir qui est capable de distribuer des quotas à l’assemblée et çà le pouvoir sait très bien le faire! C’est de çà dont il s’agit et c’est ce qu’il faut comprendre au lieu de le critiquer sans argumentation ! Salutations !!




    0



    0
    Rascasse
    11 septembre 2016 - 18 h 37 min

    Je rappèlerais juste que S
    Je rappèlerais juste que S.Djilali avait siégé au CNT.




    0



    0
    Anonymous
    11 septembre 2016 - 18 h 11 min

    Sofiane Djilali peut
    Sofiane Djilali peut boycotter les élections, il ne pèse rien dans le paysage et le débat politique Algerien.
    De plus les Algeruens s’en contre foutent, c’est la réalité du terrain. Les Algeriens veulent une transition politique , économique qui se fasse sans fracas avec une nouveau mode de gouvernance, plus de bureaucratie, une nouvelle génération du personnel politique et d’Etat, une Republique solidement assise sur des bases solides , une Education Nationale rénovée, une économie plus ouverte, l’émancipation des femmes, une politique culturelle ouverte, ….

    Quelle est votre projet Me Djilali à part vous opposé ?
    AlgerieDebout




    0



    0
    Erdt
    11 septembre 2016 - 17 h 34 min

    Sofiane djilali est le plus
    Sofiane djilali est le plus intelligent et perspicace de toute l’opposition. Il a raison,participer aux élections est une caution a un pouvoir qui méprise cette opposition,qui n’accepte pas la critique,l’avis de l’autre,qui refuse le débat. Pourtant c partis qui veulent aller aux élections ont vu comment ils sont traités à l’apn,au sénat,contre une majorité aux ordres sans esprit critique ils ne font que de la figuration!!




    0



    0
    HAMOUDI
    11 septembre 2016 - 17 h 00 min

    Cher Sofiane Djillali, tu as
    Cher Sofiane Djillali, tu as raison mon frère de dire d’après la tendance politique générale du pays que  » toute participation aux législatives serait une caution humiliante à un pouvoir qui affiche clairement sa volonté de maintenir sa politique de «distribution de quotas» et de recourir aux mêmes méthodes antidémocratiques. »

    Je suis entièrement d’accord avec toi , et d’ailleurs si le FFS, si le RCD, si « Talaie El Houriat » de Benflis, le MSP islamiste ou autres vont aux élections sans prendre les précautions nécessaires ( problème de la désignation des membres de la commission indépendante de contrôle des élections, problème de la réactualisation des listes électorales par commune, problème du vote des corps constitués comme l’armée, la police, les pompiers, la gendarmerie, problème de transparence dans les bureaux de vote lors du vote , problème du dépouillement où ce n’est pas seulement l’administration qui s’occupe des bureaux de vote mais aussi des partis politiques eux-mêmes, problème de l’acheminement des procès verbaux de dépouillement en permettant aux partis politiques de faire des photocopies des résultats avant leur transimisision au Ministère de l’intérieur, etc… etc…

    S’il n’y a pas toutes ses exigences avant de s’engager dans les élections de la part du FFS , du RCD, de « Talaie El Houriat » ou du MSP ou d’autres partis politiques et qu’ils vont quand même aux élections , eh bien cela voudra dire que ces partis politiques peuvent être comme des traîtres vis à vis du peuple algérien et qu’ils doivent être condamnés, rejetés, insultés car ils seront alors de fait en connivence avec le pouvoir et seront plus traîtres que le FLN, le RND, le TAJ, l’UGTA réunis !

    Tiens bon cher frère Djillali, tu es sur la bonne voie !!




    0



    0
      KHABATOU
      11 septembre 2016 - 17 h 26 min

      Bravo MONSIEUR l’internaute
      Bravo MONSIEUR l’internaute @HAMOUDI !

      c’est toujours un plaisir de vous lire ! Vous donnez de la lucidité et de l’oxygène à ce forum !! Bravo et bravo et bravo encore !!




      0



      0
    Rascasse
    11 septembre 2016 - 16 h 13 min

    le pouvoir a humilié l
    le pouvoir a humilié l’algérien et toute l’Algérie, pas que l’opposition, mais comme vous n’avez jamais fait partie du peuple vous ne comprenez pas la profondeur de votre lapsus ; tous des égoïstes finalement




    0



    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.