A qui profitent les titres racoleurs de certains médias sur les crimes contre les enfants ?

Le malheur des autres prend de plus en plus des allures de voyeurisme. New Press

Il y a de l’indécence dans la manière dont les tristes événements ayant trait aux enlèvements et assassinats d’enfants et aux crimes commis au sein d’une même famille sont révélés à l’opinion publique par certains médias, qui en font leurs choux gras. Il y a de l’indécence parce que derrière cet acharnement, on veut faire de ces faits malheureux un appât pour les lecteurs qui se retrouvent ainsi mis dans la position du voyeuriste qui se repaît de la souffrance et des malheurs d’autrui. Les mises en garde répétitives de l’Autorité de régulation de l’audiovisuel à l’endroit des médias qui basculent dans ce jeu pervers de la course au scoop dans un domaine qui interpelle la conscience et bannit la cupidité, n’ont servi qu’à discréditer cette institution qui a du mal à se dresser comme un rempart contre les dépassements de plus en plus difficiles à juguler.

Dans ces médias, les faits divers morbides qui sont exagérés pour les rabaisser au niveau des fantasmes des lecteurs, ou carrément «fabriqués» pour attirer l’attention, servent de matière à des articles provocateurs, photos sordides à l’appui, bâtis sous l’angle du scandale, avec une préférence pour ce qui est en rapport avec les tabous qui subsistent dans la société et qui peuvent faire sensation au niveau de la «masse», de la «foule», du ghachi comme on dit chez nous. L’information du public est, ici, un souci secondaire, voire négligeable.

Le but premier de cette pratique du journalisme est purement commercial, car, au bout, il y a le marché publicitaire qui va où se trouvent les clients potentiels, qui achèteront les produits de consommation les plus divers présentés dans les spots-réclames et couvrant une très large palette : du couscous à l’automobile, en passant par les offres des vendeurs de portables ou la lessive et le savon pour la vaisselle, etc. C’est l’argent qui commande et qui réussit parfois à éliminer toute trace d’éthique et de déontologie dans le traitement des faits.

Les crimes crapuleux, comme ceux qui sont commis contre les enfants dans notre pays, sont, du point de vue de ces médias «charognards», les plus «délectables». Le problème le plus grave est que cette façon d’agir alimente une exploitation politique et idéologique outrancière des faits avec comme objectif inavoué de pousser la réaction des gens les plus vulnérables vers le tournant religieux radical. Tapis en embuscade, les résidus des intégristes qui ont fait tant de mal à notre peuple et à notre pays, sont là à guetter la bonne opportunité pour relancer leur propagande et tenter de faire revenir l’opinion publique aux idées archaïques, fondées sur une conception totalement rétrograde de la religion.

Les enlèvements et assassinats d’enfants, qui relèvent dans la plupart des cas de l’ignorance doublée de l’arriération mentale dans un contexte social propice à la haine et à la violence, constituent, malheureusement, une aubaine pour les propagandistes qui profitent de l’ambiance émotionnelle où la raison et la lucidité sont exclues. Au lieu de lutter contre ce qui est à la base des comportements criminels qui visent les enfants dans la proximité familiale, ils cherchent à manipuler avec démagogie l’émotion et la colère, légitimes, de la population face à des actes barbares qui n’ont pas leur place dans une société civilisée.

La riposte aux crimes contre les enfants, qu’ils soient commis par des proches ou des personnes extérieures à la famille, relève à la fois de la justice, dans le respect de l’Etat de droit, et de l’effort d’éducation auquel doivent prendre part les médias. On comprend que ce n’est pas par des titres racoleurs sur les crimes – avec un sadisme qui ferait pâlir de jalousie Alfred Hitchcock – et leur photo de couteau ensanglanté illustrant systématiquement tout sujet lié à ces horreurs, que ces médias apporteront leur meilleure contribution à faire reculer la tendance à la violence. Il faut savoir qu’en définitive, l’enjeu de projet de société est toujours présent. Il n’est pas étranger au traitement de ce type d’information sensible.

Karim Bouali et Kamel Moulfi

Comment (39)

    samir
    14 septembre 2016 - 10 h 45 min

    un quotidien qui s »appelle
    un quotidien qui s »appelle EDDIAR propriété d’un haut responsable financé grâce a la publicité de l ANEP,le personnel de l’ANEP et el moudjahid ont été gratifiés d’une prime de mouton de 35 000,00 da ,5000 da pour chaque enfant scolarisé et une prime de départ a la retraite de 24 mois,un chef de service dont le salaire 130 000,00 da a multiplier par 24 mois= 312 000,00 da et pour 10 travailleurs équivalent de 31 millions DA ,a débourser par l’anep et el moudjahid au profils de ces cadres,au lieu d’etre utilisés pour d’autres projets qui servent a promouvoir la liberté de la communication et la formation propre au slogan du ministre .pour la presse privée ,ils ne restent pas grand chose ,pour durer ou disparaître,ce qui leur reste




    0



    0
    TheBraiN
    13 septembre 2016 - 14 h 14 min

    Les leçons sur la liberté d
    Les leçons sur la liberté d’expression qui ne fonctionne que dans un seul sens , on en a eu et on en aura toujours .




    0



    0
    Anonymous
    13 septembre 2016 - 9 h 57 min

    La question serait surtout de
    La question serait surtout de savoir à qui profiteraient des titres pas racoleurs?Car il y a peut-être des gens qui ne souhaitehnt que cela, que la presse dite à sensation n’en fasse plus

    Par ailleurs qu’est devenu le pédophile jean-michel baroche ayant violé des dizaines de filles en coompagnie de notables locaux à Annaba?
    La presse n’en parle plus bizarrement, peut-être a t-il été libéré………..
    Alors les internautes qui s’en prennent à une certaine presse qui racole devrait être content, là en l’occurrence on en parle plus du tout




    0



    0
      W19 - TP
      13 septembre 2016 - 16 h 00 min

      Je suis d’accord avec toi.
      Je suis d’accord avec toi. Cette presse a scandale a aussi sa necessite. Si les choses etaient faites en amont dans le respect des victimes, des familles et de la justice. La presse a scandale n’existerait pas. Il ne faut pas se taire et cette vermine de meurtre d’enfants doit connaitre sa fin en Algerie. On parle d’enfants. Quant a ce Baroche, en d’autres temps, les hommes algeriens lui auraient fait la peau. Les notables locaux dans ces horreurs doivent etre pourchasses. On parle du droit. On parle de l’integrite et du respect de la vie. Le moralisme qui conduit a l’impuissance, il faut le refuser. C’est trop facile. On ne veut pas etre la copie du Maroc. Les algeriens ne l’accepteront jamais et seront imprevisibles. Ce sont nos enfants qui meurent depeces.




      0



      0
    Neva
    13 septembre 2016 - 9 h 51 min

    A qui profitent les titres
    A qui profitent les titres racoleurs de certains médias sur les crimes contre les enfants ??? je trouve absurde cet article, à mon avis c’est une discussion byzantine..!!!
    Le moment est d’AGIR, qui consiste à INFORMER, à SENSIBILISER les gens, les parents et les enfants sur ces fléaux sociaux, tels les dangers et les crimes contre les enfants.
    Une mobilisation de la part des citoyens et des autorités compétentes est indispensable, qui permet de prendre les
    mesures nécessaires à la protection des enfants qui sont nos enfants.




    0



    0
    Si lakdar
    13 septembre 2016 - 8 h 14 min

    Oui mais notre Coran, qur’an
    Oui mais notre Coran, qur’an 65:4 stipule clairement que les hommes peuvent avoir des relations sexuelles avec des filles impubères donc des enfants Il s’agit donc bien de pédophilie.
    .Nos Ulémas devraient étudier le moyen de faire disparaître ce texte ou au moins le rendre moins explicite. Les hommes de Dieu, mosquées, Synagogues, Eglises abusent de leurs prérogatives .
    Les Chrétiens ont le mérite d’avoir saisi ce problème à bras le corps en faisant condamner au pénal les curés pédophiles. Nous devrions faire la même chose.




    0



    0
      Omria
      13 septembre 2016 - 9 h 39 min

      Il n’est pas bon de mentir
      Il n’est pas bon de mentir même si l’on se croit meilleur que les autres.
      Le verset en question : 65/4 « Si vous avez des doutes à propos (de la période d’attente) de vos femmes qui n’espèrent plus avoir de règles, leur délai est de trois mois. De même pour celles qui n’ont pas encore de règles. Et quant à celles qui sont enceintes, leur période d’attente se terminera à leur accouchement. Quiconque craint Allah cependant, Il lui facilite les choses . »
      ————————————————–
      Dans ce verset de la sourate  » le divorce », il est question du divorce d’un couple. Pour s’assurer que la femme divorcée ne porte pas l’enfant (en gestation) du mari avec lequel elle a divorcée, il faut que cette femme attende avant de faire un autre mariage avec un autre homme. Qu’il s’agisse de la ménopause (qui n’attendent plus leurs règles) ou des femmes encore fertiles, il faut attendre le terme de trois mois pour déterminer une éventuelle grossesse. Si les règles viennent encore après ces trois mois (il y a des femmes en effet qui saignent au début de leur grossesse bien qu’elle soit enceinte, ça existe), cette femme est sure de ne pas porter l’enfant d’un autre homme et peut se remarier. Celles qui sont enceintes, c’est différent. Elles doivent porter leur enfant jusqu’à terme et la dernière phrase compte sur ce délai pour permettre au couple de disposer du temps pour réfléchir a leur relation. Si pendant ces neuf mois, ils se réconcilient, alors c’est « Quiconque craint Allah cependant, Il lui facilite les choses . ». Et si l’inimitié est telle le divorce peut avoir lieu. Cependant l’homme (plus loin dans le Coran) doit pourvoir a cette femme qui a porte son enfant, le temps de l’allaitement (soit deux ans) en espérant que l’un et l’autre revoient leur position. Car ce que le Coran craint le plus c’est l’abandon des enfants, la non-reconnaissance de la filiation et les actes de mise en péril de la vie familiale (en effet, le Coran s’inquiète des effets de la séparation et invite les gens a se reformer eux-mêmes pour construire des relations viables et positives).
      ————————————————————————————-
      Je suis d’accord, les musulmans sont devenus sûrement nuls. Mais mentir sur un texte, c’est salaud. Vous êtes de la même veine que les wahhabites, une sorte de gourou qui veut avoir raison au lieu de voir sa raison saisie par la réalité et la vérité. Il faut arrêter de mentir et s’en tenir aux choses. La malhonnêteté intellectuelle, d’où qu’elle vienne est le poison qui permet le retard intellectuel des individus. Il ne faut pas mentir, il y a trop de mensonges comme ça pour ne pas en ajouter plus.




      0



      0
        Si lakdar
        13 septembre 2016 - 12 h 08 min

        C’est vous qui mentez en
        C’est vous qui mentez en tronquant l’histoire et en expurgeant du verset 65:4 des pratiques sexuelles avec des filles impubères (donc des fillettes) parce que cela dérange votre morale spirituelle.
        Je suis aussi bon musulman que vous mais j’ai le courage de voir la vérité en face. Ce qui est salaud comme vous dites c’est justement de refuser de voir cette vérité. A bon entendeur salut !




        0



        0
          Thidhet
          13 septembre 2016 - 22 h 08 min

          Il t’a donné des arguments.
          Il t’a donné des arguments. Fais-donc de même et on te prendra au sérieux.




          0



          0
        El malika belqis
        13 septembre 2016 - 23 h 29 min

        Bravo à vous .effectivement
        Bravo à vous .effectivement il y a des femmes qui saignent au début de la grossesse . Un commentaire bien écrit et explicite j’étais pas en mesure d’être aussi claire et compréhensiblé même si je connais l’explication du verset encore une fois merci .




        0



        0
    Trop tard
    13 septembre 2016 - 5 h 00 min

    C’est trop tard, Internet, de
    C’est trop tard, Internet, de plus en poche, avec soi partout, même aux W.C, a fermé la porte à La Raison. Avant Internet, il y avait possibilité qu’une société se nettoie du nombre superflu de journaux, là nous sommes tous journalistes, chacun peut créer ses blogs, et se mettre à nu. C’est fini, trop tard, l’humanité a perdu, est perdue.
    Peut-être qu’un évènement fort, vraiment fort, va sauver l’humanité, lui ôter ce qui du progrès était maléfique, mais ça ne viendra pas en douceur, hélas ! Des hécatombes en vue




    0



    0
    amal
    12 septembre 2016 - 21 h 20 min

    Nous le savions dés le début
    Nous le savions dés le début que si l’slam, laa relgion, la foi … est abaissé au niveau matériel il en découlera un rejet de tout ce qui est humain au sens « humain ». Aveor vu des gens clamer qu’ls sont musulmans en même temps qu’ils volent tuent et trichent est une épreuve pour les esprts faibles sans repères et qui n’ont aucune substance en eux-même. Ils n’ont pas de substance à cause de l’école arabo-baathiste qu a fait des ravages, mais aussi parce qu’ils ont été élevés et éduqués par des parents ignorants qui leur oont transmis l’anxiété vis-à.vis de la vie plutôt qu’un sentiment de sécurité prompr à relever l’estime en soi.




    0



    0
    Anonymous
    12 septembre 2016 - 20 h 21 min

    Non messieurs les
    Non messieurs les journalistes les crimes contre les enfants ne doivent pas être tus. Le peuple doit être informés sur ce qui se passe en Algérie. Quant au voyeurisme et au sensationnalisme, aucun journal n’y échappe




    0



    0
      Thidhet
      13 septembre 2016 - 2 h 32 min

      Désolé mais si la nuance de l
      Désolé mais si la nuance de l’article vous échappe, vous avez un gros problème. Même si vous aviez la tête coincés dans je ne sais quel trou perdu de l’arrière pays, même si vous n’avez aucune idée de la façon dont vivent les gens normaux, vous n’aurez pas trouvé que ce qui se passe dans nos médias est acceptable. Ou vous travaillez pour l’une de ces salopperies? Vous trouvez normal qu’un journal affiche presque quotidiennement sur sa Une des haches, des machettes et des couteaux ensanglantés « avec lequels » des victimes sont censées avoir été assassinée? Le journal Echorouk est l’un des plus informés du pays. Il a donc sûrement des relais dans les hautes sphères du pouvoir et devrait s’imposer un minimum de décense. Or ce torchons sanguinolant ne s’arrête devant rien pour se vendre. Dans les pays où les citoyens et leurs enfants sont plus ou moins respectés, même les journaux à sensation et à scandal les plus nauséabonds se gardent de faire étalage d’une telle vulgarité. En principe, vu ce que notre peuple a dû subir par le passé, nous devrons être le premier pays à intedir ce genre de banalisation de l’extrême violence.




      0



      0
      Thidhet
      13 septembre 2016 - 3 h 31 min

      Désolé Anonymous. Mon
      Désolé Anonymous. Mon commentaire, un peu excessif, je l’admets, s’adresse moins à toi qu’aux responsables de presse qui ne reculent devant rien pour obtenir leur part des énormes masses d’argent facile et sale qui est en train de pourir notre société.




      0



      0
    Prolétaire
    12 septembre 2016 - 19 h 35 min

    La réaction excessivement
    La réaction excessivement virulente d’AP trahit la persistance tenace de cet état d’esprit de l’omerta depuis longtemps en vigueur sur les problèmes des crimes commis contre les enfants ( viols, incestes, infanticides, assassinats, etc). Pour deux raisons évidentes, la première tenant à la question du tabou très prégnant dans la société algérienne, la seconde, à la préservation de l’image vertueuse de l’Algérie, le traitement de cette actualité a été occulté. En effet, la chape de plomb du silence à propos des crimes sur les enfants a longtemps pesé sur la société algérienne. Aujourd’hui, les langues se délient. Les familles n’éprouvent plus de honte ni de pudeur pour divulguer les violences infligées à leurs enfants par des proches, des membres de la familles. Elles n’hésitent plus à porter sur la place publique, à savoir à saisir la justice ou alerter les médias, des forfaits commis sur leurs enfants. Et aujourd’hui les médias, au grand dam d’AP, relaient de plus en plus ce genre d’informations. Et ce changement de mentalité est plutôt salutaire. Effectivement, grâce notamment aux réseaux d’information, la médiatisation de ces affaires permet de sensibiliser la population aux problèmes de la maltraitance des enfants. L’indignation et la colère générales provoquées à chaque crime d’enfant révèlent l’évolution et la mutation de la sensibilité à l’égard de l’enfance. Et le besoin de justice manifesté par l’opinion publique ne dissimule nullement quelque manipulation tramée par les islamistes qui tentent de tirer les marrons du feu. En conclusion, le dévoilement de ces crimes d’enfants ne constitue pas un dévoiement. Mais la fin de la loi du silence qui entourait ces crimes.




    0



    0
      anonyme
      12 septembre 2016 - 21 h 49 min

      l’article traite de l
      l’article traite de l’instrumentalisation de l’information, de son traitement de façon vulgaire et voyeuriste ainsi que des arrières pensées subversives dont cette façon de faire est porteuse notamment quand elle émane de médias pro intégristes , ap ne remet pas en question le fait de divulguer l’information mais la manière de la traiter et surtout d’en rajouter encore et encore




      0



      0
        Lyes Oukane
        13 septembre 2016 - 0 h 28 min

        @ anonyme de 22h49

        @ anonyme de 22h49

        Merci infiniment d’avoir remis les pendules à l’heure . L’article du dessus est pourtant simple à comprendre mais il y en a toujours quelques un pour saisir l’inverse ou autre chose . Ceux-là ,pourtant , maîtrise parfaitement le français et toutes ses subtilités . ils en deviennent plus que suspects en nous prenant pour des lapins de trois jours .




        0



        0
          bouchra
          13 septembre 2016 - 7 h 06 min

          en nahar journal et tv sont
          en nahar journal et tv sont devenus spécialistes en la matière. Ils créent l’événement avec une narration malsaine (crime de sang surtout, adultère, crime et pédophilie etc)




          0



          0
        Thidhet
        13 septembre 2016 - 6 h 35 min

        Heureusement, les esprits
        Heureusement, les esprits lucides, bien que rares, ne sont pas inexistants chez nous. Mais pour l’instant, ce sont les salauds qui tiennent le haut du pavé. Et les journalistes n’ont vraiment pas droit de se plaindre de quelque absence de liberté d’expression s’ils se taisent sur les dérives inadmissible de leurs confrères. Les algériens ne sont pas morts pour arracher des libertés pour que des connards genre Echorouk foutent la m… en toute impunité.




        0



        0
      Ahmed
      13 septembre 2016 - 7 h 29 min

      Comment peut-on être aussi
      Comment peut-on être aussi retors ? Partout dans le monde la pédophilie, le crime des enfants existe. Au lieu de mettre cela sur un éventuel tabou de la société, il faudrait déjà comprendre et saisir le mot « sidération ». Les victimes sont dans la sidération pendant des années, car il leur faut remettre leurs idées en place. La sidération est aussi du cote des familles qui parfois par peur et honte n’accompagnent pas les enfants. Affronter la réalité est l’exercice le plus difficile pour l’être humain, surtout quand c’est une tant qui coupe le corps d’un enfant en morceaux.




      0



      0
    anonyme
    12 septembre 2016 - 19 h 31 min

    oué les arabophones de bas
    oué les arabophones de bas niveau sont très friands de ces histoires , ils adorent lire et se raconter des indiscrétions surtout quant elles sont sanglantes ça leur rappelle le bon vieux temps quand ils sortaient la hache pour découper des militaires des chanteurs des policiers des sportifs des journalistes des femmes des enfants et même des moines et des imams bref un tas de gens normaux mais la normalité ils ne connaissent pas ce sont des dégénérés de l’arabisme ils ne sont en rien musulmans mais arabes et fiers de leurs anomalies




    0



    0
    Rezki Djerroudi
    12 septembre 2016 - 18 h 26 min

    Messieurs Karim Bouali et
    Messieurs Karim Bouali et Kamel Moulfi, vous trouvez que le kidnapping et puis l’assassinat d’enfants n’auraient pas du être révélé à l’opinion publique pour leur caractère choquant relève de l’absurde et suscite l’étonnement. et vous tout il beau et tout il est joli et les vaches sont bien gardées. Mais dans quelle société vivez-vous SVP ? Le fait de considérer cette terreur exercée à l’encontre des familles algériennes comme étant un fait divers et anodin nous renseigne sur votre volonté à ne pas voir disparaître ce phénomène car c’en est un finalement. Ce fléau social doit-être médiatisé pour que l’on sache .de quoi il retourne. Je comprends parfaitement votre inquiétude, mais Messieurs vous ne comprendrez jamais le déchirement et les peines qu’endurent les parents dont leurs bambins ont fait l’objet de kidnapping ou même assassinés. Par contre vous, vous n’en avez point à ce que je sache.




    0



    0
    Bekaddour Mohammed
    12 septembre 2016 - 18 h 10 min

    Nous étions, en 1962, une
    Nous étions, en 1962, une société majoritairement sans médias, le pouvoir y suppléa par des ciné bus qui sillonnaient les campagnes pour créer un lien entre lui et les hors champ, mais là c’est une diarrhée médiatique MONDIALE, n’attendez que la merde d’une diarrhée !




    0



    0
    les damnes de la terre
    12 septembre 2016 - 17 h 25 min

    Le reproche que je fais je l
    Le reproche que je fais je l adresse a l autorite de regulation de l audiovisuel .Il me semble que la mise au pt adressee dernierement aux medias par cette meme autorite ne concerne nullememt les chaines a sensation pilotee par les tenants du pouvoir




    0



    0
    Abou Stroff
    12 septembre 2016 - 16 h 43 min

    « A qui profitent les titres
    « A qui profitent les titres racoleurs de certains médias sur les crimes contre les enfants ? » titrent K. B. et K. M.. la réponse est relativement simple si on réfléchit un peu. primo, il y a la « marabunta qui nous gouverne » et dont le parrain est kouider qui peut profiter de la mise en exergue de faits divers qui servent de diversion à la faillite généralisée d’un système qui ne veut pas mourir (je veux parler du système basé sur la distribution de la rente et sur la prédation qui nous avilit et nous réduit à de simples tubes digestifs ambulants dépourvus de système nerveux). deuxio, il y a l’allié objectif et subjectif de la marabunta qui nous gouverne et qu’on pourrait désigner par la « vermine islamiste ». en effet, la vermine (du moins les éléments lambda de la vermine) croit que l’application de la charia en général et de la peine de mort, en particulier réglera TOUS nos problèmes (on peut remarquer qu’elle les a bien réglés en arabie saoudite puisque dans ce pays il n’y a ni délit ni crime et que les bourreaux chôment à longueur d’année). conclusion: la marabunta qui nous gouvernent et la vermine islamiste travaillent « main dans la main » pour fortifier et pérenniser le système qui nous avilit et nous réduit à de simples tubes digestifs ambulants acceptant d’être dirigés par des impotents et des clowns.




    0



    0
    Anonymous
    12 septembre 2016 - 16 h 41 min

    C’est la chaine nauséabonde
    C’est la chaine nauséabonde Ennahar TV qui joue ce jeu malsain , mais comme elle est sous le haut patronage de $aid Tchipa on laisse faire le sensationnel




    0



    0
    Anonymous
    12 septembre 2016 - 16 h 41 min

    Il faut aussi parler de la
    Il faut aussi parler de la pédophilie dans nos mosquées, aussi présente que dans les églises et les synagogues , et même dans les familles . Mais cela est tabou et c’est dommage pour notre jeunesse qui maltraitée risque de se retourner vers les Salafistes qui sont pourtant loin d’être irréprochables sur ce point.
    Mais notre Coran lui même le permet alors peut-être faudrait -il que nos Ulémas corrigent cette sourate .
    Il faudrait aussi avoir dans les familles ou dans la rue plus de considération pour nos filles.
    Tout ceci est objet d’éducation, alors agissons dans nos écoles, nos universités et bien sur nos mosquées.




    0



    0
      el milia kvayl
      13 septembre 2016 - 9 h 51 min

      ecoutes l’évangéliste ,
      ecoutes l’évangéliste , occupe toi de tes eglises pédophiles, inutile de te faire passer pour algérien musulman
      Votre technique est bien rodée mais toujours visible




      0



      0
    Thidhet
    12 septembre 2016 - 15 h 43 min

    Tant qu’Echorouk existe, cela
    Tant qu’Echorouk existe, cela signifie que de grands voyous sont encore au pouvoir en Algérie. Ce journal est une honte pour notre pays. Il donne à lui seul envie de ne plus mettre les pieds dans ce pays.




    0



    0
      El malika belqis
      14 septembre 2016 - 22 h 55 min

      .étant une très bonne
      .étant une très bonne arabophone je vous le confirme .echourouq ou el ghouroub m’a fait presque détester la langue que je chéris le plus : l’arabe . Tout ça à cause de son manque d’éthique et de son arrièrisme .heuresement que des cerveaux comme ahlem mostghanemi donne à l’arabe sa valeur mérité d’une langue de classe de prestige et de civilisation. Joubrane khalil se retourne dans sa tombe .




      0



      0
    anonyme
    12 septembre 2016 - 15 h 15 min

    Attention aussi aux femmes
    Attention aussi aux femmes qui manifestent contre l’assassinat d’une fille et passent sous silence l’assassinat de l’enfant qui a été découpé en plusieurs morceaux Ain Fakroune par la femme de son oncle et sa mère, il y a manipulation.




    0



    0
      Anonymous
      12 septembre 2016 - 16 h 42 min

      par sa mère aussi ? Rabbe y
      par sa mère aussi ? Rabbe y stor.




      0



      0
      El malika belqis
      14 septembre 2016 - 23 h 11 min

      Mais biensure parmi tous les
      Mais biensure parmi tous les criminels hommes .quand c’est une femme criminelle il faut ramener le genre féminin au débat .pourquoi il faut que les femmes manifestent contre l’assassinat de ce bambin c’est tout le monde qui manifeste sa colère. Cet acte ignoble est dans le cadre de l’assassinat des enfants par des fous sataniques peu importe le genre c’est pas comme la violence conjugale qui est un fardeau sur la femme ce qui suscitent la colère du genre féminin .j’ai lu dans un site arabophone un idiot qui écrit  » oui c’est à cause des droit des femmes  » .la misogynie est une pathologie incurable dans cette société ras le bol .




      0



      0
    W19 - TP
    12 septembre 2016 - 15 h 13 min

    Si on ne veut pas finir comme
    Si on ne veut pas finir comme des degeneres (car les ingredients sont bien la), il faut une justice implacable contre ces meurtres, une ecole formatrice qui se libere de l’arrieration des pro-wahabites et une culture de la deontologie partout ou les metiers sont en relation avec la population : mediats, medecine, police, etc. La mort ne doit etre exploitee par personne. L’histoire de ce petit garcon est si terrible qu’il est difficile de concevoir les choses sans avoir le vertige. Quand l’etat agira de facon responsable pour eviter a ce peuple les manipulations perverses ?




    0



    0
      Anonymous
      13 septembre 2016 - 15 h 52 min

      cette violence contre les
      cette violence contre les enfants et en general ;ce n’est plus ou moins que ,les résidus de la décennie noire




      0



      0
    Anonymous
    12 septembre 2016 - 15 h 01 min

    Pourquoi vous ne donnez aucun
    Pourquoi vous ne donnez aucun nom de chaine ? c’est un secret pour personne..à leur tête la chaine débilisante ENNAHAR qui passe son temps à défendre Le Clan




    0



    0
      Anonymous
      13 septembre 2016 - 2 h 38 min

      la Chaine ENNAHAR TV est
      la Chaine ENNAHAR TV est connue pour être tenue par des très proches du clan au pouvoir donc rien d’étonnant. Quand le pouvoir veut faire connaître une chose ou transmettre une info, il passe par cette chaine privée et bien sûr par les chaines publiques




      0



      0
    LEVEL 7
    12 septembre 2016 - 14 h 37 min

    Et les actes de pédophilies
    Et les actes de pédophilies dans les écoles ou dans les Eglises ont en parle ou c’est contreproductifs pour l’Islamophobie que l’on nous concocte ???




    0



    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.