Air Algérie va acquérir une quarantaine d’avions

Dans deux ans, quatre appareils seront réceptionnés. D. R.

La compagnie Air Algérie lancera entre 2018 et 2025 un nouveau programme d’acquisition d’une quarantaine d’avions pour renforcer essentiellement ses destinations long courrier, a confié à l’APS le P-DG de cette compagnie nationale, Mohamed Abdou Bouderbala. Ces acquisitions seront effectuées sous différentes formes comme le leasing, avance-t-il.

La première partie de ce programme sera réalisée entre 2018 et 2020 durant laquelle 4 appareils seront réceptionnés rien qu’en 2018, tandis que la seconde phase sera effectuée entre 2020 et 2025. Ainsi, à travers ce programme, Air Algérie compte augmenter sa flotte à une centaine d’appareils contre une soixantaine actuellement dont 75% sont composés d’avions moyen courrier.

Interrogé sur un éventuel recours à des financements extérieurs pour la concrétisation de ce programme, le premier responsable d’Air Algérie considère que «la compagnie doit se débrouiller pour chercher des financements. Ce type de financement (extérieur) reste une possibilité que nous allons étudier». Pour Bouderbala : «Tous les moyens sont ouverts, le plus important est que ce soit rentable et abordable pour la compagnie.»

Pour rappel, dans le cadre de la mise en œuvre de son dernier plan de restructuration 2012-2017, cette compagnie aérienne avait lancé une opération d’acquisition de 16 avions. En 2015, 8 appareils avaient été réceptionnés composés de 3 Airbus A330-200 (250 à 300 places), 3 ATR (66 places) pour desservir des lignes domestiques, et 2 Boeing 737-800.

Le coût total de ces 16 acquisitions opérées sur 2015-2016 est estimé à 1,073 milliard de dollars (93,3 milliards de dianrs). En plus du renforcement de sa flotte, la livraison de la nouvelle aérogare internationale d’Alger en 2018 va permettre à cet aéroport de devenir un «hub» régional et continental de transit de voyageurs. «Nous envisageons de créer avec ces programmes un trait d’union entre l’Afrique, l’Europe, l’Amérique et d’autres destinations», avance le même responsable.

Dans l’attente de la réalisation de ces projets, Air Algérie compte ouvrir des lignes vers l’Afrique d’ici fin 2016 ou début 2017 avec des vols vers Libreville (Gabon) et Addis-Abeba (Ethiopie). Actuellement, les vols d’Air Algérie desservent 44 destinations à l’international dont la plus récente a été inaugurée jeudi dernier avec l’ouverture d’une ligne Alger-Budapest.

Evaluant le bilan d’activité de l’été de l’année en cours, Bouderbala se montre plutôt satisfait : «Nous l’avions passé de façon globalement positif. Nous avons même pu maîtriser les perturbations qu’avaient connues d’autres compagnies.»

R. E.

Comment (8)

    TheBraiN
    19 septembre 2016 - 8 h 55 min

    De quoi bien amuser les fils
    De quoi bien amuser les fils et filles de !




    0



    0
    Amine
    18 septembre 2016 - 18 h 04 min

    Aïe ! Aïe ! Aïe ! Il y a des
    Aïe ! Aïe ! Aïe ! Il y a des « gens » qui vont se sucrer sur le dos du peuple car, pour sûr, que ça va être la GRANDE BOUFFE !!! A vos portefeuilles et vos comptes bancaires à l’étranger… Au fait, quarante aéronefs ça va chercher combien de milliards de dollars ???




    0



    0
    Hania
    18 septembre 2016 - 14 h 20 min

    Avec toutes ces nouvelles
    Avec toutes ces nouvelles acquisitions j’espére qu’air Algerie n’affretera plus des avions pourris à air asia que j’ai pris il y a 4 jours en provenance de Paris.




    0



    0
    momo
    18 septembre 2016 - 11 h 41 min

    j etais depuis 2 heure a
    j etais depuis 2 heure a atendre un avion qui n arrivai pas a l aeroport de lyon avec aucune information de la par d air algerie. vu l impatience et la nervositer des passager presque l agression une employer nous dit .laisser moi tranquille je n ai aucune information sur votre air couscous .




    0



    0
    Anonymous
    17 septembre 2016 - 21 h 44 min

    Bien sur , 40 Airbus , et , s
    Bien sur , 40 Airbus , et , s.v.p, des usines d’Airbus de Toulouse, en France,
    Pour améliorer davantage la balance commerciale française (et,…aggraver la balance commerciale algérienne)
    Pour l’emploi en France, et pour l’économie française en générale
    (Echo sur la campagne électorale, en France, oblige: dossiers économiques des candidats aux élections )
    Et faire discrètement, et indirectement ……des gestes, et des signales politiques,
    …..Avant les élections françaises de Mai 2017
    Si non Mr. François Hollande, le président français, l’état actionnaire français sur Airbus,
    et le gouvernement français
    Vont se facher, et vont – peut etre – prendre les mesures discrètes, secrètes, et graduelles qui s’imposent
    (les armes de chantages, de pressions, de blocages, de gels, sous diverses formes…..)
    – comme de leurs habitudes – les dirigeants, et responsables français
    Pour qui les interets supremes (économiques bien sur) de la nation française sont une ligne rouge
    A ne pas toucher

    Mais, malheureusement, au détriment de d’autres priorités urgentes de l’économie algérienne
    A savoir assainissements, réformes, et restructurations profondes, radicales, totales, prioritaires et urgents de L’ensemble des secteurs de l’économie nationale, très fragile, malade, en manque de compétitivité,
    A commencer par Sonatrach, Sonelgaz,et les autres grandes entreprises nationales, ……..

    Et réhabilitation de secteurs stratégiques, vitales, et sécuritaire pour la vraie indépendance du pays à savoir
    L’Agriculture, les élevages, la peche, la mise en valeur de nouveaux périmètres,l’hydraulique
    Pour les irrigations, les Petites, et Moyennes Entreprises agricoles, agro-alimentaires, et industrielles (P.M.E)
    Pour la production de nouvelles richesses, de diversifications économiques stratégiques pour le pays fragilisé

    Une économie algérienne reposante uniquement
    Sur les recettes des exportations de la rente pétrolière non renouvelable (98% ?!)
    Ni avant 1999 (conjoncture très difficile, sortie d’une décennie malheureuse de destructions et de sang,….. ),
    Ni surtout après 1999 (où les conditions étaient réunies, et très favorables pour le décollage économique,?!…)

    Aucun progrès d’amélioration des performances de l’économie nationale, pour son affranchissement
    De sa très grande dépendance, et sécuritaire, il faut pas l’oublier, non plus, …..du pétrole algérien
    N’a été accompli, c’est malheureux, c’est triste, et c’est très dangereux pour l’avenir de nos futures générations




    0



    0
      Sprinkler
      19 septembre 2016 - 11 h 42 min

      .Bonjour..Vous auriez
      .Bonjour..Vous auriez avancés les mêmes  » argument « si Air Algérie devait se fournir chez BOEIING puisqu’aux USA aussi s’annoncent des élections présidentielles…ça ne tient pas la route, même si l’on peut vous concéder que ce type d’annonce a souvent des  » retombées  » politiques…




      0



      0
    Bouzorane
    17 septembre 2016 - 18 h 11 min

    Décidément, nous avons un
    Décidément, nous avons un gros problème de communication!!….Pourquoi préciser « entre 2018 et 2025 »??? c’est la précision de trop qui porte préjudice à l’annonce et lui enlève toute son importance!!…Il fallait juste dire « air algérie lancera en 2018 un programme d’acquisition de 40 appareils…etc etc » » Pas besoin de préciser que ce programme est étalé sur 7 ans!!…Il fallait aussi annoncer le cout prévisionnel de cette acquisition, en le gonflant un petit peu….Les compagnies étrangères utilisent ce genre d’annonce pour se faire de la publicité gratuitement….Il faut faire le buzz!!….Nos responsables ne maitrisent pas encore les techniques de communication et les effets d’annonce…Ils ne savent pas que tout est basé sur l’image, l’apparence, le marketing, la publicité…




    0



    0
    Anonymous
    17 septembre 2016 - 16 h 04 min

    ils ferait mieux d’embauchés
    ils ferait mieux d’embauchés des employés compétant ,et viré tous les enfants de la nomenklatura.




    0



    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.