Mokri critique Nahnah, dévoile sa loyauté au FIS et se prosterne devant Erdogan

Abderrezak Mokri. New Press

En prenant la tête du MSP, Abderrezak Mokri se retrouve visiblement dans une position inconfortable face à une mission qui le dépasse totalement. Il n’a pas le charisme et encore moins le capital idéologique «historique» appuyés sur un statut d’activiste de terrain – le fameux «scieur de poteaux» –, dont jouissait Mahfoudh Nahnah au sein de la mouvance islamiste en Algérie, ce qui donnait au «cheikh» une place incontestée parmi les leaders dans le paysage politique algérien où il se présentait comme un rival dangereux, non pas pour le pouvoir qui a su en faire un allié, mais pour le FIS qui s’était lancé dans l’aventure du recours aux armes et au terrorisme. Une question vient à l’esprit : Nahnah se serait-il prosterné toute honte bue devant le Turc Erdogan comme le fait Mokri qui n’hésite pas à se présenter comme son vassal même ?

Par ailleurs, il suffit de consulter dans les archives les déclarations de Mahfoudh Nahnah pour se convaincre qu’il était un véritable allié du pouvoir au point où des personnalités algériennes expertes en politique disaient même que «Nahnah roule pour le pouvoir». On a beaucoup parlé d’«entrisme» pour caractériser la ligne politique de Nahnah à l’époque, et Mokri veut accréditer cette thèse pour faire passer la ligne que lui-même veut imposer au MSP, non pas la ligne du réalisme, voire du patriotisme, qui inspirait certainement Nahnah, mais tout simplement celle du louvoiement opportuniste en faisant le parallèle avec ce qu’a fait son maître Erdogan avec l’armée turque.

Pour couper avec le legs de Nahnah, il ne reste à Mokri qu’à recourir à de vaines tentatives de se distinguer en déformant la ligne et les choix du fondateur du MSP Mahfoud Nahnah dont il «critique» la démarche à partir d’une évaluation fausse de la participation de celui-ci, qui était basée sur une adhésion consciente au consensus antiterroriste mis en place dans les années 1990 et en pleine connaissance de l’enjeu qui était la sauvegarde de l’Algérie. Le symbole de ce consensus antiterroriste a été Bouslimani, président de l’association Irchad oua islah et proche de Mahfoudh Nahnah, enlevé en novembre 1993 puis assassiné. On est loin de la petite tactique de Mokri pour prendre un strapontin dans les instances en laissant croire que le MSP s’inscrit ainsi dans une stratégie de prise du pouvoir. C’est cette petite tactique qu’il vient de confirmer dans sa communication présentée à Doha, au Qatar, où se sont réunis les dirigeants des Frères musulmans à la recherche de formes d’adaptation qui permettraient la survie de leur mouvement menacé par l’évolution des événements dans les pays, comme l’Algérie, qui sont leurs cibles.

Les islamistes du MSP opposés à Mokri sont convaincus que la place «naturelle» du MSP est au sein du pouvoir, dans le gouvernement, au «centre des décisions», et dans ce but, toutes les initiatives sont bonnes. Ils estiment que c’est la substance de la ligne politique de Cheikh Nahnah. C’est le projet de Bouguerra Soltani : préparer la base islamiste à l’illusion que le MSP pourrait occuper une place centrale et influente dans la prise de décisions. Pour cela, pas de chaise vide, pas de boycott, mais la participation et la présence permanente dans les événements politiques, disent les tenants d’une politique d’alliance avec le pouvoir, qui donne pour argument le fait que le MSP doit devenir un acteur incontournable sur la scène politique, en perspective des évolutions futures encore incertaines.

En fait, ceux, au sein du MSP, qui ont goûté au pouvoir savent qu’il présente des avantages non négligeables, à condition d’arrondir les angles. C’est ce que fera Mokri, après bien des circonvolutions.

Houari Achouri

Comment (37)

    Aziz le Chéllalien
    15 novembre 2016 - 13 h 20 min

    Drôle de personne ce Moquerie
    Drôle de personne ce Moquerie. ‎Mokri critique Nahnah ……. C’est l’hôpital qui se moque de la charité ‎

    mehdi mountather
    1 octobre 2016 - 13 h 53 min

    Ces partis politique a la
    Ces partis politique a la poubelle de l’histoire.Aux algériens de 48 wilayas d’appliquer le Coran a 100% et de mettre fin a face book aujourd’hui urgent pour éviter la mort ce mois d’octobre 2016 par ces punitions d’ALLAH les inondations les séismes plus 5 tsunami les foudres tornade grêlon météorite les accidents de la route de train crash d’avion naufrage Zika les virus dépression et arrêt cardiaque aux terroristes de poser leurs armes les responsables de ces inondations et séisme les algériens qui passent leurs temps a face book et ne lisent pas le Coran le maire chef daira le wali aucune relation avec les inondations

    anti moquerie
    30 septembre 2016 - 13 h 42 min

    ce mokri est une pure
    ce mokri est une pure « moquerie » du siécle, il est plus dangereux qu’ali benhadji, tous les salafistes criminels du fis, du gia, du gspc, d’el qaida, du daech et de tous les criminels barbares réunis du monde.
    si par malheur ce mokri accéde au pouvoir en Algérie, il cédera le pays a tous ces maitres aventuriers d’erdogan, des ibn « yahoud et autres homo6;
    il commenceras a céder sur la question du sahara occidental au profit des mokokos et procéderas a l’ouverture des frontières terrestres avec notre ennemi lache et perfide de l’ouest.
    cet individu est a surveiller comme le lait sur le feu !!.

    Illetre
    29 septembre 2016 - 7 h 51 min

    A.P. Je crois qu’il fallait
    A.P. Je crois qu’il fallait écrire  » dévoile sa loyauté à l’ex FIS »

    Anonymous
    29 septembre 2016 - 7 h 22 min

    Il faut savoir que les
    Il faut savoir que les islamistes tout comme les arabistes, leurs lubies restent la «oumma islamique» pour les uns et la «oumma arabe» pour les autres et Le pire des deux ennemis du nationalisme, étant les Frères musulmans qui affichaient clairement un programme rétrograde et obscurantiste et rêvent de restaurer le califat ! L’Histoire nous donne raison : ils n’ont eu de cesse de détricoter et de bloquer de l’intérieur les rouages de l’Etat en y plaçant massivement les leurs pour les dédommager d’un prétendu militantisme et non pour leur compétence, qui pour la plus part ne l’ont pas.
    Si Mokri savait que le fondateur des freres musulmans, Hassan El-Banna, grand père maternel de Tariq Ramadan, était admirateur de Hitler auquel il a piqué quelques idées pour peaufiner son parti … il changera de regard sur cette organisation internationale islamiste aux ramifications touchant tous les pays dits «arabo-musulmans», jusqu’en Occident; et ce, depuis la chute du mur de Berlin !
    Les responsables politiques du PS Francais veulent nous vendre les Frères musulmans en nous assurant cyniquement que leur islamisme est light/modéré et compatible avec la démocratie, pour nous convaincre de les accepter.
    Ce que ces intellectuels refusent de voir c’est que la doctrine qui fonde les Frères musulmans n’est autre que le wahhabisme, qui n’a rien à envier au fascisme totalitaire d’autres doctrines que l’Occident a connues lors de la seconde guerre mondiale : le nazisme et le fascisme. Sauf que le wahhabisme a vocation à l’expansionnisme, et veut convertir par la violence au besoin, tout le monde arabe et non arabe à cette doctrine !
    Ce qui est sur,c est que Monsieur Mokri est membre de l internationale des freres musulmans issue du Wahabisme aux cotes du Turc Erdogan et du Tunisien Ghannouchi.
    Le Wahhabisme que subissent les pays du monde «arabo-musulmans» depuis que les Ibn Saoud et leur frère ennemi l’émir du Qatar, riches de leurs pétrodollars, ont mis tout en oeuvre pour diffuser cette doctrine : par voie satellitaire en multipliant les chaînes de TV et les émissions «religieuses»; lors du pèlerinage à la Mecque où tout est organisé sur place pour convertir au wahhabisme les pratiquants qui se chargeront de le diffuser autour d’eux une fois rentrés dans leurs pays; par le financement des écoles coraniques, des mosquées et des centres «culturels» en fournissant au besoin les imams et autres prédicateurs pour les animer …
    Est ce que Monsieur Mokri n a pas compris la stratégie du Frère musulman Erdogan quand il veut en finir avec le régime laïc de la Turquie où il veut remplacer la constitution par la charia; tout comme son frère Ghannouchi d’Ennahdha, l’autre branche des Frères musulmans en Tunisie, qui a transformé ce pays pacifique en premier exportateur de terroristes dans le monde et plus particulièrement en France?
    N a t il pas compris les dégâts que les Frères musulmans ont produits en Egypte,ont transforme ce pays phare de la culture «arabe» en pays où la bigoterie le dispute à la misère intellectuelle? N’ont-ils pas tiré les leçons des années noires de l’Algérie quand le FIS, branche algérienne des Frères musulmans, décimait les intellectuels.
    Cet homme est dangeureux pour la stabilite de l Algerie,il est un membre actif du Wahabisme aveugle

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.