Déchets ménagers : des milliards de dollars de pertes

Un Algérien génère environ 300 kg de déchets ménagers par an. New Press

L’absence de recyclage de déchets industriels et de déchets ménagers coûte énormément à l’Algérie. Selon Karim Ouamane, directeur général de l’Agence nationale des déchets, chaque année, l’équivalent de 3,2 milliards de dollars de déchets ferreux aurait pu stimuler l’industrie de recyclage. En tout, 2,5 millions de tonnes de déchets industriels jetés annuellement. Une grosse quantité qui représente de la matière première souvent importée. A cela s’ajoutent les déchets ménagers qui représentent une valeur annuelle de 38 milliards de dinars, précise le directeur de cette agence pour lequel beaucoup d’efforts sont consentis pour valoriser ces déchets, faire le tri et le traitement.

S’exprimant aujourd’hui sur les ondes de la Chaîne III de la Radio nationale, il assure que cela se fait normalement en insistant sur l’importance d’une telle politique. Selon lui, un Algérien génère environ 300 kg de déchets ménagers par an. Si l’on multiplie cela par 40 millions d’habitants, on aura 12 millions de tonnes de déchets ménagers par an. Pour les éliminer, il faudra dégager 400 hectares de terre par an. Ce qui est énorme, estime Karim Ouamane. «La stratégie de valorisation est l’option la plus adéquate afin de se débarrasser de manière intelligente et rentable de nos déchets qui peuvent aisément être transformés en matière première qu’on importe en monnaie forte et trébuchante», a-t-il estimé.

M. Ouamane indique ainsi que le travail est lancé pour la mise en application de cette stratégie à travers le lancement de la première opération d’envergure de tris sélectifs des déchets domestiques. Cette opération, en cours à Alger, sera accompagnée de la création progressive de 86 sites de collecte installés dans divers endroits névralgiques. Pour lui, il faut changer le regard qu’on a envers les déchets qui peuvent constituer une véritable valeur ajoutée s’ils sont bien pris en charge.

Sonia Baker

Comment (6)

    Djamel Belaid
    13 octobre 2016 - 14 h 27 min

    Le cours de la tonne de
    Le cours de la tonne de cannettes en aluminium est de 800 euros.
    C’est là un bon argument pour recycler…




    0



    0
    anonyme
    8 octobre 2016 - 22 h 06 min

    vu dan « thalassa » des
    vu dan « thalassa » des pêcheurs espagnols qui en même temps qu’ils pêchent ramassent les ordures présentes dans leurs filets et les portent au recyclage, ils sont payés et l’entreprise qui les paie fabrique plein de choses avec les déchets plastiques notamment : des accessoires de mode, des vêtements , etc. la matière qu’ils récupèrent est traité en partie en Corée du sud et ils en fabriquent une toile faite à 100% avec de vieux filets de pêche récupérés dans la mer ! le patron espagnol dit ceci: tant que nous n’auront pas réalisé un matériau aussi beau en espagne on continuera d’aller le faire faire en corée jusqu’à récupérer le savoir faire! essamet yeghleb leqbih! avec cette politique cette entreprise est même présente au salon mondial de l’habillement masculin à florence italie. les milliers de tonnes de déchets méritent bien une méga usine par wilaya !




    0



    0
    Amitou
    8 octobre 2016 - 17 h 18 min

    Il est indispensable et
    Il est indispensable et fondamental a l etat d encourager la creation d entreprises de recyclage et de les exonerer
    d impots pour les 5 premieres annees,Ces entreprises de recyclages feront gagner l Etat de plusieurs milliards de dinars en allegeant sa facture pour les importations de metaux et de plastics tout en menageant les deponies…
    Un enorme gain de temps et d argent pour l Etat et surtout pour l environnement.c est une urgence et c est a nos verts de faire parvenir cette urgence au parlement.




    0



    0
    Nasser
    8 octobre 2016 - 16 h 04 min

    l’ état doit impulser une
    l’ état doit impulser une politique relative au recyclage des déchets par des campagnes de sensibilisation et les associations ecolcertaines des aides pour des créateurs d’ entreprises dans ce domaine (peut être est ce déjà d’ actualité) , car c’ est une niche économique non seulement crée des emplois mais nous permettras de réduire certaines importations. Il n’ est jamais trop tarde d’ autant que ça demande beaucoup d’ investissement que de sensibiliser toute la société civile.je n’ oublie pas les écologistes qui sont en 1° ligne




    0



    0
    ferial
    7 octobre 2016 - 5 h 34 min

    Il faudrait commencer par
    Il faudrait commencer par initier les enfants à l’école, les sensibiliser à la gestion des déchets.
    Promouvoir les composteurs pour les déchets végétaux etc…
    Pour ce qui concerne les adultes je crois que c’est foutu quand on voit le comportement de la plupart d’entre eux.




    0



    0
    mouzoubia
    6 octobre 2016 - 20 h 13 min

    Les colonnes de la presse
    Les colonnes de la presse quotidienne consacre des larges manchettes à ce fléau mderne des déchets ménagers qu’endure l’Algérie et les algériens. Malgré les analyses des spécialistes de tout poils honnissant le manque de civisme des uns et l’incurie des autres ministres « pantouflards » et autres carriéristes.
    Un traitement global de ce problème avec des solutions adaptés en amont et en aval n’a pas encore vue le jour.
    Faut-il répéter toujours les mêmes choses: 2 millions de pneus c’est autant de matière recyclable pour revêtir les routes, on peut chauffer tout Alger avec l’incinération, revenons au système de la consigne pour récupérer le verre, revenons aux sacs en tissus et couffins.
    le tri selectif devrait être une priorité pour les wilayates et les communes, les écoles comme lieu d’aprentissage de la propreté et enfin la religion: La terre est un jardin de d’Allah comment accepter de souiller par des tonnes d’ordures ce qui lui appartient ?




    0



    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.