Réaction au galimatias obscène de Saïdani

Par Abdelaziz Ghedia – Ma première réaction, sur les réseaux sociaux, à cette information fut ainsi : «(…) Ils applaudissent et rigolent. Ils sont tout heureux de voir l’Algérie aller à la dérive !». Aujourd’hui, je me rends compte que ma réaction n’a rien à envier à celle d’un voyou par l’utilisation, d’entrée de jeu si j’ose dire, de mots vulgaires. Mais, cette réaction est justifiée par ce qui se passe sur la scène politique algérienne. En effet, quand on voit des hommes de premier plan et qui sont censés être astreints au droit de réserve s’adonner à un tel spectacle (applaudir un voyou de la République), il y a de quoi s’arracher les cheveux et débiter des obscénités sur la Toile. Avec cette sortie médiatique du chef du plus grand parti de l’Algérie, le FLN, et les accusations qu’il adresse à ceux qui ont été à la pointe de la lutte antiterroriste lors de la décennie noire, je crois qu’on atteint, pas seulement le fond mais les abysses.

N’y a-t-il plus d’hommes sérieux et intègres dans ce pays pour arrêter cette mascarade ? A ce que je sache, le FLN est la propriété de tout le peuple algérien ; il n’appartient pas seulement à une personne ou à un groupe de personnes et sa mission aurait dû s’arrêter un certain juillet 1962. Tous ceux qui utilisent encore ce sigle sont des escrocs, des traitres et des mercenaires. Ils agissent pour leur propre intérêt et non pour l’intérêt du peuple. A commencer par le premier d’entre eux qui se sent pousser des ailes depuis qu’il réside une bonne partie de l’année en France… où il doit certainement recevoir des ordres pour faire imploser le pays. 

Aujourd’hui, en tant que citoyen lambda mais citoyen algérien tout de même, je me sens très interpellé par ce discours politique du premier chef du FLN, qui n’est, en fait, qu’une succession de fabulations, d’insultes et de diffamations à l’encontre de certains vrais patriotes (entre autres, le chef de Jil Jadid qu’il cite juste par son prénom) et je tiens à réagir par le biais de cette contribution pour dire «ça suffit, arrêtons ce massacre avant qu’il ne soit trop tard !». Car, au point où on en est, l’on voit la révolution pointer son nez.

Est-ce vraiment ce que veulent ces incultes qui, par la grâce de je ne sais quelle providence, se retrouvent à la tête de partis politiques, d’institutions étatiques, d’organisations de masses ? Par «incultes», j’entends ces gens, ces messieurs dames, qui applaudissaient, parfois debout, à ce galimatias d’Amar Saïdani ; ils manquent visiblement de culture politique sinon ils n’auraient pas agi de la sorte.

Le FLN est tombé bas. Au ras des pâquerettes. A quand sa mise dans un musée ? C’est le vœu actuel de tous les vrais nationalistes, les vrais patriotes. On devrait le préserver de ces querelles de v… de la République.

A. G.

Comment (15)

    ABDENDJEB
    19 octobre 2016 - 10 h 52 min

    Une très bon billet qui
    Une très bon billet qui résume la situation de confusion et du chaos actuel que traverse notre pays.

    Mais le fait de laisser libre actions à ce genre d’individus indique des manœuvres tracées et programmées pour détourner l’attention des citoyens et citoyennes en activités  » Etudiants, fonctionnaires et retraités… » …donc une responsabilité directe de certains cercles des affaires «  » scabreuses… »

    Les Manipulations les intrigues et la malveillance et le Trafic sont devenues Le SPORT NATIONAL ALGERIEN ..

    C’est une Honte aux yeux du Monde qui a connu les Valeureux Combattants de la Liberté jusqu’a la décennie des années 90  »




    0



    0
    selecto
    16 octobre 2016 - 22 h 10 min

    L’Algérie marocanisée par les
    L’Algérie marocanisée par les rescapés de la rafle de 1975 et les escrocs.




    0



    0
    Derradji
    15 octobre 2016 - 7 h 32 min

    Qu’avons nous fait au bon
    Qu’avons nous fait au bon Dieu pour mériter ces dirigeants sans foi ni honneur ni dignité qui mènent le pays vers la dislocation le démembrement




    0



    0
      Anonymous
      16 octobre 2016 - 0 h 22 min

      Laisse le bon DIEU à sa place
      Laisse le bon DIEU à sa place on a eu ce qu’ont à mériter on et un peuple AMORPHE, le comble dans touts ça la DERBOUKA n’est pas Agérien il fait ce qui veut aprés moi c’est le déluge ,




      0



      0
    fatigué
    14 octobre 2016 - 8 h 06 min

    oh! ils applaudissent depuis
    oh! ils applaudissent depuis 62…….ils ont applaudi bb puis boum.puis chadli……….ils ont applaudi le socialisme « irréversible » puis ont applaudi l’économie de marché…………ils ont applaudi belkhadem et maintenant ils applaudissent celui qui insulte belkhadem………………….y a rien à attendre de ces créatures bizarres venues d’un autre monde.




    0



    0
    Izak
    13 octobre 2016 - 20 h 32 min

    Que peut-on attendre d’un
    Que peut-on attendre d’un pouvoir occulte ,maffieux,corrompus et sans scrupule ?!
    Que peut-on prétendre d’un système qui n’avait aucun respect envers son peuple ?!
    Saidani,et ses semblables tels que belkhadem,toufik,tliba,ouyahia et la liste et longue ne sont que le fruit d’un système bâtard du clan oujda . Le carnage et le déclin politique et économique que nous vivions son seul responsable devant l’histoire et Allah est l’imposteur Bouteflika et son entourage entre-autres Aal-bouteflika .
    Ils ont tous des résidences a l’étranger ou ils passaient des moments agréables ,pour venir chier leurs casseroles chez nous ;ils nous-ont rendus la vie dure,heureusement qu’Allah est témoin et sa justice est divine…




    0



    0
    arris
    13 octobre 2016 - 14 h 52 min

    comment ne vont t ils pas
    comment ne vont t ils pas aplausir puisqu ‘ils mangent a la meme gamelle .ils son tous residents eux et leur famille a l etranger .ils profitent tous du systeme .tous les anciens ministres sont acutellement installes a l etranger et le pauvre peuple croies toujours a ce pays .ouallah tout a ete ve,du




    0



    0
    mec
    12 octobre 2016 - 19 h 06 min

    On ne peut pas empêcher les
    On ne peut pas empêcher les oiseaux de malheurs survoler aux dessus de nos têtes mais on peut toujours les empêcher de faire des nids sur nos tetes.




    0



    0
    Erdt
    12 octobre 2016 - 18 h 53 min

    Barak Allah oufik y’a si
    Barak Allah oufik y’a si ghedia! Un inculte qui insulte un grand général,moudjahid,sachant qu’il ne peut répondre! Un général représentant une institution stratégique! Et des ministres,des soit disant militants qui applaudissent un voyou! C triste! Pas un homme parmi eux pour la lui boucler et lui demander comment il a eu sa résidence VIP à Neuilly et payé son appartement!!




    0



    0
    Anonymous
    12 octobre 2016 - 16 h 37 min

    Que se passe t il en Algérie
    Que se passe t il en Algérie n a t elle pas de jeunesse qui peut sauver le pays n a t elle pas de patriote qui puisse mettre fin a cette mascarade .saadani saadani a soumis 40 millions d êtres saadani voyou. Clauchard a ose dire a la TV que le peuple l adore .mon dieu nous vivons akhir sa3a .boutef a démuni le peuple de ses valeur de ses principe de son patriotisme il a vide l Algérie ce bonhomme doit être traduit au TPI pour trahison saadani est un agent le plus grave c ceux qui ont applaudit ce traitre .tfou tfou tfou alikoum yalkhass




    0



    0
    Erracham
    12 octobre 2016 - 16 h 16 min

    Il m’est récemment arrivé de
    Il m’est récemment arrivé de me poser la question de savoir qui, de Hollande ou Saidani, imite l’autre. Ils s’agitent tous les deux, aboyant plus fort que la meute pour se faire remarquer du maître. Je trouve que même physiquement, ils se ressemblent un peu, partageant de nombreux traits de la race canine, l’air méchant et montrant les crocs. Pov cons, ils n’ont pas appris ce proverbe : « le chien qui aboit trop ne mord pas. »




    0



    0
    Abou Stroff
    12 octobre 2016 - 9 h 19 min

    « Réaction au galimatias
    « Réaction au galimatias obscène de Saïdani », titre A. G.. pourquoi réagir au baragouin de si amar el fenène quand on sait que si amar n’est que et ne peut être que la voix de son maître? je persiste et signe: si amar ne commande pas, à ma connaissance, de « divisions blindées » (chacun sait que les « militants » du fln n’ont de militants que le nom et se mettent TOUJOURS au garde à vous face à celui qu' »ON » leur désigne comme chef). par conséquent, si amar doit nécessairement être au service d’autrui (celui qui commande des « divisions blindes » ou celui qui tient par la barbichette celui qui commande des « divisions blindées ») et ne fait qu’appliquer une feuille de route dont il (au regard de son parcours et de ses capacités intellectuelles) ne saisit guère les implications. moralité de l’histoire: neutralisons le « ON » qui, derrière les rideaux, fait gigoter si amar et l’oblige à frétiller du popotin, et ce dernier disparaitra, de suite, de la scène politique algérienne, pour réapparaitre au bord de la Seine (le fleuve qui travers paris).




    0



    0
      Micipsa
      12 octobre 2016 - 15 h 40 min

      Affubler cet individu de « Si
      Affubler cet individu de « Si A… » parait un peu trop honorable le qualificatif de el Fenen est tout aussi exagéré,n’est pas artiste qui veut.
      le reste est sans commentaire.




      0



      0
    Salah KHIAR
    12 octobre 2016 - 8 h 25 min

    Mon « FLN »

    Mon « FLN »

    Appel au peuple algérien
    Texte intégral du premier appel adressé par
    le Secrétariat général du Front de libération nationale
    au peuple algérien
    le 1er Novembre 1954

    PEUPLE ALGÉRIEN,

    MILITANTS DE LA CAUSE NATIONALE,

    A vous qui êtes appelés à nous juger (le premier d’une façon générale, les seconds tout particulièrement), notre souci en diffusant la présente proclamation est de vous éclairer sur les raisons profondes qui nous ont poussés à agir en vous exposant notre programme, le sens de notre action, le bien-fondé de nos vues dont le but demeure l’indépendance nationale dans le cadre nord-africain. Notre désir aussi est de vous éviter la confusion que pourraient entretenir l’impérialisme et ses agents administratifs et autres politicailleurs véreux.

    Nous considérons avant tout qu’après des décades de lutte, le mouvement national a atteint sa phase de réalisation. En effet, le but d’un mouvement révolutionnaire étant de créer toutes les conditions d’une action libératrice, nous estimons que, sous ses aspects internes, le peuple est uni derrière le mot d’ordre d’indépendance et d’action et, sous les aspects extérieurs, le climat de détente est favorable pour le règlement des problèmes mineurs, dont le nôtre, avec surtout l’appui diplomatique de nos frères arabo-musulmans. Les événements du Maroc et de Tunisie sont à ce sujet significatifs et marquent profondément le processus de la lutte de libération de l’Afrique du Nord. A noter dans ce domaine que nous avons depuis fort longtemps été les précurseurs de l’unité dans l’action, malheureusement jamais réalisée entre les trois pays.

    Aujourd’hui, les uns et les autres sont engagés résolument dans cette voie, et nous, relégués à l’arrière, nous subissons le sort de ceux qui sont dépassés. C’est ainsi que notre mouvement national, terrassé par des années d’immobilisme et de routine, mal orienté, privé du soutien indispensable de l’opinion populaire, dépassé par les événements, se désagrège progressivement à la grande satisfaction du colonialisme qui croit avoir remporté la plus grande victoire de sa lutte contre l’avant-garde algérienne.

    L’HEURE EST GRAVE !

    Devant cette situation qui risque de devenir irréparable, une équipe de jeunes responsables et militants conscients, ralliant autour d’elle la majorités des éléments encore sains et décidés, a jugé le moment venu de sortir le mouvement national de l’impasse où l’ont acculé les luttes de personnes et d’influence, pour le lancer aux côtés des frères marocains et tunisiens dans la véritable lutte révolutionnaire.

    Nous tenons à cet effet à préciser que nous sommes indépendants des deux clans qui se disputent le pouvoir. Plaçant l’intérêt national au-dessus de toutes les considérations mesquines et erronées de personnes et prestige, conformément aux principes révolutionnaires, notre action est dirigée uniquement contre le colonialisme, seul ennemi et aveugle, qui s’est toujours refusé à accorder la moindre liberté par des moyens de lutte pacifique.

    Ce sont là, nous pensons, des raisons suffisantes qui font que notre mouvement de rénovation se présente sous l’étiquette de FRONT DE LIBÉRATION NATIONALE, se dégageant ainsi de toutes les compromissions possibles et offrant la possibilité à tous les patriotes algériens de toutes les couches sociales, de tous les partis et mouvements purement algériens, de s’intégrer dans la lutte de libération sans aucune autre considération.

    Pour préciser, nous retraçons ci-après, les grandes lignes de notre programme politique :

    BUT : L’Indépendance nationale par :

    1) La restauration de l’Etat algérien souverain, démocratique et social dans le cadre des principes islamiques.

    2) Le respect de toutes les libertés fondamentales sans distinction de races et de confessions.

    OBJECTIFS INTÉRIEURS:

    1) Assainissement politique par la remise du mouvement national révolutionnaire dans sa véritable voie et par l’anéantissement de tous les vestiges de corruption et de réformisme, cause de notre régression actuelle.

    2) Rassemblement et organisation de toutes les énergies saines du peuple algérien pour la liquidation du système colonial.

    OBJECTIFS EXTÉRIEURS:

    – Internationalisation du problème algérien.

    – Réalisation de l’Unité nord-africaine dans le cadre naturel arabo-musulman.

    – Dans le cadre de la charte des Nations Unies, affirmation de notre sympathie à l’égard de toutes nations qui appuieraient notre action libératrice.

    MOYENS DE LUTTE :

    Conformément aux principes révolutionnaires et compte tenu des situations intérieure et extérieure, la continuation de la lutte par tous les moyens jusqu’à la réalisation de notre but.

    Pour parvenir à ces fins, le Front de libération nationale aura deux tâches essentielles à mener de front et simultanément : une action intérieure tant sur le plan politique que sur le plan de l’action propre, et une action extérieure en vue de faire du problème algérien une réalité pour le monde entier avec l’appui de tous nos alliés naturels.

    C’est là une tâche écrasante qui nécessite la mobilisation de toutes les énergies et toutes les ressources nationales. Il est vrai, la lutte sera longue mais l’issue est certaine.

    En dernier lieu, afin d’éviter les fausses interprétations et les faux-fuyants, pour prouver notre désir de paix, limiter les pertes en vies humains et les effusions de sang, nous avançons une plate-forme honorable de discussion aux autorités françaises si ces dernières sont animées de bonne foi et reconnaissent une fois pour toutes aux peuples qu’elles subjuguent le droit de disposer d’eux-mêmes.

    1) La reconnaissance de la nationalité algérienne par une déclaration officielle abrogeant les édits, décrets et lois faisant de l’Algérie une terre française en déni de l’histoire, de la géographie, de la langue, de la religion et des mœurs du peuple algérien.

    2) l’ouverture des négociations avec les porte-parole autorisés du peuple algérien sur les bases de la reconnaissance de la souveraineté algérienne, une et indivisible.

    3) La création d’un climat de confiance par la libération de tous les détenus politiques, la levée de toutes les mesures d’exception et l’arrêt de toute poursuite contre les forces combattantes.

    EN CONTREPARTIE :

    1) Les intérêts français, culturels et économiques, honnêtement acquis, seront respectés ainsi que les personnes et les familles.

    2) Tous les français désirant rester en Algérie auront le choix entre leur nationalité et seront de ce fait considérés comme étrangers vis-à-vis des lois en vigueur ou opteront pour la nationalité algérienne et, dans ce cas, seront considérés comme tels en droits et en devoirs.

    3) Les liens entre la France et l’Algérie seront définis et feront l’objet d’un accord entre les deux puissances sur la base de l’égalité et du respect de chacun.

    Algérien ! nous t’invitons à méditer notre charte ci-dessus. Ton devoir est de t’y associer pour sauver notre pays et lui rendre sa liberté ; le Front de libération nationale est ton front, sa victoire est la tienne.

    Quant à nous, résolus à poursuivre la lutte, sûrs de tes sentiments anti-impérialistes, nous donnons le meilleur de nous-mêmes à la patrie.

    1er Novembre 1954

    Le Secrétariat national




    0



    0
    Ahran
    12 octobre 2016 - 8 h 23 min

    Beh oui frère , il y a
    Beh oui frère , il y a beaucoup de saidani au gouvernement au moment ou juste il te faut un pèlerinage à Tlemcen ou Oran pour que ton poste soit réserver au sein de cette famille monarchiste .
    Idem pour les décideurs étrangers qui sont à la recherche d’intérêts pour leur peuple qu’ils viennent aussi au pèlerinage à cette région et annoncer un discours officiel pour remporter des contrats à des milliards de dollar .
    Tahia Aljazair taa abane et ben boulaid




    0



    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.