Comment éviter l’explosion sociale ?

Par Kamel Moulfi – Faut-il prendre au sérieux ou au contraire n’accorder aucune attention à l’alerte lancée par Louisa Hanoune sur ce que nous réserve la prochaine loi de finances 2017 si elle est votée par l’APN dans la mouture adoptée par le Conseil des ministres ? La secrétaire générale du Parti des travailleurs (PT) annonce une explosion sociale inévitable (voir article d’Algeriepatriotique) qui serait la conséquence d’une politique économique «suicidaire» que le gouvernement envisage de mener. Beaucoup d’observateurs partagent cette appréciation alarmiste de la situation qu’ils justifient par toute une série d’ingrédients loin d’être rassurants. Tant que le baril caracolait à des niveaux vertigineux, la paix sociale était garantie dans la mesure où «tout le monde trouvait son compte» et personne ne se souciait de l’avenir.

Puis, on le sait, en juin 2014, les prix mondiaux du pétrole ont dégringolé subitement pour ensuite remonter en jouant au yoyo habituel et dépasser tout juste 53 dollars le baril de Brent. C’est le premier résultat du sursaut des pays producteurs d’hydrocarbures, surtout ceux, comme l’Algérie, entièrement dépendants des recettes extérieures tirées des exportations de ces ressources, qui ont commencé à résister devant le risque d’effondrement de leurs économies. Ce n’est pas trop tard, semble-t-il, les experts pensent que les 60 dollars sont raisonnablement envisageables dans les semaines qui vont venir.

La prochaine réunion de l’Opep, prévue le 30 novembre à Vienne, si elle s’engage sur la voie vers la baisse de sa production, pourrait conforter cette hypothèse optimiste. Mais, dorénavant, rien ne sera aisé pour l’Algérie, même si notre pays a, jusque-là, réussi à tenir et à s’adapter plus ou moins. Il y a un facteur à ne pas oublier : le contexte régional, marqué par une dangereuse tendance à l’instabilité créée par le chaos libyen, ne nous est pas du tout favorable. Il facilite les pressions exercées sur l’Algérie pour la soumettre aux intérêts de pays qui ont pris l’habitude de piller les ressources des autres.

Or, ces ressources doivent profiter avant tout aux Algériens. C’est la condition pour éviter l’explosion sociale.

K. M.

Comment (14)

    momo
    1 novembre 2016 - 17 h 46 min

    nos elus ne pense qu a eux
    nos elus ne pense qu a eux une fois en poste il ne font pas leur travail a par s enrichir le plus vite possible.la justice es a deux vitesse . pas de transparence .on gave une tranche de la populasse quand vient les elections .meme nos enfants sont degouter ..les fonctionnaires pense a eux avant touts ..(…).




    0



    0
    Anonymous
    31 octobre 2016 - 11 h 33 min

    YA ELKHAOUA à propos de la
    YA ELKHAOUA à propos de la situation sociale en génèral FI EL BLED!!! Qui faut il croire sur la situation actuel des fonds de la CNR car selon les textes officiels elles ne devraient en aucun cas se trouvait en déficit de trésorerie si au moins ce fonds qui a été décidé par Mr le Président Bouteflika pour renflouer cette caisse a été respecté et versé régulièrement par le pouvoir. Quelques rappels des textes pour rafraichir les esprits de tout le monde aussi bien nos frères Syndicalistes pour demander des comptes que des gestionnaires de la caisse ou bien même le Ministère du travail qui gère ce dossier.
    Le fonds en question devait être alimenté annuellement à hauteur de 2% de la fiscalité pétrolière. Un décret est même signé par le président de la République. Le décret publié sur le Journal officiel en 2007 stipule sans ambages que le Fonds national des réserves des retraites (FNRR) a été créé dans le but de « gérer les ressources financières qui lui sont confiées afin de constituer des réserves destinées à contribuer à la viabilité et la pérennité du système national des retraites conformément à la législation et à la réglementation en vigueur», «d’assurer le recouvrement des ressources qui lui sont confiées en vertu des dispositions législatives et réglementaires en vigueur», «de procéder aux placements financiers des sommes recouvrées exclusivement en valeurs d’état, conformément à la législation et à la réglementation en vigueur» et «de procéder au versement des sommes destinées à rétablir l’équilibre des comptes de la caisse de retraite concernée conformément à la décision prise en Conseil des ministres» La gestion de ce fonds a été fixée dans le même décret. Des rapports périodiques devaient être élaborés et remis au ministère du Travail et de la Sécurité sociale, prévoit également le décret N°10 du 7 février 2007. A moins que les fonds ont été dévié de leur trajectoire initial est si c’est le cas, il faut placer l’Inspecteur TAHAR ou bien MERGOU pour savoir toute la vérité ???




    0



    0
    Anonymous
    31 octobre 2016 - 10 h 17 min

    Comment éviter l’explosion
    Comment éviter l’explosion sociale ?
    Par de véritables, et crédibles réformes politiques, économiques, financières,fiscales, commerciales, douanières
    Educatives, culturelles, sociales profondes, radicales, totales, et surtout, justes, démocratiques, et pacifiques

    1°) – Pour rétablir la justice, la démocratie, et la transparence, en Algérie, par la réforme des institutions de l’état
    2°) – Pour un civisme, une prise de conscience politique responsable, une solidarité, et une unité
    Du peuple algérien




    0



    0
    Rien-ne-va-plus
    29 octobre 2016 - 10 h 37 min

    Le risque du moindre faux pas
    De tous les temps, et l’histoire en est témoin, le citoyen Algérien n’a jamais agi au sens propre du terme ; devant toutes sortes de malveillances, ou de « trop pleins » de mesures antisociales, dont-il est victime, par exemple, mais il a, dit-on, toujours réagi avec excès à l’improviste « sans crier gare ».
    Cette éventuelle explosion sociale présagée risque de ne pas se produire tout comme elle peut se produire, si la politique d’austérité projetée par le gouvernement ne tient pas compte, quel que soit X de cet état d’esprit typiquement algérien, et surtout de l’environnement hostile qui serre le pays.
    Souhaitons tout simplement le maintien de la stabilité et la sécurité de notre pays dans un environnement bouillonnant qui risque de déborder à tout moment partout dans le monde. Qu’ils se détrompent tous ceux qui croient au père noël que l’Algérie ne vivra plus d’autres décennies rouges ou noires.
    Tant que notre pays recèle des richesses importantes, il sera tout le temps convoité par les forces du mal et les hors la loi occidentaux qui en bavent et qui n’hésiteront jamais le moment venu à même de le syrianiser, l’irakiser, ou le libyaniser, etc… Les recettes macabres de leurs chambres noires sont multiples et innombrables.
    Que le gouvernement fasse donc très attention à ne pas leur donner la moindre occasion pour exploiter à nos dépens le moindre faux pas de quelque nature que ce soit pour nous faire soulever les uns contre les autres sur ces fameuses bases culturelles qui ravagent aujourd’hui le monde arabe.
    La responsabilité du gouvernement dans ce domaine, elle tellement énorme que celui qui n’est pas en mesure de l’assumer pleinement dans l’intérêt général, et par voie de conséquence le sien, qu’il laisse rapidement sa place à ceux qui en sont plus capables pour défendre de leur propre vie les acquis de l’Algérie. Dieu le tout puissant jugera tout le monde, et l’histoire ne pardonnera jamais aux déloyaux, leurs actes hypocrites !




    0



    0
    Adrar
    28 octobre 2016 - 18 h 35 min

    Loi Nouvel
    Quelque Loi de Base pour l’Algérie:

    – pour avoir la nationalité Algérienne il faut avoir un Père Algérien tout simplement c’est un système patriarcale
    ou la filiation ne peut passer uniquement par le père et non la mère.

    – Si un étranger se marie avec une femme Algérienne c’est enfant n’auront pas la nationalité Algérienne il auront la nationalité de leur père et une carte de séjour si il reste en Algérie.

    – la polygamie et légal et favoriser sous des condition stricte.

    – la double nationalité et interdite.

    – service militaire obligatoire pour les hommes de 18ans jusqu’à 21ans
    l’armée et interdite au femme.

    – les étranger vivant sur le territoire auront une carte de séjour qui sera
    renouveler si la personne a un travail sinon il sera expulser.

    – le port d’arme et autoriser si le service militaire a était accomplie.

    – un quart d’hectare sera donner a tous ce qui suivront une formation
    d’agriculteur bio d’un an financer par l’état.




    0



    0
      Anonymous
      30 octobre 2016 - 14 h 45 min

      raselkhit
      De deux choises l’une ou bien c’est de l’ignorance des textes de lois algériennes ou c’est de la désinformation bien dirigée Depuis 2005 la révision du code de la famille les femmes algériennes ayant épousé un étranger peuvent transmettre la nationalité algérienne à leurs enfants .Quand au système « patriarcal » .Peut -on me dire dans quel pays(sauf chez les Touregs chez nous) il y a un système matriarcal même au Népal ou est pratiqué la polyandrie c’est un système patriarcal Un seul pays pratique le service national pour les filles et c’est L’entité sioniste Pour la double nationalité plus de deux millions d’algériens vivant sur le territoire national portent la double nationalité (Allons voir le jour des élections française devant les consulats français )




      0



      0
    New kid
    27 octobre 2016 - 15 h 54 min

    La solution finale
    C’est à la gouvernance de demander ce qu’elle va faire pour éviter l’explosion et la destruction de l’état. Elle distribue des salaires qui feraient envier les banquiers suisses ! La balle est dans leur camp et qu’elle se démène pour sa rémunération !
    Il sera inscrit dans l’histoire les noms de ceux qui ont dévoré les ressources algériennes à leurs avantages et les noms de ceux qui ont maltraité ou abusé le peuple et lui ont renié la justice.
    Comme le chaab a mis fin au colonialisme français, il mettra fin à ces dictateurs du dernier quart d’heure !
    L’indépendance n’a-t-elle pas été conquise par le peuple et pour le peuple ?
    Demandons une nouvelle république (non crapulerie) ainsi qu’une nouvelle constitution.
    Nous le chaab avons une solution mais que ce clan s’écarte et s’exile !




    0



    0
    New kid
    26 octobre 2016 - 17 h 13 min

    Ne jamais ignorer le peuple
    Afin d’éviter l’explosion ou tout dérapage en Algérie la gouvernance doit incessamment remettre le pouvoir entre les mains du peuple.
    Une chose que la nomenklatura ne doit pas oublier, ils ne sont que des employés du peuple




    0



    0
    Algerino
    26 octobre 2016 - 17 h 07 min

    la solution
    L’Algérie est a refaire entièrement,a commencer par restituer les fruits de l’indépendance a son peuple,a tout le peuple Algérien,en reconnaissant sa diversité…mettre fin aux fameuses constantes,qui agissent comme des menottes sur son désir d’émancipation..décréter et instaurer une vrai République sur des bases laïque…et mener une Révolution éducative et culturelle pour guérir la population du virus arabo-islamiste,qui sont la principale cause du blocage intellectuel et novateur de l’Algérien..et qui maintient l’Algérie dans un état d’esprit moyenâgeux…et enfin après..bien après cette révolution…et ce nettoyage…organiser des élections pour élire un gouvernement ,qui ne devra être responsable que devant le peuple…avec ce programme..il faudrait au moins 2 générations pour faire de ce pays..une République normale..qui pourra prétendre au développement…




    0



    0
    anti-khafafich
    26 octobre 2016 - 4 h 33 min

    je prends exemple sur un
    je prends exemple sur un bodybuilder, il se fixe un objectif = des actions concretes : 1- changer ses habitudes de manger et investir sur de meilleurs aliments c’est à dire avoir conscience qu’il était dans le faux et changer, 2- faire des mouvements afin de stimuler son métabolisme, c’est à dire travailler




    0



    0
    réalisme
    25 octobre 2016 - 16 h 31 min

    En plus d’hommes compétents
    En plus d’hommes compétents et honnêtes, Il faut du travail et au moins des générations à sacrifier pour pouvoir décoller: Ca prend du temps. Est ce que le peuple algérien est prêt à faire de telles sacrifices?
    Une explosion sociale est Inévitable. Aveugle celui qui ne veut pas voir.




    0



    0
    New kid
    25 octobre 2016 - 15 h 06 min

    La « Karama »
    La paix sociale ou « la karama », ne descend pas du ciel comme le père noël ! Il est nécessaire d’avoir des génies compétents à la tête du pays et non des voleurs de bien vacants ou de terres agricoles !
    Pour les algériens il est essentiel d’éviter un 14 juillet à la française ! Et la reprise de la guillotine. Aucune prière ne fera bouger les choses. Seul le bon sens et la fuite du clan pourra renverser la vapeur qui nous étouffera sinon !
    L’établissement d’une nouvelle république et d’une nouvelle constitution plus démocratique pourra nous sauver du pire, sans oublier la dissolution de dissoudre l’APN.




    0



    0
    Edhib
    25 octobre 2016 - 14 h 43 min

    Pourtant…!
    Pourtant… c’est clair comme de l’eau de roche : METTRE LES HOMMES QU’IL FAUT A LA PLACE QU’IL FAUT… C’EST TOUT AUSSI SIMPLE QUE ÇÀ, BON SANG DE BON SANG !!!




    0



    0
    Lghoul
    25 octobre 2016 - 13 h 54 min

    C’est Clair !
    Comment éviter l’explosion sociale ? Réponse: Mettre les gens compétents qu’il faut aux places qu’il faut. Dire la vérité au peuple, travailler que pour l’Algerie et son peuple. Enfin, rendre l’Algerie aux algériens.




    0



    0

Les commentaires sont fermés.