Retour de Bouteflika en France après l’avoir boudée : fin de la brouille ou urgence ?

Au Val-de-Grâce en 2013. New Press

Le président Bouteflika a décidé de retourner dans son ancien hôpital de Grenoble, en France, après l’avoir boudé au lendemain de l’affaire des Panama Papers et de la diffusion de sa photo par le Premier ministre français, Manuel Valls, sur son compte Tweeter. Qu’est-ce qui explique ce retournement de situation ? Est-ce la fin de la brouille entre Alger et Paris ou une urgence qui appelle un suivi ou une intervention impératifs in situ de ses médecins traitants sans devoir se déplacer en Suisse, comme la dernière fois ? En tout cas, certains médias se sont empressés d’annoncer – sous la forme interrogative – une éventuelle nécessité pour le président Bouteflika de subir une intervention chirurgicale, même si, dans une vaine tentative de dissiper les doutes et contrecarrer la rumeur, les services de la Présidence ont pris le soin d’informer que ce déplacement était programmé de longue date. Ce qui semble vraisemblable vu l’amélioration ou, du moins, la stabilisation de l’état de santé général de Bouteflika dont le suivi médical est régulier.

En avril dernier, le président de la République avait choisi de se rendre à Genève pour y subir ses contrôles médicaux. Une décision qui avait été interprétée comme une réponse à la publication par le journal Le Monde de sa photo dans l’affaire de l’évasion fiscale dite Panama Papers et la diffusion de l’image de l’audience qu’il avait accordée au Premier ministre français quelques jours plutôt. La crise battait son plein et les autorités algériennes avaient éprouvé une grande colère, les deux affaires ayant donné lieu à des remous qui avaient fait craindre au pouvoir en place une réaction violente de la rue.

Algeriepatriotique s’était interrogé, à l’époque des faits, si la décision de Bouteflika de se rendre en Suisse participait d’une stratégie politique globale et définitive dans les relations politiques avec la France ou si c’était une réaction à chaud, susceptible d’absorber la colère provoquée par ce qui était perçu à Alger comme une offense impardonnable, voire un «complot» visant à saper le moral des Algériens, en attendant que la tempête passe et que les choses reviennent à la normale.

Ce n’était pas la première fois que les relations algéro-françaises étaient mises à mal par des attitudes indélicates émanant de certains dirigeants français – de Sarkozy à Hollande, en passant par l’ex-ministre de la Défense Gérard Longuet –, mais qui se normalisent très rapidement, à la faveur d’une visite officielle ou d’un message promettant, à chaque fois, une amélioration des relations entre les deux pays dans tous les domaines.

Karim Bouali

Comment (116)

    mehdi mountather
    13 novembre 2016 - 10 h 47 min

    Si Bouteflika n’applique pas
    Si Bouteflika n’applique pas la charia islamique maintenant après ces multiplies avertissements d’ALLAH ces multiplies séismes normal un fort séisme plus 6 a Alger Médéa M’Sila Béjaia et d’autres wilayas qui vivra verra Bouteflika attention a la vengeance d’ALLAH.




    0



    0
    hekmitiyar
    10 novembre 2016 - 12 h 02 min

    Nous ne croyons pas que le
    Nous ne croyons pas que le Rais est parti en France pour des contrôles routiniers.Plutôt, il est parti pour l’urgence médicale qui nécessite la prise en charge des médecins français, bien plus compétent comparativement à leurs collègues suisses. Sinon les principes chez un malade qui essaie de s’accrocher vainement à la vie,n’ont plus de sens.




    0



    0
    Moskosdz
    8 novembre 2016 - 23 h 03 min

    Certes Bouteflika se soigne
    Certes Bouteflika se soigne en France,mais ne possède pas un château de 70 hectares dans ce même pays comme le narcotrafiquant M6.




    0



    0
      nouari019
      9 novembre 2016 - 6 h 50 min

      je pense honnêtement que l’un
      je pense honnêtement que l’un n à rien a envié a l’autre, donc je mettrais les 2 dans le même sac.




      0



      0
        Anonymous
        9 novembre 2016 - 7 h 31 min

        Sauf que l’un (bouteflika ) a
        Sauf que l’un (bouteflika ) a toujours été fasciner par le mode de gouvernance du makhzen marocain (notamment sous Hassan dos ) alors que l’autre n’a jamais rêver de copier le système algerien pré bouteflika
        Là encore un piètre frustré copieur d’une monarchie parmi les plus abjectes au monde.

        Mais au final c’est la même graine, …




        0



        0
          Alilapointe59
          10 novembre 2016 - 5 h 19 min

          Ne compare jamais boutlefika
          Ne compare jamais boutlefika a bonobo6 et l’autre satan2, il est dix fois plus intelligent et plus stratégique. Votre momie 2 à laisser une merde a sont fils de….. le Sahara vous allez le perdre… maintenant il ce cache plus c tarba de marocain




          0



          0
        Raselkhit
        9 novembre 2016 - 8 h 07 min

        SONATRACH finance le
        SONATRACH finance le développement de l’économie Algérienne .L’Office Chérifien des Phosphates finance l’économie de l’entité sioniste Comment mettre les deux dirigeants dans le même sac???




        0



        0
      Anonymous
      9 novembre 2016 - 11 h 58 min

      Une miettes par rapports aux
      Une miettes par rapports aux 800 milliards disparu dans les comptes de ton régimes mafieux




      0



      0
        Alilapointe59
        10 novembre 2016 - 11 h 46 min

        Nos 800 milliards que vous
        Nos 800 milliards que vous nous enviez, sont investis dans notre pays route, gare, hôpitaux, agriculture etc… Par contre vous tous est investi dans les lieux touristiques sexuelle. Votre peuple crève de faim. Bonne de sous hommes.




        0



        0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.