La contagion des murs

Par Jean-Claude Bainville – L’intervention étrangère qui a détruit le régime de Kadhafi a déstabilisé le peu d’institutions qui existaient en Libye. Les armes que l’ancien régime avait accumulées circulent librement aujourd’hui dans une grande partie du Sahel. L’internationale djihadiste y trouve son compte. Acculée au Mali par l’intervention française, elle reprend son souffle dans l’immense désert libyen, renforce ses effectifs, s’entraîne, élabore ses stratégies, opère des jonctions avec les groupes salafo-djihadistes de la région, effectue de nouvelles razzias, toujours au Mali, au Niger et en Mauritanie, et tente des incursions en Algérie.

L’attaque d’In Amenas, au Sud-Est algérien, où des dizaines d’expatriés ont trouvé la mort, a été préparée en Libye. L’Algérie, menacée sur sa frontière est, tente de faire face. Elle essaie d’expliquer que l’interventionnisme militaire ne fera que compliquer les choses et engage un effort soutenu pour faciliter un dialogue interlibyen. Mais, prudente et instruite par l’expérience, elle érige sur sa frontière est un immense mur fait de sable et d’obstacles divers derrière lequel elle se retranche.

Ce mur, qu’il a parcouru du sud au nord de Bagdad, qu’il a vu couturé d’un inextricable labyrinthe de chicanes ; le mur israélien qu’il a vu naître et grandir et tant d’autres remparts à travers le monde, ont inspiré à… un constat désabusé : « Le mur est l’ultime impuissance de l’homme. Rien n’a changé depuis les temps anciens du bouclier et du rempart. »

Le mur a plusieurs fonctions : il protège, enferme, divise ou réunit. Il est né avant la roue. Avant d’être la concrétisation d’une ligne moderne tracée sur papier Canson par un architecte, il a été un empilement de roches devant la grotte de l’homme de Neandertal. Place forte médiévale juchée sur un piton calcaire, guérite immense, sinueuse, vigilante au bord du désert des Tartares, comme la muraille de Chine, rempart érigé autour de la ville, il est la carapace hérissée de tours et de créneaux qui lange la première nudité de l’homme : la peur de l’horizon. Digues de pierres, de terre ou de sable, murs, murailles, hauts et puissants érigés face aux hordes barbares arborant les drapeaux noirs ensanglantés qui réveillent des peurs d’un autre temps. Pyramidal défi de pharaon lancé à l’éternité, ou Taj Mahal, cri d’amour, calligraphiée en dentelles d’argile sur le parchemin du temps, ces lignes traversent la chair de la ville comme le mur de Berlin, huis clos des clameurs palestiniennes, démenti historique des trompettes de Jéricho. Mur de l’Atlantique, fruit du « génie » allemand. Le général Joukov assiste impassible – derrière le mur de la Vistule – à l’agonie du ghetto. Rideau de fer, glacis de mines et d’épines d’acier dardées, quand les Prague baroques vivaient, confiantes, l’attente du printemps.

L’œuvre du sieur « Morice »[1], tâcheron de la mort sournoise, inconnu du grand public, sauf de ceux qui chaussèrent ses échasses orthopédiques et qui ont continué à souffrir de la guerre longtemps après le silence des canons. C’est cela le mur, et bien d’autres horreurs encore. Chaque nation s’est murée au moins une fois dans son histoire. Vauban, Maginot, Albert Speer ont porté à son summum la science des murs. Le mur de l’Atlantique, le rideau de fer et les énigmatiques enceintes de silex que découvre l’archéologue qui fouille dans la hotte de Cronos. Le mur est passé dans les mots quotidiens des hommes. Solide comme un mur, muet comme un mur, entêté comme un mur, faire le mur, être au pied du mur et triste aussi le mur quand ses vieilles pierres rappellent les notes de la mandoline du vieil aveugle dont parle le chanteur et poète Mouloudji.

Le mur glacial, autour de la fosse profonde, où le prisonnier meurt garrotté par le chanvre humide des murs de sa prison. C’est cela le mur et bien d’autres horreurs encore, jusqu’au mur des fins derrière au pied duquel le condamné attend crispé d’angoisse, la morsure des frelons d’acier jaillis du mur du peloton. Et le plus terrible, le mur-burka qui cache à la lumière du soleil le visage impie de la femme et ses cheveux de perdition. Il est la projection de la puissance d’un homme emmuré derrière les dogmes de son Kremlin, derrière les parapets de la Cité interdite de l’ancienne Chine ou dans la vengeance du sultan, sourd aux cris de désespoir de l’otage mort vivant.

Villas heurtées par le ressac « sale » des bidonvilles, quartiers huppés menacés par les favélas, villes ceinturées de quartiers « difficiles » et pays craignant les colonnes de l’exode, se barricadent derrière des palissades hautes et acérées comme des javelots muets. Sur cette planète mondialisée qui se démondialise, qui se défait par la peur de l’autre, les diplomates ne sont plus que des maçons. Ils construisent dans l’urgence des théories chaotiques de murs solides, abolissant les traités, obturant les accès, levant les ponts levis, murant les méditerranées, défiant la simple humanité. De Rome, à l’extrême sud de la botte italienne jusqu’aux septentrions nordiques, et de Brest à Vilnius, se reconstruisent les tours sentinelles de la civilisation menacée par les Barbares, derrière le rempart de Schengen, les murs aveugles des consulats ou celui du Rio Grande promis par Trump sur la frontière mexicaine. La planète se fissure en hémisphères antagoniques : au Nord le Pérou de la prospérité, au Sud les innombrables radeaux de la Méduse sombrant dans la gueule de Baal, broyés par ses molaires de guerres civiles, de faim, de Daech ou d’Ebola.

J.-C. B.

[1] André Morice, ministre français de la Défense pendant la guerre d’Algérie, a été l’initiateur d’une barrière abondamment minée, érigée à la frontière algéro-tunisienne.

Comment (8)

    Hamidoo
    19 novembre 2016 - 13 h 45 min

    Honte aux murs .mous sommes
    Honte aux murs .mous sommes un seul peuple.on a besoin d idees et de dirigeants qui nous unissent et

    Non DE pseudo chefs qui tireraient profit de notre separation.




    0



    0
    Samrani
    19 novembre 2016 - 9 h 01 min

    L’Algérie a comme pays
    L’Algérie a comme pays mitoyen à l’ouest un état narcotique avéré, qui survit de la drogue et qui a fait de la drogue une politique de soumission de sa propre population et une source de revenu intarissable qui enrichit la caste dominante. Si un mur peut nous protéger contre le fléau de la drogue des marocains, alors le peuple algérien en entier approuve ce Mur. Personnellement je doute qu’un mur soit suffisant pour endiguer la drogue marocaine. Le mur est juste un emblème matériel pour dire que l’Algérie et le Maroc n’appartiennent pas au même monde, ils ne sont pas du même côté de la vérité et de la dignité.




    0



    0
    Nabuchodonosor
    12 novembre 2016 - 8 h 43 min

    Ce n’est pas de gaité de cœur
    Ce n’est pas de gaité de cœur que les Algériens consentent et approuvent la construction d’un mur entre leur pays et le Maroc. D’ailleurs, ils le trouvent toujours pas assez haut. Ce mur n’essaie pas d’empêcher ou du moins réduire les va-et-vient de modestes contrebandiers inoffensifs, colportant quelques bons fromages, des vêtements à la mode ou des vins différents. Ces contrebandiers comme ceux qui ont sévi et sévissent jusque-là, à travers les frontières de tous les pays du monde font même partie de leurs folklores. Ce mur que l’Algérie construit est autre chose : c’est mur non contre les hommes pour empêcher les visites familiales ou amicales, mais contre la mort et le poison qui y passent : cannabis, kif traité ou pas, dont l’objectif n’est pas seulement commercial mais entrant dans une stratégie mortelle d’empoisonnement au sens propre du terme, de notre jeunesse. Des officines presque à ciel ouvert à Oujda même, fabriquent des psychotropes aux effets plus ravageurs encore. Des réseaux font passer des alcools frelatés dangereux et même mortels. Le transit d’armes ne se fait pas avec des objectifs pacifiques et festifs, mais pour armer le fléau mondial du terrorisme. Inutile et superflu de trop épiloguer sur ce point. Les officiels marocains sont toujours restés placides, ils font semblant de ne pas nous entendre, et tournent la tête ailleurs. Le mur est donc un mal nécessaire. Nous l’approuvons, car ce sont les gens d’en face qui nous en ont imposé la construction, par nécessité vitale et non idéologique. Car c’est une guerre qui nous est livrée avec des armes non conventionnelles. Et, croyez-nous, M Bainville, cette façon de nous défendre ne cause aucune mort, aucun mal à ceux qui nous agressent.




    0



    0
      Thidhet
      12 novembre 2016 - 23 h 02 min

      Court, simple, clair et
      Court, simple, clair et concis. Merci Nabucho pour cette précision.




      0



      0
    Erracham
    11 novembre 2016 - 13 h 02 min

    « Qu’importe le verre, pourvu
    « Qu’importe le verre, pourvu qu’on ait l’ivresse ». Entourée de mauvais voisins, comme jadis la Chine, l’Algérie doit se protéger par tous les moyens et se défendre. Que ceux qui nous critiquent aujourd’ui s’emploient d’abord à mettre de l’ordre chez eux, qu’ils cessent de fermer les yeux sur des trafics qui nous sont préjudiciables, qu’ils se comportent en bons voisins comme le recommande notre prophète (QSSL). La Chine a construit son fameux mur et plus personne ne s’est aventuré à le franchir. La paix et la défense de notre patrie sont à ce prix! Laissons braire ceux qui pensent autrement!




    0



    0
      muratori
      13 novembre 2016 - 22 h 30 min

      comme jadis la chine … hum
      comme jadis la chine … hum toutes proportions gardées!




      0



      0
    Alcool Drogue etc...
    11 novembre 2016 - 6 h 05 min

    Il y a aussi l’Alcool que l
    Il y a aussi l’Alcool que l’on dois faire disparaitre en Algerie ou la jeunesse se meure !




    0



    0
    W19 - TP
    10 novembre 2016 - 19 h 28 min

    Qui est ce monsieur AP ? Le
    Qui est ce monsieur AP ? Le mur entre le Maroc (qui fut le premier a l’initier) et l’Algerie (pour se proteger des contrebances, de la drogue qui finance aussi le terrorisme) est justifie amplement. On ne peut comparer le mur construit par l’Algerie a celui d’Israel. Parfois c’est la peur de l’autre, dans notre cas c’est une protection legitime face a une monarchie qui ne cesse de nuire a notre pays. Le fait est le meme, mais les mobiles different. La jeunesse algerienne risque le suicide de ses forces avec la drogue marocaine.




    0



    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.