Le patron du FLN reçoit l’ambassadeur sahraoui et rattrape la faute grave de Saïdani

Djamel Ould-Abbès. New Press

Le secrétaire général du FLN, Djamel Ould-Abbès, a reçu l’ambassadeur de la RASD en Algérie au siège du parti, en présence de quelques membres du bureau politique et de son conseiller aux relations internationales, indique un communiqué du FLN rendu public ce lundi. Le nouveau patron du FLN met ainsi fin à la brouille provoquée par son prédécesseur, Amar Saïdani, au sujet de la cause sahraouie. Ce dernier avait, dans une déclaration à une chaîne de télévision proche du cercle présidentiel en novembre 2015, appelé à revoir les relations de l’Algérie avec le Maroc et lever la main sur le dossier sahraoui. Il a clairement annoncé qu’il ne partageait pas la position officielle de l’Algérie qui soutient les efforts des Nations unies pour faire appliquer le principe universel relatif au droit des peuples colonisés à l’autodétermination. 

Plus provocateur encore, l’incoercible Amar Saïdani s’est même permis de déclarer que «si j’évoque cette question, le peuple sortira dans la rue». Ces propos ont mis dans la gêne les autorités politiques du pays, ce qui a amené le président de la République, dans les jours qui ont suivi cette sortie médiatique de Saïdani, à recevoir le président sahraoui, le défunt Mohamed Abdelaziz, en présence du chef de l’état-major de l’ANP. 
Une semaine plus tard, un éditorial de la revue de l’ANP El-Djeïch, qui résonnait comme une mise au point cinglante à ceux qui tentent de semer le doute sur la position de principe de l’Algérie vis-à-vis du Sahara Occidental, rappelait le caractère «immuable» de la position algérienne sur la question sahraouie, donnant ainsi une véritable gifle à Amar Saïdani. 

Lors de son entretien avec l’ambassadeur sahraoui, Djamel Ould-Abbès a exprimé à son hôte le soutien «indéfectible» de l’Algérie à la cause du peuple sahraoui, en affirmant que cette position qui traduit l’adhésion de notre pays à une cause juste, «est fondée sur des principes immuables qui guident sa politique extérieure», a-t-il assuré. Et d’ajouter : «Celle-ci n’est donc motivée par aucune arrière-pensée autre que celle de permettre au peuple sahraoui d’accéder pleinement à son droit à l’autodétermination, conformément aux résolutions des Nations unies.»

A noter que le secrétaire général du FLN a, durant la même journée, reçu l’ambassadeur d’Espagne en Algérie. Les deux parties ont évoqué les relations entre les deux pays et les moyens de les approfondir dans les différents domaines, indique le communiqué du FLN. 

R. Mahmoudi

Comment (27)

    AZIZ
    16 novembre 2016 - 10 h 23 min

    ENFIN UNE BONNE NOUVELLE
    ENFIN UNE BONNE NOUVELLE APRES LES BETISES DU SIEUR SAIDANI




    0



    0
    kelam
    15 novembre 2016 - 20 h 10 min

    REMETTRE LES PENDULES A L
    REMETTRE LES PENDULES A L »HEURE……et ould abbés a l’art et la manière de faire:il était chargé de la commission des A.E.. au parlement….merci si Djamel….




    0



    0
    kelam
    15 novembre 2016 - 20 h 09 min

    REMETTRE LES PENDULES A L
    REMETTRE LES PENDULES A L »HEURE……et ould abbés a l’art et la manière de faire:il était chargé de la commission des A.E.. au parlement….merci si Djamel….




    0



    0
    anonyme
    15 novembre 2016 - 20 h 01 min

    Mohammed VI accapare la COP22
    Mohammed VI accapare la COP22 et place les Grands devant leurs responsabilités…
    Ce qui est bien avec le roi Mohammed Vi, c’est que son discours reste cohérent, quel que soit l’aréopage auquel il s’adresse. Au Marocains, aux Africains ou au monde, son discours s’articule toujours autour des valeurs, de la défense des faibles et du rejet du diktat néocolonialiste. C’est ce qu’il vient de redire devant le monde, réuni à Marrakech.

    Ban Ki-moon, François Hollande, et d’autres, bien d’autres encore ont écouté ce discours délivré dans un langage direct, assuré. Mohammed VI est assis entre l’encore ministre des Affaires étrangères mais surtout président de la COP22 Salaheddine Mezouar et l’encore aussi patron de l’ONU Ban Ki-moon, et derrière lui, ses conseillers Taïeb Fassi Fihri et Fouad Ali al Himma, placé exactement dans son axe. Et une fois n’est pas coutume pour Mezouar, quelque peu impressionné, il donne la parole au roi…

    Qu’a dit le roi dans son discours ?

    1/ L’importance de lutter contre le réchauffement climatique ;

    2/ La nécessité de prendre en considération les moyens des uns et des autres pour éviter les pressions ;

    3/ Une feuille de route en quatre points, dans un relais de la COP21, qui « n’est pas une fin en soi », à la COP22 qui sera un « test réel » de la fiabilité des uns et de la crédibilité de tous ;

    4/ L’apport et l’engagment du Maroc dans la lutte contre les émissions de gaz à effet de serre.

    Ainsi, pour Mohammed VI, la prise de conscience du danger du réchauffement ne remonte pas à hier, et les pays et les peuples s’y sont faits progressivement. Mais comme tout le monde ne dispose pas des mêmes moyens, il faut passer par l’éducation pour sensibiliser les jeunes générations qui deviendront les générations futures et assureront l’avenir. Mais il faut également assurer les ressources financières pour relever le défi de sauver la planète ou, du moins, garantir une vie pas trop pénible à nos descendants…

    Le Maroc, pour sa part, fera sa part du travail. « Je réaffirme que le Maroc consacrera ses efforts, pendant son mandat, et les ressources financières disponibles durant cette courte période, pour remplir cette mission difficile et noble ». Et quand Mohammed Vi réaffirme quelque chose, on peut être sûr que le pays suivra…

    Il faut donc cesser de clamer de bonnes intentions et de proclamer sa bonne foi, stérilement : « De nombreuses promesses ont été faites dans de multiples conférences antérieures. Mais notre conférence aujourd’hui est celle de la vérité et de la clarté; une conférence pour prendre nos responsabilités devant Dieu et l’Histoire, et devant nos peuples ». Voilà qui est dit.

    Mais il ne faut pas non plus oublier les plus pauvres, leitmotiv des discours du roi : « Nos conférences et nos accords auront-ils un sens si nous laissons les catégories les plus vulnérables, là-bas dans les îles menacées de disparition et dans les champs confrontés au risque de la désertification en Afrique, en Asie et en Amérique latine, face à leur destin lourd de périls ? ».

    Puis, reprenant sa logique de rupture avec les temps de la colonisation, il appelle les Grands à la responsabilité et les rappelle, au besoin, à l’ordre. Plusieurs chefs d’Etat africains écoutent, et ce passage a dû leur faire plaisir : « L’ère coloniale est révolue, tout comme la logique qui consiste à imposer les décisions. En fait, l’enjeu, c’est l’existence de l’Homme, qui exige de nous d’œuvrer ensemble main dans la main pour la protéger. Aussi, il ne faut pas forcer les pays, d’emblée, à accepter des décisions auxquelles ils ne pourront pas se conformer. Pour autant, cela ne signifie pas qu’ils les rejettent, mais plutôt qu’ils ne disposent pas des moyens nécessaires pour les appliquer ».

    Et de donner la feuille de route, qui doit faire que « l’Accord de Paris (ne soit) pas une fin en soi. Les résultats de la Conférence de Marrakech sont, plutôt, un test réel pour mesurer la fiabilité des engagements que nous avons souscrits et la crédibilité des parties qui les ont annoncés.

    1/ Procurer les ressources, de manière effective, aux pays les plus pauvres pour l’atténuation des effets du réchauffement, puis l’adaptation de leurs populations aux nouvelles conditions de vie ;

    2/ Les pays les plus riches doivent concrétiser, effectivement, leur engagement de mobiliser 100 milliards de dollars au moins, dès 2020, en faveur des pays pauvres ;

    3/ Les pays développés doivent assurer le transfert des technologies nécessaires à lutter contre le réchauffement ;

    4/ Les sociétés civiles de tous les pays doivent s’unir pour maintenir la mobilisation, et l’améliorer.

    Le roi conclut en déroulant les efforts accomplis et consentis par le Maroc pour s’inscrire dans la démarche et la logique de la lutte contre le réchauffement :

    1/ Relever ses contributions ;

    2/ Baisser ses émissions de gaz à effet de serre (même si en la matière, le royaume n’est pas le plus dangereux sur la planète…) ;

    3/ Engagement pour un mix énergétique en 2030, ou les énergies renouvelables et propres représenteront 52% de la production d’électricité ;

    4/ Proposition de plusieurs mesures pour prolonger l’Accord de Paris, en termes de financements et de solutions d’adaptation.

    Ce discours clair, qui sonne comme un appel des pays pauvres à ceux « dits avancés » ainsi que le rappelle Mohammed VI, est le prélude de celui de demain mercredi 16, devant les chefs d’Etat et de gouvernement africains.

    Entre sa tournée africaine (dont la seconde partie démarrera la semaine prochaine), le discours de Dakar consacré en grande partie à l’Afrique, celui d’aujourd’hui qui parle au nom des Africains et celui de demain où le roi parlera aux Africains, l’adhésion à l’Union africaine ne sera plus qu’une simple formalité… Même le Nigérian Buhari et le Zimbabwéen Mugabe n’y trouveront rien à redire…




    0



    0
      Sifax
      17 novembre 2016 - 6 h 02 min

      hhhhhh surtout reviens de
      hhhhhh surtout reviens de temps en temps pour nous faire marrer un peu, oh la vache !




      0



      0
    HATIM
    15 novembre 2016 - 16 h 41 min

    Le président sahraoui Brahim
    Le président sahraoui Brahim Ghali est poursuivi par l’audience nationale, la plus haute juridiction espagnole pour génocide. la descente au enfers du polisario est proportionnelle à la chute du prix de pétrôle




    0



    0
    HATIM
    15 novembre 2016 - 11 h 50 min

    @ Thidhet

    @ Thidhet
    Pendant que le Maroc reçoit les organisations onusiennes telles que UNESCO, PNUD,PNUE,des organismes tels que la Banque mondiale, la Banque africaine, le secrétaire général de l’ONU, les ONG du monde entier, les élus locaux de toute la planète, des scientifique, des économistes , des journalistes , 189 chefs d’états et de gouvernements de la planète, des négociateurs du monde entier concernant le climat et les énergies , l’Algérie ne trouve pas plus que d’inviter l’ambassadeur de la RASD,via son partie moribond le FLN, Dès que notre pays accueille le MAE du Niger ou du Mali, alors la c’est l’exception algérienne de la réussite. Décidément pauvre de nous




    0



    0
    DJAMEL
    15 novembre 2016 - 11 h 15 min

    ET SI SADANI AVAIT RAISON …
    ET SI SADANI AVAIT RAISON … TANT D ARGENT FOUTU EN L AIR … CE N EST QUE DU KHORTI … L INTERET DE L ALGERIE PASSE EN PREMIER AVANT TOUTE CONSIDERATION …




    0



    0
    T'ZAGATE
    15 novembre 2016 - 10 h 23 min

    J’aime bien entendre Ould
    J’aime bien entendre Ould Abbes, Saidani and Co ……..  » avec moi, la chekkara c’est fini » ! ……. J’aime bien entendre çà d’eux , pourquoi ? Non pas parce que la « chekkara » n’existera plus à l’avenir (çà, c’est impossible), mais parce qu’ils reconnaissent au grand jour que c’est une pratique courante qu’ils utilisaient et utilisent eux-même !




    0



    0
    Samy
    15 novembre 2016 - 6 h 51 min

    On peut dire ce qu’on veut
    On peut dire ce qu’on veut mais moi personnellement je trouve le nouveau patron du FLN que je connais ni d’Adam ni d’Eve bien sympathique malgré son âge.En tous les cas bien plus que Belkhadem ou Saadani les deux fossoyeurs de ce qui restait du FLN de Abane Ramdane.Il y a manifestement relèvement de niveau de ce parti que Saadani a relégué au 7° sous-sol.




    0



    0
      l'immigri
      15 novembre 2016 - 7 h 26 min

      « que je connais ni d’Adam ni
      « que je connais ni d’Adam ni d’Eve bien sympathique malgré son âge. » Normalement, il faut avoir quel age pour être un vrai sympathique ?




      0



      0
      DZ
      15 novembre 2016 - 8 h 01 min

      Tu dois vivre sur une autre
      Tu dois vivre sur une autre planète, ce mec est un incapable, chiate du pouvoir, n’oublies pas de qui est composer le FLN !




      0



      0
      Anonymous
      15 novembre 2016 - 9 h 59 min

      Tu devrais terminer par vive
      Tu devrais terminer par vive bouteflika…Au moins tu assumerais ce que tu es plutôt que de parler d’un type qui n’est qu’un parasite incompétent et surtout au service d’un clan d’escrocs avant tout…




      0



      0
        Samy
        15 novembre 2016 - 11 h 48 min

        C’est mon opinion et je l
        C’est mon opinion et je l’assume.N’oublie pas que Ould Abbas est Docteur en médecine et j’espère qu’il relèvera le niveau de ce parti tombé bien bas.Je ne soutiens ni le clan de Bouteflika ni un autre d’ailleurs.Je ne suis qu’avec ceux qui luttent pour sortir ce pays de la mélasse alors qu’il mérite beaucoup mieux que ça.




        0



        0
    Anonymous
    15 novembre 2016 - 4 h 17 min

    Blanc bonnet et bonnet blanc
    Blanc bonnet et bonnet blanc ,l’hypocrisie va finir un jour ou l’autre ,tout a une fin même s’il faut 100 ans.




    0



    0
    Ouahdani
    15 novembre 2016 - 0 h 25 min

    Même s’il se comportait tel
    Même s’il se comportait tel un pantin (Saidani) ,il a osé défié quand même les remparts bétonnés au granit de la république il l’a fait courageusement et personne n’a daigné jouer le jeu avec lui et pourtant il n’a fait que dire la vérité et la triste réalité, il a agit de la façon d’un messager d’un cercle noir du pouvoir indéfinissable à plus d’un titre qui s’adresser à un prisme du pouvoir également à géométrie variable fortement impénétrable ces deux entités du système ont voulu testé chacun à sa manière leurs arsenaux de propagandes, je pense que leurs plans machiavéliques ont échoué à mi chemin du succès ce qui veut dire qu’ils ont au moins réussi à moitié, ce n’est que partie remise pour la deuxième phase et là ils ont trouvé leur hommes le grand KAHAN qui va se charger de finaliser cette partie pour vous dire aussi il ne sait rien des objectifs de sa mission, lui est par ailleurs le vrai métronome bien choisi pour atteindre leurs desseins inavoués ,ceci est plus que clair ces deux entités nous gouvernent depuis la nuit des temps et ils ne sont pas prêt de partir à fortiori de se laisser faire




    0



    0
    Thidhet
    14 novembre 2016 - 21 h 28 min

    Quant à recevoir l
    Quant à recevoir l’ambassadeur du Sahara Occidental, c’est une chose que tout parti politique algérien devrait faire régulièrement.




    0



    0
    Rayes El Bahriya
    14 novembre 2016 - 21 h 17 min

    Parti de malfrats et des
    Parti de malfrats et des cemeleons

    Vous avez dilapidé le capital révolutionnaire de

    L’Algérie.

    Hier il encensais ce voyou de saadani

    Aujourd’hui il tâtonne à vue.

    Pays des grabataires ..
    .
    Une honte à ce pays




    0



    0
    Oumerit
    14 novembre 2016 - 20 h 59 min

    Vous pensez que saidani s’
    Vous pensez que saidani s’ est trompe pourqoui? Commet? En qoui?




    0



    0
    amal
    14 novembre 2016 - 20 h 37 min

    une tête de lentes ne peut
    une tête de lentes ne peut jamais être pire qu’un pouilleux.
    qui a absoud ould abbas des fautes scandaleuses qu’il s’est permi nonchalamment de commetre ki kan 3la didano?
    rani nqol wan3awed: le fln il faut faire son deuil. khlas, c’est fini, el baqiya f’7ayatko.




    0



    0
    Anonymous
    14 novembre 2016 - 19 h 48 min

    attendre et voir et une fois
    attendre et voir et une fois que tu a vu continu a voir vu que tu ne peut rien faire ,




    0



    0
    tkout
    14 novembre 2016 - 18 h 54 min

    FRERES ALGERIENS CET HOMME
    FRERES ALGERIENS CET HOMME EST PIRE QUE SAIDANI C EST UN DIABLE DEGUISE EN HOMME GLOIE EN NOS CHOUHADAS ET VIVE L ALGERIE ALGERIENNE NI D EST NI DE L OUES NI DU SUD MAIS UNE ALGERIE DEMOCRATIQUE TELLE QUE VOULUE PAR FERHAT ABES ZERROUAL TOUATI ABANE BEN BOULAID ET …..OUI MES FRERES PAR BOUDIAF ET HOCINE AIT AHMED GLOIRE A NOS MARTYRS ET GLOIRE A LA DEMOCRATIE ET A L ALGERIE DE MASSINISSA LE CHAOUI




    0



    0
      Samy
      15 novembre 2016 - 7 h 17 min

      Tu as raison sur certains
      Tu as raison sur certains points mais Massinissa était avant tout Aguellid Imazighen que beaucoup oublient et reconnaissent bien tardivement quand tout est défriché.Mais ne faisons pas la fine bouche mieux vaut tard que jamais car l’union fait la force.Ne perdons pas espoir,ce pays renaitra de ses cendres malgré les tonnes d’opium.qui sont quotidiennement déversées pour falsifier son Histoire millénaire et même son présent pour des intérêts mesquins.




      0



      0
        Anonymous
        17 novembre 2016 - 6 h 08 min

        qui a trahi son frere syphax
        qui a trahi son frere syphax et s’est allié aux romains, il faut tout dire




        0



        0
      eddine
      15 novembre 2016 - 10 h 05 min

      Arrête de vivre dans le passé
      Arrête de vivre dans le passé , fait pour le mieux avec ce que tu as haujourd’hui !




      0



      0
      kelam
      15 novembre 2016 - 20 h 17 min

      tu as un syndrome de
      tu as un syndrome de psychotique qui n’arrive pas a dormir car l’Algérie trouve un dialogue pour remettre les solutions devant chaque responsables:preuve l’ancien procureur général est réhabilité:TU a un trouble du sommeil::solution prendre deux tranxene dix le soir..




      0



      0
      kelam
      15 novembre 2016 - 20 h 19 min

      tu as un syndrome de
      tu as un syndrome de psychotique qui n’arrive pas a dormir car l’Algérie trouve un dialogue pour remettre les solutions devant chaque responsables:preuve l’ancien procureur général est réhabilité:TU a un trouble du sommeil::solution prendre deux tranxene dix le soir..




      0



      0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.