Le président Bouteflika quitte la clinique de Grenoble

Le président Bouteflika. New Press

Actualisé Le président Abdelaziz Bouteflika a quitté aujourd’hui la clinique d’Alembert, à Grenoble, et devra regagner Alger incessamment. L’information donnée par le quotidien grenoblois Dauphiné Libéré, a été confirmée par l’AFP auprès de la préfecture de l’Isère. Le président Bouteflika est resté huit jours dans cette clinique. Le 7 novembre dernier, la présidence de la République avait annoncé que le chef de l’Etat était parti à Grenoble pour un contrôle médical périodique. Le président Bouteflika avait déjà effectué des contrôles médicaux à la clinique Alembert en novembre 2014 et en décembre 2015. Ses séjours précédents avaient duré un ou deux jours, contrairement à cette fois-ci où ce contrôle médical a pris une semaine.

Cela a suscité des rumeurs notamment sur une éventuelle intervention chirurgicale qu’il aurait subie pour l’implantation d’un neuro-stimulateur. Mais pour le moment, ce ne sont que des rumeurs. Car, ni la présidence de la République ni le Groupe hospitalier mutualiste (GHM) de Grenoble n’ont confirmé cette information.

Le président Bouteflika a paru en meilleur état de santé lors de ses trois dernières sorties sur le terrain pour l’inauguration du Centre international des conférences ou encore de l’Opéra d’Alger. Selon le nouveau secrétaire général du FLN et néanmoins médecin, Djamel Ould-Abbès, le président Bouteflika pourrait fort probablement «remarcher» dans cinq à six mois. 

Un communiqué de la présidence de la république, cité par l’APS, indique que le président de la République, Abdelaziz Bouteflika, a regagné le pays mardi à l’issue d’une visite privée à Grenoble (France), durant laquelle il a effectué des contrôles médicaux périodiques.

«Son excellence Abdelaziz Bouteflika, président de République, a regagné le pays ce mardi 15 novembre 2016, à l’issue d’une visite privée à Grenoble, durant laquelle il a effectué des contrôles médicaux périodiques», précise la même source.

Le président Bouteflika s’est rendu lundi 7 novembre 2016 à Grenoble pour une visite privée durant laquelle il devait effectuer «des contrôles médicaux périodiques», ajoute le communiqué.

Sonia Baker 

Comment (45)

    COLUCHE
    16 novembre 2016 - 12 h 57 min

    Allons, allons, soyons
    Allons, allons, soyons sérieux chère Sonia Baker, auteure de l’article. Si c’était Bouteflika lui-même qui avait quitté son hôpital de Grenoble, on l’aurait vu debout et se diriger vers sa voiture officielle ! Mais non, non ma chère Sonia Baker, on ne l’a pas vu quitter de lui-même cet hôpital, et donc c’est celui qui est derrière son fauteuil roulant, dont je connais pas le nom, qui a sorti Boutef de l’hôpital. C’est une grande différence qui me fait dire que même son meilleur ami le cardiologue de Grenoble, qu’il veut d’ailleurs suivre partout (…), n’a rien pu faire pour lui malgré ses dernières techniques sophistiques et les dernières découvertes médicales ! Quand on a un handicap comme celui de Boutef, la seule chose à faire c’est de respecter 40 millions d’Algériens en décidant de prendre sa retraite politique pour ne s’occuper dignement que de sa fin de vie qui est inéluctable comme pour tout être humain ! Voilà ce que j’aurai voulu lire de vous et d’autres journalistes que je respecte malgré tout car je sais que votre métier est risqué, ….. pas comme chez un internaute anonyme comme moi qui se cache hélas derrière un clavier ! Grand merci à Algérie Patriotique de nous permettre de dire ce qu’on pense !

    NATION ALGERIENNE
    16 novembre 2016 - 11 h 27 min

    je suis contre la politique
    je suis contre la politique intérieure du Président Bouteflika , son 3 eme et 4 eme mandat mais je trouve indigne que des algériens insultent et se moque de la maladie du président et insultent nos frères tlemceniens .. cela ne faut pas partie de l’EXCLENCE ALGERIENNE et des mœurs saines traditionnels de nos ancêtres berbères Amazihen de s’en prendre à un vieux et un malade ou à des innocents en bloc

      H'didwane
      16 novembre 2016 - 15 h 21 min

      Quelqu’un de malade depuis
      Quelqu’un de malade depuis 2004, que personne n’a jamais entendu parler a la TV, qui n’a jamais voyagé si ce n’est pour des soins, ne doit pas etre a la tete d’un pays si grand que l’Algérie non ?
      Le minimum humain est de se soigner et de garder sa dignité.
      Mais apparemment il se présentera a un 5ieme, voir 6ieme mandat comme s’il n’etait pas malade ou qu’il n’approche pas ses 80 ans ou qu’il est immortel !
      Alors fini les petits gémissements « d’humanisme » car la question qu’il faudrait se poser a la fin est: Pourra-t-il gouverner ou pas ? Malheuresement je ne l’ai pas apercu faire quoi que ce soit depuis 2004.
      Mais quand le ridicule ne tue pas, on peut prosperer et continouns a « faire semblant » d’avoir un president par procuration sous les missives de sadani, ghoul et maintenant de qui ? Quel cirque ammar !

    Djebl
    16 novembre 2016 - 10 h 19 min

    Bon rétablissement M. le
    Bon rétablissement M. le Président. Que la paix et la Mésirocorde d’Allah vous entourent pour assurer un 5ème mandat et puis une 6ème InchAllah

      Anonymous
      16 novembre 2016 - 15 h 50 min

      Si tu aimes la gouvernance
      Si tu aimes la gouvernance façon makhzen il y a un pays très proche culturellement de ce que tu es ( culinaire vestimentaire dialecte mentalité etc. ..) qui s’appelle le Maroc où tu as très probablement des attaches et un filiation. Il faudrait penser à y retourner…Les algériens ne veulent pas de makhzen comme vous voulez nous l’imposer. Après vous pouvez toujours assumer ce que vous êtes et vos différences, demandez votre rattachement au Maroc n
      Ainsi vous aurez 150 mandats de seydkoum ou de sa descendance et nous on aura enfin la paix et notre pays enfin à nous.
      L’Algérie n’est pas et ne sera jamais une copie du makhzen maroxian loukane vous frapper votre tête sur tous les murs…On vous laisse volontiers ben bella messali ou bouteflika et on garde ben Mhidi Amirouche Benboulaid etc…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.