Ban Ki-moon piège le Makhzen et évoque la question du Sahara en pleine COP22

Ban Ki-moon à Marrakech. D. R.

Mohammed VI, qui comptait assurément sur la COP22 pour se refaire une virginité diplomatique et procéder à un ravalement de la façade de son pays ternie par les dernières manifestations contre la hogra provoquées par la mort, au cours d’une opération de police, d’un jeune vendeur de poisson à El-Hoceima, n’est pas parvenu à ses fins. La cause ? Invité à l’événement, le Secrétaire général des Nations unies, Ban Ki-moon, n’a pas raté l’occasion de remettre sur le tapis le dossier du Sahara Occidental et d’appeler son hôte à cesser d’empêcher le règlement du conflit.

C’est donc depuis Marrakech et devant le gratin de la politique mondiale que le Secrétaire général des Nations unies a lancé un appel pour faire avancer le processus de l’ONU pour le règlement du conflit au Sahara Occidental, conformément aux résolutions du Conseil de sécurité. «Ban Ki-moon a souligné l’importance de faire progresser le processus des négociations au Sahara Occidental tel que prévu dans les résolutions pertinentes du Conseil de sécurité», a indiqué l’ONU dans une déclaration publiée à l’issue de la rencontre du chef de l’ONU avec le roi du Maroc, Mohammed VI, en marge de la COP22.

La reprise des négociations a été exigée par le Conseil de sécurité, qui a souligné dans sa résolution 2285 de 2016, prorogeant le mandat de la Minurso jusqu’à 2017, l’importance de poursuivre le processus de préparation pour un cinquième round de négociations sur le statut final du Sahara Occidental. Le Conseil de sécurité avait également chargé le chef de l’ONU de lui présenter au moins deux rapports par an pour l’informer du déroulement des négociations qui doivent aboutir à la tenue d’un référendum d’autodétermination du peuple sahraoui.

L’ONU avait annoncé en juillet dernier qu’elle était sur le point de présenter une proposition formelle au Front Polisario et au Maroc pour relancer ces pourparlers. La dernière fois où les deux parties se sont installées à la même table de négociations remonte à mars 2012 à Manhasset, aux Etats-Unis. Mais le Maroc fait toujours la sourde oreille. Jusqu’ici, l’envoyé personnel du SG de l’ONU pour le Sahara Occidental, Christopher Ross, ne parvient pas à reprendre ses navettes diplomatiques dans la région, sa tournée se heurte au refus des autorités marocaines, qui le considèrent toujours persona non grata dans les territoires sahraouis occupés. L’émissaire de l’ONU a déjà fait part de la persistance de l’hostilité du Maroc à son égard. Son déplacement dans les territoires occupés fait toujours l’objet de discussions entre le Secrétariat général de l’ONU et le Maroc.

Khider Cherif

Comment (55)

    HOUMTY
    19 novembre 2016 - 16 h 07 min

    EH LES MOKOKOS…………. J
    EH LES MOKOKOS…………. J’AI QU’UNE CHOSE A VOUS DIRE,…………….HONTE A VOUS , PENSEZ PLUTOT A PRENDRE LES ARMES CONTRE L’ARMEE ESPAGNOLE POUR LIBERER VOS DEUX ENCLAVE ESPAGNOLE SUR LA TERRE DE VOS PARENTS ET GRANDS PARENTS…… H’NA LA FRANCE EST RESTER 132 ANS ET ILS ON PAS UN CENTIMETRE CARRE DE L’ALGERIE , H’NA TA3 NIF……… VIVE L’ANP , LE DRS QUI PROTEGENT BLAD’NA ET ONE…………….. TWO…………… THREE…………….. VIVA L’ALGERIE LIBRE ET INDEPENDANTE.




    0



    0
    ELHIKMA
    19 novembre 2016 - 11 h 24 min

    C’est bien mais pas suffisant
    C’est bien mais pas suffisant. Voilà un Monsieur qui « travaille » depuis des lustres et qui s’en va bientôt sans avoir réglé ce problème CLAIR , DE COLONISATION PAR LA FORCE D’UN TERRITOIRE NON AUTONOME, par le Maroc (…), aidé et soutenu par le colonialisme français . Cela rappelle l’histoire récente d’un autre Monsieur ( Obama), qui est arrivé avec beaucoup de promesses ( qui lui ont rapporté le prix Nobel ….D’AVANCE !) et qui après huit longues années n’a pas pu régler le problème de COLONISATION de la Palestine, du fait d’une poignée de juifs-sionistes-extrêmistes, soutenus par l’alliance judéo-chrétienne. Dans les deux cas , Le problème réside dans la volonté politique ABSENTE TOTALEMENT. Sans cette volonté sincère, les pires truands qui gouvernent le monde , continueront à mener en bateau le reste du monde, celui des plus faibles et à tourner en rond au grand bénéfice des spoliateurs de tout poil. Moralités : le seul choix qui reste aux victimes des injustices , c’est la résistance armée ; ODHORBOU YAÂRAF RABBOU ! Si l’ Algérie n’avait compté que sur l’ONU ou les USA, elle serait encore sous domination coloniale de la france . Salut à AP et ses amis.




    0



    0
    berbere
    17 novembre 2016 - 13 h 57 min

    Le problème entre le royaume
    Le problème entre le royaume chéries et le polesario, mais l Algérie… Pourquoi je me Mel.




    0



    0
      Lyes Oukane
      17 novembre 2016 - 16 h 44 min

      @ berbere /// demandes toi
      @ berbere /// demandes toi plutôt pourquoi les soldats de ton royaume chéri font la guerre au Yemen , pays qui ne vous a jamais agressé et qui est à des milliers de kilomètres de vous .Par la même occasion ,tu peux aussi te demander pourquoi toute la communauté internationale et ses plus hautes instances  » se mêlent  » de cette histoire entre le maroc et la RASD .




      0



      0
    AMZIL OUDADAS
    17 novembre 2016 - 8 h 43 min

    La COP22 est tragique fiasco
    La COP22 est tragique fiasco car Bouteflika n’y était pas.
    L’Algérie a battu le Maroc . Elle n’a pas organisé cette COP22 car elle n’est pas à la hauteur
    de la grandeur de la Nation Algérienne.
    One two three ……….




    0



    0
    AMZIL OUDADAS
    17 novembre 2016 - 8 h 40 min

    La COP 22 est un grand fiasco
    La COP 22 est un grand fiasco, parole d’algérien pure souche.




    0



    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.