Congrès du RND : les opposants à Ouyahia déboutés par le Conseil d’Etat

Les frondeurs accusent Ouyahia de s’être éloigné des principes fondateurs du RND. New Press

Actualisé – Le Conseil d’Etat a rejeté le recours des opposants à l’actuel secrétaire général du RND, Ahmed Ouyahia. Le verdict a été rendu aujourd’hui et l’information a été rapidement diffusée par la direction du parti à travers un communiqué de presse. «Le Conseil d’Etat a rejeté ce jour, le 17 novembre 2016, le recours des opposants à la tenue du congrès du RND réuni en mai dernier», lit-on dans ce communiqué. La direction du RND, à sa tête Ahmed Ouyahia, a rappelé dans ce sillage que «le Conseil d’Etat avait déjà invalidé un référé déposé par ces mêmes opposants la veille du congrès pour en empêcher sa tenue». Le rejet du recours des opposants par le Conseil d’Etat tombe au moment où ces derniers tentent de reprendre du poil de la bête et relancer leur démarche contestataire. Ce rejet constitue incontestablement une victoire pour le «camp» Ouyahia, qui semble bien contrôler la situation.

D’ailleurs, les principaux frondeurs font l’objet d’une procédure disciplinaire suite à leur déclaration «incendiaire» contre la direction du parti. Ces frondeurs, traduits devant le conseil de discipline du parti, sont Nouria Hafsi, Smati Zoghbi, Tayeb Zitouni et Mokhtar Boudina. Ceux-ci font partie des dix signataires de cette fameuse déclaration qui a apparemment suscité la colère d’Ahmed Ouyahia et ses collaborateurs. Il faut rappeler que la démarche des frondeurs à la veille du congrès extraordinaire, transformé en 5e congrès, a suscité une virulente réaction de la part de la direction du RND qui avait affirmé dans un communiqué qu’«aucun groupuscule ni minorité ne va imposer son diktat au sein du parti».

Après un long silence qui a duré plusieurs mois, les frondeurs ont repris leur activité il y a quelques semaines en rendant public un communiqué dans lequel ils ont chargé Ahmed Ouyahia et la direction actuelle, accusés de s’être éloignés des principes fondateurs du parti. La direction du parti n’a pas réagi par un communiqué, mais plutôt en brandissant la menace de la sanction disciplinaire. Les frondeurs vont-ils continuer à manœuvrer pour obtenir la «tête» d’Ouyahia ? On le saura bientôt.

Le RND défend le projet de loi de finances et dénonce des «discours démagogiques»

Le groupe parlementaire du RND a défendu énergiquement le projet de loi de finances pour 2017 et critiqué vivement l’opposition qui fait dans la «démagogie» sans proposer d’alternative. «Certains demandent où sont passés les centaines de milliards de dollars rapportés par les hydrocarbures mais le peuple est conscient de tout ce que son pays a réalisé avec les recettes des hydrocarbures», a affirmé le groupe dans une déclaration écrite. «Nous demandons à ceux qui qualifient le projet de loi de finances pour 2017 de “code pénal bis” de proposer au peuple des solutions alternatives», a poursuivi en soulignant que «les discours démagogiques ne nourriront pas nos compatriotes et ne donneront ni logements ni emplois aux citoyens en difficultés. Ces discours déstabilisent, et c’est pour cela que le RND les rejette».

«Le RND qui soutient le président de la République est aussi solidaire du gouvernement dont il fait partie», a-t-on ajouté dans la même déclaration. «Le RND, a-t-on affirmé, demande au gouvernement de mettre en œuvre sa politique de croissance.» «Nous l’invitons à ne pas mettre en danger les moyens de réussite de cette politique. Il ne faut pas assécher les ressources des banques et des entreprises bénéficiaires au profit du budget de fonctionnement. Il ne faut pas remettre en cause les avantages alloués au soutien à l’investissement dans tous les domaines», a souligné ce groupe parlementaire qui appelle le gouvernement à éviter le recours à l’endettement extérieur qui menace l’indépendance économique du pays mais aussi le bien-être social de la nation. «Cette erreur a été commise il y deux décennies, évitons de la reproduire», a insisté ce groupe parlementaire du parti d’Ahmed Ouyahia.

Le RND a relevé dans ce sillage la nécessité d’accélérer la modernisation de l’administration fiscale. «C’est grâce à elle que le pays collectera les centaines de milliards de dinars d’obligations fiscales qui ne sont pas versées par l’économie de la fraude et de la contrebande, appauvrissant ainsi l’Etat au profit des barons de l’argent sale», a soutenu le groupe parlementaire de ce deuxième parti du pouvoir qui demande, en outre, la préparation et l’introduction, l’année prochaine, d’un impôt sur la fortune de sorte que «les citoyens les plus aisés contribuent davantage à la préservation de la dynamique économique du pays et à la préservation de la souveraineté économique de l’Algérie».

Le RND, a-t-on ajouté dans la même déclaration, plaide pour plus de pouvoirs aux walis afin de décider en matière d’investissement dans le cadre de la loi. «Il n’est pas normal que les projets d’investissements nombreux dans le tourisme, dans l’agriculture ou dans l’industrie perdent des mois, sinon même des années en attente de décision au niveau central», a jugé cette formation politique qui plaide également pour «l’application de la justice sociale dans la limitation des subventions aux produits de première nécessité, aux citoyens qui le méritent réellement alors qu’aujourd’hui une bonne partie des subventions budgétisées profite à des citoyens aisés». 

Le RND, à travers son groupe parlementaire, dit soutenir la mise en place de prix subventionnés pour l’électricité au profit de nos citoyens au Sud». Il demande aussi des prix subventionnés pour le gaz de chauffage en hiver au profit des familles des régions des Hauts Plateaux et des régions montagneuses.

Sonia Baker

Comment (2)

    Nô boutef
    18 novembre 2016 - 14 h 19 min

    Quel conseil d’état ?quel
    Quel conseil d’état ?quel état ?etat de Ouyahia qui commande la justice.
    Je ne comprends pas comment les gens s’obstinent à perdre du temps devant la justice de Tayeb louh




    0



    0
    T'ZAGATE
    17 novembre 2016 - 15 h 10 min

    « …. le Conseil d’Etat a
    « …. le Conseil d’Etat a rejeté le recours des opposants à l’actuel secrétaire général du RND, Ahmed Ouyahia. ….  » Pourquoi cette information ? il y a ici sur Algérie Patriotique quelqu’un (internautes, citoyens algériens) qui a prévu le contraire ??? Jamais !!




    0



    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.