Le FFS se «soulève» contre l’arbitraire et le harcèlement judiciaire

Bouchafa a vivement dénoncé la «violence» qui frappe les élus du FFS. New Press

Le premier secrétaire du Front des forces socialistes (FFS), Abdelmalek Bouchafa, s’est élevé énergiquement contre les intimidations, le harcèlement judiciaire et la répression qui s’abattent sur les militants de sa formation. Dans un meeting à El-Atteur, dans la wilaya de Aïn Defla, Abdelmalek Bouchafa, a vivement dénoncé la «violence» qui frappe les élus du FFS au niveau des assemblées communales, à l’instar de Lakhdaria.

Le premier secrétaire du FFS juge le comportement des «commis» de l’Etat, en premier lieu le wali, inacceptable. Abdelmalek Bouchafa a évoqué dans ce sillage les «militants emprisonnés» à Ghardaïa depuis des mois qui «étaient au premier rang de ceux qui appelaient à l’instauration de la paix, de la fraternité et de la stabilité dans la Vallée du M’zab ». Le premier secrétaire du FFS, accompagné d’un membre de l’instance présidentielle, Ali Laskri en l’occurrence, a beaucoup insisté sur les «dépassements» et les «atteintes aux droits de l’Homme» à Ghardaïa et dans d’autres régions du pays.

Il a, par ailleurs, évoqué le «passage en force» de la loi de finances pour 2017 au sein de l’Assemblée populaire nationale, malgré le «rejet populaire» dont elle fait l’objet. Qualifiant encore une fois d’antisocial et antinational ce projet de loi, Abdelmalek Bouchafa parle ainsi de la dictature de la «majorité parlementaire ». L’orateur a jugé inadmissible ce «passage en force» d’une loi de finances qui n’est pas l’émanation de l’écrasante majorité de la composante de la société.

«L’instauration de la dictature de la majorité comme réalité de la pratique politique va à contrecourant des espérances des Algériens», a-t-il soutenu, affirmant que ceux qui ont conçu et voté ce texte œuvrent à «priver le citoyen lambda d’une vie décente». Le premier secrétaire a dénoncé dans ce contexte les dérives du gouvernement qui fait supporter le fardeau de la crise au citoyen, préservant ainsi les intérêts des «oligarques» qui contrôlent et profitent de la «richesse du peuple et de la nation ». «Au lieu de récupérer et rapatrier les milliards de dollars transférés illicitement à l’étranger par de gros bonnets sous diverses formes, le gouvernement puise dans les poches des citoyens pour faire face à ses difficultés financières», a regretté Bouchafa, qui considère les nouvelles orientations et mesures du gouvernement comme une vaine tentative du régime de justifier la crise multidimensionnelle.

Le premier secrétaire du FFS est revenu lors de ce meeting sur la démarche du plus vieux parti de l’opposition visant à reconstruire le consensus national afin de faire face à la crise qui secoue le pays. Abdelmalek Bouchafa estime que la concrétisation de cet objectif est à «même d’assurer la stabilité du pays». Il a affirmé que «la sortie de la crise multiforme dans laquelle se débat le pays ne peut avoir lieu sans la réalisation d’un consensus national en tous points de vue». Cette préoccupation «ne doit pas être celle  du FFS uniquement mais doit concerner toutes les forces vives du pays». Il a, dans ce contexte, souligné que son parti ne ménagera aucun effort dans son travail de sensibilisation sur l’importance de l’adhésion à la démarche relative au consensus national, relevant l’importance de la mobilisation des  citoyens autour de cet objectif aux «retombées positives certaines».

Le premier secrétaire du FFS rappelle que son parti plaide pour un changement «pacifique» et «loin de toute forme de violence, quelle qu’elle soit».

Hani Abdi

 

Comment (14)

    Anonymous
    27 novembre 2016 - 16 h 27 min

    le consencius veut dire
    le consencius veut dire intégration du pouvoir actuel ! le FFS n’a jamis eu le courage de s’opposer reellement au pouvoir mafieux tout simplement ses éléments ont toujours émarger sur le budget de l’etat c »est a dire l »argent des Algeriens en quelques sorte il a peur de perdre ses privileges pour cela il courbera toujours l’echine si ça venait a s »envenimer alors démentez moi chiche !!!




    0



    0
    slam
    26 novembre 2016 - 19 h 30 min

    Le seul moment où le FFS s
    Le seul moment où le FFS s’est « soulevé » C’était en …1963. Depuis , il est atteint de « parano anti services » au point de préfèrer s’allier avec des partis génocidaires créés par les pays du Golfe ( fis hamas nahda etc) plutot que de parler avec des partis créés par des « services » algeriens. A force de se croire seul vrai parti d’opposition , il fini seul comme un vieux grincheux qui se croit au dessus de tout le monde. Moralité de l’histoire (comme dirait AbouStroff) : FFS contre le reste du monde = suicide politique.




    0



    0
      Rascasse
      27 novembre 2016 - 6 h 58 min

      Le reste du monde en Algérie
      Le reste du monde en Algérie c’est le labo: depuis l’UGTA jusqu’à la petite association de quartier,




      0



      0
        Anonymous
        27 novembre 2016 - 15 h 23 min

        Je Vous remercie Mr Djamel
        Je Vous remercie Mr Djamel Ould-Abbès, lors de votre visite d’Inspection centre EPSP Bab el oued LE 23/09/2010, vous aviez remis à sa place l’une des responsables, aujourd’hui se confirme votre jugement à l’égard de cette responsable, dipité FFS cooptée en 2012 pour les élections législatives. En 2016 à l’assemblée lors des débats sur la lois de finance 2017 habillée comme pour aller à une fête (certes l’habit ne fait pas le moine) mais le comportement indigne ( voir sur YouTube !!! هل هاذ المخلوقات هم من يمثلون الشعب حقيقة) eu égard au combat de Hocine Ait AHMED qui a donné plus d’un demi-siècle de sa vie de militantisme، d’abnégation، de valeur éthique et de morale، la question qui est posée، que reste-t-il du combat et de la déontologie politique véhiculée par Hocine Ait AHMED




        0



        0
    Rascasse
    26 novembre 2016 - 18 h 57 min

    À ceux d’entre vous dans ce
    À ceux d’entre vous dans ce forum qui ne comprennent pas le refus du FFS de s’allier avec les partis de « l’opposition  » ??? De quelle opposition vous parlez ? De louiza ? De benflis(ancien rejeté du système) de Sofiane djilali?? Novice ancien DU CNT, du RCD ( Amara et Khalida) DU MSP ?? Laissez moi rire, vous les donneurs de leçons derrières vos claviers bien au chaud à Paris vous ne comprenez rien à la politique Algérienne au raisonnement du peuple et au danger de noyautage du système, le FFS est malheureusement pour vous le seul parti autonome de la scène politique Algérienne et qui malheureusement vie ces dernièrs moment une crise qui risque de l’emporter et en même temps d’emporter le dernier rempart contre ce système maffieux, le FFS qu’on le veuille ou pas est le parti du peuple et en Algérie il y’a deux partie : le peuple et le système, j’espère ne pas être censuré




    0



    0
      HOUITA
      26 novembre 2016 - 23 h 04 min

      YA RASCASSE KHOUYA VOUS ALLER
      YA RASCASSE KHOUYA VOUS ALLER FINIR PAR NOUS FAIRE MANGER DE LA BOUILLABAISSE BESSIF. NOUS AUSSI NOUS AVONS PENSÉ JADIS QUE LE FFS ÉTAIT LE SEUL PARTI D’OPPOSITION CRÉDIBLE, HÉLAS IL N’EN EST RIEN, WALOU, WLACH. DE MÉMOIRE JE N’AI JAMAIS ENTENDU LE FFS FAIRE APPEL POUR CONTRECARRÉ QUOI QUE SE SOIT. ALORS SOYONS RAISONNABLE ET CESSONS DE TROMPER SON MONDE.




      0



      0
        Rascasse
        27 novembre 2016 - 6 h 55 min

        Appeler juste pour appeler
        Appeler juste pour appeler ca ne sert plus à rien dans un pays complètement déstructuré, une population complètement dépolitisée , les appeles ne seront entendus par personne, le FFS fait actuellement dans la réhabilitation du politique et reappropriation du terrain occupé par la médiocratie les voyou et les prédateurs, le FFS essaie de ne pas justement emmener cette jeunesse déboussolée vers de téméraires chemins comme elle l’a été par le passé et le résultat est là aujourd’hui, le FFS ne joue pas le jeu dangereux des va t-en guerre « chauds bouillonnant  » avide de sang de destruction et de chaos, le pays est tellement dans l’ abîmes que ni toi ni moi nous verrions les résultats d’un mouvement de sauvegarde de la patrie que la dynamique FFS veut instaurer, peut être nos enfants ou petits enfants si ce pouvoir maffieux quitte sa bulle maintenant, par ailleurs des brebis galeuses existent aussi au FFS comme tous les domaines en Algérie le FFS est aussi fait d’algeriens comme toi et mo…
        changer les choses pacifiquement en faisant pression sur le pouvoir en place en adhérant à un programme que chacun d’entre nous juge raisonnable logique et adéquat c’est ca le travail politique et le mouvement dans le statuquo cher ami ce n’est pas la critique pour la critique : celui qui veut faire fait, celui qui ne veut pas faire trouvé des excuses.
        Les choses toutes simples sont à côté de nous ne cherchons pas moins simples




        0



        0
    muhand
    26 novembre 2016 - 18 h 01 min

    Voilà des discours qui
    Voilà des discours qui déroutent plus d’un. Discours à la carte suivant les régions pour plaire et ne pas déplaire. Au lieu de faire un front commun le FFS prône une autre voix qui pose de sérieux problèmes. Comment associer un pouvoir qui a conduit le pays dans l’impasse, avec des partis qui veulent une transition pacifique? Non monsieur Bouchaffa vous êtes vraiment en retard d’un siècle ou alors vous êtes l’associé utile du système qui vous envoie quand il est nécessaire pour diviser les rangs des opposants. Si vous voulez vraiment rendre service à cette population qui n’attend rien de votre parti faites vous oublier et disparaissez de la scène. Si vos militants sont inquiétés je sais que vous gesticulez sans vraiment vouloir les aider, vous faites semblant de montrer votre opposition au système, voilà tout. Demain quand vous quitterez ce parti vous ferez exactement comme vos prédécesseurs, critiquer le parti qui vous a permis de vous faire connaître et de vivre chichement. Vous me donnez la nausée. Je préfère allez garder mes moutons que de vous écouter déblatérer avec de grossiers mensonges. Où avez vous appris à faire de la politique ?




    0



    0
      Mohamed Amir
      26 novembre 2016 - 21 h 02 min

      Alors Monsieur Mohand il faut
      Alors Monsieur Mohand il faut tenir des propos posés et qui font avancer les choses. L’insulte n’est pas un argument c’est un acte gratuit. M. Bouchafa donne tout son temps à ses idées pour son pays qui est aussi le nôtre à tous. Certainement que vous aussi vous donnez votre temps à votre pays. C’est cela la démocratie que le FFS défend depuis 53 ans : « le droit d’avoir des droits » a dit Ait Ahmed en 1989. Un consensus national pour la démocratie et contre les exclusions. Un consensus démocratique qui rassemble tous les Algériens pour la paix la liberté et la prospérité. Pour cela il faut que ça change et que le système change où chaque Algérien sera libre et où personne n’imposera son propre pouvoir pour priver les autres de leurs droits et de leurs libertés. Slogan du FFS « pour une Algérie libre et heureuse ».Azul à tous les Algériens.




      0



      0
    Khalfoune
    26 novembre 2016 - 17 h 53 min

    @ Erdt (non vérifié) 26 Nov
    @ Erdt (non vérifié) 26 Nov 2016 – 18:15. Je vous jure cher compatriote du Net que j’allais faire la même remarque que vous ! Ces (…) de soi-disant partis d’opposition (RCD, MSP, FFS, MDS, le parti de Benflis dont je connais même plus le sigle etc… etc… etc…) commencent à me faire chier vraiment avec leur pleurnichage quotidien alors que la seule solution c’est de refuser toute proposition du pouvoir et de s’unir pour changer le système politique d’abord et avant tout ! Point barre! Tous ses pleurnichages me rendent fou ! Je ne plus les entendre ces lascars ! Le seul parti politique qui ne plie pas c’est celui de Soufiane Djillali, il ne faut jamais cesser de le rappeler, car lui, il refuse d’aller aux prochaines élections sans conditions et souhaite continuer le combat de l’appel de Mazafran et pour l’améliorer, l’agrandir et l’étoffer sans cesse ! C’est un petit parti ce Jil Jadid, hélas, et c’est dommage, pourtant il est dans la juste voix et la juste analyse ! (NB : je ne suis pas encore encarté avec Jil Jadid, mais je pense que je vais le faire pour ces justes positions politiques)




    0



    0
    Erdt
    26 novembre 2016 - 17 h 15 min

    On comprend pas ce ffs,. Il
    On comprend pas ce ffs,. Il prône le consensus ,mais avec qui? Pourquoi le ffs ne rallie pas l’opposition? Pourquoi les partis démocrates républicains ne s’unissent pas?( ffs,rcd,pt,djil djadid,benflis,mds……)? Et les qutres partis non larbins en général?? C la seule façon de faire front contre cette majorité dictatoriale acquise par la triche.




    0



    0
      Khelifa
      26 novembre 2016 - 17 h 56 min

      Le ffs est seul rn opposition
      Le ffs est seul rn opposition. ..le reste c’est des marionnettes. …et vous le savez comne même. ..Pour faire face au dictateur il faut une révolution de la base populaire pacifique bien sûr. ….




      0



      0
        Kabylie mon amour
        27 novembre 2016 - 4 h 26 min

        Je n’ai jamais voté pour
        Je n’ai jamais voté pour Bouteflika, mais quand j’entend le mot dictateur, je ne sais pas pourquoi, la première figure qui me vient à l’esprit est celle de Moh 6. Du reste, en quoi les histoires du FFS concernent-elles les marocains?




        0



        0
      siwelkan
      26 novembre 2016 - 18 h 25 min

      le FFS est un parti qui aime
      le FFS est un parti qui aime faire la politique tout seul, il ne veut pas s’assoir avec les autres partis, parce que lui on l’appelle  » plus vieux parti de l’opposition ». d’opposition parce qu’il n’a jamais gouverné et ne gouvernera jamais. il restera toujours le parti de ni ni, il veut son consensus national et puis c’est tout, si non l’algérie va couler.




      0



      0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.