Le décès d’un adolescent à Dar El-Beïda n’est pas dû à des violences subies

La justice attend d'autres résultats de l'enquête. D. R.

Le décès d’un adolescent, mercredi dernier, à Dar El-Beïda (Alger) n’est pas dû à des violences subies mais serait dû plutôt à des problèmes de santé et l’enquête, toujours en cours, devrait définir avec précision les causes de sa mort, a indiqué vendredi le procureur de la République près le tribunal d’El-Harrach, Mohamed Maâtallah.

Suite à certaines informations concernant le décès du lycéen de 16 ans, Laïfa Rachid, survenu le 30 novembre dernier, le procureur a tenu à préciser dans une déclaration à la presse que le rapport d’autopsie effectuée par des médecins de l’hôpital Zmirli d’El-Harrach a conclu que la mort «n’était pas due à des violences». «Une crise cardiaque due à une maladie ou à une autre raison serait la cause du décès», a déclaré Mohamed Maâtallah en se basant sur le rapport d’autopsie établi vendredi par le docteur Recham.

Le document précise que les traces de violence constatées sur la tête et au dos de la victime n’avaient pas de lien avec le décès. Le procureur, qui attend d’autres résultats de l’enquête confiée à la Police judiciaire de Dar El-Beïda pour disposer de détails supplémentaires sur cette affaire, n’a pas donné de précisions sur les circonstances du décès.

R. N.

Comment (14)

    Arris-sonda
    3 décembre 2016 - 19 h 24 min

    ce qui s’est passé devant le
    ce qui s’est passé devant le lycée ne peut être un fait divers. la perte dramatique de ce jeune nous interpelle: la société ne doit pas céder devant et se doit solidaire !




    0



    0
    Quenelle
    3 décembre 2016 - 16 h 25 min

    Cela se passe au lycée
    Cela se passe au lycée Mouloud Kacem Nait Belkacem de Dar el-Béida , à 50 mètres d’une base de la gendarmerie !
    Par ailleurs , ce lycée a défrayé la chronique dès 2012/2013 et a fait l’objet de plusieurs commissions d’enquête ministérielles y compris avec Benghabrit ! Sans suite !
    Ou plutôt si : on a limogé le proviseur , mais le dossier n’a jamais atterri à la justice !
    Tout Dar el-Béida le sait , en particulier les parents d’élèves de ce lycée !




    0



    0
    Amar
    3 décembre 2016 - 15 h 42 min

    « Le document précise que les
    « Le document précise que les traces de violence constatées sur la tête et au dos de la victime n’avaient pas de lien avec le décès ». C’est l’arbre qui cache la forêt. Les médecins légiste algériens ont l’habitude de conclure sur le maktoub, le destin de dieu.
    Combien de décès dans des hôpitaux par erreur et négligence médicale se soldent tous par « mort naturelle ». ?




    0



    0
    Titou
    3 décembre 2016 - 13 h 20 min

    Parents prenez conscience que
    Parents prenez conscience que vos enfants files et garçons ne sont pas à l’abri d’un tas de vilaines choses telle que la drogue commercialisées dans les alentours de CEM & lycées. Inquiétez-vous dès que vos enfants commencent à changer. Le danger guette vos enfants partout faites attention.




    0



    0
    FLN canal Historique
    3 décembre 2016 - 11 h 24 min

    Tous les témoins ont déclaré
    Tous les témoins ont déclaré une agression et le médecin conclu mort naturelle ? C’et bizarre c’est l’agression toujours qui provoque une crise cardiaque arrêt du cœur ya si toubib… Mais ce sont les fils de qui les agresseurs????




    0



    0
    y at-il un pilote ?
    3 décembre 2016 - 8 h 26 min

    Ce jeudi 1er décembre 2016

    Ce jeudi 1er décembre 2016

    Marseille
    Un lycéen de 16 ans, scolarisé au lycée de Marseille a été poignardé ce jeudi, devant un lycée L’adolescent a été dans un premier temps médicalisé sur place, alors qu’il était en arrêt cardio-respiratoire. Vers 17H00 Une opération policière a rapidement été lancée et a conduit à l’interpellation de trois mineurs. L’enquête a été confiée à la Sûreté départementale.

    Alger
    Un lycéen âgé de 16 ans est décédé, ce jeudi 1er décembre, après avoir été battu par trois personnes devant son lycée,
    Transporté au dispensaire de Dar el Beida en urgence, il succombera à ses blessures, quelques heures plus tard,
    A 19 heures , le père du lycéen assassiné declarait que les assassins de son fils etaient toujours en liberté !




    0



    0
    ARRIS
    3 décembre 2016 - 6 h 16 min

    dommage pour un si jeune
    dommage pour un si jeune garçon de s’éteindre à son premier clin d’œil sur ses ses semblables ! il part comme ça bastonné sans vraiment savoir ce qu’il avait commis de si grave! notre société devient intolérante, c’est très grave




    0



    0
      NON A L’IMPUNITÉ !!!!!
      3 décembre 2016 - 10 h 21 min

      il est temps que notre
      il est temps que notre société devienne intolérante à la violence ! je demande au gouvernement, à la justice algérienne si elle existe, d’arrêter ces salauds et de les foutre en prison !!!! NON A L’IMPUNITÉ !!!!!




      0



      0
    medecin ss pression?
    2 décembre 2016 - 23 h 52 min

    Ce verdict medical suspect s
    Ce verdict medical suspect s’il a été obtenu sous pression de personnes influentes doit etre invalidé et s’il y a crime ,il doit etre puni.




    0



    0
      Amar
      3 décembre 2016 - 16 h 26 min

      Donc vous en savez quelque
      Donc vous en savez quelque chose et comment fonctionne le système de santé ? n’est-il pas en plus de sa pauvreté victime de ce qui font la pluie et beau temps dans ce maudit pays.?




      0



      0
    HANI Belhani
    2 décembre 2016 - 22 h 17 min

    Conclusions curieusement
    Conclusions curieusement hatives. Ainsi pour le Dr Recham « la mort «n’était pas due à des violences». «Une crise cardiaque due à une maladie ou à une autre raison serait la cause du décès.
    Mais tout le monde sait qu’une grosse emtion – et se faire attaquer par une bande de forcenés n’est pas sans provoquer une grosse panuque – peut provoquer la mort :
    « une émotion violente peut contribuer au déclenchement de certains troubles du rythme cardiaque graves voire mortels », confirme le Pr Philippe Gabriel Steg, cardiologue de l’hôpital Bichat de Paris. Mais cela ne se traduit pas souvent par un infarctus du myocarde (ndlr : crise cardiaque), mais directement par des troubles du rythme cardiaque. »
    « Par ailleurs, ajoute le Pr Philippe Gabriel Steg, il existe aussi le syndrome du takotsubo, décrit par des médecins japonais, où une émotion violente entraîne une anomalie parfois majeure de la contraction cardiaque, et il a été décrit des morts liées à ce syndrome. »




    0



    0
    Laetizia
    2 décembre 2016 - 20 h 23 min

    il y a un lien direct
    il y a un lien direct hautement probable entre les coups et l’état émotionnel d’un patient supposé insuffisant cardiaque , me semble t-il. qui sont les personnes responsables ? elles doivent être convoquées par la justice ! la violence doit disparaitre de ce pays , bon sang !




    0



    0
    Rascasse
    2 décembre 2016 - 19 h 42 min

    Ouf on est rassuré… c’est
    Ouf on est rassuré… c’est quoi cette logique ? C’est quoi la finalité de tout ce cirque??? Y’a boureb un jeune décède à la fleur de l’âge et on fait tout pour dire que les coups ne sont pas la cause ?les algériens somme nous devenu si cons pour que des abrutis ne font n’ont pas avalé les couleuvres comme ils le veulent mais en plus tuent toute pensée logique même la plus basique soit elle ?




    0



    0
    Anonymous
    2 décembre 2016 - 18 h 12 min

    Autopsie bizzare ,il aura
    Autopsie bizzare ,il aura fallu une bastonnade pour provoquer une crise cardiaque mortelle chez un presumé malade,et le medecin ecarte la relation entre les deux.’Est ce l’affaire de lotfi largat syndicaliste tunisien dont le lynchage a été filmé mais déclaré mort d’une crise cardiaque ,qui fait des petits?




    0



    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.