Une contribution du Dr Arab Kennouche – Manuel Valls peut-il ressusciter Sarkozy ?

Valls rappelle encore trop Sarkozy tant dans le comportement que dans le verbe. D. R.

Les résultats inattendus des élections américaines, ainsi que la désignation presque surprenante du candidat Fillon à la primaire des Républicains ont finalement eu raison des dernières certitudes politiques concernant l’avenir de la mondialisation libérale adossée à une défense acharnée des intérêts de l’euro-atlantisme. C’est le Brexit voté en grande pompe par le peuple britannique qui suscita la première lame de fond de ce qu’il faut appeler une réprobation unanime contre le parler faux des politiciens en décalage complet avec une réalité sociale de plus en plus insoutenable, et l’exigence de réalisations concrètes à court terme contre la montée inexorable du chômage et de l’insécurité salafiste. La reprise en main du champ politique par Monsieur-tout-le-monde est un nouveau facteur avec lequel il faudra désormais compter dans cette Europe moribonde.

Que ce soit en Grande-Bretagne ou aux Etats-Unis même, l’électeur est devenu impitoyable avec le besoin urgent de traiter effectivement les problèmes de son environnement direct contre la sempiternelle logorrhée du système dont on abreuvait les citoyens depuis des décennies. Il faudra désormais aux politiciens ne pas simplement promettre, mais poser devant les yeux de chaque citoyen les résultats tangibles de décisions pertinentes et efficaces. Nicolas Sarkozy, le premier, a fait les frais de ce surge anglo-saxon, qui prône désormais bien plus qu’un parler vrai, sinon un désir souverain de la part des nations occidentales de ne plus subir les aspérités verbales, les fausses promesses, la politique-spectacle d’un personnel complètement et sciemment déconnecté des problèmes que subissent les gens au quotidien.

C’est bien en ce sens qu’il faut interpréter la valorisation de l’humilité, de la circonspection, de l’honnêteté et de la franchise perceptibles dans le personnage médiatique effacé d’un François Fillon contre l’esclandre, la roublardise et l’hystérie verbale d’un Nicolas Sarkozy cafouilleur à la moindre difficulté, ou même d’un Alain Juppé peut-être trop vite blanchi ?

Sommes-nous donc parvenus à l’ère d’une nouvelle Real Politik qui mettrait en défaut les derniers résidus de l’esbroufe politique dont la geste et le verbe ne suffiraient plus à calmer les ardeurs d’un peuple européen largement échaudé par les crises migratoires et le terrorisme islamiste ? Manuel Valls risque-t-il de pâtir de cette image sulfureuse qui lui colle à la peau, alors que le contexte post-Brexit et trumpien lui commande de gommer toutes ses aspérités et d’écouter le désarroi d’une société française en ébullition ?

Des engeances sarkoziennes

Il est évident que dans la course à l’élection présidentielle de 2017, Manuel Valls ne part pas gagnant. L’image médiatique qu’il renvoie est en porte-à-faux avec le besoin de sérénité, d’assurance et de détermination exigées par le contexte politique actuel en France. En d’autres termes, Valls rappelle encore trop Nicolas Sarkozy tant dans le comportement que dans le verbe : de déclarations intempestives en promesses électorales non tenues, il ne rassure pas les Français sur des sujets qui les préoccupent en premier lieu.

Encore soucieux d’un multiculturalisme droit-de-l’hommiste suranné, il peine à défendre l’idée d’un islam républicain rasséréné alors que les actes terroristes se sont accrus sous son gouvernement. Le laxisme de sa politique migratoire n’est pas pour rassurer les Français, non plus, qui exigent désormais des mesures radicales. Il n’est pas certain, en effet, que devant l’exaspération insoutenable des Français, sa politique encore trop conciliatrice suffise à donner des garanties de sortie de crise face à la menace terroriste : en démantelant la Jungle de Calais et en répartissant les migrants sur le territoire français, Hollande et Valls n’ont fait que confirmer leur conception désormais caduque d’une politique migratoire laxiste et dangereuse pour la sécurité des Français.

Or, il est désormais presque établi que l’interventionnisme abusif de François Hollande en Afrique subsaharienne et en Syrie est ressenti en France, au moins par une partie importante de la population, comme ayant été la cause directe de ces migrations rapidement perçues comme dérangeantes, voire dangereuses pour une nation en crise. A l’ère d’un retour du protectionnisme, du souverainisme, voire de certaines formes d’isolationnisme, on ne voit pas comment un Manuel Valls, encore empêtré dans le sillage atlantiste de François Hollande et Nicolas Sarkozy, pourrait convaincre du bien-fondé de l’exportation de la clinquante démocratie occidentale si, dans le même temps, des centaines de milliers de boat-people parviennent sur les côtes françaises.

La France multiculturelle, pacifiée avec elle-même, la France black-blanc-beur des années mitterrandiennes et chiraquiennes ne se ressent plus comme «une préoccupation majeure des Français» dans un contexte de chômage massif et de terrorisme islamiste : en continuant de surfer sur la vague de l’intégration post-années 80, le parti socialiste semble faire la sourde oreille à un phénomène inquiétant, la salafisation des banlieues qui, outre-manche, a contribué à l’expression du Brexit.

Dans le même temps, on a présenté au public un Manuel Valls sur un angle velléitaire, plein d’énergie, le Zorro du socialisme bon teint, en phase avec les banques d’affaires pour lesquelles il chanterait les bienfaits d’une social-démocratie franchement libérale, contre un François Hollande bien trop pantouflard, qui n’a réellement jamais songé à rompre avec ses vieilles racines normandes. En acceptant de jouer le rôle du méchant, du second qui plante sa dague dans le coup de son maître, Valls confirme ses engeances sarkoziennes – on se souvient du coup de Sarkozy contre Chirac – qu’il traînera comme des boulets jusqu’aux élections de 2017. Et sans doute, par une confusion de la photocopie et de l’original, les Français finiront par décider de s’en remettre à François Fillon.

Le temps du Faire ou se taire

En France, plus qu’ailleurs, il sera encore question d’image, du personnage en jeu dans le miroir des Français. Sinon, comment comprendre qu’après tant d’années de désastre économique, l’alternance gauche-droite n’ait pu jamais être prise en défaut ? En titrant l’un de ses livres, Faire, François Fillon a saisi le sens du contexte politique actuel que les électeurs d’outre-Atlantique et d’outre-Manche ont réclamé haut et fort : faire sans faire de vagues, faire dans le silence et l’abnégation, faire dans la rupture, faire sans parler.

La vérité sera désormais visible dans le faire et non dans l’attente, le calcul, le renvoi, le déni. L’acte politique n’aura d’yeux pour le citoyen que dans la visibilité du faire et de la transformation du monde qui l’entoure. Il faudra donc plus que du «rassemblement», plus que de la gauche «authentique» ou d’une énième politique de gauche à un Manuel Valls encore tout fraîchement débarqué de son poste de Premier ministre pour battre un François Fillon bien mieux armé pour s’attirer les faveurs d’une nation qui réclame humilité, sincérité et action immédiate.

A moins que ces trois exigences ne trouvent grâce qu’en la personne d’une Marine Le Pen aux aguets dans cette dernière ligne droite.

Dr Arab Kennouche

Comment (16)

    Wallace
    8 décembre 2016 - 17 h 36 min

    Un sioniste(sarko) en cache
    Un sioniste(sarko) en cache toujour un autre(valss).




    0



    0
    La Cigale
    8 décembre 2016 - 8 h 20 min

    JEAN LUC MELANCHON ET LE SEUL
    JEAN LUC MELANCHON ET LE SEUL CANDIDAT VALABLE POUR LES FRANCAIS ET LES ALGERIENS ÉMIGRÉS.
    LES AUTRES QUE DE LA MERDE.




    0



    0
    Bekaddour Mohammed
    8 décembre 2016 - 6 h 40 min

    La question du titre de la
    La question du titre de la contribution est hâtive, désolé Docteur, Sarkozy n’est pas mort, il a juste passé le flambeau du marathon à Valls dans une course sans adversaires vrais : Les Juifs entre eux pour eux, ils s’amusent entre eux, seuls ceux qui ne sont pas au courant vivent l’illusion que ce monologue juif est démocratique, pluriel. Que veut Israël, telle est la question centrale, par contre vous auriez pu écrire : Qui va ressusciter France ? Or, hors Dieu, nul ne peut ressusciter les morts. ALLONS, Docteur, Valls n’est pas Dieu, il ne ressuscitera personne, pas même lui même une fois que La Faucheuse l’a élu !




    0



    0
    Mohamed l'Algérien
    8 décembre 2016 - 3 h 30 min

    Valls et Sarkozy sont les
    Valls et Sarkozy sont les deux faces d’une même pièce de monnaie israëlienne.
    Valls a voulu faire passer de force un programme nazi, qui consistait à institutionnalisation la déchéance de la nationalité au faciès, exactement comme à l’époque de Pétain sous l’occupation nazie. Ce programme est également proposé par le FHAINE de marine le pen. Même Holland a regretté publiquement l’inhumanité de cette décision au moment où il renonçait à sa candidature, vu sa monstruosité et son aspect particulièrement nazi. Cette mesure allait déclencher immédiatement une guerre civile particulièrement sanglante qui allait détruire complètement et très rapidement la France et s’étendre à toute l’Europe et au reste du monde. Tous cela a laissé des traces très profondes dans le cœur de millions de personnes toute communautés et toutes religions confondues, pour toujours. Plusieurs sondages publiés, l’ont crédités de moins de 10%. Le Huffigton post (voir lien ci-contre http://www.huffingtonpost.fr/alexis-poulin/voici-pourquoi-la-candidature-de-manuel-valls-est-inutile/), est allé encore plus loin, en publiant un article édifiant à ce sujet, qui s’intitule: « Voici pourquoi la candidature de Manuel Valls est inutile ».
    Au vu de tout ce qui vient d’être publié, y compris les sondages, je suis convaincu, qu’il sera terriblement humilié et terriblement sanctionné dans les urnes par les Français. De toute façon il ne passera même pas les primaires à gauche. Il y a une justice quelque part.
    Veuillez publier SVP.




    0



    0
    Benhabra brahim
    8 décembre 2016 - 1 h 14 min

    Manuel Valls qui va courir
    Manuel Valls qui va courir pour etre president??!!…c est exactement comme le gars qui court apres le mouton(le ps)………………..la tondeuse a la main(son programme).




    0



    0
    Movember
    7 décembre 2016 - 23 h 12 min

    manuel valls incarnerait un
    manuel valls incarnerait un Hitler sans moustache qui persécuterait cette fois non pas les juifs mais les musulmans, un fantasme sioniste ?




    0



    0
      M'HEND U MERRI
      7 décembre 2016 - 23 h 45 min

      EL BLANCO DEVRA SE LEVER DE
      EL BLANCO DEVRA SE LEVER DE TRES BONHEUR….. IL NE FAUT PAS FANTASMER EXAGEREMENT !




      0



      0
      Mohamed l'Algérien
      8 décembre 2016 - 4 h 02 min

      Ce manolo blanco est un vrai
      Ce manolo blanco est un vrai sioniste et nazi.




      0



      0
    LOL
    7 décembre 2016 - 18 h 38 min

    le pauvre !!!!mdr : il pense
    le pauvre !!!!mdr : il pense que c’est en faisant cette téte que les français voteront pour lui ! hahahahahahahaha
    t’inquiéte manu …Fillon va te faire une jolie talonnade à la madjer !!!




    0



    0
    Lotfi magh
    7 décembre 2016 - 18 h 08 min

    Il ressuscitera peut etre
    Il ressuscitera peut etre franco oui . ( ne pas oublier qu’il est d’origine espagnole )




    0



    0
    nouari019
    7 décembre 2016 - 16 h 27 min

    tout seul il est rien un
    tout seul il est rien un simple malade mental complexé ,qui a une haine viscérale contre les musulmans , petit bonhomme a la botte du CRIF , si il court aussi vite que les musulmans l’emmerde il n’et pas prêt d’arrivé moi personnellement je le vomis…




    0



    0
    TOLGA
    7 décembre 2016 - 11 h 28 min

    Manuel Valls peut-il
    Manuel Valls peut-il ressusciter Sarkozy ? Ah oui ! Et en pire… Il le dépassera même ! C’est ce que l’on appelle chez nous : DJIAÂNE !!! Comme le sont certains chez nous : LES NOUVEAUX ARRIVISTES. Il sera sans pitié. Aucun doute à cela. Et regardez bien la gueule que se tape ce mec avec son regard féroce et haineux surtout… Ce sourire – CARNASSIER – en coin. Celui d’un malade prêt à tout pour arriver à ses fins. Et, n’oublions pas, surtout, ce qu’il a fait à Bouteflika même MALADE sur une chaise roulante ! On n’a pas idée de faire çà à une personne handicapée. Et pourtant, il n’a eu aucune pitié envers notre président en se permettant même de le prendre en video avec son mobile et de mettre le film en boucle…. Je vous le dis cet homme est SANS PITIE ! IL A BOUFÉ SON COEUR comme on dit chez nous. Bref, on ne peut pas faire confiance à un tel monstre. Tous nos frères vivants en France DOIVENT absolument voter CONTRE LUI pour qu’il ne passe pas ! Moi, en tout cas, le premier, je voterai pour MONTEBOURG….. Zkara ou NIF !!!!! IL FAUT QU’IL PAIE POUR CE QU’IL A FAIT A L’ALGERIE ET A SON PRESIDENT.




    0



    0
      Voter blanc ou pas !
      7 décembre 2016 - 16 h 32 min

      Pourquoi les Francais doivent
      Pourquoi les Francais doivent il voter sachant QU’ILS MANGENT TOUS A LA MEME ASSIETTE !
      Leurs mot d’ordre c’est de faire les poches aux Francais = Retraite à 65 ans ( Pourquoi pas 80 ans pendant que nous y sommes, Supressions exessif de poste salarial abusif, délocalisation des entreprises, Radar d’autoroutes aussi pervers que leurs gueule, Vaccination de 11 picures avec des molécules douteux sencé cassé les défense naturel du corp humain de vos enfants, Dictature discrète avec leur état d’urgence à vie, la loi du 49.3 qu’ils ont fait passer en Force contre l’avis des Francais…….
      Bref surveillons que les Valets de FAFA en Algérie qu’ils ne fasse pas les mêmes magouilles.




      0



      0
    TheBraiN
    7 décembre 2016 - 11 h 03 min

    Qu’il soit de droite ou de
    Qu’il soit de droite ou de gauche , le sionisme reste le sionisme !




    0



    0
    une derniére valse
    7 décembre 2016 - 10 h 38 min

    une derniére valse manu : il
    une derniére valse manu : il vient de commettre sa derniére gaffe en quittant le gouvernement , de toutes façons il est trop clair que François Fillon serait le prochain boss de la France .
    quant à manu , et pour bien le décrire : c’est une personne qui ne sait (à aujourd’hui ) pas , s’il est lui méme de droite oude gauche .
    je dirais donc que c’est un droitier qui se prenait pour un gaucher !




    0



    0
    STOP !
    7 décembre 2016 - 8 h 57 min

    Sur la Photo il lui
    Sur la Photo il lui manquerais plus que la petite moustache d’hitler !
    Sa sens pas bon pour la communauté musulmane avec ce névrosé qui va falloir stoppé !!!




    0



    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.