Turquie : 38 morts et 166 blessés dans un attentat à Istanbul

La cible de l'attaque était un bus des forces de l'ordre. D. R.

Actualisé – Le bilan du double attentat qui a frappé samedi soir le cœur d’Istanbul s’est alourdi à 38 morts et 166 blessés, a annoncé dimanche le ministre turc de l’Intérieur, Süleyman Soylu. Un précédent bilan a fait état de 29 morts et 166 blessés. Cette double attaque, qui n’a pas été immédiatement revendiquée, a frappé un quartier touristique d’Istanbul situé entre l’emblématique place Taksim et l’ancien palais impérial de Dolmabahçe, sur la rive européenne de la mégalopole turque.

Un attentat à la voiture piégée a fait au moins 13 morts et plus de 30 blessés, dont certains sont gravement touchés, à Istanbul, samedi, soir à proximité du stade de football du club de Besiktas. La cible de l’attaque était un bus des forces de l’ordre. Une autre attaque à la bombe s’est produite dans un parc voisin. L’attaque s’est produite à proximité du stade de football du club de Besiktas, a déclaré le ministre de l’Intérieur, Suleyman Soylu, qui s’exprimait au Parlement. «Une voiture remplie d’explosifs aurait explosé là où notre unité anti-émeute était déployée peu après le départ des supporters à l’issue du match», a dit le ministre. La chaîne de télévision NTV fait état de 38 blessés.

Omer Yilmiz, un agent d’entretien de la mosquée Dolmabahce qui prenait le thé dans un café, dit avoir vu des flammes monter haut dans le ciel. «Les gens ont plongé sous les tables, des femmes se sont mises à pleurer, des supporters de foot se sont mis à l’abri. C’était horrible», a-t-il raconté. L’attentat est survenu deux heures après la fin d’un match dans la Vodafone Arena entre Besiktas et l’équipe de Bursaspor.

Après l’explosion, les autorités ont rapidement bouclé tous les accès au quartier du stade, aux abords duquel des dizaines de policiers, mitraillette en bandoulière ou arme au poing, empêchaient tout passage tandis qu’un hélicoptère survolait le quartier. On pouvait voir sur place la carcasse calcinée d’une voiture et deux incendies dans une rue devant le stade.

Une deuxième attaque, «qui semble être le fait d’un kamikaze», s’est également produite dans le parc voisin de Maçka, a précisé Soylu qui répondait aux questions des journalistes.

R. I.

Commentaires

    TheBraiN
    11 décembre 2016 - 8 h 35 min

    Erdogan a semé le vent , le
    Erdogan a semé le vent , le peuple Turc récolte (et récoltera encore) la tempête !




    0



    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.