Conseil national du RND ce week-end sur fond de crise

La direction actuelle du RND fait l'objet d'une fronde interne. New Press

Le Rassemblement national démocratique (RND) tiendra son conseil national les 15 et 16 décembre. C’est ce qui a été annoncé aujourd’hui par Abdallah Bousbaâ, conseiller du secrétaire général du parti, Ahmed Ouyahia. Ce conseil national ordinaire sera consacré à l’analyse de la situation générale du pays, à l’examen de la situation organique du parti et à la préparation des prochaines élections législatives prévues durant le deuxième trimestre de 2017. Ce conseil intervient dans un contexte tendu au sein de cette formation politique, traversée par plusieurs crises organiques. En effet, le secrétaire général du parti, Ahmed Ouyahia, fait l’objet d’une fronde interne, conduite par dix figures bien connues du RND. Parmi elles, Mustapha Yahi, Nouria Hafsi, Tayeb Zitouni, Smati Zoghbi, Abdelhamid Benbouzid, Kacem Kébir et Mokhtar Boudina.

Réunis plusieurs fois, les frondeurs se sont élevés à travers des déclarations publiques contre la gestion «autoritaire» et «antidémocratique» du RND. Ils ont dénoncé «l’absence de débat politique» au sein de cette formation. Ils ont également relevé l’inaction du RND dans un contexte de crise. Pour eux, la seule voie de salue est que «la direction actuelle se retire pour permettre aux militants authentiques d’élire des hommes et des femmes qui vont redonner ses lettres de noblesse au RND en jouant les premiers rôles politiques dans le pays».

La direction du parti leur a répondu en les qualifiant de «groupuscule minoritaire qui veut imposer son diktat». Quatre de ces frondeurs ont d’ailleurs été convoqués par la commission de discipline suite à leurs sorties médiatiques «attentatoires à l’image et au prestige du RND». Les frondeurs annoncent l’installation progressive de comités de coordination et de suivi au niveau des wilayas afin d’élargir la base du mouvement et de mieux porter les préoccupations des militants du parti.

Ils laissent entendre qu’ils pourraient s’engager dans les prochaines élections législatives avec des listes «concurrentes» et pourraient donc tenter de chahuter la campagne électorale du parti. Ils assurent que leur participation à la prochaine élection ferait l’objet d’une rencontre qui aura lieu dans les prochaines semaines. Ils estiment qu’il est «inacceptable de se taire» face aux «pratiques antidémocratiques» qui règnent au sein du RND et appellent les militants à la mobilisation.

Hani Abdi

Comment (2)

    5colonne
    11 décembre 2016 - 14 h 42 min

    Tu veux montbourg a sa place
    Tu veux montbourg a sa place c’est ca




    0



    0
    anonyme
    11 décembre 2016 - 13 h 12 min

    OUYAHIA DÉGAGE!
    OUYAHIA DÉGAGE!




    0



    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.