Energie : l’Algérie va construire la plus grande centrale solaire au monde

Les retombées du programme des énergies renouvelables vont être importantes. D. R.

L’Algérie s’apprête à construire la plus grande centrale solaire au monde. C’est ce qui ressort de la visite qu’effectue le ministre de l’Energie aux Etats-Unis, où il a rencontré de nombreux dirigeants d’entreprises dans la perspective de la concrétisation de ce projet titanesque. Hormis ses entretiens à Houston avec les patrons américains, avec lesquels il a notamment évoqué la coopération dans le domaine des énergies alternatives, Noureddine Boutarfa a rencontré, en marge du Forum algéro-américain sur l’énergie, Bruce Cutright et John Chrosneck, respectivement PDG de Thermal Energy Partner et de Dupont, deux entreprises américaines spécialisées dans le développement des projets d’énergie renouvelable, essentiellement le photovoltaïque et la géothermie. Le ministre a insisté au cours de ses entrevues sur la nécessité de développer la production locale des équipements et le transfert de technologie. Au cours de ce forum, le ministre a annoncé le lancement prochain d’un appel d’offres national et international pour un mégaprojet solaire de type photovoltaïque de 4 000 MW. Ce mégaprojet inclura une composante énergétique consistant en la réalisation de centrales électriques et une seconde de type industriel dédiée à la fabrication locale des équipements destinés à ces unités, a-t-il précisé.

Le ministre a, d’autre part, souligné que les retombées du programme des énergies renouvelables vont être importantes en termes de création d’emploi, d’industrialisation, de développement technologique et d’acquisition de savoir-faire dans ce domaine. A titre de comparaison, la centrale solaire Noor, qui se trouve près d’Ouarzazate, au Maroc, et est aujourd’hui la plus grande centrale solaire au monde, ne produira à terme «que» 500 MW, contre 4 000 MW pour le projet algérien.

Détentrice de la seconde plus grande réserve de gaz d’Afrique et de la troisième plus grande réserve de pétrole du continent, l’Algérie a récemment revu à la hausse ses objectifs d’ici à 2030 en termes d’énergies renouvelables, encourageant une plus grande diversification de la consommation intérieure. Un programme a même été tracé. Les filières du solaire photovoltaïque et éolien sont particulièrement privilégiées, et ce, dans le cadre du programme en question qui se fixe comme objectif la production de 22 000 MW pour les besoins du marché national sur la période 2015-2030, soit près du tiers des besoins du pays en électricité, dont plus de 4 500 MW à réaliser d’ici à 2020.

A signaler que 14 centrales électriques photovoltaïques d’une capacité installée de 268 mégawatts (MW) ont été mises en service en 2015 dans les hauts plateaux et le sud du pays. Le coût total de ces 14 centrales est de l’ordre de 70 milliards DA. Chacune d’elles a permis de créer au moins 250 postes d’emploi au cours de la période de réalisation, en plus d’une cinquantaine d’emplois durant l’exploitation.

Khider Cherif

Comment (119)

    HayeHayet Belkaid
    25 avril 2017 - 21 h 10 min

    A votre information mon neveu
    A votre information mon neveu majeur de promo ingénieur en génie mécanique option énergie
    Se trouve actuellement à Skikda dans une usine minable travaillant en tant que TS suite à un concour de l’İAP un génie dans une usine de ben 3amiss et un salaire minable.
    Espérant que ce projet arrive à son exécution.




    0



    0
    chelieth
    18 décembre 2016 - 19 h 05 min

    Cette nouvelle me remplit
    Cette nouvelle me remplit encore une fois d’orgueil surtout après la maniere de laquelle on a perdu desertec au profit de notre mauvais voisin. Mais ce ministre dont parle AP fait partie de l’administration sortante et celui que trump vient juste de nommer a la tete de ce ministere est selon les journaux contre les energies propres. AP nous doit un complement d’information.




    0



    0
      mohamed chouieb
      19 décembre 2016 - 10 h 53 min

      Nous ‘avons pas perdu
      Nous ‘avons pas perdu Desertec, nous l’avons rejeté parce que, justement, ce même Bouterfa, aujourd’hui ministre de l’énergie, alors PDG de Sonelgaz, ne voulait pas d’un projet qui considérait l’Algérie seulement comme une plateforme sur laquelle s’établiraient des équipements étrangers et fabriqués à l’étranger pour produire de l’électricité destinée à l’étranger. Bouterfa avait exigé une plus grande implication de l’Algérie dans le projet et un transfert de technologie réel avec, notamment, la fabrication des panneaux solaires en Algérie. Les relations de l’Europe avec l’Algérie étant ce qu’elles ont, avec cette nuisance permanente de l’ancien colonisateur qui bloque tout projet structurant ou toute démarche internationale initiée par l’Algérie dans n’importe quel domaine que ce soit, ont fait que les exigences algériennes ont été rejetées, d’où l’abandon et non pas la délocalisation du projet Desertec. Les Américains, plus pragmatiques que les Européens, surtout en l’absence de la nuisance française, et satisfaits de leur fructueuse et très ancienne coopération avec notre pays dans le domaine des hydrocarbures, savent que nous sommes un partenaire faible, sérieux et qui possède de réelles compétences dans le domaine de l’énergie et il ne fait aucun doute que les projets projetés seront bel et bien concrétisés. Comme tout ce qui a été projeté avec les Américains.




      0



      0
        chelieth
        19 décembre 2016 - 15 h 17 min

        Vous semblez etre bien
        Vous semblez etre bien informe. Merci pour avoir eclaire ma lanterne. Quant aux Americains etant plus pragmatiques que les europeens, je suis entierement d’accord. Esperant avoir bien compris et si c’est vrai, ca me desole toutefois que l’allemagne soit si a l’ecoute des suggestions de fafa qui ne nous a jamais voulu du bien. Merci aussi pour la maniere dont vous avez presente cette information sur un site ou les blogueurs encourages par l’anonymat semblent redoubler de mechancete et de ferocite. Vous semblez etre de la veille ecole.




        0



        0
        Awal Tidet
        21 décembre 2016 - 16 h 35 min

        C’est bien dit pour le
        C’est bien dit pour le gouvernement français (colonisateur), il faut le rendre l’ascenseur par une guerre économique et politique.




        0



        0
    krimouj
    18 décembre 2016 - 15 h 22 min

    C’est une très belle chose,
    C’est une très belle chose, sachant qu’au Sahara la durée d’ensoleillement, c’est à dire la durée effective de la présence du soleil, non caché par les nuages, est estimée à 4 000 h par an en moyenne, ce qui représente la moyenne extraordinaire de 10 à 11 h par jour environ. Non polluante. Dieu nous a donné un pays magnifique et des algériens jamais contents qui rouspètent tout le temps.




    0



    0
    Salim
    18 décembre 2016 - 6 h 32 min

    Je dis Bravo !
    Je dis Bravo !




    0



    0
    ahmed snoussi bennani
    17 décembre 2016 - 23 h 03 min

    Merci Mr Abdellah c’est bien
    Merci Mr Abdellah c’est bien dit.peu de gens connaissent les enjeux des technologies des énergies renouvelables.




    0



    0
    Anonymous
    17 décembre 2016 - 15 h 50 min

    Les mokokos du marokistan
    Les mokokos du marokistan seront malades de jalousie ! Sujets de Momo 6 prenez garde au retour de notre Bouteflika qui se fera incessamment….
    .




    0



    0
      Anonymous
      17 décembre 2016 - 17 h 23 min

      Une info est passée
      Une info est passée inaperçues y a quelque temps. l4algérie avait envoyé trois stallites. je tiens de source sure que l’Algérie met en route un programme spatial et que dans dix ans elle enverra la première fusée arabe et africaine. Ce est supervisé par notre cher Président Bouteflika qui sera bientot remis sur pied par nos valeureux médecins.




      0



      0
        Hamid
        17 décembre 2016 - 20 h 35 min

        Ça enlève toute crédibilité a
        Ça enlève toute crédibilité a ton poste le fait de dire à nos valeureux médecins , le problèmes est que y a il n’est suivi médicalement qu’a l ‘étranger et que notre système de. Santé n’est pas à la hauteur de ce que notre pays mérite et se n »est pas là la faut de nos valeureux médecins qui prouvent leurs valeure et qualité à l’étranger .
        Ps: je suis médecin algérien à l’étranger .




        0



        0
    Anonymous
    17 décembre 2016 - 11 h 46 min

    ET QUI C EST QUI VA ËTRE
    ET QUI C EST QUI VA ËTRE JALOUX?? ,,,,,MOMO bien sur
    je ne comprend pas pourquoi AF cherche a faire compliquer le CAPTCHA, ça n aas de sens




    0



    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.