Clash en vue entre la Mauritanie et le Sénégal ?

Macky Sall et Mohamed Ould Abdelaziz. D. R.

Déjà très électriques, les relations mauritano-sénégalaises risquent de l’être davantage à l’avenir. Cela notamment depuis la décision de Nouakchott de construire un port militaire à moins de 15 kilomètres de Saint-Louis. Le lancement de ce projet intervient au moment où la Mauritanie revendique les gisements de pétrole découverts récemment non loin de la ville sénégalaise. Aussi, les autorités sénégalaises n’écartent-elles pas l’idée que le président Mohamed Ould Abdelaziz compte arracher par la force ce qu’il ne pourra pas prendre par la négociation.

Selon le site Afric Telegraph et plusieurs médias mauritaniens, le gouvernement mauritanien réclame à cor et à cri la paternité des gisements découverts à hauteur de Saint-Louis. Le chef de l’Etat Mohamed Ould Abdelaziz aurait, dit-on, porté personnellement la revendication auprès de son homologue sénégalais, qui ferait actuellement… «la sourde oreille». A en croire la même source, «cette prétention (de la Mauritanie) irrite et préoccupe le chef de l’Etat sénégalais, Macky Sall, qui cherche à savoir comment il pourra convaincre son homologue et voisin du nord que Saint-Louis, ancienne capitale de l’ex-Afrique occidentale française, relève bien du territoire de son pays».

Pour le moment, précise Afric Telegraph, le dossier est tenu secret entre les deux Etats. Des observateurs considèrent que si la situation perdure, l’affaire risque de finir en contentieux international et prendre des années avant de connaître son épilogue. Cette option n’arrange toutefois pas les affaires du président Macky Sall qui, dit-on, veut exploiter au plus tôt cette ressource afin d’alimenter le budget de l’Etat et financer ses projets de développement. Dakar veut commencer à exploiter ces nouveaux gisements de pétrole à partir de 2020. Et c’est justement l’empressement sénégalais qui fait craindre le pire aux mêmes observateurs.

A préciser que la Mauritanie a confié la construction de son port militaire à l’entreprise chinoise Polytechnology, spécialisée dans le commerce d’armement et de technologies militaires. Le jour du lancement des travaux, le 6 décembre dernier, le président mauritanien a indiqué que «le nouveau port de Ndiago revêt un caractère stratégique du point de vue défense et sécurité». Son ministre de la Défense, Mamadou Bathia, avait précisé que le projet comporte «un port militaire à quai accostable des deux bords et une base navale», en plus d’un chantier naval et d’un port de pêche.

Selon plusieurs sources, la société chinoise retenue est «blacklistée» dans beaucoup de pays du continent. C’est le cas du Nigeria, du Zimbabwe et de la Namibie. La société est accusée de pratiques «contraires à la loi». Mais les griefs concernant le domaine militaire viennent surtout des Etats-Unis, qui accusent Polytechnology et trois autres entreprises d’avoir enfreint une loi visant à entraver le développement des armes de destruction massive par l’Iran, la Corée du Nord ou la Syrie.

Khider Cherif

Comment (7)

    DZ
    4 janvier 2017 - 19 h 39 min

    Construire des mures dans le
    Construire des mures dans le Sud Algérien ça sent pas bon !




    0



    0
    Anonymeplus
    4 janvier 2017 - 16 h 06 min

    Oui tu as tout a raison Raouf
    Oui tu as tout a raison Raouf de rappeler la traîtrise de ould dada, le caniche marocain. Boumedienne avait à l’époque rompu les relations diplomatiques à cause de ce traître pas à l’Algérie seulement mais surtout aux sahraouis à qui il a fait un enfant dans le dos en rejoignant hassassin2 dans sa folie meurtrière. Aujourd’hui encore on ne sait pas sur quel pied danser avec le sieur abdelaziz qui a renvoyé pas plus tard que l’année dernière un diplomate algérien sous des prétextes plus que fallacieus, les faits sont là pour nous rappeler à quel point les mauritaniens changent systématiquement leur veste, des girouettes à gré des dollars qu’on leur donne. Pour le reste, il n’y a pas plus aveugle que celui qui ne veut pas voir.
    Quand à la chaire à canon des français, les sénégalais sont pires, perfides, avides, des jouets dans la main nourricière qu’est leur maître absolu, fafa la négrière, la France esclavagiste, et il y en a qui adore ça du côté de l’Afrique de l’ouest. Dieu est grand mais toubab (français) n’est pas petit, c’est ce que me disais un chauffeur là-bas, berk, à vomir.




    0



    0
    lahcen
    4 janvier 2017 - 9 h 21 min

    Tu te trompe Raouf, il n’y a
    Tu te trompe Raouf, il n’y a plus de Ould Dada ,la Mauritanie aujourd’hui est l’amie sincère de l’Algerie .Tu devrais te mettre a jour




    0



    0
      Raouf
      4 janvier 2017 - 11 h 40 min

      Bonjour, je sait très bien
      Bonjour, je sait très bien que Ould Dada n’existe plus monsieur Lahcen, j’ai juste rappelé un épisode.




      0



      0
      Nasser
      4 janvier 2017 - 16 h 26 min

      peut être qu’ aujourd’hui il
      peut être qu’ aujourd’hui il est redevenu « l’ ami sincère », mais depuis peu….. et ça nos diplomates ne sont pas dupes




      0



      0
    diroma
    4 janvier 2017 - 8 h 49 min

    des bonobos plus tot.
    des bonobos plus tot.




    0



    0
    Raouf
    3 janvier 2017 - 22 h 22 min

    Regardez moi ces deux la,l
    Regardez moi ces deux la,l’autre sanigali qui a été utilisé pendant la guerre d Algérie en nous envoyant ses tirailleurs et l’autre grand traître qui s’allie avec le Maroc contre nous (Ould dada &cie).




    0



    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.