Emeutes de Béjaïa : le RCD accuse des «cercles proches du pouvoir»

Un bus de transport public incendié. D. R.

Actualisé – Dans une déclaration adressée à la rédaction, le président du bureau régional du RCD à Béjaïa, Mouloud Deboub, a appelé les citoyens à la vigilance, en considérant que la violence est «contre-productive» et ne sert pas les intérêts de la population. «Les dépassements, les violences, les émeutes, les scènes de saccages, de vandalisme et de pillages qu’ont connues, hier, certaines communes de notre wilaya, dit-il, sont des actes prémédités et orchestrés par certains cercles proches du pouvoir, ces mêmes cercles qui ont lancés des appels anonymes à une grève générale de 5 jours des commerçants», accuse-t-il. Au nom de son parti, le président du bureau régional, qui est en même temps, président du groupe RCD à l’APW, dit s’opposer aux violences, à l’anarchie et aux chaos qui, estime-t-il, «n’arrangent que le pouvoir, ses relais et sa clientèle au niveau local». Et d’enchaîner : «Ces mêmes cercles proches du pouvoir, très présents sur les réseaux sociaux, tentent de nous impliquer ou de nous faire réagir par des provocations».

Le représentant local du RCD en veut à ceux qu’il qualifie de «nouveaux missionnaires» et de «baltaguis nouvelle génération» qui, selon lui, se demandent «où sont les partis politiques ancrés en Kabylie ? Que fait et où est le RCD ?» Sa réponse : «Nous leur disons : nous ne sommes ni des pompiers de ce pouvoir ni des pyromanes assoiffés de sang. Nous sommes des militants, des militants politiques organisés, structurés, identifiés, pacifiques et surtout conscients et responsables, qui se donnent le temps nécessaire pour analyser des situations avant de réagir.»

Devant les risques d’un embrasement, le responsable du RCD exhorte les citoyens à agir «avant que la situation ne prenne une tournure de non-retour et qu’elle ne devienne ingérable.» «Par notre implication, notre engagement, notre mobilisation, notre solidarité et notre rassemblement, nous pouvons décider du chemin politique qui sera pris en 2017», conclut-il.

Par ailleurs, la section RCD de Tiaret a exprimé sa «profonde préoccupation devant les scènes de violences et les affrontements entre manifestants et forces de l’ordre signalés dans la nuit du mardi 3 janvier, dans les principaux quartiers populeux de la ville de Tiaret pour protester contre la hausse induite par la loi de finances.» «La section RCD appelle la population de Tiaret à la vigilance et au calme et réaffirme que seul un cadre pacifique serein serait en mesure de faire aboutir des revendications citoyennes légitimes et déplore cette situation de dérapage», note-t-on dans un communiqué posté sur les réseaux sociaux.

R. Mahmoudi

Comment (41)

    salimsellami
    7 janvier 2017 - 1 h 39 min

    Pourquoi ne pas nommer
    Pourquoi ne pas nommer directement le MAk de Ferhat qui lui aimerait bien que le Pays s’embrase. A noter les revendications sont légitimes et on peut le faire sans casse

    Benai Ouali
    7 janvier 2017 - 1 h 28 min

    Des questions et
    Des questions et interrogations se posent sur les événements de Bejaia, chacun les commente à sa manière et le tout selon le degré du ridicule et du risible. Nous avons eu toutes les versions sur l’origine de l’émeute, de l’implication du mossad, passant par les fameuses mains étrangères et en finir par des appels des anciens sanguinaires du FIS pour raser la Kabylie.
    Chacun son rôle et sa mise en scène pour exprimer ses outrances et ses inquiétudes, le premier ministre, les responsables des partis politiques du pouvoir en l’occurence, le RND, le FLN et les supplétifs comme celui du clowns Amar Ghoul avec son carnaval qui vient d’initier à la port de l’APN, c’est comme si l’Algérie vient de connaître sa première manifestation de cette nature, le ridicule est au summum.
    Depuis 2010, l’Algérie a connu plus de 1100 émeutes, la majorité sont l’œuvre d’une jeunesse qui est la première victime de ce marasme social et toutes formes d’injustice.
    Pour les plus intelligents le RCD par la voix de Monsieur Deboub Mouloud a bien résumé la situation, et j’approuve ces propos : nous sommes ni les pompiers du pouvoir ni les générateurs de la violence. Le combat démocratique est une culture pour le parti, le pacifisme est une forme de lutte propre à nos valeurs, et ce n’est pas aujourd’hui que nous allons changé d’attitude.
    Le pouvoir et ses acolytes ont alimenté cette violence dans le souci de faire diversion sur les projets de loi qu’ils viennent de faire passer avec force. C’est un coup de théâtre et qui n’est pas à son premier. C’est une mise en garde aux restes des algériens et leur demander de ne pas s’impliquer dans les revendications sociales « subissez et taisez-vous ».
    Enfin, mes amis, il n y a ni main étrangère, ni amar bouzeouar, ni djeha, ni hdidoudouane, ni Hassan terro, il y a juste le système et ses acolyte qui n’arrêtent pas de nous pourrir la vie.
    La Kabylie est une région intraitable, elle est digne et rebelle. Personne ne peut la manipuler.

    Annonces
    5 janvier 2017 - 17 h 13 min

    Le RCD est responsable de se
    Le RCD est responsable de se tous ce désordre qui a été réalisé toujours et encore par les mêmes fouteurs de merde.

      Aokashadethdz
      5 janvier 2017 - 18 h 50 min

      Le danger lui-même
      Le danger lui-même, considérant qu’il est de son devoir d’aller au-devant de cet événement Pacific…de prévenir pr sa sale politique…nationaliste…

    H.Amari (hadethdz)Aokas
    5 janvier 2017 - 14 h 21 min

    Ce parti politique hante tjrs
    Ce parti politique hante tjrs la vie sociale des algériennes et algériens….

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.