OMC-Algérie : Balbela nouveau président du groupe de travail

A ce jour, l'Algérie a mené 12 rounds durant lesquels elle a traité 1 900 questions. D. R.

L’Uruguayen Gustavo Miguel Vanerio Balbela a été désigné comme nouveau président du groupe de travail de l’accession de l’Algérie à l’OMC, en remplacement d’Alberto D’Alotto (Argentine), indique le dernier bulletin d’information sur les accessions à l’OMC publié sur son site web. M. Balbela a reçu une invitation du ministre du Commerce, Bakhti Belaib, pour effectuer une visite à Alger dans le but «de discuter des prochaines étapes dans le cadre des travaux du groupe de travail, qui ne s’était pas réuni depuis mars 2014», souligne la même source.

Pour rappel, le mandat d’Alberto D’Alotto en tant que représentant permanent de l’Argentine auprès de l’OMC s’est achevé en mai dernier. Les présidents des groupes de travail sont désignés parmi les ambassadeurs des représentants permanents des pays membres auprès de l’Organisation mondiale du commerce. M. Balbela devient le 6e président du groupe de travail pour l’accession de l’Algérie à l’OMC, après l’Argentin Alberto D’Alotto (juillet 2012-mai 2016), le Français François Roux (novembre 2011-juin 2012), les deux Uruguayens Guillermo Valles Galmès (mai 2004-juillet 2010) et Carlos Pérez del Castillo (juillet 1998-mai 2004) et l’Argentin Juan Carlos Sanchez (février 1994-juillet 1998).

L’Algérie a été candidate dès 1987 au GATT, l’ancêtre de l’OMC. La première documentation sur son régime commercial avait été déposée en 1996, alors que la première réunion du groupe de travail chargé d’examiner sa candidature s’était tenue en 1998. A ce jour, l’Algérie a mené 12 rounds de négociations multilatérales durant lesquels elle a traité 1 900 questions liées essentiellement à son système économique. Elle a aussi tenu plus de 120 réunions bilatérales avec une vingtaine de pays qui ont été couronnées par la conclusion jusqu’à maintenant de six accords bilatéraux avec Cuba, le Brésil, l’Uruguay, la Suisse, le Venezuela et l’Argentine. Créée le 1er janvier 1995, l’OMC a deux missions principales : définir de nouvelles règles du commerce international et régler les conflits commerciaux entre ses pays membres.

R. E.

Comment (8)

    O.M
    15 janvier 2017 - 23 h 03 min

    OMC = ORDRE MONDIAL DU
    OMC = ORDRE MONDIAL DU COMERCE !
    Pour les partisants du nouvel ordre mondial.




    0



    0
    shark
    15 janvier 2017 - 16 h 38 min

    OMC = adhésion aux normes
    OMC = adhésion aux normes commerciales qui ruinent en ce moment même les plus grandes puissances oxydentales , décidément l’Algérie cours vers sa faillite avec des opportunistes avec des bagages d’écoliers !




    0



    0
    lhadi
    15 janvier 2017 - 13 h 40 min

    Les lobbies privilégient la
    Les lobbies privilégient la stratégie de fermeture parce qu’ils ont peur de perdre le contrôle de l’économie et du pays donc de leurs intérêts propres au mépris de l’intérêt général donc de la nation.

    Le secteur des hydrocarbures n’est-il pas au cœur de l’économie politique algérienne orientée vers une logique d’allocation et non de production ?

    La défaillance du système économique algérien résulte de cette stratégie.

    Il importe donc de soutenir la stratégie d’ouverture.

    Celle-ci impose l’entrée à l’O.M.C afin de relancer les reformes nécessaires à la modernisation et du coup à l’assainissement de l’économie algérienne qui, de facto contribuera foncièrement au développement et sans aucun doute à la stabilité du pays.

    L’OMC nous permettra de travailler selon les standards internationaux et de libérer l’économie afin qu’elle soit compétitive et diversifiée. Elle contribuera à la mise en place de politiques meilleures pour une vie meilleure de tous les Algériens.

    En d’autres termes, cette adhésion apparaît comme un moyen d’accélérer la restructuration des reformes économiques, condition de la modernisation du pays et de sa croissance. Le peuple d’Algérie récoltera, sans aucun doute, les bénéfices de cette adhésion.

    Fraternellement lhadi
    ([email protected])




    0



    0
      Anonymous
      15 janvier 2017 - 18 h 11 min

      Un jour Ford est allé voir un
      Un jour Ford est allé voir un banquier pour un prêt…le parasite lui a demandé un pourcentage sur son projet prometteur…
      c’est cela le résultat de l’ouverture….certains impriment du papier et créent des trillions de dollars ‘ex-nihilo’ 🙂 aprés ils achetent l’économie réelles (entreprises,terres,ressources,etc???)….alors t’as envie que l’Algerie grimpe dans le manége de Rothschield et de ses cousins?heins? moi juste en pensant que les algeriens en ont envie…me donne le tournis….de vomir…




      0



      0
    HANIFYA
    14 janvier 2017 - 17 h 54 min

    IL Y A BIEN PLUS pressé que
    IL Y A BIEN PLUS pressé que çà! a) mettre fin aux problèmes de l’économie de bazar, à l’informel, à l’import-import débridé, à la contre-bande qui équivaut à l’hémoragie du sang de l’Algérie. b) retirer les agréments des partis islamistes-extrêmistes-fondamentalistes-obscurantistes qui se disent « politiques » et qui sont LES SEULS RESPONSABLES de a), car ils sont très bien connus pour être d’excellents trabendistes et des spécialistes du commerce parallèle, informel et anti-fisc. c) Trouver le moyen ( IL DOIT EXISTER Y A DINE EZZAH !) de fermer le parlement ( les deux chambres) aux parvenus, ignares, SHAB ECH KARA, corrupteurs, faussaires, opportunistes, afin de mettre de l’ordre dans les lois algériennes, les rendre applicables, respectables, intelligentes et pertinentes. d) Relever le niveau dans l’industrie, l’agriculture, le tourisme, et autres domaines, afin de leur donner un peu de compétitivité leur permettant de se mesurer aux concurrents . e) Devenir plus propres, moins corrompus, et acquérir un peu plus de civisme (celà s’adresse à tout le Peuple), avant d’envisager d’adhérer à l’ OMC. UN VIEUX PROVERBE DE CHEZ NOUS :  » il n’y a que le chien qui n’hésite pas à livrer un combat perdu d’avance  » « MA IHAOUECH WIN YOUGHLOUB GHIR EL KELB  » Exemple type : Dans le transport maritime de marchandises la part du pavillon Algérien ces dernières années ne dépasse pas 2,5 % , celà rappelle le proverbe du chien.




    0



    0
    HANIFYA
    14 janvier 2017 - 17 h 53 min

    IL Y A BIEN PLUS pressé que
    IL Y A BIEN PLUS pressé que çà! a) mettre fin aux problèmes de l’économie de bazar, à l’informel, à l’import-import débridé, à la contre-bande qui équivaut à l’hémoragie du sang de l’Algérie. b) retirer les agréments des partis islamistes-extrêmistes-fondamentalistes-obscurantistes qui se disent « politiques » et qui sont LES SEULS RESPONSABLES de a), car ils sont très bien connus pour être d’excellents trabendistes et des spécialistes du commerce parallèle, informel et anti-fisc. c) Trouver le moyen ( IL DOIT EXISTER Y A DINE EZZAH !) de fermer le parlement ( les deux chambres) aux parvenus, ignares, SHAB ECH KARA, corrupteurs, faussaires, opportunistes, afin de mettre de l’ordre dans les lois algériennes, les rendre applicables, respectables, intelligentes et pertinentes. d) Relever le niveau dans l’industrie, l’agriculture, le tourisme, et autres domaines, afin de leur donner un peu de compétitivité leur permettant de se mesurer aux concurrents . e) Devenir plus propres, moins corrompus, et acquérir un peu plus de civisme (celà s’adresse à tout le Peuple), avant d’envisager d’adhérer à l’ OMC. UN VIEUX PROVERBE DE CHEZ NOUS :  » il n’y a que le chien qui n’hésite pas à livrer un combat perdu d’avance  » « MA IHAOUECH WIN YOUGHLOUB GHIR EL KELB  » Exemple type : Dans le transport maritime de marchandises la part du pavillon Algérien ces dernières années ne dépasse pas 2,5 % , celà rappelle le proverbe du chien.




    0



    0
      BAKHTA
      17 janvier 2017 - 13 h 33 min

      Voilà une autre affaire qui s
      Voilà une autre affaire qui s’avérera pire que l’association avec L’Europe . YEKHI QBAHA YEKHI ! Celle-ci rappelle aussi  » ELLI DAKHAL MOHORTOU (sa pouliche) mâa khaïl MAÂSKAR « ! AVEC NOTRE NIVEAU, NOTRE CORRUPTION, NOTRE RUSE PAYSANE, NOTRE MANQUE D’EXPERIENCE, NOTRE MALHONNÊTETE (apprise de nos dirigeants ! depuis un demi-siècle) soyons un peu plus réalistes et modestes, et cessons de nous mesurer à plus forts que nous.




      0



      0
    Anonymous
    14 janvier 2017 - 16 h 17 min

    je ne vois pas de régles…
    je ne vois pas de régles….dans la jungle…




    0



    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.