«La nuit des idées» mercredi et jeudi à Alger

«La nuit des idées» propose au public de venir à la rencontre des artistes, chercheurs… D. R.

Des expositions, récitals musicaux, projections et rencontres thématiques proposés par des instituts culturels européens d’Alger sont au programme de la «La nuit des idées» prévue les 25 et 27 janvier à Alger. La manifestation devra s’ouvrir mercredi par un concert d’Amel Brahim Djelloul à l’Opéra d’Alger et le vernissage de l’exposition «Ça va waka» du photographe Nassim Rouchiche accueillie à l’espace culturel La Baignoir. L’institut Cervantès accueillera, pour sa part, une rencontre avec l’écrivain et journaliste italien Bruno Arapia organisée par l’Institut culturel italien et un concert de flamenco.

L’espace «Les ateliers sauvages» propose la présentation du dernier numéro de Naqd à l’occasion du 25e anniversaire de la revue et la projection du film Héros sans visage de la réalisatrice péruvienne Mary Jimenez. Le café littéraire «Le sous-marin», autre partenaire de «La nuit des idées», prévoit une programmation musicale variée et des rencontres-débats animées par l’islamologue Saïd Djabelkheir et le philosophe Smaïl Mehnana, entre autres.

Plusieurs rencontres-débats sur des thèmes comme la citoyenneté, la civilité et la civilisation aux frontières de la justice se tiendront à la Cinémathèque algérienne, au Centre diocésain et à l’Institut français d’Alger.

Organisée sous «Un monde commun», «La nuit des idées» – coordonnées à travers le monde par le réseau des instituts français – se tiendra cette année simultanément dans une quarantaine de villes pour proposer au public de venir à la rencontre des artistes, chercheurs, philosophes et créateurs.

Outre l’Algérie, la France, l’Espagne, le Soudan, l’Afrique du Sud, le Maroc, l’Argentine, le Brésil, les Etats-Unis, la Corée du Sud, l’Inde ou encore l’Australie organisent au même moment «La nuit des idées» dans sa 2e édition.

«La nuit des idées» vise, selon ses promoteurs, à favoriser l’échange, le débat et la libre circulation des idées à travers des débats ouverts, et à impliquer différents acteurs culturels et associatifs.

R. C.

Commentaires

    Anonymous
    24 janvier 2017 - 22 h 06 min

    notre vie culturelle
    notre vie culturelle ressemble à un désert , si ce n’étaient les quelques manifestations organisées par les service culturels européens il n’y aurait quasiment rien … bravo à ceux qui ont « arabétisé » l’Algérie , une grande réussite vraiment!




    0



    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.