La LADDH appelle à un débat national sur l’athéisme

Noureddine Benissad, président de la LADDH. New Press

La section de M’sila de la Ligue algérienne pour la défense des droits de l’Homme (LADDH) appelle à l’organisation d’une conférence nationale sur l’athéisme. Profitant de la programmation du procès en appel des deux personnes condamnées le 28 novembre dernier à la prison ferme pour atteinte à l’islam, le bureau de M’sila de la ligue dirigée par Norreddine Benissad soulève la question de la liberté de penser et de s’exprimer. Il considère que le procès en appel annoncé pour le 31 janvier 2017 devra être l’occasion de poser cette problématique relative à la place des non-croyants dans la société algérienne.

Ce bureau de M’sila a affirmé avoir «envoyé par écrit le 22 décembre 2016 deux correspondances au ministre de l’Intérieur et au wali de M’sila, sollicitant l’organisation d’une conférence nationale sur l’athéisme». Le bureau de la LADDH de M’sila, représenté par Smaïl Ghellab et Layachi Amroune, «n’a reçu aucune réponse à ce jour, ce qui constitue un rejet systématique à tout débat».

La section locale estime que la réaction des hautes autorités était plus ou moins prévisible. Mais elle dit ne pas comprendre l’attitude du bureau national de la LADDH qui «s’est substitué au ministre de l’Intérieur» en reniant l’existence de sa section de M’sila, bannissant ses membres et même leur soustrayant leur droit de militer dans toute organisation humanitaire à travers une précision publiée dans la presse nationale. Cette section a précisé que le but recherché par cette conférence, sollicitée auprès des hautes autorités, est de «soutenir ces deux personnes qui ont été royalement laissées pour compte, alors que leur cas relève, dans son essence, de la liberté d’expression».

«Que ces deux citoyens soient athées ou ce qu’ils veulent être, leur seul tort est de s’être exprimés», a relevé non sans regrets la section locale de la LADDH qui demande au président de la LADDH d’entrevoir la possibilité d’organiser une conférence nationale sur l’athéisme et les atteintes aux libertés d’expression à M’sila. Pour ce bureau, il s’agit d’une question qui mérite d’être débattue publiquement, car elle concerne les Algériens.

Hani Abdi

Comment (29)

    athée
    23 mars 2017 - 23 h 05 min

    Est Que un athée peut vivre
    Est Que un athée peut vivre en Algérie ? Je ne pense pas qu’il est possible.
    Le gouvernement ne peut pas admettre que les athées existent car déjà leurs existence insulte l’islam.
    Et s’ils admettent ça, ils seront critiqués par les citoyens. Et nous tous savons comment les algériens s’attachant à leurs postes.
    Les deux prisonniers ils sont en prison à cause de la liberté de pensé ou bien liberté d’expression ?
    est que on peut etre algerien et athée au meme temps (la question est pour les muslimans)




    0



    0
    Zombretto
    30 janvier 2017 - 21 h 20 min

    Pour être en sécurité en
    Pour être en sécurité en cette nouvelle Algérie Kaboulisée, afin de conduire un débat sur l’athéisme, il faut ouvrir ces débats avec les formules : « Bismi-llahi ’rrahman errahim. Allahoumma çella ’3lik ya rassoul ellah. Aujourd’hui on va débattre de l’existence d’Allah ta3ala et de la légitimité son prophète Mohamed çella allahou 3alayhi wa sallama. Qala allahou fi kitabihi el-karim… » Voilà comment ce pouvoir islamiste jusqu’à la moëlle veut qu’on aborde la question, sinon on risque de se retrouver en prison.




    0



    0
    Dziri3
    30 janvier 2017 - 18 h 21 min

    D apres le sondage »global
    D apres le sondage »global index of religiosité and atheism  » 2015 de l institut win / GAllup international, le nombre de personnes au niveau mondial se reconnaissant dans une religion est de 60% contre 23% sans religion et 13% athees. 70%de russes ,56% d americains et 30% du royaume uni se considèrent religieux. Heureusement qu’ en Algerie ,les athees sont au nombre de cheveux d une tête bête prête a s ‘auto raser.




    0



    0
      Zombretto
      30 janvier 2017 - 21 h 45 min

      @Dziri3 : Il y a quelques
      @Dziri3 : Il y a quelques siècles, tout le monde croyait que la Terre était plate. Aujourd’hui les illettrés le croient encore. Cela veut-il dire que la terre est plate ?… Remarque, ça ne m’étonnerait pas que tu dises oui.




      0



      0
    T'ZAGATE
    30 janvier 2017 - 15 h 03 min

    … »La LADDH appelle à un
    … »La LADDH appelle à un débat national sur l’athéisme » , oui , moi, je suis entièrement d’accord mais le seul thème qui devra être débattu et discuté est le suivant : …. « l’athéisme est interdit, comme le commande le livre sacré coranique ». Pas mal comme thè^me non ??? Aucun thème en dehors de ce thème ne sera toléré. La question pourra être à la rigueur approfondie en définissant la manière de sévir et de punir l’athéisme en proposant une hiérarchie des punitions depuis l’emprisonnement, la privation de liberté, les amendes, les interdictions de participer à la vie associative et à la vie politique, jusqu’à l’interdiction d’accès au paradis.Ok, çà vous va les thèmes ya el khaoua !!!?? Allons banco, on fonce tous de ce pas à M’sila pour assister à la Conférence Nationale du siècle!!




    0



    0
    Dzair
    30 janvier 2017 - 14 h 28 min

    DANS une société comme la
    DANS une société comme la notre on devrait se préoccuper beaucoup plus des devoirs de l’homme que de droits.




    0



    0
    lhadi
    30 janvier 2017 - 12 h 07 min

    Le prosélytisme est source de

    Le prosélytisme est source de danger pour une société, comme la notre, soumise à l’appel des sirènes de la division. Fraternellement lhadi ([email protected])




    0



    0
    moskosdz
    30 janvier 2017 - 11 h 58 min

    Se soucier de la mort des
    Se soucier de la mort des autres et des conditions de leur accueil dans l’au-delà,tout en transformant leur vie en enfer sur terre,est la plus grande hypocrisie de la société Musulmane actuelle.




    0



    0
      Anonymous
      30 janvier 2017 - 16 h 46 min

      homorocos 12:58:alors la
      homorocos 12:58:alors la taupe a triple visages marocaine;certainement elle appartienne a plusieurs gènes déférente;…… pourquoi ne pas rentrer chez toi a nador tu sera mieux avec les tiens;dégage imposteur,cireur de babouches




      0



      0
        anonyme
        30 janvier 2017 - 20 h 16 min

        on en a marre de lire vos
        on en a marre de lire vos conneries !!! ça suffit!




        0



        0
    Karamazov.
    30 janvier 2017 - 11 h 56 min

    Au fait, je me suis emmêlé
    Au fait, je me suis emmêlé les pinceaux dans mon pokié lokage. La correction sur site est périlleuse. Outre le fait je que je n’arrive pas à séparer les paragraphes certains mots disparaissent comme par enchantement. Je ne cesse de corriger mes erreurs par des fautes et de rendre incompréhensible mon propos. Je souhaiterais donc re-solliciter la grande magnanimité du Modérateur pour réinsérer mon commentaire remastérisé au format requis, et sans blasphèmes cette fois-ci. Et au cas où : astaghfirou allahou el3adhim ! Et vlan… Wamma ba3d:

    Ya Cheikh Eddin el beqq et Abou Stroph, nous sommes là dans le domaine des inversions ! Comme si c’était l’athéisme qui pose problème ! Ce n’est pas l’athéisme qu’il faut expliquer. Car comme disait Sidna Feuerbach : La vérité est la limite de la science… dès que la science devient vérité elle cesse d’être science ! Donc, il ne faut pas tomber dans le piège de faire le procès de l’athéisme au lieu de celui de la religion. C’est d’autant plus risqué que cela laisserait croire qu’il n’y que deux postures possibles : la foi et l’athéisme. Il y a l’autre alternative : celle qui consiste à penser que nous avons d’autres soucis que la course vaine à la quête de l’inaccessible, ou la quête intérieure : la méditation sans objet ( de culte). Le vrai matérialisme scientifique n’est pas la négation de ce qui n’existe pas. On ne peut pas démontrer qu’une chose qui n’existe pas n’existe pas. C’est pour cela qu’il faut plutôt s’occuper de la religion qui elle est réelle.

    Dans une société comme la nôtre, comme aux origines, un débat sur l’athéisme, si ce fantasme se réalisait, nous mènerait tout droit vers Dieu. La démonstration de l’inexistence de Dieu est un exercice encore plus complexe sinon impossible que celui qui consiste à faire avaler des mythes à des gogos consentants. Dans un cas on sollicite la raison dans l’autre la foi. Si travail il doit y avoir c’est sur les origines des religions : Or sur ce point, il n’y a pas débat car on considère Dieu comme la vérité absolue, alors que l’athéisme stipule que toute les vérités sont provisoires . Il ne faut pas faire de l’athéisme une religion mais une méthode, une quête. Le matérialisme scientifique est un outil pour comprendre mais pas la compréhension elle-même. Freud et Feuerbach disaient apipri que les religions sont vraies. Vraies ne signifie pas la vérité. Tellement vraies que Dieu se confond avec la croyance en lui C’est parce que l’homme sait au fond de lui que Dieu n’existe pas qu’il lui a fait une religion. Il sait que c’est une abstraction pure qu’il tente vainement de réaliser, de se réaliser. L’homme ne peut de désempêtrer de ce fouillis par ses acrobaties kamasoutriennes alors il fait diversion par des expédients et des artifices cultuels. Il buggue ainsi sa conscience vraie avec sa misérabilitude. : ce que Cheikh Eddine el Beqq dit en affirmant : « qu’ au fond de son inconscient, le croyant n’est pas si croyant que ça ». Wa idda tasmahouli etefsir de ses lumineuses paroles, safidir : L’homme a pris conscience qu’il se buggue la vraie conscience, alors il fait de ce buggage une conscience. Les zébreux ont profité de l’absence de (leur) prophète pour faire un veau avec l’or qui était le Dieu de l’époque comme le Dollar l’est aujourd’hui. Et quand ils firent ce veau ils ne le rangèrent pas dans une remise pour faire oublier leur forfait, mais ils l’adorèrent. Et quand Moïse les sortis du désert après karanta d’errance – le mot « errance » cher à Sartre qui disait que l’homme erre contrairement(parallèlement aussi) à Descartes qui lui affirmait que Dieu est dans la quête- il ne les accompagna pas jusqu’à la terre promise, pour ne pas avoir à rendre des comptes sur l’absence de Dieu, mais sans doute aussi parce qu’il a compris dans quelle galère on l’avait embarqué, lui qui n’était pas juif ( lire Freud : Moïse et le monothéisme) car il savait que si les zébreux ne trouveraient pas Dieu dans cette terre promise ils n’allaient pas se refaire le coup du Veau d’or mais qu’ils le chercheraient dans la religion.
    Inna lillahi wa illayhi radji3oun !




    0



    0
      Hend Uqaci
      30 janvier 2017 - 14 h 36 min

      Waouw ! On a dit un « des
      Waouw ! On a dit un « des bas » sur l’athéisme. Même si je mettais bout à bout toutes les perches que vous m’aviez tendues et entasser toutes les miettes de grains de connaissance que j’ai ramassées je n’atteindrais jamais le niveau où vous avez mis la barre. Mwa je ne crwa pas en Dieu , mais je ne sais pas pourquoi iskici grave ya3ni. Isk thoura daghène si on crwa pas on devrait kamim justifier son non-croyage qui n’a rien à voir l’athéisme qui lui est une doctrine. Comme la fwa du charbonnier qui lui crwa sans vouloir comprendre, mais à l’envers. Je crwa pas hada makène ?




      0



      0
    Karamazov
    30 janvier 2017 - 9 h 51 min

    Ya Cheikh Eddin el beqq et
    Ya Cheikh Eddin el beqq et Abou Stroph echourafa el3adhimine.Nous sommes là dans le domaine des inversions ! Comme si c’était l’athéisme qui pose problème ! Ce n’est pas l’athéisme qu’il faut expliquer. Car comme disait Sidna Feuerbach : La vérité est la limite de la science… dès que la science devient vérité elle cesse d’être science ! Donc, il ne faut pas tomber dans le piège de faire le procès de l’athéisme au lieu de celui de la religion.

    Dans une société comme la nôtre, comme aux origines, un débat sur l’athéisme, si ce fantasme se réalisait, nous mènerait tout droit vers Dieu. La démonstration de l’inexistence de Dieu est dans est un exercice encore plus complexe sinon impossible que celui qui consiste à faire avaler des mythes à des gogos consentants. Dans un cas on sollicite la raison dans l’autre la foi. Si travail il doit y avoir c’est sur les origines des religions : Or sur ce point, il n’ya pas débat car on considère Dieu comme la vérité absolue, alors que l’athéisme stipule que toute les vérités sont provisoires . Il ne faut pas faire de l’athéisme une religion mais une méthode, une quête. Le matérialisme scientifique est un outil pour comprendre mais pas la compréhension elle-même. Freud et Feuerbach disaient apipri que les religions sont vraies. Tellement vraies que Dieu se confond avec la croyance en lui C’est parce que l’homme sait au fond de lui que Dieu n’existe pas qu’il lui a fait une religion. Il sait que c’est une abstraction pure qu’il tente vainement de réaliser, de se réaliser . L’homme ne peut de désempêtrer de ce fouillis par ses acrobaties kamasoutriennes alors il fait diversion par des expédients et des artifices cultuels. Il buggue ainsi sa conscience vraie de sa misérabilitude. : ce que Chikh Eddine el Beqq dit en affirmant : « qu’ au fond de son inconscient, le croyant n’est pas si croyant que ça ». Wa idda tasmahouli etefsir de ses lumineuses paroles, safidir : L’homme a pris conscience qu’il se buggue la vraie conscience, alors il fait de ce buggage une conscience. Les zébreux ont profité de la l’absence de (leur) prophète pour faire un veau avec l’or qui était le Dieu de l’époque comme le Dollar l’est aujourd’hui. Et quand ils firent ce veau ils l’adorèrent. Et quand Moïse les sortis du désert après karanta d’errance – le mot « errance » cher à Sartre qui disait que l’homme erre- il ne les accompagna pas jusqu’à la terre promise, pour ne pas avoir à rendre des comptes sur l’absence de Dieu car il savait que si les zébreux ne trouvaient pas Dieu dans cette terre promise, ils ne vont pas refaire le coup du Veau d’or mais ils le chercheraient dans la religion.




    0



    0
      Dine-el-beqq
      30 janvier 2017 - 11 h 29 min

      Ayyouha Karim Azov !… Tu as
      Ayyouha Karim Azov !… Tu as comprendé ces acrobaties et entourloupes de la conscience humaine, surtout celles des masses laborieuses sous tous les systèmes de productions présents et passés. Engels a parlé de “fausse conscience”, est c’est bien ce dont il s’agit. Afin de supporter son lot sur terre, l’homme, avec l’assistance intéressée des classes dominantes, s’hypnotise inconsciemment pour tromper sa propre conscience, pour se tromper lui-même, il change tout le cablage de sa cervelle pour ça, et c’est pour ça qu’il est quasiment impossible de convaincre le croyant que son dieu n’est qu’un produit de son imagination. Il croit parce qu’il VEUT absolument croire, et absolument rien ne pourra lui faire changer d’avis…sauf peut-être un changement radical dans ses conditions de vie matérielles. Car je me demande combien de membres des classes dominantes croient en Dieu. Je serais vraiment curieux de savoir s’il y a eu des sondages ou des études faites dans ce domaine. Je me demande quel pourcentage des riches croient et vont à l’église ou à la mosquée par rapport aux classes laborieuses. Je me demande la même chose concernant cet autre opium du peuple, le football. Voit-on souvent des riches sur les gradins ?




      0



      0
        Karamazov
        30 janvier 2017 - 14 h 12 min

        Ya Siyidi Cheikh Eddine El
        Ya Siyidi Cheikh Eddine El Beqq. Innani anhani tahta siyadatouka ellatti toucharifouni bi 3inayatouha. Anna atakellamou tahta riqabatouka. Walakin anna ouqsidou la persistante d’une superstructure idéologique obsolète malgré l’ébranlement de l’ancien mode de production . Le monde avance et n’attend personne et les prêcheurs n’arrêtent pas la caravane du temps qui passe. Il est clair que le matérialisme historique fera son œuvre et tout ça tombera tout seul …… Effectivement, jamais aucune raison dialectique n’a changé quoi que soit aux croyances. Malgré Galilée , même pas mal la religion. Seule la transformation matérielle du mode de production de leur existence aura raison des structures idéologiques archaïques. La religion ne disparaitra pas pour autant mais elle sera socialement inopérante : tout au plus une fantaisie de l’esprit.




        0



        0
          Dine-el-beqq
          30 janvier 2017 - 17 h 57 min

          Donc ya Si Karim Azov, on
          Donc ya Si Karim Azov, on pourrait dire que l’homme, collectivement, exerce sur lui-même une sorte d’auto-hypnotisme pour s’efforcer à se faire croire qu’il croit à quelque chose qu’il sait être une histoire à dormir debout. C’est ça la puissance de l’idéologie.




          0



          0
      Abou Stroff
      30 janvier 2017 - 13 h 09 min

      désolé komrad Karamazov mais
      désolé komrad Karamazov mais je n’ai fait le procès de rien du tout. j’ai simplement cité Marx pour souligner que la religion (pur produit des hommes) servait d’idéologie aux classes dominantes des formations sociales arriérées pour gruger la populace et la pousser à accepter l’ordre établi. quant à l’athéisme, je le place au même niveau que la religion car il me semble que les deux idéologies contournent et ne résolvent pas le problème de l’homme qui sait qu’il va mourir. accentuons donc la critique de la religion puisque « la critique de la religion est la condition préliminaire de toute critique »




      0



      0
        Karamazov
        30 janvier 2017 - 14 h 09 min

        Voyons, Abou Stroph, comment
        Voyons, Abou Stroph, comment aviez-vous pu comprendre que je puisse un seul instant douter de votre propos? Je vous croyais plus subtil pour comprendre la raison de mes circonlocutions. je n’ai jamais douté un seul instant de votre propos! Ce n’est pas vous que je visais en parlant de procès ! Si je me sers d’un boomerang c’est juste parce que les cibles ne sont pas facile à cadrer. vous voyez bien que nous sommes tout a fait d’accord et sur l’athéisme et sur la religion, je prends à témoin notre grand Maitre le Vénérable Chikh Din El Beqq.




        0



        0
      Bekaddour Mohammed
      30 janvier 2017 - 13 h 19 min

      @Karamazov… Pour le partage
      @Karamazov… Pour le partage, et ce cadre remplace le débat refusé à la section LADH de Msila, (Je crois)… A l’université de Grenoble, j’ai eu un professeur en sociologie et psychologie sociale dont Marx et Freud étaient les « maîtres », et tiens toi bien, il m’avait confié qu’il avait été curé mais avait perdu la foi… Il y a une vérité qu’il m’a conseillée, je réalise combien elle est en or : Il faut exploiter le vécu… L’intellect dont l’humain est pourvu peut pour certains être étendu, fort, mais il a une limite, dans ce sujet il faut écouter les vécus. Par exemple, l’étude du docteur Maurice Bucaille, parue en… 1976 : « Les Écritures Saintes examinées à la lumière des connaissances modernes », (Titre complet : La Bible le Coran et La Science, ed. Seghers). Un conseil : Restons les pieds sur Terre, ne perdons jamais de vue E/Économie, alimentaire ET militaire ! Sans cela, nous sommes à la merci de… « BHL », l’épouvantail, qui a déjà des millions de victimes sur son tableau de chasse !
      Il parait que Marx fut comme muet face à « L’Islam », j’en avais conclu que son « La religion est l’opium du peuple » concernait avant tout la relation Juif-Chrétien,, mais d’accord, dans le monde dit musulman, c’est le ridicule qui tue, pille, salit, ment,pue, somnole, détruit, sabote, contrarie, provoque mort, diabète, crises cardiaques, exils… Errances ! Pourquoi ??? En fait, désormais c’est toute l’humanité, et non l’Algérie, qui doit débattre sur la voie du salut, mais avec des masturbations intellectuelles…Prenons bien conscience que c’est sérieux, « L’Algérie » a d’autres chats à fouetter (Je pense)…




      0



      0
    fakou
    30 janvier 2017 - 9 h 31 min

    La LADHH doit plutôt poser
    La LADHH doit plutôt poser clairement le problème de la domination et de la tutelle impériale de l’Arabie Saoudite sur le nation algérienne …La LADHH , doit écrire un livre blanc ( ou noir ) pour l’ONU , sur les crimes du colonialisme saoudien en Algérie et pour défendre les droits nationaux des algériens .. La question en Algérie est nationale , elle n’est pas Athée … Comme en 54 , le problème algérien est une problème de décolonisation .. Voila la vraie question des droits de l’homme en Algérie , qui sera tôt ou tard posée à la conscience universelle




    0



    0
    Bekaddour Mohammed
    30 janvier 2017 - 6 h 57 min

    Voilà comme dit l’adage
    Voilà comme dit l’adage algérien « Un lièvre débusque un sanglier », (Ernab etnaouadh halouf), si on va jusqu’au bout des implications du demandé, il exige une haute autorité politique pédagogue, et un peuple outillé pour comprendre les leçons du « Maître ». Un Athée vrai est hors du champ mental de son contraire, et entre les deux il y a les autres, encire informes, une société n’est pas statique. La liberté de penser est une expression superflue, celui qui a de quoi penser pense, pendant que le tailleur de pierres se contente de poncer, et l’infirmier de panser, il y a ceux qui n’ont qu’une panse, chers compatriotes je rirais si ce n’était pas grave. Celui qui pense est en principe capable de peser le pour et le contre lorsqu’il a décidé de s’exprimer. On peut, peut-être, arrêter le pays, et y organiser tous les débats, dommage le train n’a pas ce type d’escales ! Et même, il faudrait des débatteurs capables de chaque sujet, il y en a tant ! Si je sais moi que Dieu existe, je sais que d’autres ne le savent pas, le meilleur débat ne serait-il pas sur le droit et le devoir de travailler, de produire des biens d’abord alimentaires, matériels, des idées applicables pour changer le quotidien, avoir des rues non nauséabondes, des administrations qui font perdre à l’administré le moins de temps possible, etc. (ETC.!), ce que cette section a écrit à la haute autorité ne nous est pas livré dans son intégralité, et ce type de problème est en trop, le point commun entre un croyant et un non croyant ? Ils ont les mêmes panses, et non pas la liberté mais l’obligation de les remplir, pas en volant, parasitant, mais par un travail : Donc, ce débat est du vide, voilà pourquoi nul ne lui a répondu… Retour sur Terre ! Dans Sa Souveraineté, Le Créateur a décidé de donner à certains, ce qu’Il refuse aux autres : La Foi est un don divin, la mécréance est… est quoi ? Un don aussi ? Ne sont-ce pas actuellement les mécréants qui produisent, inventent sans arrêt, mais ils pensent et s’expriment en sciences, en acquis palpables, mais dans un contexte comme le nôtre, un non croyant devrait se taire, tout comme certains croyants, or un débat c’est pour une parlotte ici pas à sa place…




    0



    0
    issam
    30 janvier 2017 - 0 h 24 min

    Il veut un débat sur l
    Il veut un débat sur l’athéisme,qu’est ce qu’il y a à craindre,qui va t-il éffrayer?Quand on lit le livre de michel onfray « Traité d’athéologie « les arguments sont d’un très faible niveau.Même pas la lueur d’un début d’étincelle qui pourrait faire changer d’avis.

    Même le plus athée mondialement reconnu richard dawkins s’est fait mouché par un juif converti à l’islam .




    0



    0
    Anonymous
    29 janvier 2017 - 22 h 04 min

    Chacun est libre de croire ou
    Chacun est libre de croire ou de ne pas croire, aucun être humain ne peut se substituer à Dieu pour imposer sa loi aux autres qu’ils soient croyants ou athées. Un croyant doit respecter les gens qui ne sont pas du même avis que lui sur l’existence d’un créateur suprême et vis-versa.




    0



    0
    Anonymous
    29 janvier 2017 - 19 h 32 min

    au lieu de s occupé de la l
    au lieu de s occupé de la l’injustice et la corruption dans le pays;il nous parle de l’athéisme;une majorité du peuple algérien est athée,un croyant en dieu il corrompre il spolie il détourne;il vole;il mens;il triche;il trahi;aucune religion n’autorise ces pratiques;alors c’est ça de croire en dieu; meme les athées n’osent pas faire ce cannibalismes moderne




    0



    0
    Abou Stroff
    29 janvier 2017 - 19 h 06 min

    « La détresse religieuse est,
    « La détresse religieuse est, pour une part, l’expression de la détresse réelle et, pour une autre, la protestation contre la détresse réelle. La religion est le soupir de la créature opprimée, l’âme d’un monde sans coeur, comme elle est l’esprit de conditions sociales d’où l’esprit est exclu. Elle est l’opium du peuple. » il est inutile d’ajouter quoi que ce soit à cette citation de K. Marx à part le fait que, dans les formations sociales arriérées (l’algérie en est un exemple parfait), toutes les classes dominantes utilisent la religion pour endormir la plèbe.




    0



    0
      Dine-el-beqq
      29 janvier 2017 - 20 h 46 min

      Amine, amine, amine, ya Si
      Amine, amine, amine, ya Si Abou Stroff !!… Je suis persuadé que dans son inconscient profond, le plus fervent des croyants sait que Dieu n’est qu’un artifice crée par sa cervelle pour appréhender la vie. Prenons l’exemple d’un vieil homme riche et fervent musulman ou chrétien. Il sait très bien qu’il va mourir très bientôt. Si vraiment dans le fin fond de son inconscient il pensait qu’il va bientôt être soumis à un Jugement Dernier durant lequel ce Dieu si imprévisible va décider s’il va l’envoyer au paradis ou en enfer pour l’éternité, tu crois que cet homme serait serein, surtout dans les dernières années de sa vie ? Il tremblerait dans sa culotte 24 heures sur 24, 365 jours et 1/4 par an. Il en perdrait l’appétit et le sommeil et son cerveau serait absolument obnubilé par la possibilité qu’il pourrait se retrouver en enfer. Un jeune homme qui va passer son bac se fait des ulcères pendant des mois avant l’examen, mais un examen qui pourrait vous envoyer dans les feux de l’enfer n’a aucun effet patreil ? Etrange !… Au lieu de se soucier du résultat de ce Youm Al-Akhira, notre riche vieillard se soucie plutôt de décider qui va hériter de ses biens matériels ici sur terre après sa mort. Pour moi, ça prouve qu’au fond de son inconscient, le croyant n’est pas si croyant que ça.




      0



      0
    anonyme
    29 janvier 2017 - 19 h 02 min

    le problème pour le pouvoir c
    le problème pour le pouvoir c’est de gouverner un peuple cultivé : il reflechit et n’accepte pas tout ;
    par contre un peuple « croyant » ,il est plus facile de le « guider » ;la religion est là pour imoser ce qu’il peut refuser !!!




    0



    0
    Ouchen
    29 janvier 2017 - 18 h 27 min

    Moi je dis bravo à Monsieur
    Moi je dis bravo à Monsieur Norreddine Benissad .Vous êtes un homme courageux et certainement visionnaire. Ceux qui pensent que tous les algériens sont des croyants se trompent. Je ne crois en aucune religion et ce n’est pas faute d’avoir lu le Coran et la Bible. J’ai lu ces deux Livres .Pour un esprit rationnel, on peut relever beaucoup d’aberrations (sans vouloir choquer personne).
    Il est temps, si nous voulons aller de l’avant, briser des tabous. Nous devons pouvoir discuter librement de la religion, dans le respect mutuel, bien sûr. Pour moi, la religion sert des intérêts bassement matériels. C’est pour cette raison que les mosquées pullulent, qu’on n’arrête pas d’en construire. Prenons n’importe quelle wilaya et faisons l’inventaire, pour une période donnée, de la construction des mosquées, d’un côté et de l’autre côté des centres culturels, des cinémas, des théâtres, des bibliothèques…Je pense que le résultat va être spectaculaire. L’explication est simple : la culture, le savoir, forment l’esprit critique, amènent à se poser des questions. Ceci dérange ceux qui gouvernent.AI-JE BESOIN D’ÊTRE PLUS CLAIR ?




    0



    0
    CHIBL
    29 janvier 2017 - 15 h 38 min

    Moi en tous les cas je
    Moi en tous les cas je préfère de bons citoyens athées à de mauvais citoyens croyants.tout cela est un faux debat, être croyant ou athée ne devrait pas être le problème de l’État.mais comme nous sommes au GANDOURISTAN………




    0



    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.