Sofiane Djilali demande au MSP de quitter l’ICSO

Sofiane Djilali, président de Jil Jadid. New Press

Le président de Jil Jadid, Sofiane Djilali, a demandé «solennellement» au MSP de quitter l’Instance de concertation et de suivi de l’opposition (ICSO), a-t-il écrit ce dimanche sur sa page Twitter. Sofiane Djilali ne précise pas dans son message ce qui aurait motivé cette demande, sachant aussi que la direction du MSP n’a jamais fait allusion à un éventuel retrait de cette instance de l’opposition issue de l’élargissement de la Coordination pour les libertés et la transition démocratique (CLTD) créée en 2014.

Après avoir quitté la CLTD début juin 2016, en signe de protestation contre la tendance à la participation aux élections qui y dominait, Jil Jadid avait néanmoins continué à siéger à l’ICSO qui regroupe, outre les membres de la CLTD, des partis comme Talaie El-Hourriyet d’Ali Benflis et des formations en attente d’agrément, à l’image de l’UDS de Karim Tabbou. La scission entre les deux bloc s’est encore manifestée lors de la dernière réunion de l’ICSO tenue au siège du MSP le 23 janvier dernier, boudée par Jil Jadid et Talaie El-Hourriyet, deux partis qui ont annoncé leur décision de boycotter les prochaines élections législatives.

Dans une interview à Algeriepatriotique au lendemain de son retrait de la CLTD, Sofiane Djilali avait expliqué avoir eu à interpeller à plusieurs reprises les membres de cette coordination, «mais ils n’avaient pas pris la mesure de (sa) détermination». «Ces derniers mois, a-t-il assuré, il était évident pour moi que nous avions atteint nos limites. On ne pouvait plus avancer plus loin. Cela ne dépend pas de la bonne foi des membres, mais de la nature même du groupe. Nos rencontres devenaient stériles et commençaient à perdre tout crédit aux yeux de l’opinion publique.»

Le président de Jil Jadid révélait aussi que son parti avait fait plusieurs propositions, mais, à chaque fois, elles étaient refusées, citant : engagement pour décider collectivement de la participation ou non aux élections éventuellement, et, en cas de participation aux élections, d’établir des listes communes et à ne pas négocier en solo.

R. Mahmoudi

Comment (17)

    nasser
    31 janvier 2017 - 15 h 07 min

    Ça fait rire et pleurer à la
    Ça fait rire et pleurer à la fois d’entendre un gars opportuniste comme Soufiane Djilali ,président d’un parti bidon ,insensé,n’ayant aucune raison d’etre dans un pays normal faisant de l’opposition fictive,agréé par les services secrets,donner des leçons de morale,de crédibilité à un parti islamiste tout aussi malhonnete et non intègre.Comme si la malice faisait de la morale à la ruse .On aurait bien voulu i te voir,Monsieur Sofiane,agir avec énergie concernant les dossiers des disparus,de la corruption ,de l’emprisonnement des journalistes,etc….Je ne vous salue pas!




    0



    0
    HAKIM
    31 janvier 2017 - 10 h 57 min

    La politique = art du
    La politique = art du possible ? Peut-être OUI, mais aussi peut-être NON. Cette fois-ci au sein de la CLTD comme de l’ ICSO , c’est NON , NON, et NON. Des formations aussi opposées, aussi éloignées, aussi anti-nomiques, aussi contraires que DEMOCRATES et ISLAMISTE, REPUBLICAINS et EXTREMISTES, MODERNISTES et MOYENÂGISTES , PASSEÏSTES et FUTURISTES : sont condamnées A NE PAS S’entendre et ce jusqu’au jugement dernier . A partir du moment où la CLTD a admis en son sein les islamistes-intégristes-fondamentalistes extrêmistes, elle a signé ses echecs en chaïne. ON NE PEUT PAS CONCILIER L’INCONCILIABLE . La meilleure des preuves dont auraient dû s’inspirer les dirigeants des partis politiques démocrates, républicains, modernistes et NORMAUX se trouve dans SOURAT EL KAFIROUN :  » lakoum dinoukoum wa lya dine  » net, clair , précis, concis. L’adage :  » DKHAL DERB LIHOUD IHAOUESS 3ÂLA EL MOUHIBINE FEN’N’ABI  » également aurait pu servir de mise en garde aux partis démocrates sincères qui ont cru au PERE NOEL ! DOMMAGE POUR LA PERTE DE TEMPS ! Trois années partis aux quatre vents. Y A NASS GOUNALKOUM les partis islamistes, MOUNAFIQINE , LEURS SEULS OBJECTIFS : 1 / L’ économie de bazar-import-import-fraude-parrallèle-informel-anti-fisc-contrebande 2 / entrisme -députés-ministres- sénateurs- et autres postes ( SURTOUT PAS CEUX COMPORTANT DES OBLIGATIONS DE RESULTATS) 3 / relations étroites ( liens de subordinations !) avec les islamistes des pays étrangers, (voire ennemis de l’ ALGERIE) Tunisie, Egypte, Libye, Turquie, Wahhabistes, Qatar, etc…qui les orientent, les guident, les conseillent, et les financent. Moralité : Pour avoir des chances de succès, CLTD et ICSO doivent d’abord, chasser les formations islamistes de leurs rangs . Salut à AP et ses amis




    0



    0
    AMIN
    30 janvier 2017 - 17 h 18 min

    certains se sont ridiculisé
    certains se sont ridiculisé juste pour une promesse d’un porte feuille de ministre;et d’autres une place a APN c’est vrai;bien payé pour rien faire c’est de l’argent haram; cette argent n’appartiens pas au régime ou pouvoir cette argent reviens au peuple algérien;des héros ont opté pour l’histoire et demain devant ALLAH;mais d’autres ont choisis l’argent et le pouvoir volé et la triche;leurs paradis et sur terre;




    0



    0
    lhadi
    30 janvier 2017 - 16 h 00 min

    Le MSP, parti à vocation
    Le MSP, parti à vocation minoritaire installé à proximité du pouvoir, incarne un « islamisme d’Etat » qui adopte un langage prudent. Le MSP participa à la coalition gouvernementale appelée alliance présidentielle. Tout mariage de circonstance, tel celui de la carpe et du lapin, est voué à l’échec. Fraternellement lhadi ([email protected])




    0



    0
    Anonymous
    30 janvier 2017 - 15 h 14 min

    C’était déjà arrivé avec la
    C’était déjà arrivé avec la zlabia , beaucoup d’algériens se sont mis à la commercer , c’était très facile et ils ont fait beaucoup d’argent . Aujourd’hui , toujours les mêmes , utilisent l’islam croyant berner le peuple pour satisfaire leur ambition.




    0



    0
    NON AU NIFAQ
    30 janvier 2017 - 10 h 18 min

     » Sofiane Djilali demande au
     » Sofiane Djilali demande au MSP de quitter l’ICSO  »
    Pour l’amour de l’Algérie , le MSP et tous les autres partis « pseudo religieux » devrait quitter la scéne politique et arréter le nifaq car l’essence méme de la politique est à l’opposé de l’essence de la religion qui elle , est basée sur l’honnêteté et l’intégrité .




    0



    0
    djillali
    30 janvier 2017 - 0 h 34 min

    cet homme est intègre pas l
    cet homme est intègre pas l’ombre d’un doute
    Sauf qu’il est déconseillé d’être intègre dans ce bled
    Un travail de sape a été entrepris ces 18 dernières années pour clochardiser la société et la corrompre et ils ont
    réussi
    Le bout du tunnel n’est pas pour demain




    0



    0
    No boutef
    29 janvier 2017 - 21 h 29 min

    Voila un homme qui aura
    Voila un homme qui aura aucune chance en Algerie .car trop honnête .Le système est mafieux truqué de haut jusqu’en bas et Le changement doit commencer en haut .




    0



    0
    Yakhi Mossiba
    29 janvier 2017 - 21 h 17 min

    Sofiane Djilali ne précise
    Sofiane Djilali ne précise pas dans son message les motifs pour lesquels le MSP doit quitter l’Instance de concertation et de suivi de l’opposition (ICSO) . Aussi, à défaut de nous donner les raisons, il n’a qu’à se taire. J’ai toujours été d’accord avec lui (ainsi qu’avec Benflis) pour ne pas participer aux élections mais cette façon de parler sans donner les raisons c’est de la pure fumisterie du type pour FLN et sa langue de bois. Ya Soufiane où tu nous dis qu’elles sont les raisons ou tu te tais !!




    0



    0
    Anonymous
    29 janvier 2017 - 17 h 39 min

    des hommes et des partis qu
    des hommes et des partis qu’on doit les respecter;ils avaient le courage de dire non,a la triche;non a la fraude;non a la manipulation;non l’humiliation de nos citoyens;et dire non au pillage de la nation;rare des responsables algériens dire non a l’argent facile et les magouilles politicienne;le mal acquit ne profitera jamais;un lueur d’espoir qu’il existe bien des hommes d’honneurs et valeurs, qui aiment autant la nation et les citoyens,vive une algérie dirigé par des algériens intègrent et loyaux;participer a ce votre c’est comme une soumission au régime actuel ni foi;ni loi




    0



    0
    Rascasse
    29 janvier 2017 - 17 h 05 min

    L’Algérie n’a même pas besoin
    L’Algérie n’a même pas besoin de parti islamistes tellement la société est plongée dans le mysticisme l’obscurantisme le fanatisme et l’arabowahabisme, les partis islamistes n’ont même pas de raison ni lieu d’exister tellement ce pouvoir autiste fait mieux qu’eux, finalement la décennie noir n’aura servi à rien




    0



    0
      Anonymaoui
      30 janvier 2017 - 8 h 10 min

      Entièrement d’accord avec
      Entièrement d’accord avec vous, avec ce pouvoir le pays est devenu une zaouïa dirigée par des marabouts salafistes. La cretinisation de la population a atteint un niveau tel que la logique, la science, le raisonnement et l’ouverture d’esprit ont déserté les esprits.Seuls le retour à l’âge de pierre et l’ignorance constituent pour ce peuple en déperdition un avenir certain.




      0



      0
        5colonne
        30 janvier 2017 - 11 h 49 min

        N’oublier pas a l’epoque
        N’oublier pas a l’epoque colonial les marabouts etait financé par l’etat francais pour endormir le peuple




        0



        0
          6colonne
          30 janvier 2017 - 14 h 57 min

          actuellement au royaume des
          actuellement au royaume des chouwaffattes d’homo6 qui continuent pour endormir les sujets !!




          0



          0
    GHEDIA Aziz
    29 janvier 2017 - 16 h 40 min

    L’adage populaire dit « qu’il
    L’adage populaire dit « qu’il vaut mieux être seul que mal accompagné ». Or, il se trouve qu’avec les islamistes de type HMS, il y a eu rupture de contrat moral le jour où ceux-ci avaient décidé de fausser compagnie au groupe de l’opposition et d’annoncer leur participation aux élections législatives prochaines tout en sachant que celles-ci seront, comme par le passé, ni propres ni honnêtes. Sans être spécialiste es politique, l’on devine aisément que ce parti islamiste a dû négocier secrètement avec le pouvoir pour bénéficier de strapontins et faire encore son entrisme dans le prochain gouvernement. Or, la vraie opposition est celle qui tient à ses principes qui va jusqu’au bout de sa logique. Jil jadid en est une. Il ne veut pas donc d’un accompagnateur encombrant. D’ou l’appel solennel de Soufiane Djilali au parti HMS pour que celui-ci quitte l’ICSO, la seule instance à laquelle il reste encore un peu de crédibilité.




    0



    0
      Cheikh kebab
      29 janvier 2017 - 17 h 56 min

      D’accord avec toi Aziz.
      D’accord avec toi Aziz. Malheureusement c islamistes sont rusés et jouent bien leur jeu double et fourbe. Le pouvoir également joué sur du velours,il satisfait les islamistes qui sont disposés à co gouverner ,contrairement aux partis républicains démocrates comme jil djadid!! On aura un parlement bidon entre FLN usurpé,RND ,taj et les islamistes en embuscade. La politique de l’entrisme.




      0



      0
    CHIBL
    29 janvier 2017 - 16 h 11 min

    Depuis quand un parti
    Depuis quand un parti islamiste pouvait être démocrate,tous les partis islamistes jouent le jeu démocratique et une fois au pouvoir ca deviens des dictatures le MSP ne devrait même pas existé, si le FIS avait continuer d’exister il ya aurait ni MSP ni autre chose.ils vivent sur le dos des autres ça c’est l’essence même de l’islamisme.




    0



    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.