Le FFS tiendra un conseil national extraordinaire ce vendredi

La situation politique et la stratégie électorale à l'ordre du jour. New Press

Le Front des forces socialistes (FFS) tiendra ce vendredi 3 février une session extraordinaire de son conseil national. Deux points sont à l’ordre du jour : la situation politique et la stratégie électorale. Ce conseil extraordinaire interviendra une semaine après la conférence nationale des élus tenue dans la ville de Zemmouri, à Boumerdès. La question des législatives a été au centre de cette conférence. Les élus du parti venus des quatre coins du pays se sont penchés sur la stratégie à adopter pour réussir la participation du FFS à ce scrutin, que certains considèrent comme biaisé d’avance.

L’instance présidentielle du plus vieux parti de l’opposition a concocté une stratégie et des perspectives politiques. Cette stratégie a été présentée lors de cette conférence des élus par Aziz Baloul, membre de cette instance. Ainsi, pour l’instance présidentielle, «c’est la stratégie politique qui détermine la stratégie électorale». «Notre militantisme pour une citoyenneté effective, l’Etat de droit et la démocratie consiste à utiliser tous les moyens qu’offre l’analyse politique à l’action politique. C’est pourquoi la participation aux élections est un choix politique qui s’opère au terme d’une analyse politique», affirme donc cette haute instance.

«Notre fondateur et président Hocine Aït Ahmed a convaincu en 1963 ses camarades de lutte pour l’indépendance nationale de créer le FFS comme instrument de lutte contre la confiscation de la politique par le militaire et les divers clanismes régionalistes, conscients ou inconscients, qui s’étaient mis au service d’un projet totalitaire porté par une clique qui aspirait à construire un pouvoir, et non un Etat et des institutions politiques», rappelle l’instance présidentielle dans laquelle siègent, en plus de Aziz Baloul, Mohand Amokrane Chérifi, Ali Laskri et Saïda Ichalamène.

«50 ans de luttes pour l’instauration de la démocratie et de l’Etat de droit (…) nous ont confortés dans la certitude inébranlable des pères fondateurs de la Révolution algérienne puis des fondateurs des luttes démocratiques que la dépolitisation est une arme de destruction massive des sociétés. C’est pourquoi la participation aux élections sous ce système de pouvoir, conçu et pensé contre les intérêts du peuple, n’a pas au FFS pour finalité de partager le pouvoir, mais se fixe ouvertement l’ambition de consolider les conquêtes de la lutte politique !», explique le FFS, pour lequel la sollicitation d’un mandat électoral signifie qu’il s’engage à «porter la lutte politique dans la gueule du loup !»

«Quiconque s’engage à mener campagne sous les couleurs du sigle FFS s’engage à continuer avec les instruments, que lui confèrent la loi et son mandat populaire à l’intérieur des institutions, le combat politique qu’il mène en tant que militant au sein de la société», précise l’instance présidentielle, pour laquelle le devoir des cadres et des militants du FFS est «de faire de chacun des espaces conquis sur la dictature un instrument effectif au service de la lutte pour la démocratie et l’Etat de droit».

Hani Abdi

Comment (6)

    Anonymous
    1 février 2017 - 17 h 34 min

    rascasse 16:44 j’avoue je
    rascasse 16:44 j’avoue je connais rien en politique algérienne;et s’empèche pas d’avoir mon idée sur tell ou tel parti;en restant poli et courtois envers les autres internautes;et je n’apprécie pas les personnes mal éduquée avec une gueule de RASCASSE;tu as bien fait de choisir ce pseudo il te vas très bien




    0



    0
    rak
    31 janvier 2017 - 13 h 35 min

    Roh a mi roh l’FFS yemouth…
    Roh a mi roh l’FFS yemouth……toute cette jolie litterature se resume en quelques mots : le neo_FFS=RHB= Rassemblement Hybride Bahloulien et behlawani produit de la main mise sur le parti des militants de la 25ieme heure, transfuges du FLN et des srabess va mettre le cap sur la MANGEOIRE du pouvoir qui lui octroira son quota de DEPITES pour service rendu, lecomblec’est qu’eux memedisent que cette zerda electorale va produire un parlement illgitime!!! roh enta wa f’hem…. vive le FFS canal historique a bas le neo_FFS=RHB




    0



    0
      Mohamed Amir
      31 janvier 2017 - 23 h 35 min

      Je crois que certains passent
      Je crois que certains passent leur temps a régler leur frustration sur le dos du FFS, par des propos orduriers. Le FFS reste droit dans ses boites parce qu’il n’a pas d’autres stratégie que celle qu’il affiche dans ses discours depuis 53 ans avec conviction. Les chiens aboient et la caravane passe.




      0



      0
        rak
        1 février 2017 - 11 h 38 min

        relis toi et regarde toi dans
        relis toi et regarde toi dans la glace si vraiment tu sais ce que c’est qu le FFS, tu te rendras compte de toi meme que ce que je dis est vrai depuis la maladie et le retrait de Da l’hocine et encor plus depuis sa disparition elah irehmou, depuis votre seule strategie se resume en deux mots :cap sur la MANGEOIRE du pouvoir qu’importe les reniements et toutes les trahisons….. en attendant battez vous pour les 25 sieges maximum ( comme en 91) que le pouvoir va vous attribuer par quota !!! pour sieger dans un parlement croupion et alibi que vos propres responsables qualifient d’ores et deja d’illegitime! c’est vrai que le rdiicule ne tue pas en Algerie par les temps qui courent… mais bon il parrait que la participation est « tactique » comme en 2001 et comme elle le sera encore en 2023 avec vous etc….. je persise et signe a bas le neo-FFS=RHB




        0



        0
    DZ DZ
    31 janvier 2017 - 11 h 47 min

    pas la peine de faire du
    pas la peine de faire du cinéma votre parti FFS il sera quatrième derrière l’intouchable taupe du pouvoir Mme hanoune;vous aurez deux sièges en plus par apport a la dernière législative pour ne pas avoir boycotté les prochaines élections;ce conseil national; il est organisé juste calmé la révolte de ceux qui ne sont pas d’accord avec monsieur bouchafa et ses amis;c’est une pratique du régime en place;vive l’algérie libre et démocratique qui n’accepte pas la soumissions et la démagogie du pouvoir magouilleur




    0



    0
      Rascasse
      31 janvier 2017 - 15 h 44 min

      Tu ne connais rien du FFS ni
      Tu ne connais rien du FFS ni de la politique Algérienne bouchafa ne décide de rien au FFS, il n’a que son courage son patriotisme qui font de lui un sincère militant, alors reste bien au chaud derrière ton PC à Paris au lieu de verser dans le dénigrement gratuit




      0



      0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.