Lettre ouverte aux candidats de la diaspora algérienne

Par l’Anaaf – Suite au décret portant convocation du corps électoral, qui fixe l’élection des membres de l’Assemblée populaire nationale au jeudi 4 mai 2017, vous avez décidé d’affirmer publiquement, comme beaucoup d’autres l’ont fait lors d’échéances électorales passées, de faire don de votre personne pour défendre et représenter les intérêts de la composante de la nation algérienne établie en France.

Avec les défis qui vous attendent pour honorer votre parole et vos engagements en vous portant ainsi candidat à la députation, êtes-vous sûr de ne pas faire preuve de naïveté, de légèreté malhonnête ou d’inconscience politiques, sachant par avance que les pouvoirs constitutionnels de représentants de la nation que vous voulez conquérir ont toujours été dans la pratique réduits politiquement à de pseudo et vagues pouvoirs de «représentants d’une communauté» résidant à l’étranger ?

Nous aurions aimé croire à votre abnégation de militants politiques sincères, mais l’expérience de certains de ceux qui vous ont précédé nous oblige à faire preuve de prudence et de circonspection légitime.

Beaucoup d’entre eux ont surtout profité du système électoral pour défendre et faire prospérer leurs propres intérêts personnels, au lieu de mettre leur courage et leurs cordes vocales au service de la voix orpheline de la diaspora algérienne pour la faire résonner dans l’hémicycle de l’APN.

C’est pour toutes ces raisons que nous prenons la liberté, au nom des principes et valeurs authentiquement démocratiques et républicains qui nous animent, pour vous alerter à cœur ouvert sur nos inquiétudes, nos espoirs et surtout nos convictions.

Oui, à l’heure où partout dans le monde des millions de citoyens se lèvent pour crier «la dignité ou la mort» et se battent pour le triomphe de la démocratie, nous ne sommes pas disposés à vendre politiquement au plus offrant nos voix citoyennes.

Nous ne sommes pas disposés à nous rendre coupables de manœuvres qui voudraient tant altérer nos convictions et nos discernements pour que «le dire passe pour le faire» et «l’agitation démagogique pour le changement».

Nous refusons le rituel périodique des élections qui nous rabaisse au rang de «moutons abandonnés» que l’on confie à des bergers, habillés en «agents» électoraux.

Vous êtes candidats à la fonction de député et nous respectons vos choix partisans ou idéologiques, ne tombez pas dans le piège de la puissance des honneurs qui pourrait vous rendre esclave de l’illusion politicienne d’être maître de votre destin et surtout de celui de vos éventuels électeurs.

Ne marchandez pas votre exigence morale et intellectuelle et ne renoncez jamais à la noblesse du militantisme sincère pour défendre l’intérêt collectif.

Refusez d’être des «agents» sans vergogne au gré d’allégeances politiques douteuses et d’ambitions privées.

Soyez lucides avec des convictions fermes pour partager et comprendre les peines de notre jeunesse afin de lui offrir une espérance pour qu’elle se mobilise à nouveau et se solidarise.

Elle est fatiguée d’être ignorée et nourrie par la promesse du miracle qui n’arrive jamais. D’ailleurs, elle ne demande pas de miracle. Elle veut qu’on arrête de lui en promettre.

Vous êtes libres d’être candidats à la fonction de député, mais comme vous le savez certainement, la diaspora algérienne ne croit plus que la solution à ses problèmes et la réponse à ses inquiétudes puissent venir de votre élection à l’APN.

Par contre, nous sommes convaincus qu’elle sera heureuse et fière de soutenir par son vote massif toutes celles et ceux qui, avec un programme et des propositions de militants politiques sincères, lui montreront le chemin et le goût de l’aventure collective, les voies pour organiser ses énergies et exploiter sa créativité autour de perspectives et d’ambitions partagées pour son avenir et celui de ses enfants, mais aussi pour le renforcement et la consolidation du progrès social, économique et démocratique sur la terre de ses ancêtres.

Pour tout cela, vous devez vous engager et vous mobiliser politiquement pour qu’elle ne soit plus stigmatisée, montrée du doigt, soupçonnée de manque de loyauté citoyenne pour être mise à l’index de toute réflexion ou ambition politique susceptible de prendre enfin et véritablement en considération ses légitimes aspirations et que sa voix soit respectée, écoutée et entendue.

Alliance des associations des Algériens de France (Anaaf)

Comment (15)

    Dezbarka
    10 février 2017 - 7 h 12 min

    L ANAAF DEVRAIT PROTEGER SES
    L ANAAF DEVRAIT PROTEGER SES MEMBRES VIS A VIS ARTICLE 51..MAIS ELLE DEFENDS BIEN SON INTERET D ETRE REPRESENTER AVES DES DIPITI POUR AVOIR UNE RETRAITE AU SOLEIL DE BARIZE. VOUS ETES BON A RIEN..INCAPABLE DE FAIRE DU LOBYING EN ALGERIE ET AUSSI INCAPABLE DE FAIRE LE LOBYING EN FRANCE POUR PROTEGER LES ALGERIEN DE FRANCE. MEME VOTRE MOSQUE DE PARIS A UN FRANCAIS QUI LA GERE ..QUEL EST VOTRE ROLE? JE NE SAIS PAS MOI..BANDE DE MAKALINE LA JIFA. VOUS NE CESSEZ DE DEMANDER A L ALGERIE DE PAYER VOS CAPRICES A 2 SOUS… VENEZ ICI LES CAPRICES C 1 DORO CHAQUE ..PURE SUCRE…ATTENTION AUX DIABETIQUE PAS DE CAPRICE ALGERIENNE..MOI J EN MANGE 20 DORO CHAQUE JOURS DE CAPRICES..REVEILLER VOUS YA L ANAAF FAITES LES BONNES GUERRE ET GAGNER LES…DEFENDEZ VOS INTERETS MAIS JE SAIS …VOUS VOULEZ ETRE AUX COMMANDES SANS FAIRE DE VAGUES. QUEL GACHI




    0



    0
    bougamouss
    9 février 2017 - 8 h 07 min

    Vous avez fait un beau
    Vous avez fait un beau rapport.Mais, il faut demander du cocret, du gagnant-gagnant: Des banques Algériennes en
    Europe, de la publicité sur la destination Algérie pour nos émigrés, des prêts bancaires aux émigrés pour construire ou acheter leur maison en Algérie.Et un peu de considération.




    0



    0
    RABEH
    8 février 2017 - 17 h 15 min

    IL FAUT OUBIER LA DISPORA
    IL FAUT OUBIER LA DISPORA ALGERIENNE POUR LE MOMENT SURTOUT CEUX QUI SONT ETABLITS PLUS DE 10 ANS A L ETRANGER … VOUS AVEZ PEUR QU ILS PRENNENT VOS POSTES DE HAUTS FONCTIONNAIRES … ON NE RENTRE EN ALGERIE QUE LE REGIME ILLEGITIME CHANGE … L ALGERIE NE VOUS APPARTIENT PAS ….




    0



    0
    Anonymous
    7 février 2017 - 19 h 06 min

    Malek Bennabi a écrit :« Le
    Malek Bennabi a écrit :« Le citoyen doit ouïe et obéissance. Mais il refuse d’ouïr et d’obéir dès qu’il constate une dérogation chez l’homme du pouvoir. A ses yeux, le rapport de réciprocité est alors rompu et ne l’engage plus ». Au regard des turpitudes perpétrées par certains gouvernants et demeurées impunies à ce jour et de leur entêtement maladif à demeurer au pouvoir coûte que coûte, il ne suffit pas de ne rien faire, loin s’en faut. Nos expatriés doivent contribuer à la prise de conscience du peuple du rôle insidieux que jouent encore les nostalgiques de l’Algérie française qu’ils ont le devoir de condamner, ainsi que les liens occultes tissés par la puissance coloniale avec certains harkis de haut niveau, en marge des « accords » d’Evian et qui continuent à nuire jusqu’à ce jour. Ces gens là n’ont eu de cesse de détruire tout ce que notre regretté Président Boumediene avait patiemment édifié avec d’authentiques patriotes. Il faut lui ouvrir les yeux à ce peuple neutralisé par une éducation obscurantiste et des subventions tous azimuts qui l’ont rendu complice du système, à son corps défendant.




    0



    0
    rachid
    7 février 2017 - 17 h 46 min

    je suis chef d’entreprise et
    je suis chef d’entreprise et je vis depuis 43 ans en France je voyage deux a trois fois par lois au pays été comme hiver .Je n’ai jamais vu un représentant de cet APN se manifester pas meme dans l’hemicycle,ou sont ils ?Jamis un seul n’a pris la défense de ces malheureux voyageant avec leur progéniture dans des conditions digne des wagon de buckenwald rentrant dans leur pays à reculons,quel honte personne n’a elevé la voix dans un consulat pour dire STOP,j’ai vu des familles avec des bebes de trois jours passer la nuit devant les consulats qui s’en souci ?mais bon sang arriverons nous un jour à nous émanciper de cette tutelle qui nous broie comme une machine infernale.
    je pense à toutes ces mamans dont les enfants ne fouleront plus le sol Algérien des leur 18 ans,déteste ici,rejeté là-bas pourquoi donc sommes nous condamné à errer avec nos enfants ici et la bas .IL FAUT ARRETER CE MASSACRE ET DIRE UNE BONNE FOIS POUR TOUTE QUE CELUI QUI VEUX REPRESENTER CETTE DASPORA QU’IL MONTRE UN PROGRAMME ET UNE FEUILLE DE ROUTE,UNE VRAIE.




    0



    0
      Bekaddour Mohammed
      8 février 2017 - 5 h 05 min

      @rachid… OUI, PARLONS
      @rachid… OUI, PARLONS CONCRET PALPABLE REEL… « L’homme est un ignorant qui apprend », (Ibn Khaldoun, en exergue à ses « Prolégomènes », ou « Discours sur l’histoire universelle »)… Tu démontres que tu es un bon gestionnaire en exigeant « un programme et une feuille de route, une vraie ». Tu ouvres, là, la vraie question ! Cette donnée du « Programme » impose d’avoir le vécu qu’il faut, et la culture, la personnalité construite pour « La politique », n’est pas politicien qui veut, ça ne se choisit, on l’est par destin, or chez nous, nous sommes à l’ère de la Chkara, tu as du fric, tu es du milieu à fric, tu deviens ce que tu veux, en Algérie c’est porte fermée pour le sans fric, un sans fric n’est pas toujours « pauvre », il arrive qu’il soit riche, en idées, en énergie, en « programmes », mais il doit affronter l’épreuve de ce réel qui exige de lui qu’il ait un compte obèse en banque, dont les rots arrivent miraculeusement dans toutes les dites « hautes » sphères, lesquelles disent alors : Voici un ogre comme nous, un « compatriote », un « Frère », alors « plein gaz », ça pète, il est élu, dans cette logique, le bien pour TOUS est empêché, il est distribué par miettes… Mais La Roue Tourne, c’est vraie qu’elle broie toutes les personnalités fragiles, il y a cependant toujours des survivants, ils seront « Les héritiers de la terre » (Ainsi enseigne Dieu dans le Coran), ceux là seront réellement au service du meilleur, et Le Fric n’aura pas de prise sur eux, il sera l’esclave du « programme » le meilleur… A ce stade, voie barrée, wait and see !




      0



      0
    Anonymous
    7 février 2017 - 14 h 43 min

    Comment peut-on faire appel à
    Comment peut-on faire appel à la Diaspora quand la Constitution en a fait des non-Algeriens en leur deniant l’accès à des postes de responsabilité ou politiques? Cette Diaspora a-t-elle donc la memoire courte où est-elle amnésique? Voilà une équation à plusieurs variables. Si quelqu’un trouve la solution merci de nous la donner.




    0



    0
      Amigo
      8 février 2017 - 19 h 32 min

      Oui monsieur on dit que le
      Oui monsieur on dit que le meilleur de nos elites vit a l etranger . Le service qu ils pourraient rendrent a l Algerie c est de creer in parlement independant a l etranger avec des idees innovantes et une opposition actives Sur les medias alternative pour soutenir activement ceux qui a l interieur sont etoufes par in black out omnipotent . L information eclairee et objective doit filtrer vers le citoyen Algerien de maniere soutenue . Tout cela doit etre pedagogique et combatif ideologiquement sans haine Ni violence . Ceux qui vivent ailleurs on le devoir detre actifs politiquement ,culturelement et economiquement . La perseverance finira par payer . La constitution finira par être amendee en faveurs de tous les enfants d Algerie . Ceux qui tiennent le pouvoir sont fragiles, ils on leurs ils n attendent que le coup de grace . S abstenir aux elections prochaines est un grand moyen pacifique de denier la legitimite a ceux qui se croient invincibles . Vive l Algerie et l avenir democratique .




      0



      0
        Dezbarka
        10 février 2017 - 7 h 25 min

        AMIGO REVE REVE ….CREER UN
        AMIGO REVE REVE ….CREER UN PARLEMENT POURQUOI FAIRE…CET ELITE DONT TU PARLES NE FERA RIEN QUAND ON LES INSULTES PAR DES LOIS BIDON COMME ARTICLE 51. WELOU , MAINTENANT ILS VONT DECIDER D ETRE CANADIEN, AMERICAINS OU AUTRES SANS AUTANT PENSER AFRIQUE…D AILLEURS REGARDER BOUCHOUAREB APRES SON MANDAT DE MI ISTRE IL NE VA PAS PRETENDRE A UN AUTRE MANDAT CAR IL A UNE AUTRE NATIONALITE. IL PARTIRA ET TOUT SON SAVOIR FAIRE PARTIRA AVEC LUI…VOILA LA VERITE.




        0



        0
          Amigo
          10 février 2017 - 12 h 20 min

          Les droits Sa s arrache par
          Les droits Sa s arrache par la lutte Si les émigrés ne veulent pas defendre leurs interest qui d autre le fera a leur place . Le parlement leur permettra de se rencontrer pour degager ensemble des moyens de pression Sur le gouvernement . Il doit servir de lobby efficace pour que la voix des expatries soit entendue . S Il faut attendre que tout Vienne Sur un plateau d argent c EST impossible . Le systeme Algerien ne doit son existence et Sa longetivite que grace a la paresse et au manqué de volonte de tous veux qui s estiment leses . Messieurs dames rien ne sert de se plaindre .il faut agir.




          0



          0
    lhadi
    7 février 2017 - 10 h 07 min

    La responsabilité requiert
    La responsabilité requiert des hommes ayant une conception exigeante et passionnée de l’Etat avec pour ambition d’agir et d’entreprendre sans se passer de culture, de style et d’idéal. Le problème de l’Algérie se résume en quelques mots : le choix des hommes. Car rien n’est pire que d’être gouverné par des hommes qui croient savoir mais qui ne savent pas.
Fraternellement lhadi ([email protected])




    0



    0
    lille
    7 février 2017 - 9 h 02 min

    sans kchippa au port d Alger
    sans kchippa au port d Alger la douane vous emmerde en été quand on arrive et ce comportement dégoûtant vous interpelle . activite a ciel ouvert.
    en plus des tarifs des billets en été pour les billets d avion trop élevés il est aussi regrettable de voir ce personnel aéroportuaire rempli de zèle inutile comme s ils étaient tous chefs ou le civisme est inconnu. tout ce monde cherche a faire des affaires sur le dos d innocents passagers basta ce déluge de médiocrité et de mépris qui relègue la classe des algériens au dernier rand
    cordialement




    0



    0
      anonyme
      7 février 2017 - 10 h 30 min

      C’est pareil aux consulats de
      C’est pareil aux consulats de la région parisienne surtout celles de Bobigny, Créteil où les agents te méprisent même si tu leur dis bonjours, des voyous.




      0



      0
    Bekaddour Mohammed
    7 février 2017 - 7 h 53 min

    Observations : Du temps de
    Observations : Du temps de Houari Boumédiène il n’y avait que des Algériens d’Algérie, où qu’ils vivaient, surtout ceux qui vivaient en France, Giscard voulut tous les renvoyer (« Prends 10 mille balles et casses toi »…), mais la suite a tout cassé, imposant une impossible alternative, « Algérien DE France », « Islam DE France », il y a ce « France », malheureusement c’est avec ce « France » que le vrai problème se pose, il impose la suite du « TAHYA EL JAZAÏR », sur place, là-bas car « Ici », « L’Algérie », c’est un casse-tête chinois, faites appel à la Chine ! Il n’y a qu’un « ingénieur » chinois qui pourrait vous représenter à Alger, alors ingéniez-vous dans la relation à ce « France », si vous réussissez l’exploit, par contre-coup vous aurez rendu service aux Algériens DE Algérie !




    0



    0
    lifbata
    7 février 2017 - 7 h 29 min

    Paroles. paroles, paroles,
    Paroles. paroles, paroles, toujours des paroles, rien que des paroles !




    0



    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.