Législatives : Ould Abbès mise sur les moins de 40 ans

Ould Abbès fait de la jeunesse son cheval de bataille pour les législatives. New Press

Il ne passe pas un jour sans que Djamel Ould Abbès, secrétaire général du FLN, ne parle pas des jeunes. En plein traitement des 6 200 dossiers de candidatures aux législatives, le premier responsable du FLN appelle à privilégier les jeunes de moins de 40 ans afin de mobiliser le gisement électoral que constitue la jeunesse dans notre pays. A Alger, Blida et dans d’autres régions du pays, Ould Abbès insiste sur ce point qu’il considère comme capital pour la réussite des prochaines législatives. Cet octogénaire mise donc sur les jeunes, lui qui représente les vieux caciques du parti.

Pour certains, c’est un peu cocasse de voir un homme politique aussi âgé et entouré de collaborateurs d’un âge avancé plaider pour la valorisation des jeunes du parti. Mais Ould Abbès ne bronche pas. Il fait de la jeunesse son cheval de bataille durant ce qui s’apparente à une précampagne électorale pour les législatives. Mais pour certains fins connaisseurs, la mission semble difficile en raison des retours des anciens ténors du parti dans le cadre de l’opération «main tendue» lancée par Djamel Ould Abbès. Ainsi, on parle d’anciens ministres dont l’âge dépasse largement les 60 ans comme têtes de listes dans une dizaine de wilayas. A cela s’ajouterait la dizaine de ministres qui devraient également participer à ces législatives. Il y a également des «députés carriéristes» qui refusent de renoncer à leur mandat, tels que Sadek Bouguetaya qui semble tenir la dragée haute à Djamel Ould Abbès.

L’équation s’annonce ainsi difficile à résoudre. Les appels multiples du SG du FLN à l’adresse des jeunes risquent ainsi de s’avérer vains tant sur le terrain rien n’a été fait pour «frayer» le chemin à cette jeunesse convoitée en tant qu’électorat.

Hani Abdi

Comment (37)

    le terroir
    11 février 2017 - 18 h 32 min

    Le FLN était le front de
    Le FLN était le front de libération national avec un peuple qui le soutenait. Après il y a eu une métamorphose, le FLN est devenu le Front des Larrons Nationaux avec un peuple qui ne sait plus à quel saint se vouer et qui ne croit plus à rien. Quand aux jeunes, ils ne croient qu ‘à la Flouka au détriment de leurs vies, alors de qui parle-t-il? C’ est devenu la première république « féodale » dans le monde, un syncrétisme surréaliste.
    Toute l’ Algérie voit ce Ould Abbes chargé (…) de partager le gâteau et personne ne dit rien parce que personne n y peut rien et surtout beaucoup espère bien. Alors tu goules ou tu goules pas, tu votes ou tu ne votes pas, tu resteras là où tu es.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.