La production nationale du médicament couvre 61% des besoins

Le ministre de la Santé, de la Population et de la Réforme hospitalière, Abdelmalek Boudiaf, a indiqué jeudi soir à Oran que la production nationale du médicament couvre actuellement 61% des besoins. Lors d’une visite d’inspection de plusieurs projets relevant de son secteur dans la wilaya d’Oran, notamment la société algérienne des médicaments Sophal, relevant du secteur privé, le ministre a souligné que l’Algérie a réalisé de gros progrès en matière de fabrication du médicament, prévoyant que la couverture des besoins atteindra 70% d’ici la fin de l’année courante. Si ce taux est réalisé, l’Algérie pourra réfléchir à l’exportation, a-t-il ajouté.

M. Boudiaf a encore déclaré que l’encouragement de l’Etat à la fabrication du médicament a permis d’atteindre le taux de 61% et par conséquent de réduire la facture d’importation de 4% l’année dernière grâce à l’orientation du ministère vers une stratégie de production locale.

Pour une couverture totale des besoins locaux

L’objectif principal est d’encourager la production du médicament pour une couverture totale des besoins locaux et l’exportation vers des pays africains, a-t-il souligné, signalant que certains médicaments et du matériel médical fabriqués en Algérie sont exportés vers onze pays africains.

Abordant les efforts du gouvernement dans ce domaine pour renforcer, accompagner et encourager la production nationale qui ne dépassait pas 5% il y a quelques années, le ministre a affirmé que le marché algérien est prometteur et qu’il faut œuvrer actuellement à encourager les opérateurs privés et laboratoires internationaux à travailler plus pour garantir le passage de l’Algérie au rang des pays exportateurs du médicament.

La décision d’interdire l’importation des médicaments fabriqués localement est un grand stimulant aux industriels locaux, selon M. Boudiaf, qui a indiqué que le nombre de médicaments dont l’importation n’est plus tolérée a atteint 358 médicaments. L’Algérie recense 80 unités de production, et leur nombre devra atteindre 150 prochainement, selon les déclarations du ministre.

Lors de sa visite de Sophal, dans la localité de Hassi Ben Okba, Abdelmalek Boudiaf s’est enquis des lignes de production du médicament dans cette usine qui commercialise plus de 70 produits dont des antibiotiques, des médicaments pour diabétiques et des anti-inflammatoires. Il a annoncé à cette occasion le lancement d’une nouvelle ligne de production de céphalosporines, un antibiotique qui était importé de l’étranger et qui regroupe 19 produits.

A Oran, le ministre a inspecté aussi l’hôpital régional de la Sûreté nationale où il a reçu des explications sur le fonctionnement de ses services, avant de visiter le projet de l’hôpital des brûlés à haï USTO, à l’est d’Oran, où il donné des instructions pour accélérer les travaux et leur achèvement.

Agence

Commentaires

    un algerien lambda
    10 février 2017 - 21 h 10 min

    un expert français , en la
    un expert français , en la personne de Mr Jean-Louis Guigou, un professeur d’université, haut fonctionnaire français, spécialiste de l’aménagement du territoire et président d’IPEMED, institut de prospective économique du monde méditerranéen prévoit un grand avenir à notre pays .il évoque 4 raisons ( voir son entretien sur le web).
    Oui tout n’est pas noir dans ce pays comme veulent nous le faire croire certains plumitifs qui à force de haïr le pouvoir haïssent leur pays.




    0



    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.