Bouteflika : «Le peuple ne succombera pas aux complots ourdis outre-mer»

Le président Bouteflika renouvelle sa confiance en le peuple algérien. New Press

Le président Abdelaziz Bouteflika a saisi l’occasion de la Journée nationale du chahid pour réagir aux différents rapports et regards d’organismes et d’institutions de pays européens et américains sur l’Algérie. «Le peuple algérien ne succombera pas à des machinations et autres complots ourdis outre-mer et relayés par divers supports médiatiques», a-t-il souligné dans son message lu en son nom par le conseiller à la présidence de la République, Mohamed Ali Boughazi.

Le chef de l’Etat a affirmé que «le succès de la bataille de l’avenir est tributaire de la préservation des acquis des générations successives». «Nous sommes conscients et convaincus que notre peuple, dans toute sa composante et notamment sa jeunesse, est pétri d’un esprit nationaliste infaillible puisé dans les sacrifices de nos valeureux chouhada.» «En ignorant les détracteurs, les adeptes du chaos et autres esprits sceptiques et malveillants tendant à occulter les acquis réalisés au profit du peuple, notre jeunesse a prouvé qu’elle était lucide quant aux menaces de l’heure», a-t-il relevé, assurant qu’«elle ne peut être leurrée car immunisée culturellement, idéologiquement et politiquement, consciente de ses responsabilités vis-à-vis de sa patrie et de son peuple et prête plus que jamais à défendre le pays et à préserver, promouvoir et développer ses réalisations».

Le message du président Bouteflika intervient une semaine après le rappel à l’ordre fait par le ministère des Affaires étrangères de certains titres de la presse nationale qui ont repris «des propos attribués à des personnes connues ou même anonymes», ainsi qu’à des études «prétendument académiques et autres matières médiatiques» dont la finalité est d’«amplifier des appréciations spéculatives et tendancieuses sur la situation en Algérie et ses perspectives». «Des titres de la presse nationale font écho, parfois de manière sensationnelle, à des propos attribués à des personnes connues ou même anonymes, ainsi qu’à des études prétendument académiques et autres matières médiatiques pour amplifier des appréciations spéculatives et tendancieuses sur la situation en Algérie et ses perspectives», avait souligné le MAE dans un communiqué.

Le président Bouteflika, qui a appelé, par ailleurs, les Algériens à aller massivement aux élections législatives, a considéré, sur un autre plan, que «les crises économiques et idéologiques qui secouent le monde et les bouleversements géostratégiques ont un impact direct sur beaucoup de pays notamment en voie de développement, à l’instar de l’Algérie, d’où la nécessite de conjuguer nos efforts et de resserrer nos rangs pour une exploitation optimale des compétences, aussi nombreuses que méritoires, que recèle notre pays dans tous les domaines». 

Hani Abdi

Comment (39)

    Democratie
    19 février 2017 - 22 h 15 min

    Démissionner, vous avez ruiné
    Démissionner, vous avez ruiné notre pays. Nous sommes la honte du monde grâce à vous. 4 mandats BARRAKA, on ne veut plus vous voir, prenez votre retraite et reposer vous.




    0



    0
    Lghoul
    19 février 2017 - 16 h 36 min

    Ie vrai danger est la
    Ie vrai danger est la corruption généralisée et la prise en main des institutions stratégiques algériennes par des étrangers au passé flou. Comment se fait il que le FLN , fils de l’ALN qui a libéré le pays fut pris en main par un tunisien qui passe des mois à l’étranger ? Comment ce même FLN au sigle sacré pour tout le peuple est devenu un fond de commerce ? Voilà où se trouve la source
    de tous les dangersoirs.




    0



    0
    Chelieth
    19 février 2017 - 15 h 29 min

    « Le president bouteflika
    « Le president bouteflika renouvelle sa confiance en le peuple algerien »… mais le peuple algerien ne renouvelle pas sa confiance en vous Mr le « president » et ce depuis belle lurette.




    0



    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.