Sonatrach va se lancer dans le forage offshore à Béjaïa et Oran

La compagnie nationale Sonatrach veut augmenter et diversifier sa production. New Press

La compagnie pétrolière nationale Sonatrach compte lancer un grand projet de prospection pétrolière dans les fonds marins. Dans une déclaration à l’agence de presse britannique Reuters, le géant pétrolier a souligné que des discussions sont en cours avec des firmes américaines et italiennes pour le lancement de ce grand chantier de forage offshore. Selon une source au sein de Sonatrach qui s’est confiée à Reuters et a souhaité garder l’anonymat, «les opérations sismiques réalisées par Sonatrach ont montré un potentiel intéressant des réserves énergétiques, notamment à Béjaïa et à Oran», soulignant que l’Algérie a besoin du savoir-faire et de l’expertise des grandes firmes internationales pour lancer ces grands projets de forage en mer.

Pour Sonatrach, le choix d’Anadarko, Exxon Mobil et Eni comme partenaires étrangers en termes d’assistance technique est en partie lié à l’expérience que ces sociétés ont acquise dans le golfe du Mexique et les eaux profondes au Mozambique. La source de Sonatrach a, par ailleurs, indiqué que «ces projets de prospection en mer sont complémentaires aux opérations de la compagnie dans le Sud». Ils contribueront à augmenter et à diversifier la production nationale en matière énergétique. La source n’a, cependant, donné aucune indication sur le calendrier ou l’envergure de ces projets offshore. Tous ces détails, y compris le calendrier du lancement des chantiers, seront rendus publics «très prochainement» par les responsables de la compagnie pétrolière, s’est contenté de dire la source à Reuters.

De Londres, Boudjemaa Selimia

Comment (19)

    anonyme
    1 mars 2017 - 21 h 52 min

    le golfe de Bougie mérite
    le golfe de Bougie mérite mieux qu’une plateforme de forage ! il mérite un port de grande qualité et de standing international pour accueillir les plaisanciers de la méditerranée qui nous rapporteront bien plus que le forage et sa pollution!




    0



    0
    Anonymaoui
    28 février 2017 - 17 h 32 min

    À Bejaia ça ne marchera pas.
    À Bejaia ça ne marchera pas. Il y aura des oppositions comme d’habitude. Et si par miracle le pétrole se trouve réellement sur le littoral kabyle il y aura des opposants pour son transfert vers d’autres régions du pays. Il vaut mieux cesser toute prospection en kabylie.




    0



    0
      Anonymous
      28 février 2017 - 20 h 24 min

      Pourquoi chez toi à l’ouest
      Pourquoi chez toi à l’ouest ils partagent les richesses qu’ils ont reçu comme aucune wilaya depuis 1999???
      LA LGV Oran Tlemcen sans aucuns intérêts socio économiques nous a coûté 2 milliards d’euros ( sûrement deux fois plus )

      Donc c’est normal que Bejaia essaye de garder un peu de richesses parties pour les 3/4 dans les 3 wilayates de l’ouest +le Maroc +Fafa…




      0



      0
        Anonymaoui
        1 mars 2017 - 6 h 53 min

        Mon chez-moi cher monsieur ou
        Mon chez-moi cher monsieur ou Madame c’est l’Algérie éternelle. Sachez aussi que la Kabylie appartient à tous les Algériens. Sachez aussi que les habitants de cette région partagent les richesses et produits de l’Algérie avec tous leurs frères et compatriotes Algériens. Qui êtes vous pour vous autoproclamer propriétaire de notre kabylie. Minable comportement.




        0



        0
      Bejaoui
      1 mars 2017 - 19 h 44 min

      Soit t’es pas algérien soit t
      Soit t’es pas algérien soit t’es super con. Le problème est ailleurs. Il y a un sérieux problème écologique, doublè d’incertitudes au plan économique et enfin cette rente pétrolière a toujours été dévoyée et utilisée pour perpetuer le système. La solution est dans une économie diversifiée et surtout un état de droit.




      0



      0
      SUD
      1 mars 2017 - 23 h 35 min

      @Anonymaoui

      @Anonymaoui
      ET QUAND VOUS PROFITEZ DES MAMELLES DU SUD EN LE POLLUANT C’EST HALAL




      0



      0
    Anonymous
    28 février 2017 - 16 h 28 min

    Encore un nouveau projet pour
    Encore un nouveau projet pour renflouer les caisses des corrompus.




    0



    0
    el wazir
    28 février 2017 - 15 h 59 min

    ce qui peut être handicapant
    ce qui peut être handicapant dans de tels projets, c’est le partenariat avec les américains dans lequel les gains et les profits de notre SH finissent toujours considérablement réduits, choisir les Italiens de l’ENI, les norvégiens de Statoil ou la BP sera nettement plus avantageux pour notre pays, car outre le moindre coût d’acquisition, de réelles possibilités d’apprentissage et de transfert de technologie peuvent être capitalisés au profit de nos cadres, pour les projets futurs




    0



    0
      Anonymous
      3 mars 2017 - 9 h 09 min

      Tu rêves, pour qu’elles
      Tu rêves, pour qu’elles raisons on choisirait X ou Y ou Z: on doit choisir celui qui correspond le mieux à notre projet. Un point c’est tout. Statoil, BP ou ENI c’est du pareil au même que les compagnies américaines, elles agissent en fonction de leurs intérets, d’autant plus que toutes ces compagnies collaborent entre elles sans problème. Il en est de même pour les compagnies russes et chinoises. Alors pas d’idéologie que du pragmatisme.




      0



      0
    muhand
    28 février 2017 - 12 h 58 min

    Tout ce qui intéresse ces
    Tout ce qui intéresse ces voyous qui ont dépecé le pays c’est de l’argent toujours l’argent. Insatiables et sans pitié ils sont capables de tuer toute l’humanité pour assouvir leurs désir de toujours plus. Des forage offshort alors que le monde entier , du moins les populations pour être précis, est contre l’exploitation outrancières des richesses des océans, chez nous ces imbéciles qui ne sont jamais rassasiés veulent hypothéquer l’avenir des futures générations. Forer par très grands fonds est déjà difficile que dire alors s’il faut colmater des fuites de pétrole dans ces profondeurs abyssales ? Il faut absolument que les citoyens disent non c’est la survie même de leurs enfants dans le proche avenir qui est en jeu. Le pays regorge de richesses souterraines, et meme à ciel ouvert, non polluantes et plus rentable. Pour simple exemple le solaire est éternel, gratuit non polluant et nous avons pour cela tout le sud vierge, ensoleillé toute l’année et non polluant.




    0



    0
    LADHIR
    28 février 2017 - 10 h 08 min

    ELLE EST OU LA RAFFINERIE DE
    ELLE EST OU LA RAFFINERIE DE BEJAIA? DETOURNEE A TIARET OU TLEMCEN? C EST HONTEUX ON VEUX AFFAMER LES KABYLES C EST CLAIR COMME L EAU DE ROCHE MAIS NOUS ALLONS LEUR MONTRER BIENTOT DE QUEL BOIS SE CHAUFFE LES CONCITOYENS DE AMIROUCHE ET ABANE RAMDANE




    0



    0
      apache
      28 février 2017 - 17 h 00 min

      Elle est ou l’usine d
      Elle est ou l’usine d’helicoptéres de tizi ouzou,monsieur le p.m??




      0



      0
    Anonymous
    28 février 2017 - 9 h 58 min

    Bienvenu au désastre
    Bienvenu au désastre écologique, de nos fonds marins.




    0



    0
    Amigo
    28 février 2017 - 9 h 13 min

    CES territories n
    CES territories n appartiennent pas a la sonatrach qui est une societe . Il faut creer des perimetres a explorer et vendre les licences d exploitation au plus offrant surtout en matiere de preservation de l environmement et de retombees Sur l economie locale . Sonatrach doit aussi postuler comme tout le monde . L argent recolte devra uniquement servir pour devellopper les infrastructure locales . Si vous voulez vraiment gerer l economie d une façon productive et limpide c EST cela la solution , sinon continuer de naviguer sans gouvernail comme d habitude .




    0



    0
    Farida
    28 février 2017 - 8 h 43 min

    Comme si le sahara ne suffit
    Comme si le sahara ne suffit pas, ils viennent maintenant polluer l’une ds plus belle corniche d’afrique du nord et de méditerrannée. Pour le clan ils sont capable de polluer toute l’Algerie.




    0



    0
    Anonymous
    28 février 2017 - 8 h 33 min

    C’est du pétrole dont dépend
    C’est du pétrole dont dépend la survie de ce clan je ne sais si un jour ils vont forer dans l’éspace




    0



    0
    Anonymous
    28 février 2017 - 8 h 20 min

    Projets trop couteux, et
    Projets trop couteux, et financièrement trop risqués qui sont venus très en retard, et moments inopportuns,…?
    Ajouter aux cours bas actuels du « Brent » , (Trump menace de reexploiter au maximum « shale oil »
    Pétrole de shiste, aux Etats Unis – un avertissement qu’il faut prendre au très sérieux –
    Il faut s’attendre, et prévoir des grands problèmes de rentabilité, et d’amortissement des investissements
    Associations, coopérations, partages des risques,avec des compagnies étrangères expérimentées, et fiables?.
    Mais dans tout ces deux projets de « Offshore drilling » ,
    Ou est l’Engineernig de Sonatrach (créations, inventions, développements, améliorations des procédés…..) ?….
    Ou est le savoir faire « How Know » de Sonatrach ?…..
    Ou est la coopération, et les fruits de la coopération avec le norvégien Statoil ?…..
    (spécialiste des plateformes Offshore en Mer du Nord, et dans ses fjords norvégiens)
    Ou sont les milliers d’ingénieurs, et de techniciens supérieurs sortis de l’étranger, « petroleum engineering »
    et des instituts du pays (I.N.H, I.A.P, Boumerdes, Oran, Skikda, Hassi Messaoud,
    Et enfin l’université de Ouargla…..?…..)

    Malheureusement , ils sont perdus dans la lourde bureaucratie administrative de Sonatrach

    A vouloir trop changer, avec trop d’idées, pour ……améliorer,
    On finit par créer l’instabilité, l’incompréhension, les contraditions, les blocages,
    Et à la fin l’abandon des projets ?! (maturité technique ?, maturité économique de rentabilité ?)
    Dans des luttes d’arrière gardes bureaucratiques, dans les bureaux somptueux de Sonatrach……

    Sonatrach arrive très très difficilement, à maitriser, et à rentabiliser ses forages dans le Sahara algérien
    Des puits forés, puis abandonnés dus à des problèmes non maitrisés de boue, (fluides de forage)
    De paramètres de forage qui créent les instrumentations « fishing » et abandon de la garniture de forage
    Drill pipes, drill collars (matériels de forage perdus dans les puits)
    Et surtout d’un grand problème de qualification du personnel de forage, jeune, et insuffisamment qualifié
    (Que ce soient du Maitre d’Oeuvre (superviseurs de Sonatrach),
    Où du contracteur (personnel d’ENAFOR, et de l’ENTP),
    Avec ses nombreux accidents, et ses nombreux incidents,…..
    Du à une très mauvaise politique de ressources humaines de remplacements des anciens par les nouveaux
    (temps très insuffisant, manques de formations professionnelles pratiques, et réelles sur terrains)

    Malheureusement, je crains qu’un jour, Sonatrach deviendra le champion du monde des projets abandonnés (projets mal étudiés), avec son lot de gaspillages d’argent, de moyens, de personnes, et de temps,…..




    0



    0
    5colonne
    28 février 2017 - 8 h 01 min

    ET ILLIZI pas d’annonce, AH
    ET ILLIZI pas d’annonce, AH OUI C’EST VENDU , TOUTE FACON ONT VERRAS JAMAIS LA COULLEUR DE L’ARGENT DE LEUR PROJET ex SKIKDA plus petite willaya D’ALGERIE la plus pauvre pourtant RAFFINERiE DU PETROL et LIQUIFICATION GAZ




    0



    0
    Rayés El bahriya
    28 février 2017 - 6 h 36 min

    Les projets de sismique en
    Les projets de sismique en mer ont été exhumés du temps de
    C.K …chakib khelil, avant le 21 mars 2003. Où sont ils rendus?
    Des projets cachés dans les archives exploration depuis 1977
    Mais en vaim. La suite on la connaît.
    Des projets sur les fonds marins de Skikda, Bedjaya,
    Ghazaouat du moins les plus à même d’être exploitées.
    J’espère que cette richesse fera développer l’économie hors
    Hydrocarbures en Algerie.




    0



    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.