Fillon à ses partisans : «Vous ne baisserez jamais les bras»

François Fillon, lors de son meeting aujourd'hui. D. R.

«Ils pensent que je suis seul, ils veulent que je sois seul, merci pour votre présence, vous qui avez su braver les intempéries, les injonctions, les caricatures et parfois même les invectives», a lancé François Fillon, sous une pluie battante.

Ce «grand rassemblement populaire» organisé près de la Tour Eiffel, apparaît comme l’une de ses dernières cartouches pour riposter à ceux qui demandent son retrait à cause du scandale provoqué par les emplois présumés fictifs de sa femme Penelope et de deux de ses enfants.

«Je vous dois des excuses, dont celle de devoir défendre mon honneur et celui de mon épouse alors que l’essentiel est pour vous comme pour moi de devoir défendre notre pays», a martelé le candidat conservateur qui affronte de multiples défections dans son propre camp à 49 jours du premier tour du scrutin.

«Je sais bien, croyez-le, quelle est ma part de responsabilité dans cette épreuve. Au-delà des trahisons, du calendrier judiciaire, de la campagne de dénigrement, c’est bien par ma faute que ce projet que je porte, auquel je crois, auquel vous croyez, rencontre de si formidables obstacles», a-t-il ajouté, admettant avoir fait des «erreurs».

«Mon examen de conscience je l’ai fait», a-t-il assuré avant de répéter que ce n’était pas à ses détracteurs de le pousser vers la sortie. «Fillon, tiens bon, la France a besoin de toi», scandaient les milliers de partisans rassemblés, dans une marée de drapeaux bleu-blanc-rouge. Quelques fidèles l’entouraient sur la tribune mais beaucoup étaient absents.

Son épouse Penelope l’a rejoint sur la tribune à la fin de son discours. Cette femme discrète est sortie de son silence dans une longue interview dimanche. Elle a assuré avoir effectué des «tâches très variées» comme collaboratrice parlementaire et avoir conseillé à son mari de «continuer jusqu’au bout».

Les sondages donnent désormais François Fillon éliminé dès le premier tour de la présidentielle le 23 avril, derrière la chef de l’extrême droite Marine Le Pen et le centriste Emmanuel Macron.

Nettement battu par M. Fillon au second tour de la primaire de la droite et du centre en novembre dernier, l’ancien premier ministre Alain Juppé, 71 ans, a fait savoir qu’il ne se «défilerait pas» mais à condition que «François Fillon se retire de lui-même».

R. I. 

Comment (5)

    mouatène
    6 mars 2017 - 18 h 02 min

    Monsieur FILLON a bien
    Monsieur FILLON a bien déclaré la guerre au CRIF. est ce que le peuple FRANCAIS va le soutenir ? vous constatez qu’il y a 3 mots qui sont la clé de cette éléction. qui vivra verra.




    0



    0
    DJAMEL
    6 mars 2017 - 16 h 46 min

    MAIS MR FILLON LES FRANCAIS
    MAIS MR FILLON LES FRANCAIS VONT VOUS BAISSER LE PANTALON …NE CROYEZ PAS EN DENIGRANT LES MUSULMANS QUE VOUS ALLEZ GAGNER … IL Y A 11 MILIONS DE MAGHREBINS EN FRANCE QUI VONT VOTER !!!!




    0



    0
    Alilapointe59
    6 mars 2017 - 12 h 02 min

    Que dire du diable Fillon,
    Que dire du diable Fillon, faut etre con pour vote un gars comme lui qui veut tout enlever, les aides au français… Travailler 39h, payer 37h, c’est une blague les entreprises françaises font tous du bénéfice et ne payent pratiquement pas d’impôts, et c nous qui devons faire un effort, juste pour qu’ils se remplissent les poche comme Pénélope et c enfants.




    0



    0
    Bekaddour Mohammed
    6 mars 2017 - 7 h 47 min

    Les politiciens français
    Les politiciens français vivent l’épreuve du dévoilement, eux qui se sont tant amusés du voile. Ils vivent une « belle » inversion, ce ne sont plus des sauveurs, mais de simples voleurs qui demandent aux électeurs de les sauver, et c’est avec ces délinquants que « tu » veux parler « Civilisation » ! La civilisation du Loup ! « L’humanité » attendra ! Le petit Macron en employant ce mot de « Humanité » a provoqué un concert de hululement, Fillon, Marine, et autres l’ont hué, voilà le fameux dialogue des civilisations… Errare humanum est, l’erreur est humaine, qu’ils disent, et Fillon postule au statut d’humain, le masque en loup s’est déchiré, en avouant son erreur est-il capable d’aller plus haut, d’avouer les erreurs criminelles commises « au nom de la France » ? Pour le moment, impossible, il espère juste être sauvé…Le jour où la France politique sera « humaine » existe t-il dans le calendrier solaire ! « Tu » demandes La Lune ! Or, ILS n’aiment pas La Lune, Le Croissant, ILS sont mal lunés !




    0



    0
    Felfel Har
    5 mars 2017 - 22 h 58 min

    Fillon s’accroche à sa
    Fillon s’accroche à sa candidature comme le rescapé à sa bouée. Même s’il réussit à se maintenir, ce sera pour la Droite une victoire à la Pyrrhus, c’est-à-dire en laissant de nombreuses plumes. La vox populi ne pardonne pas à un politicien pris en flagrant délit de magouille, de mensonge, de parjure et de non-respect de la parole donnée. C’est se faire harakiri. Tous les politiciens (les nôtres ne font pas exception) vivent dans le deni de la réalité, s’enferment dans leur bulle et comme jadis Narcisse, ils sont séduits par leur propre image. Quand ils sont rattrapés par leurs propres abus, comme Néron, ils déraisonnent et la folie devient leur quotidien. Ils veulent que nous les respections, que nous les craignions, nous ne pouvons que les haïr!




    0



    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.