Course aux sièges : protestations, fermetures de bureaux et démissions au FLN

La liste des candidats ne reflète pas les engagements du SG du parti. New Press

Les choix faits par le Front de libération nationale (FLN) pour les candidatures aux élections législatives sont contestés dans plusieurs wilayas et à l’étranger. De Guelma à Souk Ahras, en passant par Batna, Constantine et Chlef, des militants de l’ex-parti unique expriment publiquement leur mécontentement.

Ainsi, à Guelma, le bureau de la mouhafadha a été fermé par des militants protestataires qui désapprouvent les choix de la direction centrale. Les protestataires rejettent ce qu’ils qualifient de «choix illogique» de la commission nationale de candidatures dont le travail est supervisé par le secrétaire général Djamel Ould Abbès. Certains contestent la tête de liste, le professeur Mohamed Nemamcha, recteur de l’Université 8-Mai-1945, tandis que d’autres dénoncent le classement des candidats, notamment Kamel Attab, directeur de la caisse régionale de la Cnas, qui ne figure pas en pole position.

Même topo dans la wilaya de Batna où des dizaines de militants se sont rassemblés devant la mouhafadha pour dénoncer des parachutages au détriment des enfants de la région. A Chlef, des centaines de militants rejettent, eux aussi, la liste du parti dans cette wilaya. Venus essentiellement de Tenès, ces contestataires estiment que la liste des candidats choisis par le parti ne représente pas toutes les régions de la wilaya.

A Mascara, un groupe de militants a protesté devant le siège de la mouhafadha et a rendu publique une déclaration dans laquelle ils contestent la liste des candidats qui ne reflète aucunement les engagements ni les promesses du secrétaire général du parti, Djamel Ould Abbès. Pour ces militants, les critères mis en avant durant la phase préparatoire de ces listes n’ont pas été respectés. Ainsi, dénoncent-ils, ni le rajeunissement ni la compétence n’ont été pris en considération. Des contestations ont été également enregistrées à Sétif, à Bouira, à Constantine et à Sidi Bel Abbès.

A l’étranger, c’est la démission massive en Espagne et en France. Les cadres des kasmas du FLN à Marseille, à Lyon, à Nice, à Bordeaux, à Saint-Etienne et à Besançon ont tous démissionné. La raison est l’élimination de la candidature pour un deuxième mandat de Noreddine Belmeddah, député sortant et président de la commission des affaires étrangères, de la coopération et de l’émigration à l’APN.

Ainsi, ça bouillonne au sein de l’ex-parti unique. Bien qu’habitué aux vagues de protestation, le FLN risque de plonger dans une nouvelle crise interne. La colère de la base militante va assurément impacter négativement sa campagne électorale.

Sonia Baker

Comment (38)

    bobid
    9 mars 2017 - 21 h 09 min

    LE GRAND RESTAURANT…
    LE GRAND RESTAURANT…




    0



    0
    mess belba
    9 mars 2017 - 15 h 52 min

    on connait depuis la nuit des
    on connait depuis la nuit des temps qu’en algerie l’echelle des valeurs est inversée.ce n’et pas parceque un tel est haut cadre qu’il est competent je dirais même c’est l’inverse .je defi quiconque de montrer qu’un haut cadre est promu par s competence prfessionnelle




    0



    0
    Salim Samai
    9 mars 2017 - 15 h 34 min

    La Routine! La Famille
    La Routine! La Famille Revolutionnaire! La bagarre pour les miettes et les os/El Aadham qu´on donne aux « Piliers » du systeme.

    Et á quand la Politique pour l´Algerie? Il vaut mieux supprimer l´A.Nationale, le Senat, le cirque et surtout le gaspillage des deniers publics qu´on pourrait utiliser pour le Peuple, des HLM, des ecoles et surtout des hopitaux ameliorés!




    0



    0
    flnoran
    9 mars 2017 - 15 h 21 min

    Il ne faut pas oublier Oran
    Il ne faut pas oublier Oran la plus mauvaise liste depuis 1962, les critères de sélection des candidats sont: chkara, niveau d’instruction ne dépassant pas le secondaire et le copinage a savoir le lieu de naissance, la discrimination je dirai même raciale, une seule région représentative de la liste.




    0



    0
    No boutef
    9 mars 2017 - 14 h 56 min

    Djamel ould Boutef applique
    Djamel ould Boutef applique ce que les maîtres lui disent .Pour ceux qui sont patients ,il faut environ 2 mandats pour finir avec ces gens là .
    Boycotter, c’est La seule chose qu’on puisse faire .




    0



    0
    el la3ab hmida oua erracham hmida
    9 mars 2017 - 13 h 49 min

    Ne cherchez pas loin ….. l
    Ne cherchez pas loin ….. l éclatement du pays est proche …. tout le monde a oublié le vote sanction du FIS CONTRE LE FLN ………. YA RABI SIDI ….. ET REBELOTE ….. L ALZHEIMER DU POUVOIR …. OU SONT LES HOMMES LES VRAIS PATRIOTES … POUR REDRESSER LE PAYS …. NOUS ALLONS DROIT DANS UN MUR …..




    0



    0
    Anonymous
    9 mars 2017 - 8 h 17 min

    LA LISTE DE SIDI BEL ABBES
    LA LISTE DE SIDI BEL ABBES CEST PIRE ON A LAISSE DE VRAIS MILITANTS HYPERCOMPETENTS ET CONNUS POUR PLACER DES PERSONNES QUI N ONT JAMAIS ÉTÉ DE VRAIS MILITANTS QUI POUR LEURS INTÉRÊTS RECONDUITS QUI N ONT GUÈRE REPRÉSENTÉS DIGNEMENT LA RÉGION QUI INSTALLES SANS DOSSIER QUI INCONNU DANS LA LISTE DES CANDIDATS QUI CONNUS POUR LEUR AFFINITÉS RÉGIONALISTES…ETC…ET TOUT CELA LA DIRECTION DE HYDRA A LAISSE FAIRE CE FIASCO DU JAMAIS VU DEPUIS LE TEMPS DE MEHRI POUR LE FLN HISTORIQUE. CERTAINS..LE VRAI MILITANTISME N EST GUÈRE DE MISE ….




    0



    0
    Spartacus
    9 mars 2017 - 4 h 23 min

    Le président marchera
    Le président marchera bientôt qui a entendu ça et par qui ! Mr ould Abbes ton président est gravement malade il ne se remettra plus que dira tu a tes enfants pour ton diagnostic bidon




    0



    0
      ali
      9 mars 2017 - 9 h 47 min

      non..que dira t-il à ses
      non..que dira t-il à ses arrieres petits enfanst , n’oubliez pas que c aussi un dinosaure ce ould abbes




      0



      0
    Anonymous
    8 mars 2017 - 19 h 22 min

    M. Ould Labbes ne fait qu
    M. Ould Labbes ne fait qu’appliquer les instructions et ordres de ses patrons. Les militants se gourent de prétendre changer quoique ce soit. C’est l’image du régime que reflètent l’actuelle direction de ce parti et celles de bien d’autres qui lui sont allié. Il faudrait qu’ils aient le courage et le bon sens de changer plutôt de parti et d’opter ouvertement pour un parti de l’opposition de leur choix




    0



    0
    Hayrane
    8 mars 2017 - 15 h 17 min

    Ce qui leur arrive, n’est que
    Ce qui leur arrive, n’est que justice, de par leur complicité par les faits ou par le silence et la passivité à l’époque folle de saidani et le sacrifice des honnêtes depuis toujours. Chahhhhhhh.




    0



    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.