La chronique laconique de M. Aït Amara – TIC antiques, arche d’Attali et pneu crevé

Mohamed Raouraoua. New Press

Résumons. Houda-Imane Feraoun – la ministre des TIC –, qui avait promis de faire de son secteur un chantier pharaonique, s’est assise sur une Déclaration de politique sectorielle élaborée par des experts algériens émérites et applaudie par les institutions internationales les plus prestigieuses, et s’est adossée sur les vestiges surannés de ses prédécesseurs. Le miracle n’a pas eu lieu et pour cause. Le président de la République avait, dit-on, reçu une liste des ministrables et, par un simple calcul avec les doigts, constata que la prédominance masculine devait être atténuée par la présence d’une femme supplémentaire dans l’Exécutif. C’est ainsi que d’un coup de crayon, des compétences avérées avaient été rayées de la liste au profit de la jeune enseignante universitaire. De cette désignation soucieuse de l’équilibre des genres a résulté un passage miraculeux à l’âge de l’e-Antiquité. Les élections législatives approchant et un nouveau gouvernement devant y succéder, seul un retour de la ministre à sa chaire qu’elle n’aurait jamais dû quitter et son remplacement salutaire pourraient éviter que les recommandations consignées dans la stratégie pensée en 2003 finissent dans un sarcophage.

Résumons. Jacques Attali a étalé toute son arrogance lors d’une apparition sur un plateau de télévision française. L’homme aux chemises col Mao jure par tous les dieux que si l’Europe s’était ouverte à la Turquie d’Erdogan et à la Russie de Poutine, ces deux pays «n’auraient pas connu une telle dérive». Par dérive, le maître à penser de l’ancien président socialiste François Mitterrand entend une apostasie politique, en ce sens qu’Ankara et Moscou n’ont pas épousé la doctrine démocratique telle qu’enseignée en Occident. Ce qui dérange Jacques Attali, ce n’est pas tant l’inclinaison dictatoriale du sultan ottoman et la résistance farouche du maître du Kremlin face aux tentatives d’incursion otanesques, mais l’éloignement de ces deux Etats de ce que l’adepte de «l’économie positive» considère comme une religion sacrée. Le monde entier devrait donc se prosterner en direction de la Tour Eiffel et de Big Ben et embarquer sur l’arche d’Attali pour échapper au déluge.

Résumons. Le gourou de la balle ronde africaine a fini par recevoir un coup de pied aux fesses. Son alter ego algérien s’apprête lui aussi à plier bagage, après de longues années passées à dribler dans les coulisses de la Fédération algérienne de football. La fin de match sera bientôt sifflée et les prolongations qui se jouent en ce moment même ne semblent pas lui être favorables pour revenir au score. Lâché dès le lendemain du fiasco à la Coupe d’Afrique des nations, où les Verts ont été rossés comme des bleus, Mohamed Raouraoua a continué à s’agripper au pneu que ses chaperons lui ont jeté par-dessus bord après y avoir planté une aiguille pour qu’il crève lentement. L’humiliante défaite que le représentant de l’Algérie vient d’essuyer aux élections de la Confédération africaine de football et la victoire écrasante de son rival marocain ont élargi le trou dans la chambre à air. Mais le candidat à sa propre succession ne boira la tasse que si le TAS – le Tribunal arbitral du sport – lui tend le piton pour… raccrocher les crampons.

M. A. A.

Comment (21)

    Anonymous
    19 mars 2017 - 9 h 52 min

    Mr Rouraoua a été cassé par
    Mr Rouraoua a été cassé par son pays au profit du Mekhzen,Alors que je me demandais quelles pourraient être les vrais raisons d’une compagne aussi haineuse la veille des élections la réponse est venue avec le succès du marocain et l’allégresse de joie de la chaîne el inhiar el djadid (el inhiar el kholoki) en appelant le journaliste morrokho فخعف en essayant de retenir les larmes de joie.

    les caisses de la FAF comptent 800 milliards d’après qcqs indiscrétions ce n’est pas étonnant qu’on veuille le changement!!!!
    Un Adage bien de chez nous une fois rassasié « akh ya ma3za ma fik hlib » Maintenet Mr Rouraoua n’a rien fait pour le football Algérien !!!! A bon entendeur

    J’espère que ce que je pense est faux

    NB
    بلادي وإنْ جارت عليّ عزيزة وأهلي وإنْ ضنّوا عليّ كرامُ




    0



    0
      Anonymous
      19 mars 2017 - 12 h 03 min

      L’ère du mensonge ne pet
      L’ère du mensonge ne pet durer éternellement. Pour plaire à ses maitres qui voulaient endormir le peuple avec le foot opium, Raouraoua pensait nous tromper en construisant une équipe nationale avec une équipe de joueurs français formés par la France.

      Le résultat est là : une équipe en déroute, un championnat national qui patauge encore, des magouilles partout. Avec tout l’argent jeté par la fenêtre, Rouarara aurait pu construire un vrai championnat national, des écoles de formation de prestige, un système de sponsoring et un modèle économique pour faire vivre cette machine. Mais non, il a voulu jouer le jeu du mirage qu’il en paye le prix. Un prix moral plutôt car on sait tous que personne n’osera aller enquêter sur cet argent qui avait coulé à flots sans aucun contrôle.




      0



      0
    Ahaggar
    18 mars 2017 - 2 h 34 min

    Yahooooooooooooo le casseur
    Yahooooooooooooo le casseur de la JSK, l’invétéré serviteur du Roi Hayatou sir Raouraoua va partir avec son roi, que je jubile, c’est le plus beau jour du foot algérien, car nos joueurs locaux pourront enfin avoir un brin d’espoir de travailler fort pour jouer en équipe nationale SANS QUE QUELQU’UN leur exige leurs primes de matchs comme le font les sois-disants pros. Au diable sir Raouraoua toi et tes présidents de clubs lécheurs,Ce soir je vais boire en l’honneur du malgache et du marocain qui ont battu les ennemis du football africain.




    0



    0
    NOUREDDINE
    17 mars 2017 - 21 h 04 min

    Dois-t’on se réjouir de voir
    Dois-t’on se réjouir de voir partir des dinosaures et de plus tricheurs à souhait. Bien sur il faut l’être et le fêter. Hayatou part, place à la compétence et à la réforme de la CAF. Rouarara parti, place à la compétence par compétence j’entends, manager déléguer et créer de la synergie pour gérer le football national. Parce que jusqu’ici, nous avons eu que du rafistolage, et du raccommodage. Une gestion chaotique de l’équipe nationale et surtout une complicité avec des Présidents de club magouilleurs, tricheurs et voleurs ( Ne pas payer des joueurs est un vol caractérisé), corrompus et corrupteurs qui ont produit au final un jeux insipide et très faible en dehors d’une seule équipe le Parakou.




    0



    0
    Legraa
    17 mars 2017 - 18 h 49 min

    Le probleme c’est que celui
    Le probleme c’est que celui qui a fait sauter Raouraoua est un Ministre foncièrement MENTEUR. La voiture mise à sa disposition , ses affirmations sur son l’absence d’ingérence du MJS dans cette affaire et maintenant il nous sort le parapluie Bouteflika. C’est un ministre sans foi ni loi qui ne s’assume même pas.Quand à Zetchi il ne vaut pas mieux que Raouaroua dans le sens où il a accepté d’etre PARACHUTE. On pourra des les les 1ers couacs lui dire de prendre sa valise ( dans au + tard 2 ans) . Le football algerien est rentré dans long cycle de problèmes et de régression . A mon sens c’est voulu et préméditée il faut que le peuple soit occupé par des faux problèmes ainsi la scène parait animée. Bonne soirée à tous




    0



    0
    mouzaia
    17 mars 2017 - 18 h 22 min

    nous le regrettons plus tard.
    nous le regrettons plus tard. أنروموها ce qui ont critiqués M.Raouraoua




    0



    0
    Abdi
    17 mars 2017 - 18 h 00 min

    Nos responsables à divers
    Nos responsables à divers niveaux, ont tous été affectés par le symptôme ou le syndrome Bouteflika, qui a fait tant de mal au pays. Je suis d’avis avec le chroniqueur Saad Bouakba qui interpelle l’armée nationale à nous débarrasser de cette racaille qu’elle a elle même tolérée, et qui poussent malencontreusement le pays vers l’abîme. Comment nos décideurs peuvent-ils rester de marbre à tel point ?




    0



    0
    Zaoui
    17 mars 2017 - 17 h 06 min

    Mr RAOURAOUA n’a pas été
    Mr RAOURAOUA n’a pas été retenu dans le CE de la CAF

    *il faut du sang neuf FAF et les léthargiques analphabètes doivent se retirer et laisser les gens capables,ils ont beaucoup d’argent qu’ils s’occupent à gérer leur fortunes .Ils ont le beurre et l’argent du beurre qu’ils aillent déguster tout qui a été raflé ailleurs!!!




    0



    0
    Mohand,
    17 mars 2017 - 15 h 29 min

    Quel bordel, et cela par la
    Quel (…), et cela par la seule faute d’un bédouin qui a vendu , jusqu’à son âme .
    Des milliards de dollars épongés, un ballet diplomatique composé de la fine fleurs de notre diplomatie, pour au final essuyer un affront , qui par la faute d’un misérable affairiste, un bisnessi de bas étage, remettre a lui seul , le colossal travail des meilleurs fils de l’Algérie. Ben-M’hidi, a ses compagnons doivent se retourner dans leur tombe.




    0



    0
    Mohand
    17 mars 2017 - 15 h 12 min

    En règles générales, les
    En règles générales, les oiseaux, se cachent pour mourir . autres temps , autres mondes …




    0



    0
    Ahaggar
    17 mars 2017 - 14 h 51 min

    Le plus beau jour pour l
    Le plus beau jour pour l’Afrique et l’Algérie du football de voir ces deux partisans du despotisme quitter sur la pointe des pieds la CAF et la FAF. Le tour des autres présidents de clubs , de la même race de dirigeants que Hayatou et Raouraoua, a sonné pour quitter le monde du football corrompu pour faire place soit aux bons gestionnaires, soit aux vrais supporters élus démocratiquement, c’est aux pouvoirs publics de trouver la bonne formule pour les ÉVINCER. On dit souvent que c’est difficile de trouver des preneurs , ou acheteurs pour ces clubs, mais des supporters actionnaires (1000 DINARS l’action) en faisant dans le fractionnement des actions, quitte à emettre un million ou 2 millions d’actions, je suis certains que des clubs comme le MCA, JSK, ESS, MCO,CSC,MOB,USMBA,JSS,pour ne citer que cela, trouveront la source de leurs revenus chez leurs supporteurs car c’est inadmissible qu’un club dit Professionnel, demande de l’argent à l’état et surtout sans contrôler la gestion de cet argent et sans payer les impôts des joueurs etc..




    0



    0
    Nourdine
    17 mars 2017 - 14 h 06 min

    Bah ! dans quelques temps, un
    Bah ! dans quelques temps, un nouveau chriscolman nous révélera les mécanismes de la corruption qui ont permis l’élection du représentant marocain. Du bout des lèvres, bienvenue aux hommes de bonne volonté.




    0



    0
    MELLO
    17 mars 2017 - 13 h 36 min

    La nuit tombante, le soleil s
    La nuit tombante, le soleil s’éclipse à l’horizon, une étoile scintillante brille en ciel sombre. Elle brille, oui, mais en fait c’est quoi cette étoile ? Une étoile est une boule de gaz très chaude : plusieurs millions de degrés au centre ? une température qui est suffisante pour déclencher des réactions nucléaires et plusieurs milliers de degrés en surface. Elle est là , elle est observée et vue de partout, elle domine le monde. Pourtant, dans une étoile, l’équilibre est obtenu entre deux forces opposées : la pesanteur qui précipite la matière vers le centre alors que la pression repousse cette matière.
    Comme pour ce beau monde qui nous entoure, la durée de vie des étoiles est limitée : lorsqu’elles ont transformé tout leur hydrogène en hélium (ce qui dure plusieurs milliards d’années), elles gonflent et deviennent des géantes rouges. Selon leur masse initiale, elles mourront ensuite discrètement en naines blanches ou de façon spectaculaire en supernova ; dans ce second cas leur agonie peut même les conduire au stade de trous noirs. Moralité, on a beau brillé et scintillé , on finira par mourir et disparaître.




    0



    0
      Rot
      17 mars 2017 - 21 h 10 min

      Nous sommes tous des
      Nous sommes tous des poussières d’étoiles




      0



      0
    Anonymous
    17 mars 2017 - 13 h 20 min

    Il pourra toujours retourner
    Il pourra toujours retourner à sa fonction ´originelle´, ne dit-on pas que le retour aux sources est une sagesse!!! mais le ´guettaa3 ettikiyettes´ a eu suffisamment le temps et l´opportunité ici et ailleurs -sahitou khalida lewinsky- de ne pas reprendre son boulot, l´ancien evidemment!!! el hadj dites-vous!!! athisar rabi ighssanis thi eth mess comme l´aurait dit ma grand mère!!!




    0



    0
    Amelhane
    17 mars 2017 - 12 h 50 min

    Le foot mondial est trempé
    Le foot mondial est trempé dans des magouilles incroyables, mais que dire
    des tricheries des actuels dirigeant de la FAF.




    0



    0
    Salim Khoubzi
    17 mars 2017 - 11 h 10 min

    Enfin, cette le moule est
    Enfin, cette le moule est cassé. Issa Hayatou ou le dernier romantique dictateur par le foot. Président sous son nom, affairiste sous sa fonction, il est un des produits exemplaires de cette fabrication de l’Afrique des coulisses footeuses, aux vertus despotiques inépuisables…On croit toujours le moule cassé, mais chaque instance.le réinvente. Et si Hayatou tremble, Raouraoua doit aussi vibrer. Ah le foot en Afrique: comme il ressemble à la politique comme deux gouttes d’eau boueuse. Sponsors, droits TV, favoritisme…Tout palpite comme émergeant d’un ensemble aqueux, visqueux et vicieux. Blatter en Suisse, et Hayatou et Raouraoua en Afrique…L’obscurité du sous-bois footeux est une ardeur qui toise un sport définitivement pollué. Alors FIFA, CAF ou FAF…la pourriture est universelle !




    0



    0
    aziz
    17 mars 2017 - 10 h 59 min

    que de minables à qui les
    que de minables à qui les opportunistes de tout bord ont léché les ……….a supporté l’Algérie et qui ont profité outrancièrement de sa générosité; Au crépuscule de votre vie vous lui rendrez tout ce que vous lui avez pris; c’est divinement écrit. Bien mal acquis ne profite jamais. VIVE L’ALGERIE, MON PAYS BIEN AIME.




    0



    0
    Anonymous
    17 mars 2017 - 10 h 20 min

    Le hadj Mohamed meme s’il est
    Le hadj Mohamed meme s’il est entrain de couler avec sa bouée trouée meriterait un article propre à lui,tant il symbolise une politique de bazar qui conduit obligatoirement à la faillite ,son credo a été « tout ce qui brille est forcément de l’or,bande d’attardés »




    0



    0
    Anonymous
    17 mars 2017 - 10 h 11 min

    L’histoire gardera L
    L’histoire gardera L’humiliante défaite de l’Algérie et non as de son représentant. Le marocain a eu l’appui des médias et de la diplomatie marocaine. En Algerie nous sommes les adeptes de « Crèves moi un œil »




    0



    0
      Anonymous
      17 mars 2017 - 10 h 28 min

      @anonymus11:11.c’est faux
      @anonymus11:11.c’est faux cher monsieur cette défaite n’est pas ma défaite je suis Algerien et fier de l’etre.C’est la defaite du ‘Hef’ et le Hef n’a jamais et ne sera jamais mon penchant.




      0



      0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.