Le RND veut une transition économique et refuse l’endettement extérieur

Ahmed Ouyahia, patron du RND. New Press

Dans son programme électoral pour les élections législatives du 4 mai prochain, le Rassemblement national démocratique (RND) inscrit comme priorité l’accélération de la transition économique. Le parti d’Ahmed Ouyahia, qui a alerté maintes fois sur la situation économique du pays, souligne que la chute des prix des hydrocarbures a beaucoup affecté le budget de l’Etat et ralenti le rythme des investissements publics.

Pour ce parti, si l’Algérie résiste encore, c’est grâce à ses réserves de change. Mais jusqu’à quand ? Cette crise souligne pour le RND l’urgence d’une transition économique qui requiert des choix et une volonté politique. Pour ce faire, le RND propose une batterie de mesures. Parmi elles, la réforme du système bancaire et financier afin de mieux accompagner les agents économiques. Il y a aussi la promotion d’un dialogue associant les partenaires économiques et sociaux ainsi que les partis politiques pour dégager un consensus national autour de la transition économique.

Le RND s’engage à assurer un traitement équitable des entreprises algériennes publiques et privées, mais aussi l’octroi de la priorité aux entreprises locales sur les programmes publics d’études, de réalisation ou d’acquisition de biens et services.

Le RND veut également obliger par la force de la loi les entreprises étrangères à investir avec des opérateurs locaux dans le domaine où elles désirent obtenir des contrats en Algérie. Le parti d’Ahmed Ouyahia ne précise cependant pas s’il tient toujours à la règle des 49/51 décriée par de nombreux opérateurs étrangers. Autre obligation que le RND compte faire aux entreprises étrangères, celle d’exporter en investissant localement. Dans le cas contraire, affirme le RND, ces entreprises vont perdre l’accès au marché national.

Pour protéger la production nationale et redresser la balance commerciale, le RND propose des mesures à même de décourager l’importation de tout bien ou service disponible localement. Cela en élargissant les licences d’importation et en instaurant des taxes additionnelles. Autre mesure prévue dans le programme du RND, le report des échéances d’ouverture du marché national au titre des zones de libre-échange avec l’Union européenne, le monde arabe et l’OMC.

Le parti d’Ahmed Ouyahia s’engage aussi à décentraliser les procédures administratives relatives à l’investissement dans tous les secteurs économiques au niveau de la wilaya. A cela s’ajoutera la garantie d’une offre suffisante de foncier industriel à travers toutes les wilayas et notamment le long des infrastructures autoroutières et ferroviaires. Le RND s’engage aussi à accélérer la réalisation de zones industrielles et de zones d’activités sur des assiettes foncières publiques en les concédant à des opérateurs privés chargés de leur réalisation, de leur gestion et de leur entretien. Partisan du protectionnisme économique, le RND rejette l’option endettement extérieur.

Sonia Baker

Comment (32)

    Tikhebichine
    23 mars 2017 - 16 h 29 min

    …. « Le RND veut une
    …. « Le RND veut une transition économique et refuse l’endettement extérieur » . Je me demande pouquoi il nous dis çà, ce bourorurou. C’est lui et quelques autres avec Bouteflika qui décident de tout. Donc il n’a qu’à continué à faire ce qu’il veut comme avant et ne pas nous demander notre avis puisque le peuple compte pour du buerre ! Ya le bourourou d’Ouyaya, continue de faire ce qui te plait et ce que tu veux car de toute façon nous le chaab , on n’a pas droit la parole! Ne fait pas semblant d’avoir un programme économique et une vision, c’est du khorti !




    0



    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.