Contrefaçon locale : la DGSN tire la sonnette d’alarme

Beaucoup de produits fabriqués localement sont contrefaits. New Press

Les services de la Direction générale de la  sécurité nationale (DGSN) ont mis en garde, jeudi à Alger, contre la  prolifération de la contrefaçon dans certaines industries locales appelant les consommateurs à prendre la responsabilité de s’en informer et d’être plus vigilants.

Cafés, pâtes alimentaires, margarine, eau d’oranger, miel, sucre vanillé, tabacs, détergents, produits cosmétiques, shampoings et parfums sont parmi les produits fabriqués localement contrefaits, ont relevé des représentants de la DGSN lors de la seconde journée du séminaire sur la contrefaçon.

Les analyses des échantillons des produits incriminés, ont-ils affirmé, relèvent la présence de germes de pathogène ou de germes de contamination en quantités intolérables, des taux élevés de minéraux et de métaux lourds et même parfois des produits toxiques et cancérigènes.

En 2016, les services de la DGSN ont transmis à la justice 73 affaires liées à la propriété industrielle avec la présentation de 92 contrefacteurs au parquet contre 65 affaires en 2015. Tout en relevant les «grands efforts» engagés par les services de la sécurité dans la lutte contre la contrefaçon, les représentants de la Police nationale ont lancé un appel aux consommateurs pour être vigilants et de prendre le temps de vérifier ce qu’ils achètent.

Par ailleurs, la PDG du Centre de recherche et de développement de  l’électricité et du gaz (Credeg), Wassila Salih, a aussi fait part des  différents cas de contrefaçon constatés dans son secteur. «Notre rôle est de vérifier la conformité du matériel utilisé dans les réseaux de distribution de gaz et d’électricité. Nous avons constaté beaucoup de cas de contrefaçons dans ce domaine», a-t-elle asséné.

D’ailleurs, le Credeg a exposé, lors de cette rencontre, deux produits contrefaits : un coffret pour compteur individuel (une boite en plastique pour protéger le compteur) et des connecteurs. «Ce sont des produits pouvant provoquer des dysfonctionnements sur le réseau», a averti Mme Salih.

Dans son intervention, la représentante du ministère de l’Industrie et des mines, Fatma Zohra Haderdache, a préconisé le développement des organismes en charge de la lutte contre la contrefaçon, et ce, par le renforcement de  leur potentiel humain et la modernisation de leurs moyens de travail ainsi  que le durcissement des peines relatives à ce délit. Elle a aussi proposé de renforcer la formation en spécialisant les  magistrats et les organes de contrôle dans le domaine de la lutte contre la contrefaçon.

A ce propos, elle a fait savoir que le ministère de l’Industrie a élaboré récemment deux arrêtés dont l’un porte sur le logo et les caractéristiques matérialisant le marquage obligatoire de conformité, alors que l’autre fixe les différents niveaux et procédures d’évaluation de la conformité.

R. E. 

Comment (4)

    d'un pays contrefait
    24 mars 2017 - 13 h 54 min

    Le gouvernement actuel est
    Le gouvernement actuel est une contrefaçon d’un vrai gouvernement…

    On a des ministres en carton pâte
    Un président fantôme
    Un chef de gouvernement fantôche

    Heureusement qu’il y a l’armée mais pour combien de temps




    0



    0
    Mohammed
    23 mars 2017 - 19 h 14 min

    C’est la première chose à
    C’est la première chose à laquelle j’ai pensé! Encore une fois, l’état défaillant dans sa mission et ses responsabilités, crée une situation dramatique qui le contraint à rejeter une partie de ses responsabilités sur les citoyens qu’il appelle à sa rescousse. C’est devenu un vrai mode de gestion ou, plutôt, d’absence de gestion.




    0



    0
      Saadsaid dz
      29 mars 2017 - 3 h 41 min

      Mr.mohamed je suis
      Mr.mohamed je suis entièrement avec votre résonnement comment l’ Etat est sensé proteger ses citoyens rejette sa responsabilité alors que les bandits dictent leur loi de la contre façon a son peuple . en plus prenez n’importe quel produit en vente et essayer de lire son contenu vous allez être étonner d’une part par l’écriture très minuscule que même si vous porter des lunettes vous n’arriver pas a lire ni connaitre son origine et sa composition pourtant il est bien là et proposer a la vente donc normalement est sensé être contrôler par qui ont tout l’arsenal des droits.Conclusion des incapables et des complices dans tous les rouages de l’Etat, en dernier mot je leur proposent a ces besnesas de tuer ce pauvre peuple et vivre seul avec le pognon qui vous avez amasse sur le dos de ce peuple au détriment de sa santé et son ignorance 3ich ya belarej fi bled elhayawan.




      0



      0
    5colonne
    23 mars 2017 - 16 h 34 min

    CONTROLE D’ABORD LES
    CONTROLE D’ABORD LES IMPORTATEURS DANS LES PORTS , MAIS PEUVENT SE CONTROLÉ EUX MEME MASCARADE TOUT CA




    0



    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.