La secte religieuse Ahmadiyya divise les défenseurs des droits de l’Homme

Hocine Zehouane, président d’une aile de la LADDH. New Press

Les développements que connaît l’affaire de la secte religieuse Ahmaddiya sèment la discorde au sein de la Ligue algérienne pour la défense des droits de l’Homme (LADDH), représentée par plusieurs «ailes». Entre ceux qui défendent le principe de la liberté religieuse, consacrée par la Loi fondamentale du pays, et ceux qui mettent en avant les dérives de cette secte, les différentes «ailes» s’affrontent par médias interposés.

Ainsi, la LADDH de Hocine Zehouane défend le droit d’épouser une autre confession religieuse que le sunnisme. Pour Saïd Salhi, vice-président de la LADDH aile Zehouane, les arrestations des ahmadites en Algérie est une «persécution» et une «atteinte» aux libertés, mais aussi aux lois algériennes et aux conventions internationales ratifiées par l’Algérie. Cette position lui a valu de vives critiques, notamment sur les réseaux sociaux, où elle reste active. Pour M. Salhi, cette organisation de défense des droits de l’Homme «est victime d’une campagne de dénigrement parce qu’elle a pris la défense des ahmadites».

La LADDH dirigée par Nourreddine Benissad brille, quant à elle, par son silence, alors que celle dirigée par Houari Kaddour dénonce la surenchère et l’amplification des faits relatifs à cette secte. Cette «ligue» dit suivre de «près les rapports envoyés de l’Algérie à certains pays et organisations occidentaux sur le rétrécissement sur la secte Ahmadiyya par les autorités algériennes».

Pour Houari Kaddour, «ces rapports ont été établis et communiqués sans se référer à des enquêtes réelles sur le terrain ou encore même entendre le témoignage de ceux qui ont été interpellés». Selon lui, environ 90% de ceux qui ont été arrêtés, ont été libérés par les tribunaux. Houari Kaddour affirme, en revanche, que «les autorités enquêtent sur ceux qui s’efforcent de ramasser des fonds et à les transférer à l’étranger à des fins douteuses qui n’ont aucune relation avec la religion ou la secte». «Des jeunes qui visent l’émigration ont été séduits et dupés. En leur faisant croire qu’ils pourraient décrocher un visa d’entrée à la communauté européenne, notamment en Grande-Bretagne, ils ont été exploités par la secte pour satisfaire leurs besoins matériels», assure Kaddour Houari, selon lequel la pauvreté et la nécessité constituent le point commun de la majorité des adeptes de cette croyance. Ce qui s’ajoute à l’ignorance et à l’analphabétisme dont ils souffrent.

Ainsi, la secte Ahmadiyya aggrave ainsi les divisions entre les défenseurs des droits de l’Homme qui tentent, chacun selon sa situation du moment, de se positionner sur les événements qui agitent la scène politique nationale.

Sonia Baker

Comment (12)

    Cactus
    4 avril 2017 - 10 h 29 min

    Derive humaine, pourquoi ta
    Derive humaine, pourquoi ta entendu des voix toi aussi?????

    DZDZ
    3 avril 2017 - 20 h 32 min

    La sécurité du pays fait
    La sécurité du pays fait partie des prérogatives de l’ÉTAT et non pas de la LADDH.

    Tinhinane
    3 avril 2017 - 17 h 48 min

    Le rôle de l’ÉTAT est de

    Le rôle de l’ÉTAT est de défendre le citoyens. À cet effet, toutes ces sectes sataniques doivent être éliminées.

    LADDH est au service de ses satans qui la sponsorisent. selon le maitre et la source.

    selon wikipedia
    3 avril 2017 - 17 h 35 min

    L’ahmadisme ou Ahmadiyyia
    L’ahmadisme ou Ahmadiyyia (أحمدية en arabe et Jamāat-i Amadiyya, احمدِیہ en ourdou) est un mouvement réformiste musulman messianiste fondé par Mirza Ghulam Ahmad à la fin du XIXe siècle au Penjab, alors sous domination britannique.

    Mirza Ghulam Ahmad (1835-1908), un musulman né à Qâdiyân au Panjâb, fait la paix avec les Anglais et stoppe tout autre prosélytisme en se présentant comme une réapparition du Messie (Jésus pour les chrétiens, Avatâr de Vishnou pour les hindous)1.

    À partir de 1889, Ahmad proclame qu’Allah lui a confié la tâche de restaurer l’islam dans sa pureté et il se déclare mujaddid (« rénovateur »), muhaddath (« à qui Dieu parle », « l’interpellé »2) puis mahdi (« guide »)3. Cette position fait de l’ahmadisme un mouvement vivement combattu par les courants majoritaires de l’islam pour lesquels Mahomet est le dernier prophète. L’ahmadisme a ainsi été déclaré « non-musulman » par le parlement Pakistanais en 19744.

    Kahina
    3 avril 2017 - 17 h 34 min

    EL-Ahmadya n’est pas une

    EL-Ahmadya n’est pas une religion…C’est une secte très dangereuse qui manipule les émotions des naifs.
    Il faut éradiquer toutes ces sectes qui clochardisent la société Algérienne.

    CHIBL
    3 avril 2017 - 15 h 16 min

    Depuis quand un état dicte
    Depuis quand un état dicte les convictions religieuses des citoyens, les Ahmadi sont effectivement persécutés sinon comment expliquer ces perquisitions ou inquisitions,ou est la liberté religieuse et la liberté de culte,juste hier sur un journal une femme de Tizi ouzou s’est vue refusée l’agrément pour ouvrir une crèche juste parce qu elle est de confession chrétienne, qui a décidé que nous devions tous être musulmans et sunnites,d’après ce que je sait les Ahmadi sont pacifiques c’est notre état qui est autoritaire et qui utilise la carte islamiste pour faire peur au peuple, mais il n y a pas que notre état qui fait ca, la plus part des états Arabes et musulmans le font (Egypte,Maroc….etc.)

      Anonymous
      3 avril 2017 - 17 h 54 min

      Savez vous que veut dire une

      Savez vous que veut dire une secte???

      Abdellah Mulay
      3 avril 2017 - 18 h 16 min

      Salam,

      Salam,
      Vous en Kabylie, vous avez la chance d’avoir le MAK, alors, je vous suggère d’aller soutenir le MAK, c’est la seule politique qui vous arrachera la liberté. Je pense que ce mouvement, va marcher le 20 avril prochain en Kabylie, à ce qui j’ai entendu ça sera à: Boumerdes, Tizi-Ouzou, Bouira, et Bejaia. Alors ne ratez pas cette occasion, allez soutenir le MAK, et laisser ceux qui veulent le Salafisme et le Wahabisme s’entêter.

        Cactus
        4 avril 2017 - 8 h 53 min

        Oui pour les esprits faible
        Oui pour les esprits faible et les reveurs , ses sectes releve de la psychatrie , rien a voir avec les droits de l’homme dans ces cas la y a no limite, marie toi avec un arbre , un chien, il faut stopper ces predateur sinon ont cour a la catastrophe

      Tinhinane
      3 avril 2017 - 18 h 55 min

      Si tu veux appartenir à El
      Si tu veux appartenir à El-Ahmadiya, il faut partir au PENDJAB.
      On en a assez de sectes comme ça. BASTA!!

        CHIBL
        3 avril 2017 - 21 h 32 min

        Et toi c’est quoi ton
        Et toi c’est quoi ton problème si je suis Ahmadi et en Algerie ca te gène, sure que tu es HIdjabiste,depassée 40 ans et célibataire, voila les gens comment ils pensent dans ta situation.

        farid
        4 avril 2017 - 9 h 45 min

        et la liberté du culte tombée
        et la liberté du culte tombée dans les oubliettes? à ma connaissance seul le prosélytisme est puni par la loi.
        les ahmadi ont ils un comportement autre? on ne me voit plus dans les mosquées? cela vous dérange? vous ne pouvez plus dormir tranquillement? votre place au paradis est elle menacée? non!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.