Poutine : «Les frappes américaines en Syrie sont une agression»

Le président russe, Vladimir Poutine. D. R.

L’attaque américaine contre la base aérienne en Syrie viole la loi internationale, Washington ayant effectué un acte d’agression contre un Etat souverain, a estimé le président russe Vladimir Poutine, cité par le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov. «Le président Poutine qualifie les frappes américaines en Syrie d’agression contre un Etat souverain, violant la loi internationale en usant d’un prétexte artificiel», a déclaré le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov, devant des journalistes en commentant l’attaque américaine contre la base syrienne d’Al-Chaayrate.

Dmitri Peskov a souligné que l’armée syrienne ne disposait pas d’armes chimiques et a rappelé que la destruction de tous les stocks d’armes chimiques syriennes «avait été réalisée et confirmée par l’Organisation pour l’interdiction des armes chimiques, une branche spéciale de l’ONU».  «D’après Vladimir Poutine, le fait d’ignorer complètement l’utilisation d’armes chimiques par les terroristes ne fait qu’aggraver la situation», a-t-il ajouté. Dans ces frappes américaines en Syrie, le président russe voit également une tentative américaine de «détourner l’attention de la communauté internationale sur les nombreuses victimes civiles en Irak».

En outre, les relations russo-américaines, qui «sont déjà dans un état déplorable», ont été endommagées par cette attaque, a déclaré Dmitri Peskov. «D’après Vladimir Poutine, cette mesure ne nous rapproche pas du but final de la lutte contre le terrorisme international, mais constitue un obstacle sérieux à l’émergence d’une coopération des nations dans la lutte contre un mal mondial dont le président américain Donald Trump avait affirmé lors de sa campagne électorale qu’elle serait l’une de ses tâches principales», a ajouté le porte-parole du Kremlin.

Suspension de l’accord avec les USA sur la prévention des incidents aériens

«La partie russe suspend le mémorandum signé avec les Etats-Unis sur la prévention des incidents aériens et la sécurité des vols lors des opérations en Syrie», lit-on dans le communiqué publié par le ministère russe des Affaires étrangères sur son site. Moscou a également appelé le Conseil de sécurité de l’ONU à convoquer une réunion d’urgence pour résoudre la situation.

Selon la diplomatie russe, cette frappe américaine est «un acte évident d’agression contre la Syrie souveraine» qui lutte contre le terrorisme international. «Ce n’est pas la première fois que les Etats-Unis adoptent une telle approche, inconsidérée, qui ne fait qu’aggraver les problèmes existant dans le monde et crée une menace pour la sécurité international», selon un communiqué du ministère russe, qui a souligné que la présence des militaires américains sur le territoire syrien sans autorisation du gouvernement syrien et le Conseil de sécurité de l’ONU violait le droit international.

D’après le communiqué, Washington aurait déformé les incidents de la province d’Idlib pour justifier son opération militaire contre la base d’Al-Chaayrate. «Quant à Idlib, les terroristes y produisaient des explosifs avec des substances toxiques devant être utilisés en Syrie et en Irak. L’élimination de cette structure de production a été effectuée lors de l’opération militaire des forces aériennes syriennes», explique le texte de la diplomatie russe.

Agence

Comment (10)

    Court Toujours.
    8 avril 2017 - 13 h 57 min

    IL PARAIT QUE LA BASE
    IL PARAIT QUE LA BASE BOMBARDÉ ÉTAIT VIDÉ AVANT DE TOUT MATÉRIEL ET AVIONS.
    . LA BASE VISÉ EST DANS LE PÉRIMÈTRE DES S300, S400 , ET SYSTÈME DE BROUILLAGE RUSSE …..?
    A VRAIS DIRE LE PRÉSIDENT TRUMP JOUE AU POCKER , ET SURTOUT PENSEZ LE CONTRAIRE POUR COMPRENDRE LA RÉALITÉ.




    0



    0
    Anonymous
    7 avril 2017 - 22 h 22 min

    POUTINE est le seul espoir
    POUTINE est le seul espoir qui reste




    0



    0
    Lion
    7 avril 2017 - 21 h 12 min

    Les occidentaux n’ayant pas
    Les occidentaux n’ayant pas pu se débarrasser de Bachar ont monté les scénarios de l’attaque chimique. La 1ere fois dès que Obama a tracé la ligne rouge.même pas une semaine après il y a eu une attaque chimique. Maintenant que Bachar gagne du terrain et que Trump ne pose plus son départ, il fallait faire changer les choses. Attaque chimique. Immédiatement sans aucune enquête Bachar est accusé par les occidentaux comme ils avaient accusé Saddam.Ils poussent l’hypocrisie a défendre la population. Quand Israel…… Silence radio.




    0



    0
    As de pique
    7 avril 2017 - 17 h 48 min

    Le deux poids deux mesures
    Le deux poids deux mesures devient récurrent dés qu’il s’agit de pays arabo-musulmans ! Quand l’entité sioniste avait bombardé les populations civiles de Gaza à l’aide de bombes au phosphore, ni l’Onu, ni l’occident n’avaient jugés bon de condamner cette attaque chimique et encore moins envoyer des missiles sur l’occupant sioniste, bien au contraire l’on se souvient qu’Obama avait réapprovisionné les stocks d’armes que le régime sionisto-barbare avait déversé sur la population gazaoui…




    0



    0
    ELHAQ
    7 avril 2017 - 16 h 07 min

    TRES SIMPLE : VIVE LA RUSSIE
    TRES SIMPLE : VIVE LA RUSSIE, VIVE LA SYRIE, V IVE LE HEZB ALLAH , VIVE L’IRAN. A BAS L’IMPERIALO-SIONISME ET SES VALETS et ses soutiens




    0



    0
    Anonymous
    7 avril 2017 - 15 h 20 min

    Cette histoire d’attaque
    Cette histoire d’attaque chimique ne tient pas la route ,elle est montée de toute piece pour permettre a trump de reprendre position en Syrie et de déloger la Russie.Comment va réagir le tsar poutine va t’il se dégonfler ? Il est poussé dans ses retranchements,ils jouent avec la securité mondiale pas à washinton ni à moscou mais sur une scene arabe,devinez qui va payer le plus.




    0



    0
    T'messkhir
    7 avril 2017 - 15 h 07 min

    …. « Dmitri Peskov a
    …. « Dmitri Peskov a souligné que l’armée syrienne ne disposait pas d’armes chimiques et a rappelé que la destruction de tous les stocks d’armes chimiques syriennes avait été réalisée et confirmée par l’Organisation pour l’interdiction des armes chimiques, une branche spéciale de l’ONU». ….. Point final ! Donc, l’OTAN et tous ses membres ne doivent plus mentir à leurs citoyens sur leurs médias respectifs que c’est l’armée Syrienne qui a lâché des bombes chimiques. La différence est de taille : bombarder un hangar rempli d’armes chimiques et bombarder avec des armes chimiques , ce sont deux choses complétement différentes , mais les médias occidentaux ne s’arrêtent pas de parler de largage d’armes chimiques par l’aviation syrienne ! c’est incroyable cette désinformation en boucle !! Ils n’attendent même pas les résultats des enquêtes ou le recoupement de l’information, comme ils aiment tant à le répéter pour d’autres choses en leur faveur !




    0



    0
    kaci
    7 avril 2017 - 14 h 25 min

    Vous armez 1 million d
    Vous armez 1 million d’algériens et les faites collaborer avec l’armée russe ils vous débarrasseront de ce satanique sionisme qui empeste le monde humain. Gloire aux Martyrs




    0



    0
    MELLO
    7 avril 2017 - 14 h 04 min

    N’oublions pas que l’un des
    N’oublions pas que l’un des premiers cas d’utilisation des armes chimiques par Daech en Syrie remonte au printemps 2013. Une attaque terroriste au sarin a fait de nombreux morts en été 2013 à la Ghouta orientale. Plusieurs pays ont alors essayé de rejeter la responsabilité sur le président syrien Bachar el-Assad. Les terroristes de Daech ont notamment utilisé des obus chargés de gaz toxique au cours d’une attaque contre une base aérienne de la province syrienne de Deir ez-Zor, en avril 2016, ce qui a provoqué de graves problèmes respiratoires chez les militaires touchés.
    La Syrie a adhéré à la Convention sur l’interdiction des armes chimiques après une vaste attaque chimique en août 2013 dans la Ghouta, banlieue orientale de Damas. « L’annonce de ce qui s’est passé à Khan Cheikhoun dans la province d’Idlib, est arrivée à 6h00, alors que la première frappe des Forces aériennes syriennes sur un entrepôt de munitions du groupe terroriste Front al-Nosra, contenant des armes chimiques, a été effectuée à 11h30 », a expliqué le ministre. Le président syrien Bachar el-Assad avait déclaré que le gouvernement syrien n’avait utilisé aucune arme de destruction massive, arme chimique comprise, contre son peuple. Il a rappelé qu’en 2013, Damas avait donné son accord au démantèlement de ses armes chimiques et qu’à l’heure actuelle il ne disposait plus de telles armes.




    0



    0
    fatigué
    7 avril 2017 - 11 h 06 min

    e voila, ceux qu doutaient
    e voila, ceux qu doutaient encore de la complicité des usa avec les terroristes islamistes ont finalement compris ( j’espere) que les usa viennet de donner un coup de pouce à daesh et cie en Syrie. Nota: ils l’ont déjà fait à l’aéroport de Deir Ezzor.




    0



    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.