Benhamadi : «Il ne faut pas diaboliser les chaînes privées»

Abdelmoumen Ould Kaddour avec son prédécesseur Amine Mazouzi. D. R.

L’Autorité de régulation de l’audiovisuel (Arav) assure n’avoir enregistré aucune plainte de la part des différents candidats en campagne électorale pour les élections législatives du 4 mai prochain.

Dans un entretien accordé à l’agence officielle APS, cette autorité, dirigée par Zouaoui Benhamadi, assure qu’il n’y a pas eu d’irrégularités dans la couverture de la campagne électorale. «Pour le moment, nous n’avons noté aucune irrégularité, à part de légers dépassements de quelques minutes dans les chaînes privées au cours des débats entre des candidats de partis à ces élections», a affirmé Benhamadi selon lequel «l’Arav a prévu de rendre public tout ce qui a été observé dans les prochains jours».

Benhamadi souligne dans ce sillage que «les campagnes électorales démarrent généralement lentement». «Il n’y avait pas eu quelque chose de flagrant, notable» et que «de manière générale ça se passe plutôt bien», soutient-il, précisant que «quand il s’agit de débats contradictoires sur un plateau, souvent les candidats montrent du respect l’un envers l’autre».

Pour le président de l’Arav, «ce sont plutôt des débats très civilisés, jusqu’à maintenant», du moins. Benhamadi a relevé qu’il y avait quelques partis qui se sont plaints au niveau de la Haute Instance de surveillance des élections mais ce sont des éléments techniques, notamment l’ordre de passage». Le président de l’Arav considère cela comme un détail qui n’est pas de nature à déséquilibrer la campagne électorale. Il assure que l’Arav est à jour, et chaque matin, son collège se réunit et analyse les résultats des fiches que leur transmet le centre de veille du Centre international de la presse (CIP).

«On a les moyens de réagir aussitôt, en fonction des fiches qui nous sont communiquées», a-t-il souligné, tout en faisant part de sa «satisfaction quant au professionnalisme des chaînes privées». Il estime ainsi qu’il «ne faut pas diaboliser ces chaînes car elles sont en train de faire un travail honorable et respectable».

Avant la campagne, le président de l’Arav avait réuni ces chaînes privées, en présence des médias publics, pour dialoguer et coordonner le travail. Pour Benhamadi, les élections de 2017 étaient en quelque sorte le «baptême du feu» de l’Arav qui «assure la veille sur les médias».

Cette autorité assure une veille générale sur les médias dont les cinq chaînes TV privées autorisées. Elle a rappelé à maintes fois des chaînes de télévision par rapport à des excès dans le traitement de certaines thématiques ou sujets sensibles.

Sonia Baker

Comment (6)

    alg
    14 avril 2017 - 0 h 02 min

    nous démocrates et
    nous démocrates et républicains, tous nos efforts sont parti en fumés, c’est bien dommage.
    comment est ce que nous n’avons aucune chaîne pour soutenir notre combat!? tous ce que nous avons semé durant des années est récolté par les islamistes et les militaires. le bonheur n’est pas pour demain.




    0



    0
    BOUARIF-AURES
    13 avril 2017 - 16 h 02 min

    S’il ne faut pas diaboliser
    S’il ne faut pas diaboliser les chaines privées alors il y à anguille sous roche, les chaines privées sont juste bien pour la Pub des marques de café, le seul pays au monde qui innonde le pays en fausses marques d’un éventail des marques de caféceux qui regarde ces chaines est vraiment un débile, qui roule pour ces chaines d’une très mauvaises qualité au service du CLAN DES MAFIOSI !
    Cordialement: un Algéien de ses montagnes !!!




    0



    0
    Wahid Mokhtar
    13 avril 2017 - 15 h 48 min

    Décevant comme argument.

    Décevant comme argument.

    M. Benhamadi en tant qu’homme de média, très expérimenté même si c’est un commis de l’état n’est pas sincère dans son propos.

    Désolant




    0



    0
    anonyme
    13 avril 2017 - 9 h 34 min

    un soit disant « cadre » d’uen
    un soit disant « cadre » d’uen institution d’état a dit ce mot à la radio , l’eccès-cutif au lieu de l’exécutif, on est plus à un analphabete près!




    0



    0
    CHIBL
    12 avril 2017 - 23 h 42 min

    M; Benhamadi aux yeux de la
    M; Benhamadi aux yeux de la loi ces chaines sont étrangères, comment pouvez vous toléré qu’une campagne électorale se fasse sur des chaines étrangères,YERHAM BABEK OUSKOUT. tu nous prends pour qui? tu es qui DEJA?




    0



    0
    Anonymous
    12 avril 2017 - 19 h 39 min

    Mr Benhamadi, «Il ne faut
    Mr Benhamadi, «Il ne faut pas diaboliser les chaînes privées», tant qu’elles roulent pour le pouvoir, et qu’elles ne franchissent pas la ligne rouge, qui consiste à ne pas vous critiquer.




    0



    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.