Les importations de véhicules continuent de baisser

La facture d’importation des véhicules de tourisme a coûté 1,3 milliard de dollars en 2016. New Press

Très peu de voitures ont été importées au premier trimestre 2017. Selon les chiffres du Centre nationale de l’informatique et des statistiques (Cnis), relevant des Douanes algériennes, la facture d`importation de véhicules de tourisme s’est élevée à 336 millions de dollars durant le premier trimestre de l’année en cours, contre 362,97 millions de dollars sur la même période de l’année 2016. Cela représente une baisse de 7,42%.

La facture d’importation des véhicules de tourisme a coûté près de 1,3 milliard de dollars en 2016, contre 2 milliards de dollars en 2015. Cela représente une baisse de 36,61%. Si l’importation des véhicules touristiques a baissé de 7%, celle des véhicules de transport de personnes et de marchandises, classés dans le groupe biens d’équipement, est descendue jusqu’à 126 millions de dollars. Elle était de 202 millions de dollars à la même période de 2016, soit en recul de 37,3%. L’importation de véhicules automobiles à usages spéciaux a, quant à elle, augmenté de 12%, pour atteindre les 100 millions de dollars. La facture d’importation de ce type de véhicules était de 90 millions de dollars à la même période de 2016. L’importation des accessoires des véhicules automobiles est également en baisse. Elle est passée de 104 millions de dollars au premier trimestre de 2016 à 96 millions de dollars au premier trimestre de l’année en cours, ce qui représente une baisse de 7,73%.

L’importation des pneumatiques neufs en caoutchouc est en revanche en hausse, passant ainsi de 32 millions de dollars au premier trimestre de 2016 à 33,7 millions de dollars à la même période de 2017, soit une augmentation de 3,63%.

Le nouveau contingent quantitatif d’importation des véhicules n’a pas été encore fixé, même si des sources bien informées évoquent l’option de le revoir à la baisse afin d’atteindre l’objectif du gouvernement de faire baisser la facture globale des importations de 15 milliards de dollars. Le contingent d’importation de véhicules a été de 50 000 l’année écoulée. Il serait fort probablement de 25 000 pour l’année 2017.

Hani Abdi

Comment (5)

    Anonymous
    24 avril 2017 - 11 h 15 min

    Barons des importateurs +
    Barons des importateurs + crédits bancaires complices = Aggravations de la crise économique, et financière =
    = Circuit infernal de la crise, et de la dépendance économique excessive de l’Algérie envers la France & l’étranger

    Le salut par de vraies, et de profondes réformes, et restructurations de l’économie, et du fisc algériens
    Sur la base de la justice, de la transparence, dans la répartition des richesses (répartition injuste, et inéquitable)
    Et de l’austérité sévère des dépenses de fonctionnement de l’un des états les plus dépensiers au monde
    (prestiges, fastes, et folies de grandeurs,…..?!)




    0



    0
    Kassaman
    23 avril 2017 - 21 h 28 min

    « Très peu de voitures ont été
    « Très peu de voitures ont été importées au premier trimestre 2017 » certes mais,maintenant que les usines de montages se multiplient il faudrait inclure la valeur des voitures importées en kit…




    0



    0
    Boumediene
    23 avril 2017 - 20 h 19 min

    JE SUIS POUR INTERDIRE TOUTE
    JE SUIS POUR INTERDIRE TOUTE IMPORTATION DE VEHICULES




    0



    0
    Anonymous
    23 avril 2017 - 18 h 04 min

    Les importations de véhicules
    Les importations de véhicules continuent de baisser
    Les importations de véhicules constituent le talon d’Achille, et sources d’hémorragie de devises
    Et de fragilité de l’économie , et les finances algériennes

    Les barons-importateurs doivent investir, davantage, dans les fabrications de véhicules ,
    Et les sous-traitances, et intégrations dans les fabrications des diverses, et nombreuses pièces détachées
    Très demandées, pour réduire la dépendance excessive, et dangereuse de l’économie algérienne
    Envers les importations aux gains faciles, et rapides, avec les complicités des banques algériennes de crédit




    0



    0
    lehbilla
    23 avril 2017 - 15 h 53 min

    Pour respecter la logique du
    Pour respecter la logique du gouvernement, on devrait importer à la place des voitures des brouettes. ça revient moins chère et ça fera peut être travailler les algériens.




    0



    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.