Accord-Opep : l’Algérie et l’Irak sur la même longueur d’onde

Noureddine Boutarfa, et son homologue irakien, Jabbar Al-Aluaibi. D. R.

L’Irak est favorable au prolongement de l’accord de réduction de la production pétrolière des pays Opep et non Opep. C’est du moins ce qui ressort de la rencontre, aujourd’hui, à Baghdad, entre le ministre de l’Energie, Noureddine Boutarfa, et son homologue irakien, Jabbar Al-Aluaibi.

L’Irak accepte ainsi la poursuite, voire même le renforcement du cadre de coopération entre les pays Opep et non Opep jusqu’en 2018. Et même au-delà. Les discussions entre Boutarfa et Jabbar Al-Aluaibi ont été axées beaucoup plus sur la conférence ministérielle des pays membres de l’Opep et nonOpep prévue le 25 mai à Vienne. Une rencontre importante en ce sens qu’il sera question du prolongement ou non de l’accord. Outre l’Irak, l’Arabie Saoudite, la Russie et le Venezuela ont exprimé leur engagement actif à renforcer ce cadre coopératif afin de maintenir les prix du pétrole à un niveau appréciable.

L’Algérie ainsi que l’Irak avaient réduit leur production, conformément à l’accord de novembre 2016, de respectivement 50 000 barils/jour et de 210 000 bj. La remontée des prix du pétrole, induite par cet accord, a été de courte durée. Le marché pétrolier a vite été plombé par la multiplication des forages de pétrole de schiste américain destiné essentiellement à l’exportation. Après avoir dépassé la barre des 55 dollars, les cours de pétrole sont redescendus jusqu’à moins de 50 dollars. Si les pays de l’Opep et non Opep ne prolongent pas cet accord qui prendra fin en juin prochain, le marché pétrolier va être fortement impacté. Aujourd’hui, le baril du pétrole connaît une légère hausse sur le marché européen.

En milieu de journée, le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en juillet valait 49,19 dollars sur l’Intercontinental Exchange (ICE) de Londres, en hausse de 46 cents par rapport à la clôture de mardi. Dans les échanges électroniques sur le New York Mercantile Exchange (Nymex), le baril de «Light Sweet Crude» (WTI) pour le contrat de juin gagnait 49 cents à 46,37 dollars. Le marché pétrolier a été stimulé par la baisse plus prononcée des stocks de pétrole brut aux Etats-Unis.

Selon les chiffres publiés aujourd’hui par le département de l’Energie (DoE), les réserves commerciales de brut ont reculé de 5,2 millions de barils pour revenir à 522,5 millions. Le chiffre du DoE témoigne ainsi d’une baisse du même ordre que les estimations séparées de la fédération privée American Petroleum Institute (API). Du côté des stocks d’essence, le DoE a annoncé une modeste baisse de 200 000 barils, alors que les économistes compilés par Bloomberg prévoyaient une avancée de 350 000 barils.

Hani Abdi

Comment (7)

    LE REBELLE
    13 mai 2017 - 7 h 25 min

    On a pas besoin d’un prix de
    On a pas besoin d’un prix de pétrole haut mais d’une volonté politique qui va permettre à notre chère pays de ce hisser en haut de tableau des pays développés  »YES ON PEUT ».




    0



    0
    Mona
    12 mai 2017 - 21 h 03 min

    Qui va le croire après le non
    Qui va le croire après le non respect des pays de l OPEC mis a jour a Vienne….?




    0



    0
    Berrefas
    11 mai 2017 - 11 h 59 min

    Réponse a monsieur lehbilla
    Réponse a monsieur lehbilla si le baril déscend a 4dollar la prodution s’arrête va étudier l’économie vive l’ algerie




    0



    0
      lehbilla
      11 mai 2017 - 12 h 45 min

      On voit bien que toi t’as
      On voit bien que toi t’as bien étudié la thermodynamique, que tu connais bien aussi les lois de la physique et le principe d’exclusion de Pauli ainsi que l’inégalité d’Heisenberg. Effectivement avec ces lois on démontre facilement qu’à moins de 4 dollars, la production de pétrole s’arrête. On démontre aussi avec ces mêmes lois l’existence de boites crâniennes creuses à fortes résonance rien qu’en lisant ce qu’elles produisent comme niaiseries.




      0



      0
      Lghoul
      11 mai 2017 - 13 h 06 min

      Permettez moi un commentaire:
      Permettez moi un commentaire: A 4 dollars, la production pourra normalement s’arreter mais cela est impossible en Algerie. Je le doute car il serait interessant d’estimer le nombre, en milliers de travailleurs, d’ingénieur, de techniciens, de sous traitants etc. qui seront mis dehors par sonatrach puisqu’il n’y aura plus de travail pour eux. A moins qu’ils soient payés a ne rien faire comme certains qui lèvent le doigt une fois par an pour etre payés 40 millions par mois car ils ont perdu 1 calorie par mois. La plupart des pertes sont causées par la mastiquation rapide des méchouis qui n’en finissent pas.
      Par conséquent meme a 4 dollars, la sonatrach n’arretera pas la production, meme partiellement, sinon ca va conduire a une révolution car c’est la SEULE source de revenues. Si on produisait des avions, des voiture (pas montées …) et des bateaux et si on exportait des millions de tonnes de fruits et legumes, du fromage, du vin a travers le monde, on pourrait peut etre s’en passer pour quelques mois mais avec la seule ressource, on nous a appris a ne teter qu’une seule mammelle qui est celle du pétrole.
      Un autre exemple: Pourront ils mettre a l’arret Air Algerie meme si elle est déficitaire ? Bien sur ils mettront a l’arret Condor et Cevital s’ils ne payent pas leurs imports a temps …




      0



      0
    lehbilla
    11 mai 2017 - 6 h 36 min

    Je souhaite que le prix du
    Je souhaite que le prix du baril de brut chute à un dollar. C’est mon souhait le plus cher. Car il n y a que cette façon qui puisse obliger nos dirigeants à montrer leur savoir faire dans la gestion du pays Comme c’est le cas dans beaucoup de pays comme la Corée. Créer de la richesse au sens noble du terme dans un pays c’est ce qui est demandé à ses dirigeants. Autrement, si un matelas de dollars est constamment disponible, donnez la gestion du pays à khalti aicha et elle fera mieux que ces dirigeants que nous avons.




    0



    0
    logique
    10 mai 2017 - 22 h 08 min

    l’Algérie face à un faut
    l’Algérie face à un faut gouvernement IRAKIEN depuis le pillage de l’occident qui ont mis en place leurs VALETS, de mieux en mieux !!!




    0



    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.